Please reload

NOTRE RESPONSABILITE VIS A VIS D'AUTRUI

 

 

Qui est notre prochain ?

 

Notre PROCHAIN  est le mot " arharayiout "אֲחַרָיוּת  en hébreu, et ce qui est remarquable avec cette langue, c'est que l'on peut découvrir dans ce mot, 3 notions différentes.

"Notre prochain" comprend : 

 

 moi (je dois me dominer)                                        אֲחַרָיוּת    אני

 frère (biologique, parent proche).                              אֲחַרָיוּת    אחַ  

 l’autre (celui qui ne me ressemble pas, L’étranger)       אֲחַרָיוּת    אחר

 

 

Genèse 4:9 L’Eternel dit à Caïn : Où est ton frère Abel ? Il répondit : Je ne sais pas ; suis je le gardien de mon frère ?

 

gardienשׁמר  garder, veiller sur, préserver, avoir soin de, être attentif

 

Chaque individu est sensé prendre soin et veiller sur son prochain, être attentif à son bien être. Par conséquent, nous devons :

  1. prendre soin de nous-même, et je pense qu’on le fait tous plus ou moins, car aucun d'entre nous ne se laisse mourir de faim. Nous faisons tout pour avoir un minimum de confort et pour vivre le plus agréablement possible. 

  2. prendre soin de nos proches, de nos parents, de nos frères et soeurs dans la chair et de notre descendance, être attentif à ce qu’il ne leur manque rien.

  3. prendre soin de notre prochain, de ceux qui nous entourent et que l’on côtoie

Lorsque nous ne prenons pas soin de l’autre, nous fuyons nos responsabilités et négligeons les commandements du Seigneur.

 

Par sa réponse : « suis-je le gardien de mon frère ? », Caïn rejette la responsabilité sur Dieu, comme son père Adam l’a fait vis à vis d’Eve.

En quelque sorte, il lui dit « tu n’as qu’à le savoir, moi je n’ai pas à m’occuper de lui ! »

 

Malgré ce crime, Caïn avait la possibilité de se repentir et d’être pardonné. Dieu lui donne une chance en lui posant la question « Où est ton frère ? ». Il espère encore qu’il avouera et qu’il regrettera amèrement son geste.

Où = אֵי   a une notion morale qui sous-entend : " Où en es-tu ?"

Par cette question Dieu essaie de le faire revenir à la raison, de l’amener à la repentance. Il lui dit plus exactement : « Où en es-tu Caïn ? Réagis, regarde, vois où tu en es arrivé ! »

 

Mais au lieu de se repentir, Caïn pense pouvoir tromper Dieu en lui répondant : « Je ne sais pas ».

 

Le grand homme, c’est celui qui reconnait son erreur ! mais Caïn ne reconnait nullement sa faute.

 

Le crime d’Abel peut-être considéré comme un crime contre l’humanité, car en tuant son frère, il tue également :

  • sa famille,

  • son prochain

  • et lui-même.


Le commandement du Seigneur est d'aimer notre prochain comme nous-mêmes. En acceptant sa grâce dans notre vie, nous pourrons aimer à notre tour, mais si nous la rejetons, nous serons incapable d'aimer comme il nous le demande. Nous avons un devoir moral, celui de nous confier en Dieu et de le laisser nous façonner pour servir et aimer notre prochain. Nous n'avons pas été sauvés égoïstement, nous sommes des flambeaux et devons refléter l'amour de Dieu partout où nous allons. Ne soyons pas indifférents à ceux qui nous entourent, Dieu nous appelle à briller pour les sortir des ténèbres dans lesquels ils sont plongés. C'est notre mission et notre responsabilité !

 

L. Gilman

 

 

 

Please reload