Rechercher
  • JESSIE PENN-LEWIS

PERDRE SA VIE POUR CHRIST


LA CROIX ET LES LIENS FAMILIAUX

Matt 10:37-39. Celui qui aime son père ou sa mère… son fils ou sa fille plus que moi, n’est pas digne de moi. Celui qui ne prend pas sa croix, et ne me suit pas, n’est pas digne de moi. Celui qui conservera sa vie la perdra.


Le Seigneur explique ici ce qu’il entend par prendre sa croix et perdre sa vie, ou renoncer à soi-même. Notre vie propre peut être comme retenue à la terre par de puissants liens, des liens légitimes, mais si absorbants qu’il est nécessaire que le Saint-Esprit intervienne, conduise à la croix, pour qu’ils soient ramenés à la place qu’ils doivent occuper en Christ. C’est dans la vie de famille et les relations terrestres, que l’Epée de l’Esprit doit séparer les éléments charnels des éléments spirituels. Il est presque impossible qu’à un moment donné, les droits du Crucifié n’entrent pas en conflit avec les liens de l’affection.


C’est alors que nous expérimentons que nos ennemis sont ceux de notre propre maison. Les mains qui nous clouent au bois sont celles de ceux que nous aimons. C’est alors que nous entendons le Maître nous dire : « Celui qui aime les siens, plus que moi, n’est pas digne de moi ». Si le coeur brisé, nous déposons aux pieds du Seigneur ce qu’il demande, ces liens de famille qui nous retenaient, si nous perdons tout par amour pour lui, tout nous sera rendu, transfiguré et centuplé par les joies du ciel.


Il faut qu’il en soit ainsi chez tous ceux qui suivent l’Agneau. et si, pas à pas, nous marchons avec lui, si en toutes choses, nous recherchons la volonté de Dieu, alors le jour viendra, comme il vient aussi pour notre divin modèle, où nos frères croiront en nous, et où ses paroles s’accompliront à la lettre : « Celui qui perdra sa vie, la retrouvera ».



NOUS DEVONS CONFESSER LE CHRIST

Mc 8:35. Celui qui perdra sa vie à cause de moi et de la bonne nouvelle, la sauvera


C’est après que le Seigneur ait annoncé sa passion aux disciples (ce qui provoqua les protestations de l’apôtre Pierre), qu’il prononça les paroles que nous venons de citer. Le contexte indique que la vie propre peut avoir ses racines dans l’amour de la popularité et la crainte des hommes. D’où cette honte du Christ, et de ses paroles, alors que le monde s’oppose à lui et à la vérité. par crainte des hommes, par amour du monde, il est possible de passer à l’ennemi, en refusant de confesser Christ.


« Quiconque aura honte de moi et de mes paroles… le Fils de l’homme aura aussi honte de lui, quand il viendra dans la gloire de son Père" (Mc 8:38). Ne pas avoir honte de Christ, sortir du camps en portant son opprobre, confesser son saint nom…! A moins d’être crucifié avec lui c’est impossible.


A l’avance, le Seigneur savait que la prédication de la croix serait un scandale. Prêcher un Christ surhomme, prêcher le conducteur d’hommes, prêcher le Christ du sermon sur la montagne, ce n’est pas là prêcher a croix. Même les mondains admettent que l’enseignement du Christ a surpassé tous les autres.


Le grand ennemi des âmes incitera même les hommes à prendre le sermon sur la montagne comme règle de vie, pourvu qu’ils ignorent la croix de Christ. Bien plus il les aidera à observer les lois du royaume, pour les séduire, et leur faire accepter un évangile sans croix, sans sacrifice expiatoire, sans Christ.


En vérité, renoncer à soi-même c’est annoncer la croix du Christ et la paix par son sang. C’est annoncer une croix qui implique la séparation d’avec le monde et le don tout entier de soi à l’Homme de douleurs. Humainement parlant, c’est perdre sa vie pour l’amour de Christ et de l’évangile.

JESSIE PENN-LEWIS

45 vues