Please reload

L'ORGUEIL

 

Le jour de la conversion est un jour merveilleux ! Le voile se lève, nos yeux s’ouvrent et enfin la lumière jaillit dans notre vie. Notre péché est révélé, et nous sommes si attristés en regardant notre passé. La repentance nous lave et nous emmène dans une vie meilleure et surtout dans un chemin de sanctification pas toujours facile mais tellement divin. Les années passent et nous commençons à comprendre des mystères, jusque là cachés. Le potier fait son œuvre en nous, nous façonne tel qu’il le souhaite et bien que parfois encore rebelles, nous avançons pas à pas dans ce sentier étroit en fixant notre regard vers le sommet de la montagne.

 

Mais le constat est implacable, plus nous avançons, plus notre nature pécheresse nous fait horreur et plus les péchés qui subsistent nous attristent. Ce que nous ne voyions pas auparavant, devient un géant dans notre vie. Cet orgueil que nous pensions avoir disparu est bel et bien présent dans notre quotidien et nous désespérons de nous en débarrasser au plus vite. Trop souvent encore, nous nous faisons piéger par l’orgueil, et combien malheureusement ne s’en aperçoivent même pas et sont aveuglés par le mensonge de l’ennemi. Rien de plus sournois que l’orgueil, rien de pire ! Il se glisse dans les pensées, dans les œuvres les plus charitables, dans les regards, dans les flatteries, dans les conseils, dans les offrandes et les jeûnes, dans la sagesse humaine, dans la timidité, dans l'extravagance et même dans la modestie  !

 

Le pire est de ne pas le voir, mais de se laisser endormir par son mensonge. "Viens me délivrer Seigneur ! Comme tu l’as fait à Paul « envoie-moi une écharde dans la chair, un ange de Satan pour me souffleter et m’empêcher de m’enorgueillir » (2 cor 12 :7). Si nous avons été choisis, c’est pour t’adorer, c’est pour que toute la gloire te revienne et pourtant si souvent nous te rendons la gloire en partie, mais en gardons une autre pour nous."

 

Nous sommes fiers d’avoir bien agi, n’hésitons pas à citer nos exploits ça et là, sautons sur l’occasion pour donner des conseils en y infiltrant une part de satisfaction personnelle. Combien de fois avons-nous pensé agir mieux que notre prochain, être plus proche de Dieu, mieux appliquer à sa parole et se réjouir intérieurement de notre « niveau spirituel ». Toutes les fois où nous avons pensé que le message du prédicateur était pour untel, alors que Dieu s’adressait à nous tout simplement. Ne vous est-il jamais arrivé d’attendre que l'on vous cite dans telle ou telle occasion afin de vous prendre en exemple ? Combien nous aimons parler de nous, de nos problèmes et oublions les autres. Combien à l’inverse nous ne parlons jamais de nous, par peur de dévoiler la moindre faille dans nos vies. Et pire encore, il nous arrive même de penser secrètement que nous sommes « humbles » ! Rien que cette seule pensée trahit un orgueil plus magistral encore que nous ne pourrions l'imaginer. Nous savons tous que Satan est tombé par orgueil et même si le sang de Jésus est sur nous à présent, travaillons avec crainte à notre sanctification. L’ennemi de nos âmes cherchera sans cesse à nous reprendre avec lui en nous flattant et en nous séduisant, toujours à l’aide de cet orgueil caché qui est au fond de nous. Notre remède est en Jésus, dans la confiance que nous lui accordons et bien plus encore dans l’abandon de notre vie toute entière entre ses mains. Sachons reconnaitre sa main quand il veut nous humilier, tout simplement parce que nous en avons besoin.

 

Oui, nous avons besoin de nous humilier devant Dieu parce que nous ne sommes rien ! Nous avons été choisis par grâce et non pas parce que nous sommes meilleurs que les autres. Encore aujourd’hui, quelle que soit notre consécration, nous ne sommes rien sans Jésus Christ !

 

Quels que soient notre niveau spirituel, notre intelligence, notre compréhension des mystères de Dieu, quelle que soit même notre proximité avec le Père, prenons garde de ne pas tomber dans les maillons de l’orgueil. Notre vieille nature  subsistera tant que nous ne nous humilierons pas. Avouons notre orgueil, reconnaissons qu’il est encore trop présent dans notre vie et que nous avons besoin de diminuer encore et encore afin que Jésus prenne toute la place en nous. L’Amour et le pardon de Dieu nous ont graciés, remercions le Seigneur de ce qu’il nous a choisis et prions le de rester dans son chemin jusqu’au bout. Tant de sentiers séduisent et nous font croire que nous sommes sur le bon chemin, mais ils nous conduisent dans une fausse humilité. N’oublions jamais que c’est à un cœur contrit et brisé que Dieu prend plaisir ! Regardons toujours l’autre comme supérieur à nous mêmes et aimons sans jugement dans le seul et unique but, de glorifier notre Seigneur ! Lui seul est juge et lui seul nous évaluera à sa juste mesure. Ce qui doit nous conduire, c’est l’adoration que nous avons pour Dieu. Demandons-lui sans cesse de nous remplir de Son Fruit afin que l’humilité s’imprime dans notre cœur et transforme notre regard sur les autres. N’apportons pas un sacrifice qui nous arrange, comme Caien, Nadab et Abihu l’ont fait. C’est l’orgueil qui les animait et Dieu les a rejetés. Ne lui apporte rien qui ne te coûte et qui parait « juste et beau » à tes yeux.


« Seigneur, je reconnais ma misère, je me repens devant ton trône de grâce et te réclame l’humilité sur ma vie ! Ton humilité et non celle que je me suis créée. Merci de me façonner jour après jour et même parfois de m’humilier, car je reconnais que j’en ai besoin. Montre-moi l’orgueil qui est encore dissimulé dans ma vie, celui que je ne veux pas voir, celui qui m’éloigne de toi et qui m’empêche de grandir. Fais-moi grâce, mon Dieu et remplis-moi de toi. Amen ! » 

 

L. Gilman

 

 

 

Please reload