Please reload

MATTHIEU 13

 

 

Verset 1 à 23

Jésus va parler à la foule en paraboles, et cela dans le but d’apporter un message codé en quelque sorte, c’est à dire un message que tous ne pourront pas comprendre.

Pour comprendre les paraboles, il faut le Saint-esprit, qui lui seul révèle aux coeurs ce que cela signifie. Sans le Saint-Esprit, c’est l’intelligence humaine qui interprétera à sa manière, et le coeur ne sera pas touché. C’est volontaire de la part de Dieu, car ils ne veut pas s’adresser aux sages, ni aux intelligents, mais seulement à ceux qu’ils considèrent comme ses enfants. Matt 11:25 En ce temps–là, Jésus prit la parole, et dit : Je te loue, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et de ce que tu les as révélées aux enfants. 

 

La parabole du semeur 

Le semeur, c’est celui qui annonce et la semence, c’est l’évangile.

Chaque fois que nous annonçons l’évangile autour de nous, cette semence tombe dans des terres différentes, c’est pourquoi les résultats varient en fonction des terrains. Jésus nous indique à travers cette parabole qu’il y a véritablement 4 terrains différents et c’est ce que nous rencontrerons tout au long de notre pèlerinage sur la terre.

 

Jésus donne l’explication exacte à ces disciples en privé. Un seul ne comprend pas la parole, c’est celui qui reçoit l’évangile le long du chemin. Tout comme Jésus l’a dit plus haut, c’est un peuple insensible qui a endurci ses oreilles et fermé les yeux v15 Car le cœur de ce peuple est devenu insensible ; Ils ont endurci leurs oreilles, et ils ont fermé leurs yeux, De peur qu’ils ne voient de leurs yeux, qu’ils n’entendent de leurs oreilles, Qu’ils ne comprennent de leur cœur, Qu’ils ne se convertissent, et que je ne les guérisse. 

Les 3 autres groupes reçoivent la parole, mais 1 seul la comprend réellement, les 2 autres ne l’acceptent que pour un temps. Combien de chrétiens ne veulent pas entendre parler de souffrance, c’est la grâce de Dieu qui les attire, le reste ils n’en veulent pas. Ils n’ont pas compris le sens réel de la croix. Pour d’autres, c’est le monde qu’ils ne veulent pas abandonner. Ils aiment Jésus mais aime tout autant le monde et ses attraits. Ils ne savent pas se départager et n’arrivent donc jamais à pleinement suivre Christ.

Beaucoup ont entendu la parole, par un moyen ou par un autre, mais en définitif, très peu suivent Jésus jusqu’au bout. Matt 22:14 Car il y a beaucoup d’appelés, mais peu d’élus. Commencer à suivre Christ c’est bien, mais le plus important, c’est d’aller jusqu’au bout, car seuls ceux qui persévéreront jusqu’au bout seront sauvés. 

 

A présent Jésus va donner toute une série de paraboles expliquant ce qu’est le Royaume des cieux. Seul Matthieu en parle car il est le seul évangile destiné pour les juifs. Il parle de Royaume « des cieux » et non « de Dieu », comme le fait Marc, parce qu’il sait que les juifs ne prononcent pas le nom de Dieu, c’est un blasphème. Pour parler à un juif de Dieu, il faut employer un autre nom. En formulant « des cieux », ils comprennent que c’est de Dieu que Matthieu veut parler.

 

Verset 24 à 30 et 36 à 43

La parabole de la mauvaise herbe

Jésus sème l’évangile dans le monde, mais le diable vient derrière pour semer de la mauvaise graine.

Cette parabole vient compléter la 1ère, car nous voyons que 2 groupes parmi les 4, n’ont pas suivi jusqu’au bout pour diverses raisons, et nous savons que le diable n’est pas étranger à cela. Jésus nous fait la grâce de se présenter à nous et de nous sauver si nous croyons jusqu’au bout, mais notre part est primordiale. Le dessein du diable est d’empêcher l’expansion du Royaume de Dieu, c’est pourquoi, il tente, partout où il peut, de semer le mensonge afin que la bonne semence soit étouffée et ne porte jamais de fruits. Ses tactiques restent inchangées, il s’en est servi avec Eve en lui disant : « Dieu a t-il réellement dit ? ». La même chose se passe depuis ce temps et des millions de gens l’écoutent et se laissent prendre au piège. Certains diront : « Je t’avais accepté comme sauveur et Seigneur », mais Jésus leur dira lorsqu’ils se présenteront devant lui : « Je ne vous connais pas, vous qui commettez le mal ». D’autres diront : « J’ai prophétisé en ton nom, j’ai fais des miracles en ton nom, etc… » et Jésus aura la même réponse pour eux également. Jésus vient chercher une bonne récolte et ce n’est qu’à la fin qu’il fera le tri entre la bonne et la mauvaise. Le plan de Dieu n’est pas de faire le tri au fur et à mesure. Jusqu’à la fin, nous serons mélangés et c’est pourquoi nous devons rester très vigilants, car nous devons croitre et donner un bon fruit afin que nous fassions partie de la bonne récolte.

 

Verset 31 à 32

La parabole de la graine de moutarde

Le Royaume des cieux est insignifiant à la base, puisque Jésus le compare à un grain de moutarde, mais il va devenir très grand, bien plus grand que tout le reste et tous les chrétiens y demeureront.

 

Verset 33 

La parabole du levain

Le Royaume des cieux est comparé à 3 mesures de levain. D’habitude le levain est cité pour parler du péché, mais cette fois, il est signe de croissance. Il est vrai que si nous regardons le début du Royaume, ils n’étaient que 12, puis les disciples se sont multipliés au fur et à mesure des années. Aujourd’hui, combien sommes nous ? Énormément ! La pâte a levée comme le Seigneur l’avait annoncé.

 

Verset 44

La parabole du trésor caché

Ce verset est magnifique et tellement réel pour tous ceux qui ont vraiment pris conscience qu’ils avaient reçu la plus grande des richesses. En Jésus, nous avons tout et rien au monde n’est plus précieux que lui, rien ! Pour lui, ne donnerions-nous pas tout ? 

 

Verset 45 à 46

La parabole du marchand de perles

Le royaume est comparable aussi à une perle, mais elle est tellement magnifique, que celui qui la trouve vend tout ce qu’il a pour l’obtenir. 

L’évangile est magnifique, Jésus est ce qu’il y a de plus précieux au monde et lorsque nous le trouvons, comme les disciples, nous voulons tout laisser et le suivre, parce qu’il est le Roi des roi, il est le plus grand des trésors !

 

Verst 47 à 50

La parabole du filet

Cette parabole rejoint la parabole de la mauvaise herbe. On s’aperçoit que Jésus donne des images 2 par 2.

  • La mauvaise graine avec le filet parlent du tri qui se fera à la fin des temps,

  • la graine de moutarde avec le levain parlent de la croissance du royaume, et

  • le trésor avec la perle parlent du trésor incommensurable qu’est le royaume.

Le trésor est petit, il est vrai, mais d’une valeur inestimable, puis il va devenir de plus en plus grand avec le temps et beaucoup le voudront, mais une sélection stricte sera faite à la fin, car seuls ceux qui porteront du fruit et auront persévéré jusqu’au bout vivront éternellement dans le Royaume.

 

Verset 51 à 52

Jésus va donner une instruction très importante ici. « Tout spécialiste de la loi instruit », c’est à dire toute personne qui a la connaissance et qui enseigne aux autres, doit tirer ses richesses aussi bien de l’ancien testament  que du nouveau. L’un ne peut se dissocier de l’autre, ils forment une continuité. L’ancien testament est la base du nouveau, Dieu n’a pas changé, il est resté le même. La bonne nouvelle a été annoncée aux premiers chrétiens, alors qu’ils n’avaient que l’ancien testament. l’Evangile n’a été écrit que pendant cette période et ce n’est que bien plus tard, que nous l’aurons à notre disposition. Lorsque les béréens vérifiaient les écritures, c’était forcément l’ancien testament. Ils vérifiaient ce que les prophètes avaient annoncés. Dans tous le Nouveau Testament, les différents auteurs ont repris des passages de l’Ancien Testament en référence.

L’esprit de Dieu est dans toute l’écriture et il est resté le même.

 

Verset 53 à 58

Jésus a vécu ce que nous vivons avec nos proches. Dès lors que nous annonçons la parole de Dieu, ils nous regardent bizarrement et ne prennent pas au sérieux ce que nous leur disons. C’est dommage, car le résultat est décevant : très peu de miracles ! Sans la foi, rien ne peut bouger. 

Nous voyons nos proches souffrir, être dans les difficultés et n’avoir aucune espérance pour l’avenir, nous les voyons se perdre et pourtant nous sommes impuissants face à ce constat, car ils ne nous écoutent pas. Devenez une star ou un homme de renom, qu’il soit politique, scientifique, ou philosophe, et ils vous accorderont du crédit ou vous aduleront, mais apportez leur le plus grand trésor du monde, ils tournent les talons et s’éloignent de vous. Jésus l’a vécu et il comprend notre désarroi face à cette situation.

Jamais il n’a insisté auprès d’eux, cela serait pire que mieux. 

Nous avons le devoir d’annoncer, mais non d’insister. Dieu ne nous impose pas des résultats. L’homme est libre de faire ses choix et nous devons les respecter.

 

 

 

 

 

Please reload