Rechercher
  • LA PAROLE DE DIEU

VISITE DE LA JERUSALEM CELESTE !



Mon enfant ,


Tu t’es approché de la montagne de Sion et de ma ville, la Jérusalem céleste, et des myriades d’anges en réunion de fête, car J’ai choisi Sion, Je l’ai voulue pour résidence. Elle sera toujours mon lieu de repos, j’y résiderai ; c’est elle que J’ai voulue.

Pousse des cris de joie et d’allégresse, toi qui habites Sion, car Je suis grand au milieu de toi !


La Jérusalem d’en haut est libre, et c’est elle votre mère. Tu n’as pas ici-bas de cité permanente, mais tu es à la recherche de la cité future. Car ta cité, à toi, est dans les cieux, d’où tu m’attends, comme sauveur.

Je te transporte en esprit sur une grande et haute montagne, et Je te montre la cité sainte, Jérusalem, qui descend du ciel. Et la cité sainte, la Jérusalem nouvelle, tu la vois qui descend du ciel, comme une épouse qui s’est parée pour son époux.

Tu es saisi par l’Esprit. Et voici, un trône se dresse dans le ciel, et, tu Me vois siégeant sur le trône. Tu vois un grand trône blanc et Moi qui y siège : devant Ma face, la terre et le ciel s’enfuient sans laisser de traces. Un trône glorieux là-haut dès le commencement, tel est le lieu de Mon sanctuaire. Ensuite, vois une foule immense que nul ne peut dénombrer, de toutes nations, tribus, peuples et langues. Ils se tiennent debout devant Mon trône et devant l’agneau, vêtus de robes blanches et des palmes à la main. Ils proclament à haute voix : "Le salut est à notre Dieu qui siège sur le trône et à l’agneau". Et tous les anges rassemblés autour du trône, des anciens et des quatre animaux tombent devant Mon trône, face contre terre, et M’adorent. Ils disent : "Amen ! Louange, gloire, sagesse, action de grâce, honneur, puissance et force à notre Dieu pour les siècles des siècles ! Amen !"


Il arrivera dans l’avenir que la montagne de ma Maison soit établie au sommet des montagnes et dominera sur les collines. Toutes les nations y afflueront. Des peuples nombreux se mettront en marche et diront : « Venez, montons à la montagne du SEIGNEUR, à la Maison du Dieu de Jacob. Il nous montrera ses chemins, et nous marcherons sur ses routes. » Oui, c’est de Sion que vient l’instruction et de Jérusalem Ma parole.

Alors tu connaîtras que je suis le SEIGNEUR, ton Dieu, qui demeure à Sion, Ma montagne sainte.


Jérusalem deviendra un lieu saint et désormais les étrangers n’y passeront plus.


Elle brille de la gloire même de Dieu. Son éclat rappelle une pierre précieuse, comme une pierre d’un jaspe cristallin. Elle a d’épais et hauts remparts. Elle a douze portes et, aux portes, douze anges et des noms inscrits : les noms des douze tribus des fils d’Israël. A l’orient trois portes, au nord trois portes, au midi trois portes et à l’occident trois portes. Les remparts de la cité ont douze assises, et sur elles les douze noms des douze apôtres de l’agneau.

Un ange tient une mesure, un roseau d’or, pour mesurer la cité, ses portes et ses remparts.

La cité est carrée : sa longueur égale sa largeur. L’ange la mesure au roseau, elle compte douze mille stades : la longueur, la largeur et la hauteur en sont égales.

Il mesure les remparts, ils comptent cent quarante-quatre coudées, mesure humaine que l’ange utilisait. Les matériaux de ses remparts sont de jaspe, et la cité est d’un or pur semblable au pur cristal. Les assises des remparts de la cité s’ornent de pierres précieuses de toute sorte. La première assise est de jaspe, la deuxième de saphir, la troisième de calcédoine, la quatrième d’émeraude, la cinquième de sardoine, la sixième de cornaline, la septième de chrysolithe, la huitième de béryl, la neuvième de topaze, la dixième de chrysoprase, la onzième d’hyacinthe, la douzième d’améthyste.

Les douze portes sont douze perles. Chacune des portes est d’une seule perle. Et la place de la cité est d’or pur comme un cristal limpide. Mais il n’y a point de temple dans la cité, car le temple, c’est moi, le Dieu tout-puissant ainsi que l’agneau.

La cité n’a besoin ni du soleil ni de la lune pour l’éclairer, car ma gloire l’illumine, et mon flambeau, c’est l’agneau.

Les nations marcheront à ma lumière, et les rois de la terre y apporteront leur gloire. Ses portes ne se fermeront pas au long des jours, car, en ce lieu, il n’y aura plus de nuit. On y apportera la gloire et l’honneur des nations. Il n’y entrera nulle souillure, ni personne qui pratique abomination et mensonge, mais ceux-là seuls qui sont inscrits dans le livre de vie de l’agneau.


La Parole de Dieu

Mise en forme par Laetitia Gilman




11 vues