Rechercher

C'EST DIEU QUI JUSTIFIE


C'est Dieu qui justifie. Qui accusera les élus de Dieu?


Romains 8 : 33 Qui accusera les élus de Dieu ? C'est Dieu qui justifie !



C'est un fait vraiment merveilleux que d'être justifié, rendu juste. Si nous n'avions pas violé les lois divines, nous aurions été justes par nature, et nous n'aurions jamais eu besoin de justification. Celui qui, toute sa vie, a fait tout son devoir et n'a jamais rien fait que son devoir, est justifié par la loi morale.

Mais vous, mon cher lecteur, vous n'êtes pas dans ce cas, j'en suis parfaitement sûr. Vous avez trop de loyauté pour prétendre que vous êtes sans péché, aussi avez-vous besoin d'être justifié.

Si donc vous vous justifiez vous-même, vous n'arriverez qu'à vous séduire vous-même. Ne l'essayez pas, cela n'en vaut pas la peine.

Si vous demandez à vos semblables de vous justifier, que pourront-ils faire ? Moyennant cinq sous, plusieurs d'entre eux vous loueront; pour bien moins, d'autres vous calomnieront. A quel prix donc doit-on estimer la valeur de leur jugement ?

Mais notre texte dit : « C'est Dieu qui justifie », et c'est là le point capital. N'est-ce pas là un fait remarquable et digne de toute notre attention ? Venez, et voyez.

En tout premier lieu, personne, si ce n'est Dieu Lui-même, n'aurait eu la pensée de justifier des coupables.

Ils se sont révoltés manifestement; de leurs deux mains ils ont fait le mal; ils ont progressé dans la méchanceté; après avoir subi les amères conséquences du péché, et avoir été contraints de le délaisser, ils y sont retournés encore. Ils ont violé la loi, et foulé aux pieds l'Évangile de grâce. Ils ont méprisé les proclamations de la miséricorde divine, et ils ont persévéré dans leur impiété.

Comment peuvent-ils donc être pardonnés et justifiés ? Leurs compagnons de péché, désespérant d'eux, disent : « Ce sont des hommes pour lesquels le retour au bien est impossible. » Même les chrétiens les regardent avec tristesse bien plus qu'avec espoir.

Mais tel n'est pas leur Dieu ! Dans la splendeur de sa grâce prévenante, Il ne se donnera pas de repos, jusqu'à ce qu'il les ait justifiés, et les ait rendus dignes d'être acceptés en Jésus-Christ, son bien-aimé.

Personne, si ce n'est Dieu, n'aurait pu avoir la pensée de me justifier. - Je suis un sujet d'étonnement pour moi-même, et j'ai la certitude que l'oeuvre de la grâce doit être également manifeste pour d'autres. Voyez Saul de Tarse, qui écumait de rage contre les serviteurs de Dieu. Tel qu'un loup dévorant, il s'acharnait contre les brebis et les agneaux sans trêve ni merci, et pourtant Dieu le terrassa sur le chemin de Damas, changea son coeur, le justifia si pleinement que, depuis lors, cet homme devint le plus grand prédicateur de la justification par la foi que le monde ait jamais vu.

Souvent, il a dû s'étonner qu'il ait pu être justifié par la foi en Jésus-Christ, lui qui avait été un partisan convaincu du salut par les oeuvres de la foi. Qui donc aurait pu avoir la pensée de justifier un homme tel que Saul le persécuteur, sinon Dieu lui-même ? Glorieuse est la grâce du Seigneur!

Mais, quand même quelqu'un aurait eu la pensée de justifier l'impie, Dieu seul aurait pu le faire. C'est une impossibilité, pour quelqu'un, de pardonner des offenses qui ne le concernent pas.

Voilà une personne qui a eu des torts graves à votre égard; vous pouvez lui pardonner, et j'espère que vous voulez le faire, mais nul autre que vous ne le peut. Vous êtes l'offensé, de vous doit provenir le pardon. Si nous avons péché contre Dieu, il est possible à Dieu de pardonner, car la transgression a été commise contre Lui. C'est ce qui fait dire à David dans le psaume 51 :

« J'ai péché contre toi, contre toi seul, et j'ai fait ce qui est mal à tes yeux. » Dieu étant l'offensé, Il a aussi le pouvoir de pardonner l'offense.

Allons donc à Lui, et demandons-lui grâce. Ne nous laissons pas égarer par les prêtres, qui voudraient que nous nous confessions auprès d'eux. Ils n'ont aucune garantie dans la Parole de Dieu pour étayer leurs prétentions. Mais lors même qu'ils auraient été choisis et consacrés pour absoudre de la part de Dieu, ne vaut-il pas mieux aller nous-mêmes au Tout-Puissant par Jésus-Christ le Médiateur, pour chercher et trouver le pardon auprès de Lui, puisque nous sommes sûrs que telle est la vraie marche à suivre ? Il y a trop de risques dans une religion par procuration.