Rechercher
  • L.GILMAN

LA VALLÉE DE L'OMBRE DE LA MORT


David nous parle d’une vallée. En hébreu, il s’agit du mot « gay ». la définition exacte est : vallée encaissée, vallon, gorge étroite. Je décrirais cette vallée, à première vue, comme un endroit étroit, enfoncé et très certainement entouré de hautes montagnes. Ce vallon est très éclairé par les rayons du soleil et les habitants peuvent y trouver le repos et l’ensoleillement qu’ils souhaitent en fonction de l’exposition où ils se trouvent. A certains endroits plus retirés que d’autres, l’ombre de la mort crée une atmosphère lourde et pesante où le soleil n’a pas sa place et où l’air que l’on y respire n’est pas aussi vivifiant que celui de la montagne. Lorsque l’ombre est à son pic d’obscurité, cela ressemble à un brouillard de ténèbres à couper au couteau. A cet endroit précis, le ciel s’obscurcit, le soleil se cache et le climat devient malsain.


Ce tableau nous rappelle à tous, des moment dans notre vie où la situation paraissait insurmontable, l’espoir avait disparu et tout semblait perdu.


Mais je reviens sur le panorama décrit juste avant. Je parle d’une vallée où l’ombre est bien réelle, elle assombrit le paysage et empêche les rayons du soleil de pénétrer. Et comme il y a une ombre, il y a forcément le soleil qui illumine la terre à d’autres endroits. Cette ombre est rassurante, car elle passe, reste un moment mais ne dure pas. Le soleil se cache parfois derrière les montagnes à une certaine heure de la journée, ce qui crée un assombrissement naturel, qui enlève toute la luminosité environnante, mais qui ne s’installe pas définitivement, car comme son nom l’indique, elle n’est qu’une ombre.


S’il nous est arrivé de ne plus y croire, d’être assommé et ébranlé par les événements, de ne plus avoir de forces face à certaines épreuves, voir même d’hurler notre souffrance tant tout devient insupportable, je voudrais vous apporter une bonne nouvelle : toutes ces choses ne sont que des ombres, qui, si vous y croyez, vont disparaître de votre existence. Le psalmiste décrit ses moments difficiles comme « l’ombre de la mort » et comme il le nomme très justement, ces passages enténébrés et difficiles ne font que passer, comme l’ombre passe. Faites en l’expérience et jouez avec l’ombre sous un arbre ou un parasol. L’ombre bouge et ne reste pas à sa place indéfiniment. A certains endroits, il n’y a aucune ombre, mais s’il fait trop chaud et que le soleil est au plus fort, vous allez trouver refuge sous un arbre pour retrouver un peu plus de fraicheur. A l’inverse, s’il fait trop frais, vous n’allez pas rechercher l’ombre, car le soleil sera alors plus agréable au visage. mais il ne faut pas oublier que l’ombre sous cet arbre changera d’intensité et de cap en fonction des heures de la journée. L’ombre apparaît, mais elle disparait aussi, elle ne dure pas et ne reste pas au même endroit. Elle rafraîchit mais elle peut aussi être glaçante, tout dépendra des saisons.


Nous avons des saisons dans notre vie et des ombres y apparaissent à certains moments. Lorsque l’hiver est là et que notre vie est au plus bas, l’ombre de la vallée de la mort est terrible et même si elle n’apparaît qu’à un moment de la journée, ce temps parait toujours trop long, voir interminable. Si au contraire cette même ombre apparaît l’été, elle ne sera pas vécue de la même manière Car elle n'apportera pas le même effet qu’en hiver en raison de la chaleur environnante. Les saisons sont importantes et nos vies sont faites de saisons. Mais quelle que soit la période, lorsque l’ombre apparaît, nous avons toujours le moyen de bouger et de ne pas rester figé à notre place. Nous pouvons nous déplacer et rechercher un endroit où la luminosité du soleil apparaît et ainsi réchauffer notre coeur. Si vous êtes à bout et que les forces vous manquent, que votre foi est éteinte, j’ai malgré tout une bonne nouvelle, il vous faudra attendre un peu, mais l’ombre se déplacera et la lumière réapparaîtra.


C’est pourquoi le roi David n’avait pas peur de proclamer : « je ne crains aucun mal ». Il était parfaitement conscient que quoi qu’il puisse vivre, quelles que soient les épreuves, et nous savons combien il en a connues, il pouvait remettre toute sa confiance en Dieu, car jamais son Père ne l’abandonnerait. Il le savait, pas un instant il en a douté. Les psaumes nous montrent très souvent les angoisses, les tristesses, les peurs et les états dépressifs de David, mais plutôt que de se laisser envahir par l’ombre de la mort, il finit par changer de cap et la lumière réapparaît dans sa vie. il ne craint pas parce que l’espoir a rejailli dans son coeur. Alors que l’ombre était bien réelle dans sa vie, tantôt, il attendait qu’elle se déplace naturellement et tout reprenait un cours normal, tantôt David s’est déplacé et le soleil a de nouveau illuminé son coeur.


Parfois, pour tant de raisons diverses, il nous est difficile de bouger, mais cela n’empêche pas l’ombre (parce que n’oublions pas que ce n’est qu’une ombre) finira par changer de place, elle ne sera jamais statique. A d’autres occasions, nous avons la possibilité de déserter cet endroit ombragé pour aller vers une plaine beaucoup plus ensoleillée.


Bouger, c’est louer et quelle que soit notre situation, c’est proclamer la victoire de Jésus-Christ à la croix. Rester sur place, c’est s’appesantir, se tourmenter et pleurer sur notre sort. Dieu nous appelle à bouger et non pas à nous laisser dominer par les épreuves. Jusqu’à la fin de notre séjour sur cette terre, nous traverserons des vallées où l’ombre de la mort sera pesante. Mais quelle attitude allons-nous avoir face à ces tribulations ? Allons-nous accepter la défaite et nous écrouler par terre ou allons-nous nous lever et crier la victoire ? Lorsque le peuple d’Israël a du affronter Jericho, ils ont fait deux choses : obéir à Dieu et crier. Dans nos vies respectives, ce que Dieu attend de nous est également l’obéissance et le cri de la victoire sortant de nos bouches. Nous avons tous traversé des vallées ténébreuses et nous en passerons encore et encore, mais le constat est tel que certains n’en bougent pas alors que d’autres en sortent vainqueurs et remplis de l’Esprit. Chaque épreuve est de plus ou moins forte intensité, mais il n’en reste pas moins que le Seigneur connait toute chose et qu’il a prévu pour nous le moyen d’en sortir. Il n’ira jamais au delà de nos forces, ni au delà de ce que nous serons capables de supporter. Nous avons tous des géants, des Goliaths dans notre vie, mais quelle attitude choisissons-nous d’adopter, celle des espions désabusés ou celle de Josué et caleb victorieux ?


Nous traversons tous des vallées, nous avons tous la victoire en Jésus Christ, mais nous ne faisons pas tous les mêmes choix. Deut 30:19 J’en prends aujourd’hui à témoin contre vous le ciel et la terre : j’ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction. Choisis la vie, afin que tu vives, toi et ta descendance.

Trop de chrétiens sont anéantis dès que survient un souci dans leur vie et ne trouvent pas les moyens de se relever. La terre s’écroule sous leurs pieds et rien de ce que nous pourrons leur apporter en parole et en réconfort ne les satisferont. Au lieu de considérer cette vallée comme un examen de passage pour un niveau supérieur, ils se laissent submerger par les événements, voir engloutir par l’ombre de la mort et ne relèvent pas la tête. Obstinés, ils cherchent par leur propre force à en sortir ; têtus, ils n’écoutent plus la voix de la sagesse et de la patience. Alors que l’ombre bouge et qu’ils pourraient dans le calme en être débarrassés à force de patience, ils suivent sa trajectoire et en subissent les effets néfastes tout le temps qu’ils y restent attachés. Nous connaissons malheureusement des frères et soeurs qui sont dans cette situation et nous aimerions tant leur venir en aide, mais notre main ne les satisfait pas, car ce qu’ils attendent, c’est un secours surnaturel sans la moindre foi en action. Ils n’y croient plus, sont désespérés, et se lamentent sur leur sort.


J’aimerais m’adresser à ceux qui sont dans ce cas et vous encourager à changer de cap. Personne ne pourra bouger à votre place et personne ne changera la trajectoire de l’ombre de la mort. Comme nous l’avons vu plus haut, l’ombre bouge et ne restera pas au même endroit. Vous pouvez décider de la suivre ou à l’inverse, activer les choses en vous en détachant. En langage plus clair, vous pouvez pleurer et vous lamenter ou reconnaitre que Jésus a tout accompli sur la croix et que la victoire en toute chose vous appartient 1 Cor 15: 57 Mais grâces soient rendues à Dieu, qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus-christ ! Quel que soit ce que vous endurez actuellement, Jésus a vaincu cette situation. Il vous appartient à vous, aujourd’hui, et uniquement à vous (pas à vos amis, pas à vos frères et soeurs en Christ, pas à votre pasteur) de prendre la victoire, de la proclamer haut et fort et de ne plus vous laisser piéger par le mensonge de l’ennemi. L ‘ombre passe, à vous de ne pas rester sous ses effets. bougez, c’est à vous à qui cela appartient ! Nous ne sommes pas des automates mais des créatures de Dieu. Nous avons des choix à faire, des décisions à prendre et de cela en découleront des échecs ou des victoires.


« Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort, je ne crains aucun mal ». David ne craignait pas, car rien ne pouvait lui arriver. L’ombre de la mort passait, mais elle finissait par disparaître. Il en est pareil pour nous aujourd’hui. Rom 8:37 Mais dans toutes ces choses nous sommes plus que vainqueurs par celui qui nous a aimés.


Le Seigneur nous a promis sa protection, faisons lui confiance. Jn 10:27-28 Mes brebis entendent ma voix ; je les connais, et elles me suivent. Je leur donne la vie éternelle ; et elle ne périront jamais, et personne ne les ravira de ma main. Soyons rassurés car notre vie est entre ses mains. Nul ne peut nous ravir de sa main si nous restons à ses côtés.


Extrait de "La Prière Victorieuse"

de Laetitia Gilman

189 vues