Please reload

MATTHIEU 14

 

Verset 1 à 2 

Le nom de Jésus était devenu célèbre car tout le monde parlait de lui à cause des miracles qu’il faisait. Hérode pense que c’est Jean Baptiste qui est ressuscité ! D’autres, que c’est Elie et d’autres que c’est un prophète parmi les autres prophètes. On parle beaucoup de lui, mais très peu en réalité, croient qu’il est le Fils de Dieu. 

Et nous, qui croyons-nous qu’il est vraiment ? C’est d’ailleurs la question que Jésus a demandé à ses disciples à un certain moment. (Matt 16:15) Cette question est primordiale, car elle est une des clés essentielles pour recevoir le salut.

 

Verset 3 à 12

Jean Baptiste n’avait pas peur de dire des vérités et cela déplaisait au roi Hérode parce que son péché était dénoncé. il voulait l’arrêter mais pas le tuer, mais sa femme Hérodiade a fini par l’obliger à le faire en se servant de sa fille. 

En voulant donner à sa belle fille ce qu’elle désirait, il a été pris au piège et n’a pu revenir sur sa parole. Jean Baptiste a une fin malheureuse, comme bien d’autres héros de la foi, nommés en hébreu 11, mais cela reste néanmoins un très grand homme de Dieu. C’est lui qui a ouvert le chemin du Christ. Etre un grand serviteur de Dieu ne veut pas dire ne pas souffrir : Jean Baptiste est mort décapité en prison. 

Attention aux promesses que nous donnons parfois à la légère. Hérode ne pouvait revenir sur ce qu’il avait dit : « demande ce que tu voudras ». Mieux vaut tourner sa langue 7 fois dans la bouche avant de parler. La tête de Jean s’est jouée sur une parole malheureuse.

 

verset 13

Jésus se retire à l’écart. Il le fait pour prier. Il est bien noté, « un endroit désert » parce qu’il veut être seul pour prier son Père. Jésus est Dieu et pourtant en tant qu’homme, il a besoin d’intimité avec son Père pour le côté spirituel, mais aussi de calme et de repos pour le côté physique. Trop d’activisme n’est pas bon, il faut parfois savoir se mettre à part pour se reposer physiquement et se ressourcer spirituellement.

 

Verset 14

Jésus a compassion de la foule et il va alors guérir tous les malades. 

Jésus a compassion de chacun de ceux qui viennent à lui, sans exception. Peu importe notre besoin, si nous cherchons Jésus, nous le trouverons. Il a compassion des âmes et veut leur faire du bien. En sommes-nous toujours vraiment conscients ?

Dans Matthieu, on voit l’aspect guérison, mais dans Marc, on parle d’enseignement.  Jésus ne fait pas que guérir les malades, il enseigne les principes du Royaume à qui veut l’entendre. 

 

Verset 15 à 21

Jésus va en quelque sorte provoquer ses disciples en leur disant : « Donnez leur vous mêmes à manger ». Ils l’ont vu guérir des malades, chasser des démons, ressusciter des morts, mais jamais donner à manger à une multitude. Il doit y avoir entre 10 et 15000 personnes et juste 5 pains et 2 poissons. Les miracles de Dieu sont inépuisables, il peut tout ! Ne l’oublions jamais. Il n’est pas limité à quelques sujets particuliers, Il est le Dieu de l’impossible. 

En partant d’un rien, il multiplie à l’infini. Ne le limitons pas. Trop souvent, nous avons tendance à être terre à terre et à regarder le visible. Notre réflexe devrait être de lever les yeux vers le ciel et de bénir le peu que nous avons sachant que Dieu va multiplier. 

Jésus n’a pas attendu qu’une multitude de pains soient devant lui pour les distribuer. Il a agit avec foi, comme s’il les possédait déjà. Il a rompu le pain et les donna à ses disciples qui les distribuèrent. (19). C’est en les distribuant que les pains se sont multipliés. La multiplication s’est produite par la foi. 

Souvent, nous verrons le miracle alors que nous nous mettrons à agir. N’attendons pas de voir d’abord, pour ensuite agir. Agissons, et alors nous verrons la Gloire de Dieu.

Les disciples ont la foi et lui font confiance. Pas un ne désobéit à l’ordre de distribuer à la foule. Ayons la foi sans rien voir. Avec le peu que nous avons, ne craignons pas d’aller, Dieu va multiplier. 

 

Verset 22

« Jésus obligea », il les força à passer sur l’autre rive. Il ne leur laisse pas le choix, c’est un ordre. Il n’y a aucune discussion de la part des disciples. ils obéissent à l’ordre donné. Certain auraient pu dire : « Je vais t’aider » ou autre, mais tous sans exception vont obéir sans rechigner. Ils ne discutent pas la parole de Jésus. Et nous, comment agissons-nous lorsque Jésus nous demande de faire quelque chose ? 

 

Verset 23

En les renvoyant, Jésus avait 2 objectifs : apporter un enseignement sur la  foi un peu plus tard dans la nuit, mais  d’abord de prendre du temps avec son Père. Dans ce passage, on voit que Jésus se met une fois de plus à l’écart pour prier. Jésus ne pense pas à lui, à son confort, à son bien être, il fait du bien aux autres et se ressource auprès de son Père. Dieu et les autres. Il n’y a aucune place pour « lui ». Il monta sur la montagne, c’est à dire qu’il monte vers Dieu, il élève son regard vers le créateur. Jésus est Dieu et pourtant, il a besoin de prier !

A combien plus forte raison, nous avons besoin nous aussi de prier. Nos ressources viennent d’en haut et notre foi aussi. Si nous ne nous mettons pas à l’écart avec Dieu, nous ne pourrons pas aller bien loin avec lui. Si Jésus en avait besoin, nous en avons encore bien plus besoin. 

 

Verset 24 à 33

Il y a déjà beaucoup de vent, mais en plus Jésus arrive marchant sur l’eau en pleine nuit. Les disciples sont effrayés et poussent des cris en le voyant car jamais ils n’ont vu cela ! Cela ne peut être qu’un fantôme. 

Alors Pierre va avoir une drôle d’idée ! Il fait nuit, il y a du vent et il va faire l’expérience de marcher sur l’eau. Froussarde comme je suis, ce n’est pas ce que j’aurais voulu faire à ce moment là ! A travers cette expérience, on voit le courage et l’audace de Pierre. Bien qu’il ait eu peur en voyant arrivé Jésus, il le défie en lui demandant de vivre quelque choses de surnaturelle. « Si c’est toi, ordonne moi d’aller auprès de toi sur les eaux »(28). 

En plus de son courage et de son audace, il va avoir la foi et c’est elle qui va l’amener à vivre ce que personne n’a jamais vécu ! Peu importe combien de temps cela a duré, Pierre a marché sur l’eau comme Jésus ! 

J’admire presque plus son courage que sa foi ! il est descendu de la barque. Il ne s’est pas débiné au dernier moment, il est allé jusqu’au bout de sa démarche.

Rapidement, il s’est laissé surprendre par l’environnement et sa foi s’est éteinte.

Il peut nous arriver parfois d’être rempli de zèle et de courage et d’être rattrapé par la réalité autour de nous. On résonne et tout s’arrête. Pierre a résonné en voyant le vent et il a coulé. Si nous regardons au visible nous ne tenterons jamais rien. Pierre n’a pas regardé au visible au début et c’est ce qui l’a amené à vivre cette expérience merveilleuse. Mais dès que ses yeux naturels ont regardé, il n’a plus cru ! Le visible nous fait couler ! C’est pourquoi nous devons toujours fixer notre regard sur les choses d’en haut et non sur les choses terrestres. Par la foi, nous devrions vivre de grandes choses, c’est à nous d’y croire tout simplement !

Jésus va lui dire : « Homme de peu de foi » parce que sa foi était petite, elle n’a duré qu’un court moment ! Mais il avait la foi quand même, si on le compare aux autres disciples qui n’ont rien tenté du tout !

 

Verset 32

Le vent va s’arrêter de lui même, dès que Jésus est entré dans la barque. On a l’impression que le vent accompagnait Jésus. Il s’était levé pour faire vivre une expérience aux disciples et ainsi nous enseigner la foi. L’enseignement donné, il s’est retiré. Tout est sous l’autorité de Dieu, même les vents lui obéissent. Ps 135:7 Il fait monter les nuages des extrémités de la terre, il produit les éclairs et la pluie, il tire le vent de ses trésors. 

 

Verset 33

Tous les disciples sont ébahis et reconnaissent qu’il n’y a aucun doute : Jésus est vraiment le Fils de Dieu ! Ils ont vu des miracles et maintenant ils viennent de le voir marcher sur les eaux, ils ne peuvent qu’admettre la vérité. 

S’il y avait encore un quelconque doute en eux, cette fois, il est définitivement parti. Comment un être humain pourrait-il faire toutes ces choses ?

Et nous, sommes-nous vraiment persuadés que Jésus est le Fils de Dieu ? Jésus le demandera plus loin « qui dites vous que je suis ? ». Est-ce que réellement nous nous prosternons devant lui, reconnaissant qu’il est le Fils du Dieu vivant ? 

 

verset 34 à 36

On voit que la foi de ces gens est grande. Ils ne demandent pas la prière, mais juste à toucher le vêtement de Jésus. Aujourd’hui, Jésus vit en nous et nous avons sans doute du mal à le réaliser, vu le peu de miracle que l’on voit. Nous attendons qu’un pasteur prie pour nous ou que Jésus veuille le faire, mais je pense que nous n’avons pas pleinement réalisé la compassion de Jésus et surtout sa puissance qui vit en chacun de nous. « Ce n’est plus moi qui vit, mais Jésus Christ qui vit en moi » (Gal 2:20) Nous devons demander sa révélation pour comprendre qu’il vit en nous. Alors nous verrons des choses extraordinaires se produire dans nos vies ! 

 

 

 

 

Please reload