Please reload

MATTHIEU 12

 

 

Verset 1 à 8

Les pharisiens sont très attachés à la loi, au point de la respecter sans même en comprendre le sens, ni même la motivation qui doit l’accompagner. 

Notre priorité doit être Dieu et non les traditions. Ce passage me rappelle ce que moi-même j’ai vécu lorsque j’ai quitté Daniel pendant un temps. Certains comprenaient bien ma situation et d’autres m’ont jugé. Ce que je faisais sortait des règles de la bonne conduite chrétienne, alors forcément, cela a entrainé des murmures et des jugements, mais le Seigneur m’avait parlé par Osée à qui il a demandé d’épouser une prostituée. C’était quelque chose de totalement impur et pourtant c’est ce que Dieu lui demander de faire parce qu’il voulait accomplir son plan à travers cela. Nous ne devons pas nous servir de ce passage pour faire n’importe quoi, mais il peut pourtant arriver que l'on enfreigne les règles et que Dieu soit à l’œuvre. Quitter son mari était contraire à la parole et pourtant c’était le plan de Dieu, car c’est ce qui a permis à Daniel de prendre un vrai départ dans la vie chrétienne.

 

Verset 9 à 14

Le jour du sabbat est vraiment un jour où l’on ne doit rien faire, les juifs sont très scrupuleux à ce sujet, mais ne rien faire, ne veut pas dire laisser mourir ton frère ou ne pas lui faire du bien. Les juifs religieux sont attachés à leur loi plus qu’à tout ! Nous devons faire attention, nous aussi, car le culte ou les réunions peuvent parfois prendre la place sur le reste au détriment du bien que l’on pourrait faire, mais que nous ne faisons pas parce que nous sommes si attachés à nos règles de vie. 

Jésus bouscule les religieux au point qu’ils veulent le faire mourir. La religiosité est notre pire ennemi et nous devons prendre garde de ne pas nous laisser piéger par elle. Ils pensaient être dans les règles, comme nous, parfois, nous pourrions penser l’être aussi, mais la priorité des priorités doit être l’amour et si nous n’y prenons pas garde, nous risquons de devenir des religieux également.

 

Verset 15 à 21

Ils ont beau comploter entre eux, Jésus sait ce qu’ils pensent et se retire pour continuer ce qu’il a à faire.  Jésus ne discute pas inutilement, il a une mission, il l’accomplit sans se préoccuper des religieux. Il ne cherche pas à prouver par a+b, il se retire de là et continue sa route. Lorsque nous sentons l’opposition, retirons nous aussi  et continuons notre route.

Les foules continuent de le suivre et tous les malades sont guéris. Pas un n’est laissé sur le côté ! Que ce soient des malades physiques ou des démoniaques, tous sont guéris (mc 3 :7-12), mais une fois de plus Jésus leur demande de ne pas le faire savoir ! C’est incroyable car nous savons que faire taire une foule, c’est impossible ! déjà les chapitres précédents nous on montrait qu’un seul homme ne savait pas tenir sa langue, alors une foule entière ! Pourquoi Jésus demande t-il cela alors qu’il sait que les gens parleront ? Parce que même si certains vont parler, d’autres se tairont et ainsi cela restera beaucoup plus discret. N’oublions pas que toutes les prophéties doivent s’accomplir et qu’Esaïe a annoncé que le serviteur de l’Eternel ne ferait pas entendre sa voix dans les rues. Jésus fait des miracles mais ne veut pas qu’il y ait un soulèvement dans la population. 

 

Verset 22 à 26

Au lieu de voir les miracles, les pharisiens ne voient en Jésus qu’un imposteur et contrairement à la foule qui le prend pour le « Fils de David », eux le prennent pour un fils du diable. 

Il est évident que le diable a aussi des pouvoirs et que les miracles ne sont pas forcément signe que cela vient de Dieu. On le voit avec Simon le magicien Actes 8:10  "et tous s’attachaient à lui, du plus petit jusqu’au plus grand. Cet homme, disait-on, est la Puissance de Dieu, celle qu’on appelle la Grande. »

Voir des miracles n’est forcément un signe que cela vient de Dieu et ils ont raison en ce sens, mais ce n’est pas aux miracles que nous devons regarder mais à celui qui les fait. Quels sont ses fruits ? La délivrance est une sorte de miracle, mais elle a la particularité de chasser un esprit mauvais. Chasser veut dire expulser et cela se fait avec autorité, c’est un synonyme de « guerre » entre celui qui chasse et celui qui est chassé. On chasse quelqu’un que l’on n’aime pas, que l’on ne désire plus. Si Jésus chassait des anges ou des gens qui l’aiment, on ne comprendrait pas, et s’il était « fils du diable » comme le prétendent les pharisiens, comment pourrait-il chasser ses frères ou ses collègues de travail ? C’est un principe qui ne peut tenir debout car à force le camp serait totalement divisé et ce serait la guerre entre eux. « Comment donc son royaume subsistera t-il ? » (26)

 

Verset 27 à 30

2 vérités sont données :

  • Le Royaume de Dieu est venu au travers de Jésus

  • Avant de pouvoir délivrer pleinement quelqu’un, il faut d’abord lier celui qui l’enchaine, c'est-à-dire l’esprit dominant. Ensuite, le reste suivra.

Dès lors que nous avons des points divergents avec le Seigneur, nous sommes alors contre lui. Dans une même famille, si on veut être puissant et fort, il faut l’unité. Sans unité, il est impossible de vaincre quoi que ce soit. C’est la raison pour laquelle nous avons si peu de puissance dans l’église !

C’est pourquoi Jésus dit ici une parole très forte Matthieu 12:30  Celui qui n’est pas avec moi est contre moi, et celui qui n’assemble pas avec moi disperse.

"Celui qui n’est pas", c’est celui qui ne suit pas Jésus, celui qui n'abandonne pas tout pour lui. Quelqu’un de mitigé ne suit pas Jésus, car tantôt il est à droite, tantôt il est à gauche. Suivre Jésus, c’est avant tout, renoncer à soi même et porter sa croix. Donc, celui qui renonce à lui-même et qui porte sa croix est avec Jésus.

Celui qui n’assemble pas, c’est celui qui laisse faire les divisions, qui ne réunit pas. Les religieux, les tièdes, ceux qui vivent dans le compromis ne rassemblent pas les enfants de Dieu, au contraire ils les divisent. S’assembler à Jésus, c’est vivre l’unité avec ses frères et sœurs partout dans le monde. Nous sommes une famille et nous ne devrions jamais nous diviser ! Même si nous avons quelques points de vue différents, notre Père est le même et nous sommes unis par le même sang, celui de Jésus. 

 

Verset 31 à 32

Ici Jésus va parler du péché impardonnable, ce mystère dont si peu arrive vraiment à expliquer. Quel est donc ce péché qui ne sera jamais pardonné ? 

Il faut toujours regarder un verset dans son contexte et là, les pharisiens pensaient que Jésus chassait les démons par Bèelzébul et de plus Marc précise dans son évangile « Jésus parla de cette manière parce qu’ils disaient : « il a un esprit impur ».

Jésus précise que c’est blasphémer contre le Saint Esprit et non contre lui.

Un blasphème c’est une calomnie, une injure, une insulte, un outrage. Hors le faire contre Jésus et Dieu est pardonnable, mais pas contre l’Esprit. Ce verset a mis bien des chrétiens dans la culpabilité car on a du mal à savoir réellement ce que cela signifie.

Moi, je dirais que plus loin l’auteur des Hébreux va dire : Hébreux 6:4--6  Car il est impossible que ceux qui ont été une fois éclairés, qui ont goûté le don céleste, qui ont eu part au Saint-Esprit, qui ont goûté la bonne parole de Dieu et les puissances du siècle à venir, et qui sont tombés, soient encore renouvelés et amenés à la repentance, puisqu’ils crucifient pour leur part le Fils de Dieu et l’exposent à l’ignominie.

On voit ici le cas de personnes qui ne sont plus pardonnables en quelque sorte, car ils sont allés trop loin. 

D’après Jean (1 Jn 5 :16), il n’y aurait d’ailleurs qu’un seul péché qui ne serait pas pardonnable.  Donc nous pouvons en conclure, que le péché qui mène à la mort, concernent déjà ceux qui connaissent les choses de Dieu (les pharisiens et ceux qui ont reçu le Saint Esprit avec sa puissance (en grec, reçu = associé, partenaire ). Mais ces personnes un jour se détournent, dévient du droit chemin et vont attribuer au Saint Esprit des choses qui ne sont pas de lui et lui enlever des choses qui viennent de lui. 

 

Verset 33 

D’ailleurs Jésus va compléter en parlant de l’arbre et de ses fruits. Il ya ceux qui abandonnent la route pour un temps mais qui un jour reviennent et là, leur conversion démarre réellement, mais il y a ceux qui dévient et se détournent volontairement de tout ce qu’on leur a enseigné. 

Je connais une personne qui a connu et qui a vu des choses magnifiques, elle a expérimenté, mais elle a ouvert son cœur à des faux docteurs et les a suivis, elle a fait un mélange de ce qu’elle avait connu avec des doctrines de démons. Comment pourrait-elle revenir ? Puisque comme dit la parole, sa nouvelle repentance crucifierait à nouveau le Seigneur !

Les fruits ne sont pas mauvais en apparence parce que le diable singe les fruits de Dieu. Ils sont superficiels et n’ont rien de divins ! Ce sont des fruits charnels « la zen attitude ! » ce ne sont pas des fruits qui découlent de la parole de Dieu.

 

Verset 34 à 37

Même si nous pouvons jouer un jeu pendant un temps et avoir un beau langage, tôt ou tard, il y aura toujours des paroles qui révèleront ce que nous sommes à l’intérieur. « La bouche exprime ce dont le cœur est plein ». Il suffit de mettre la personne dans une épreuve et très vite, le cœur va s’exprimer tel qu’il est réellement. 

Jésus nous parle de l’hypocrisie, mais même si aujourd’hui beaucoup se laissent piéger à cause d’elle, le jugement tombera sévèrement sur ceux qui l’ont pratiquée. ON ne trompe pas Dieu ! 

 

Verset 38 à 39

Nous sommes en plein, dans les paroles dures de Jésus 

Il vient de les traiter de « races de vipères » et maintenant, il les accuse d’être une génération perverse et adultère ! 

« race de vipères » veut dire « ce qui provient, ce qui est engendré..de ce qui est malin et rusé », car le serpent était l’animal le plus rusé d’une part, et il est la représentation même de Satan. Etre comparé à un serpent est très insultant !

Et maintenant, il les traite de pervers et d’adultère, il fait très fort !

Comment honnêtement aurions nous réagis face à de tel propos ? N’aurions nous pas dit « il manque d’amour, il aurait pu dire les choses autrement ! »

Les pharisiens vont vouloir s’en débarrasser, mais avant de les accuser, n’aurions nous pas eu de la haine dans notre cœur si Jésus nous avait parlé de la sorte ? Nous  ne devons pas nous servir de cela pour reprendre les gens n’importe comment, mais nous ne devrions pas non plus, toujours nous taire. L’hypocrisie est en horreur au Seigneur et je loue le Seigneur de ce qu’il condamne cela ! 

 

Verset 40 à 42

L’histoire de Jonas est l’exemple type d’une génération qui peut se repentir et être sauvé alors qu’elle semblait perdue. La repentance est la clé pour recevoir le salut.

Les pharisiens voient des miracles et considèrent que cela vient de Satan, alors ils demandent autre chose pour être convaincus, mais Jésus n’est pas là pour surenchérir et leur prouver quoi que ce soit. Il leur rappelle l’histoire de Jonas, car cet exemple est suffisamment parlant. 

Très souvent, nous aussi, nous voudrions voir plus de choses, sous prétexte de faire grandir notre foi, mais le Seigneur a dit : « heureux celui qui croit sans avoir vu ». Thomas voulait voir, et nous aussi, souvent nous demandons des choses visibles. 

Jésus parle à des hommes religieux, à des hommes qui se croient « sages » et pourtant, ils risquent d’être fortement déçus ! Matthieu 21:31 Lequel des deux a fait la volonté du père ? Ils répondirent : Le premier. Et Jésus leur dit : En vérité je vous le dis, les péagers et les prostituées vous devanceront dans le royaume de Dieu.

Il a parlé de jugement moins fort pour Sodome que pour Tyr et Sydon, et maintenant il parle de Ninive, une ville remplie de péchés, qui les jugera. En leur disant cela, il s’oppose clairement à eux et il signe son arrêt de mort !

 

Verset 43 à 45

Depuis Ninive qui s’est repentie, les générations suivantes auraient du suivre le même chemin en continuant à vivre pieusement. Mais il n’en a pas été ainsi. Il y a eu repentance de ces habitants, le naturel est revenu au galop encore fort avec les générations suivantes. La maison n’a pas été remplie, c'est-à-dire qu’ils n’ont pas employé les mesures qu’il fallait pour que ça dure dans  le temps. 

Si un homme se repend, c’est bien, mais s’il en reste là, il est mal ! Le diable ne cesse de vouloir reprendre à lui ceux qui l’ont quitté. Si nous ne remplissons pas notre vie de nourriture spirituelle, c'est-à-dire de la parole et des temps d’intimité avec Dieu, nous risquons de redevenir pire qu’avant ! 

il y a plusieurs cas de figures :

  • Les gens qui repartent dans le monde

  • Les religieux

  • Les sectaires

  • Les légalistes

L’ennemi tentera de reprendre sa place, c’est pourquoi, la maison ne doit jamais rester vide ! C’est le Seigneur qui doit y demeurer et pour cela, il lui faut la communion avec Dieu, c’est impératif !

 

Verset 46 à 50

La famille de Jésus, ce n’est pas celle de chair, mais celle de l’Esprit. Et il devrait en être de même pour nous. Mais nos véritables frères et sœurs ne sont pas forcément les croyants qui nous entourent et que nous aimons bien, ce sont réellement ceux qui font la volonté du Père ! Seuls ceux qui font la volonté de Dieu sont des enfants de Dieu, et Jésus nous le rappelle bien dans ce passage. 

Cela dit, il y a un commandement qui concerne la famille que Dieu nous a donné à la naissance, et il n’est pas à mettre de côté, car comme la dit Jésus, si quelqu’un viole un seul commandement, il a violé toute la loi !

La famille de Jésus : Marie et Joseph, ses parents, puis Jacques, Joses, Jude et Simon et il avait également des sœurs. (Mc 6 :3) A cette époque aucun n’est converti, ensuite nous savons que Marie se convertira et que Jacques et Jude le serviront et ils écriront chacun un épitre dans la Bible. 

 

 

 

 

 

Please reload