Please reload

POUR VOIR LE RÉVEIL DU SAINT ESPRIT - partie 2

 

 

PRISE DE CONSCIENCE ET REPENTANCE !

 

2 Rois 7 : 9-10 Puis ils se dirent l'un à l'autre : Nous n'agissons pas bien ! Cette journée est une journée de bonne nouvelle; si nous gardons le silence et si nous attendons jusqu'à la lumière du matin, le châtiment nous atteindra. Venez maintenant, et allons informer la maison du roi.  Ils partirent, et ils appelèrent les gardes de la porte de la ville, auxquels ils firent ce rapport : Nous sommes entrés dans le camp des Syriens, et voici, il n'y a personne, on n'y entend aucune voix d'homme; il n'y a que des chevaux attachés et des ânes attachés, et les tentes comme elles étaient.

 

Il y a 15 jours de cela, nous avions commencé ce thème : "Pour voir le réveil du Saint-Esprit, Dieu a besoin de ce que nous sommes et Dieu a besoin de ce que nous avons !" Etant persuadé que tous ici sans aucune exception brûlent du désir de voir le Réveil du Saint-Esprit, et non seulement de le voir mais d'y participer, d'être partie intégrante de ce que le Seigneur veut faire dans ces derniers temps où l'Esprit de Dieu se répand comme un torrent sur le monde, je voudrais ce matin, avec l'aide du Seigneur, vous transmettre une pensée de l'Esprit qui m'a fortement impressionné dernièrement.

Spécialement dans cette convention de Mulhouse, où notre frère Wesley Richards s'adressait, lors d'une soirée d'évangélisation, à plus de 1800 personnes sur le même texte montrant que dans notre monde il existe deux sortes de nouvelles, une bonne et une mauvaise.

J'ai été fortement impressionné par une réflexion, qui pour moi est d'une importance capitale si nous voulons voir ce réveil, si nous voulons être emportés par ce flot du Saint-Esprit, si nous voulons connaître cette puissance merveilleuse de notre Dieu en action. Si nous avons parlé dernièrement de ce dont Jésus a besoin et de ce que nous devons lui consacrer, le Saint-Esprit nous entraîne ce matin à nous arrêter pendant quelques instants sur une prise de conscience.

 

 

1.PRISE DE CONSCIENCE INDISPENSABLE !

 

Il y a des moments où il nous faut nous arrêter, où le Saint-Esprit veut que nous nous arrêtions, afin d'examiner ce que nous sommes, ce que nous faisons, ce que le Seigneur veut que nous soyons, ce que le Seigneur veut de nous ! Ces "arrêts", nous les trouvons aussi lors de sa vie terrestre au milieu de ses disciples.

Plusieurs fois, Il leur a demandé d'aller avec lui, de se mettre à l'écart, de prendre du recul par rapport au monde et à ses activités spirituelles qui sont parfois étourdissantes, de prendre du temps pour analyser la situation, non pas de nous arrêter dans notre consécration, dans notre service, dans notre témoignage, mais de regarder, d'examiner, de nous sonder pour voir si nous pouvons mieux faire, si le Saint-Esprit nous contrôle parfaitement.

Lorsque je regarde ces 4 lépreux, comment ils découvrent avec stupeur, étonnement, le festin que Dieu a réservé pour son peuple, lorsque je les imagine se jetant sur cette provision divine, sur cette nourriture, sur cette fortune, sur cette bénédiction abondante, cette intervention miraculeuse du ciel, je ne peux m'empêcher de penser à ma propre vie, à mon privilège, à la bénédiction que Dieu a envoyée sur moi, sur les miens.

J'étais comme eux, je mourais de faim, je me trouvais dans ce monde de carnage, j'étais assiégé par le malin, subissant la cruauté de l'ennemi, sans force, sans possibilité d'éviter toutes ses calamités. Pourtant un jour, la porte s'est ouverte sur ma vie, et de mon propre choix par la puissance de Dieu, je suis sorti de ce milieu de perdition et j'ai découvert tout ce que Dieu avait prévu pour moi, tout ce que mon Seigneur avait préparé pour moi !

Je suis sûr que votre vie, votre expérience sont les mêmes, et peut-être vous qui êtes en train de vous approcher Dieu, connaissez-vous cette expérience.

 

a) Danger réel ! Etre des consommateurs !
Nageant dans la bénédiction, festoyant comme seuls les affamés peuvent le faire, nous arrivons souvent à un niveau où nous ne voulons plus bouger. Nous sommes comme ces lépreux, nous avons reçu, nous prenons, et nous sombrons dans le danger qui guette le peuple de Dieu.

Au risque de vous choquer ce matin, laissez-moi vous dire que la bénédiction de Dieu, la plénitude du Saint-Esprit, le flot de son amour peuvent devenir dangereux pour nous, peuvent être un piège, comme ce miracle de Samarie était devenu un piège pour ces lépreux.

Quel est ce piège, pasteur ? Quel est ce danger ? Comment est-ce possible que tout ce que le Seigneur fait par son Esprit peut être dangereux ! Je ne veux pas plus longtemps vous tenir en haleine ! Le danger, il se trouve dans toutes les églises qui s'ouvrent à l'Esprit de Dieu, à la mouvance du Saint-Esprit. Le danger, c'est que même lorsque le Saint-Esprit descend, il faut savoir que le diable n'en a pas fini avec nous ! 

Il ne repart pas vaincu. Lui, il n'abandonne pas, mais nous, comme ces lépreux, nous sommes bénis et nous abandonnons notre objectif, notre course, et nous tombons dans le piège de l'ennemi ! Ne vous méprenez pas sur mes paroles, je n'ai jamais dit que le courant du Saint-Esprit était dangereux, que la plénitude, les réveils, les miracles, le feu de Dieu dans l'Eglise et dans les vies étaient dangereux ! 

Non, je n'ai jamais dit cela ! Mais il y un danger, c'est que nous soyons comme ces 4 hommes qui jouissent de la bénédiction, et que nous restions dans cette bénédiction au risque de la perdre, parce que nous devenons des consommateurs de bénédictions, des consommateurs d'expériences, des consommateurs de manifestations, des consommateurs de Dieu, des consommateurs de services, de réunions, des consommateurs comme dans ce monde.

 

Frères et soeurs, c'est un danger qui se trouve en pleine mouvance du Saint-Esprit, c'est un danger qui nous menace tous, de devenir des consommateurs, alors que ce n'est pas l'objectif de Dieu. Pourquoi y a-t-il tant de chrétiens mécontents, tristes, abattus, désorientés, mal dans leur peau ? 

La cause est toute simple, c'est qu'ils sont uniquement consommateurs, et ils veulent aller partout pour engranger, pour recevoir, pour manger. Lorsqu'ils viennent à l'Eglise, c'est uniquement pour recevoir, pour consommer, et lorsque ce n'est pas ce qu'ils espéraient recevoir, alors ils vont ailleurs, ils cherchent des églises à la carte, des programme à la carte, des menus spirituels à la carte, des pasteurs à la carte.

Consommateur de surnaturel spirituel est à la mode aujourd'hui ! Et c'est ce qui détruit l'oeuvre de Dieu, c'est ce qui arrête la croissance spirituelle. C'est un peu comme les enfants. Si on les écoutait, ils ne mangeraient que des pâtes, que des pâtes, des patates, des frites, et jamais de légumes, épinards, salade, haricots verts etc. 

Je ne dis pas cela parce que je suis au régime, au vert, mais je dis cela parce qu'il y a trop de chrétiens dans les églises, qui veulent vivre à la carte, et vous savez qu'à la carte c'est plus cher que le menu du jour ! Frères et soeurs, ne soyons pas des consommateurs, de ceux qui viennent uniquement parce qu'il y a quelque chose pour nous ! 

Oui, Dieu a quelque chose de spécial pour nous ce matin, mais il veut que nous arrêtions d'être des consommateurs, et que nous devenions des distributeurs de grâce, de bénédiction, de délivrance.

 

b)  Il faut une prise de conscience ! 
Ces hommes, devant tant de bénédictions, certainement la bouche pleine et les yeux sortant de leur orbite en face d'une telle abondance, ont été repris dans leur conscience. Il y eut une prise de conscience ! Eux qui n'avaient pas l'habitude de tant d'abondance et de richesses, ont pris conscience, et ils ont dit : « NOUS N'AGISSONS PAS BIEN ! »   

Voilà la phrase-clé qui a attiré mon attention ! N'avez-vous jamais ressenti, même en pleine bénédiction, en pleine Visitation, en pleine fête, cette sensation, cette prise de conscience ! Nous n'agissons pas bien !

Toutes les fois que Dieu nous bénit, nous visite, nous rafraîchit, si nous gardons cela pour nous- mêmes, sans l'utiliser pour le Royaume de Dieu, pour la gloire de notre Seigneur, nous n'agissons pas bien ! Et nous risquons de tout perdre, nous risquons de mourir sous le poids de la bénédiction !

Nous n'agissons pas bien, c'est une prise de conscience, lorsque d'autres meurent loin de la bénédiction; nous n'agissons pas bien, lorsque nous sommes bénis, visités, renouvelés, et que d'autres frères se dessèchent, se déshydratent tout près de la source d'eau vive.

 

 

2.NOUS N'AGISSONS PAS BIEN !

 

Cette prise de conscience fait partie du mécanisme du Réveil ! Rappelez-vous, Dieu  a besoin de ce que vous êtes, Dieu a besoin de ce que vous avez, et Dieu a besoin de ce que vous recevez ! Dieu ne pourra jamais utiliser des chrétiens consommateurs pour un réveil, mais il utilisera ceux qui prennent conscience et prennent position !

 

A) Nous n'agissons pas bien, car nous connaissons la vérité !
Ces hommes connaissaient la vérité, Dieu était descendu pour libérer son peuple, et personne ne le savait sauf ces 4 hommes. Nous savons que la Bible dit qu'à la fin des temps, Dieu répand son Esprit avec puissance ! Il veut que toute chair soit arrosée de son esprit. 

Nous savons ces choses, mais est-ce que nous les répandons, est-ce que nous gardons cette vérité sous le coude, est-ce que nous empêchons les autres de la connaître ?
Nous ne faisons pas bien, lorsque nous connaissons la vérité et que nous la cachons, lorsque nous connaissons la vérité et que nous ne lui permettons pas de se montrer par nous car nous avons peur qu'elle soit mal perçue, mal interprétée. 

Alors, au lieu de répandre la vérité, on la tait ! C'est vrai que cette vérité peut être mal perçue, mais laissons cela au Saint-Esprit; notre tâche est de répandre la vérité. Jésus sauve, Il guérit, Il baptise du Saint-Esprit, Il revient, et avant de revenir, Il répand son Esprit sur l'Eglise !

 

B) Nous n'agissons pas bien, car nous sommes dans la Vérité, et cette vérité nous nourrit !

Nous avons chaque jour la manne de Dieu, la parole de Dieu, nous avons chaque jour la présence de Dieu à nos côtés, l'intervention divine est à notre disposition, nous avons la consolation de Dieu, l'appui et le secours du sanctuaire ! 

Et nous n'agissons pas bien, si en nous nourrissant de cette vérité, nous ne sommes pas les témoins de ce qu'elle est pour nous ! Etre témoin, non pas lors de missions d'évangélisation, lors d'une distribution de tracts pour des rencontres spéciales, je crois à la distribution de prospectus mais je crois d'avantage que la vérité en nous doit se voir, doit se sentir, doit se lire, doit s'entendre, doit se comprendre. 

Lorsque quelqu'un de vos voisins, ou de votre famille vous voit, et que vous êtes dans la vérité, alors il doit se dire : mais comment fait-il pour être si heureux, pour être aussi beau, pour sentir aussi bon, alors que nous sommes en plein carnage au niveau de notre monde ? 

Comment se fait-il que son visage ne s'assombrit pas, alors qu'il est touché dans son corps, dans sa vie, dans sa famille ? Il a quelque chose que je veux ! Si nous ne sommes pas cette sorte de témoin, alors nous n'agissons pas bien ! 

Imaginez que les 4 lépreux annoncent cette vérité de délivrance avec des visages allongés, avec des mines patibulaires ! « Un peu comme un film au ralenti ! On voudraiiiiiiiiiiiit vous diiiiiiiiiiiiiire, une booonnnnnnne nouvelllllllllllllle ! Nous n'agissons pas bien, si nous ne sommes pas une odeur de vie, si nous ne sommes pas la lumière du monde, le sel de la terre ! Si nous ne permettons pas à la vérité qui nous habite de parler d'elle-même !

 

C)  Nous n'agissons pas bien, car la vérité nous affranchit :
Elle nous libère, elle nous sauve ! Cette vérité nous affranchit, et elle ne nous amène pas à vivre dans un carcan, et à mettre les gens dedans ! Malgré l'opposition, malgré la pression, la tension que la vie peut nous infliger, elle ne peut atteindre notre liberté d'aimer, d'obéir, de servir, de témoigner, d'être fidèle, d'annoncer, quoi qu'il en coûte, ce merveilleux message. 

Nous ne faisons pas bien, si cette liberté est amoindrie par les frictions, les différends, les malentendus, les incompréhensions, les divisions. Cette vérité nous affranchira de tous ces liens, si nous ne le gardons pas pour nous ! Si nous allons vers les autres. 

Il faut que cette prise de conscience nous dirige, nous mène dans la repentance, et dans l'action. Notre récit nous dit : Ils partirent, et firent ce rapport ! Ils partirent, et annoncèrent la bonne nouvelle. Ils partirent, et ne se posèrent pas de question sur la manière dont le message allait être reçu ! Ils partirent, et annoncèrent la bonne nouvelle, car la bonne nouvelle, ils la connaissaient, ils la vivaient, elles étaient en eux dans leur estomac, et cette bonne nouvelle les a affranchis de la crainte des autres, de la crainte du qu'en dira-t-on ! 

Prise de conscience et repentance signifient ne pas rester les deux pieds dans le même sabot, mais agir, agir vite, ou alors vous pensez que vous avez été choisi de préférence par rapport aux autres car vous étiez meilleur ! Non, mille fois non ! Si vous avez été choisi, c'est pour connaître la vérité, pour vivre la vérité, c'est pour que vous l'annonciez  et que la ville soit sauvée, que votre quartier soit sauvé, que votre village soit sauvé, ainsi que votre famille, vos collègues, vos patrons !

Nous ne faisons pas bien, lorsque nous n'y croyons pas ! Nous n'agissons pas bien, lorsque nous ne nous y investissons pas ! Nous n'agissons pas bien, et nous périssons car nous aurons des comptes à rendre. Il nous faut accepter cette prise de conscience, et nous repentir pour nous lever et voir le miracle de Dieu, la cité délivrée par la puissance de Dieu, les âmes guéries, délivrées par l'action du Saint-Esprit, avec la soumission des enfants de Dieu, qui ne sont plus des consommateurs mais des ambassadeurs, des distributeurs, des dispensateurs de la grâce de Dieu. 

Dieu vous appelle à laisser vos menus à la carte, à laisser tomber vos désirs, vos objectifs personnels, car le peuple se meurt ! Dieu prie : Qui enverrai-je, qui ira devant nous ? Qui parlera pour nous ? Allons-nous prendre ses provisions, et faire comme Jonas, partir à Ninive ? Allons-nous montrer notre mécontentement, lorsque nous allons voir les âmes se repentir, en pensant qu'elles méritaient le châtiment ? 

Lorsque le châtiment doit être appliqué, il est appliqué pour son Fils, Pour Jésus, et nous aurions dû être les premiers à le recevoir, mais nous avons reçu la grâce. La moisson est grande, les hommes sont affamés de justice, de pardon, de grâce, et nous sommes les détenteurs de la Foi ! 

Répandons cette bonne nouvelle, et avec Jésus conquérons le Pays, libérons-le, et contemplons la Gloire de Dieu, l'invasion du Royaume de Dieu qui fait reculer le Royaume des ténèbres ! Engageons- nous dans cette prise de conscience, repentons-nous, et allons, car nous verrons les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru, et le réveil éclatera comme nous ne l'avons jamais vu. 

Nous verrons les âmes tomber devant Dieu, nous verrons l'immoralité reculer par la puissance de la prière et l'intercession des  enfants de Dieu ! Il nous appelle, Christ nous appelle à de nouveaux combats ! Il est le capitaine de l'armée qui n'a jamais perdu aucune bataille ! Je veux faire partie de cette équipe gagnante ! Amen !

 

 

Please reload