LA HAINE DU PÉCHÉ


QUESTION :

Votre haine du péché est-elle tempérée de miséricorde ?







SAÜL, UN HOMME QUI HAÏSSAIT LE PÉCHÉ :


Je voudrais vous parler d'un serviteur oint de Dieu qui haïssait le péché plus que quiconque. Sa haine pour le mal était si passionnée, si intense. Il était prêt à tuer tout transgresseur. Je parle de Saül, le premier roi d'Israël ! Personne dans l'Ancien Testament n'exprimait de plus grande haine pour le péché que Saül.

Les Philistins envahirent Israël. Peut-être pour tester les résolutions du roi nouvellement instauré. Ils attaquèrent Israël sur trois flancs en même temps.

Un sentiment de lâcheté s'étendit parmi les soldats d'Israël et ils commencèrent à s'enfuir dans les cavernes, derrière les rochers pour se cacher de l'ennemi. Saül n'avait plus que six cents combattants avec lui. Les troupes ennemies étaient beaucoup plus puissantes et de plus les combattants d'Israël étaient très mal armés.


1 Samuel 13 : 22 Il arriva qu'au jour du combat il ne se trouvait ni épée ni lance entre les mains de tout le peuple qui était avec Saül et Jonathan; il ne s'en trouvait qu'auprès de Saül et de Jonathan, son fils.


Saül et son armée hétéroclite étaient assis sous quelques arbres, se demandant quoi faire.

Mais, entre-temps, Jonathan et son porteur d'armes s'éloignèrent du camp pour préparer leur propre stratégie. Ce jeune fils de Saül était un homme de Dieu, plein de foi. Il dit à son aide :


1 Samuel 14 : 16 Les sentinelles de Saül, qui étaient à Guibea de Benjamin, virent que la multitude se dispersait et allait de côté et d'autre.


Les deux hommes se faufilèrent jusqu'à un endroit près de Mishmash où ils virent un groupe de soldats Philistins sur une colline escarpée au-dessus d'eux. Jonathan se leva, s'exposant aux soldats ennemis et ceux-ci le défièrent de s'approcher. Tant bien que mal, Jonathan et son premier porteur d'armes réussirent à grimper jusqu'en haut des rochers et surprirent les soldats ennemis qui ne croyaient pas cela possible. Presque instantanément, les deux hommes abattirent vingt Philistins.

Quand la bataille fut terminée, le reste des soldats Philistins fut pris de panique et s'enfuit. Le seul passage possible pour leur fuite était fort étroit et les soldats se trouvèrent bloqués entre les rochers. La Parole dit qu'ils tremblèrent et qu'ils commencèrent même à se battre entre-eux :


1 Samuel 14 : 15-16 L'effroi se répandit au camp, dans la contrée et parmi tout le peuple; le poste et ceux qui ravageaient furent également saisis de peur; le pays fut dans l'épouvante. C'était comme une terreur de Dieu. Les sentinelles de Saül, qui étaient à Guibea de Benjamin, virent que la multitude se dispersait et allait de côté et d'autre.


L'un des gardes de Saül entendit le bruit. Regardant vers le bas, dans la vallée, il vit les deux hommes qui firent s'enfuir les Philistins. Il appela Saül qui vint regarder la scène. Saül ne pouvait reconnaître son fils et voulut savoir qui étaient les deux soldats. Alors il ordonna à ses officiers de compter les hommes. « Vérifiez qui manque à l'appel. » Le compte fut fait et un soldat vint dire à Saül que Jonathan et son porteur d'armes manquaient. A cette annonce, Saül et toute son armée se joignirent au combat. Ils arrivèrent à chasser tous les Philistins. Néanmoins, Saül donna un ordre sans réfléchir. Il dit à ses soldats :


1 Samuel 14 : 24 La journée fut fatigante pour les hommes d'Israël. Saül avait fait jurer le peuple, en disant : Maudit soit l'homme qui prendra de la nourriture avant le soir, avant que je me sois vengé de mes ennemis ! Et personne n'avait pris de nourriture.


Il avait commandé que personne ne s'arrête pour manger avant la fin du combat ! C'était un ordre stupide. Naturellement, Jonathan et son porteur d'armes ne l'avaient pas entendu. Et tandis qu'ils combattaient dans un endroit boisé, Jonathan arriva près de quelques arbres où il y avait une coulée de miel. Il pointa son bâton dans ce miel et en goûta. Immédiatement sa vue s'éclaircit et ses forces revinrent pour le combat.

Cette nuit, après le combat, les soldats d'Israël prirent les animaux de l'ennemi et les abattirent à même le sol pour en manger. Ils ne laissèrent pas drainer le sang et mangèrent de la viande contenant encore du sang. Ces deux actions étaient tout à fait contraires à la loi. Quelqu'un vint rapporter l'affaire à Saül qui était horrifié. Il savait que la loi commandait de tuer les animaux sur une pierre et d'en drainer tout le sang avant d'en manger. Soudainement, il fut rempli de colère et d'indignation. Il donne l'ordre à tous de s'assembler autour de lui et il rugit :

1 Samuel 14 : 33 On le rapporta à Saül, et l'on dit : Voici, le peuple Pèche contre l'Eternel, en mangeant avec le sang. Saül dit : Vous commettez une infidélité; roulez à l'instant vers moi une grande pierre.

Saül disait : « Dieu est offensé ! Vous l'avez attristé ! Vos transgressions sont de flagrants péchés ; Vite, il n'y a pas de temps à perdre ! Amenez-moi votre bétail qui sera tué sur la pierre. Laissez le sang s'en écouler et ne mangez pas de viande contenant du sang. Faites-le selon la loi ! »


Je peux imaginer la scène. Saül est là près de la pierre servant d'autel et les soldats s'avancent, gênés, tels des agneaux. Saül balance la tête et dit à ses capitaines : « Comment ont-ils pu faire cela ? Sont-ils vraiment stupides ? Je ne peux permettre à la colère de Dieu de s'abattre sur cette nation ! La situation doit être rectifiée. Il était outragé. » Cette nuit là, les soldats étaient fatigués, traumatisés par le combat et les événements, mais comme ils n'avaient pas encore liquidé tous les Philistins, Saül ordonna qu'ils poursuivent l'ennemi toute la nuit. Il dit : « Nous ne dormirons pas cette nuit. Nous allons nous battre jusqu'à ce que je sois vengé ! » Le grand prêtre, néanmoins lui suggéra : « Consultons d'abord le Seigneur » La Bible dit :


1 Samuel 14 : 37 Et Saül consulta Dieu : Descendrai-je après les Philistins ? Les livreras-tu entre les mains d'Israël ? Mais en ce moment il ne lui donna point de réponse.


Une fois de plus, la haine de Saül pour le péché était intense. Il était fou furieux. « Dieu ne parle pas car Il est en colère contre nous ! Quelqu'un a péché et je vais découvrir de qui il s'agit. Je ne permettrai pas le péché parmi le peuple de Dieu. Alignez-vous, le peuple d'Israël d'un côté et mon fils et moi de l'autre. » La Parole dit qu'ils tirèrent au sort et que le sort tombe sur Saül et Jonathan.


1 Samuel 14 : 41 Saül dit à l'Eternel : Dieu d'Israël ! fais connaître la vérité. Jonathan et Saül furent désignés, et le peuple fut libéré.


1 Samuel 14 : 43 Saül dit à Jonathan : Déclare-moi ce que tu as fait. Jonathan le lui déclara, et dit : J'ai goûté un peu de miel, avec le bout du bâton que j'avais à la main : me voici, je mourrai.


Qu'as-tu fait, Jonathan ? Quel péché as-tu commis ? Il faut savoir que Saül avait dit à son peuple : « Que Dieu m'aide, même si le coupable est mon propre fils, il mourra ! » Quelle rage contre le péché !

Jonathan regarda son père d'un regard incrédule et demande «tu veux dire que tu vas me tuer parce que j'ai mangé un peu de miel ? » Mais Saül reste imperturbable et garda ses positions de haine contre le péché et cria :


1 Samuel 14 : 44 Et Saül dit : Que Dieu me traite dans toute sa rigueur, si tu ne meurs pas, Jonathan !


...et il commanda à ses officiers de prendre Jonathan et de l'exécuter.

Heureusement, les soldats s'avancèrent et vinrent à son secours !


SAÜL N'HAÏSSAIT QUE LES PÉCHÉS DES AUTRES ET NON LES SIENS :

Frères et sœurs bien-aimés, voici l'image d'un serviteur de Dieu expriman