Rechercher
  • DAVID WILKERSON

L'ÉGLISE AUTHENTIQUE DE JÉSUS-CHRIST (2)


2 - Dans l’Eglise authentique de Dieu, l’esprit saint est à l’oeuvre, insufflant un esprit de pardon et d’amour dans le corps du Christ.


L’Ecriture nous apprend qu’après sa résurrection, Jésus a soufflé sur ses disciples, et dit « Recevez l’Esprit saint » (Jn 20:22). En substance, le Christ exprimait : « L’Esprit Saint est mon souffle même ! ».


Nous savons qu’à cette époque, Jésus construisait son Eglise, en utilisant ces mêmes personnes comme autant de pierre vivantes. Il bâtissait le fondement sur lequel toute le oeuvres de l’Evangile seraient édifiées à l’avenir. C’est pourquoi le travail très particulier de l’Esprit, dans ce passage, revêt assurément une profonde signification.

Nous pouvons déduire du contexte que l’acte de Jésus avait pour but de préparer ses dsiciples à porter son témoignage à un monde perdu. Remarquez le verset qui suit immédiatement le souffle de l’Esprit de Dieu sur eux : « Ceux à qui vous pardonnerez les péchés, ils leur seront pardonnés, et ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus " (Jn 20:23)

Nous savons que seul le Seigneur peut pardonner les péchés. Alors, qu’est-ce que Jésus pouvait bien vouloir dire ? La « rémission des péchés » dont le Christ fait mention ici se rapporte à ceux que les autres ont commis contre nous. Il veut que sa miséricorde et son pardon soient manifestes, en nous et par nous, de sorte que le monde entier soit témoin de son amour et de sa promptitude à pardonner, rien qu’en observant notre comportement. C’est ainsi que nous prêchons la compassion du Christ aux pécheurs.


Une autre fois encore, Jésus nous a montré l’exemple et c’était sur la croix. Dans cet épouvantable, cet abominable moment, il a prié : « Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font » (Lc 23:34)

Par cette simple phrase, le Christ absolvait complètement ses meurtriers : « Père, quels que soient les autres péchés, dont ces hommes devront répondre devant toi, par ce moyen, je les libère de la culpabilité ». Aussi, quand viendra le jour du Jugement, aucun de ces soldats, prêtres ou dirigeants ne sera accusé de la crucifixion de Jésus, parce qu’il a dit : « Je remets ce péché ! »


C’était aussi l’esprit d’Etienne, quand il fut lapidé. L’Ecriture rapporte : « Il se mit à genoux et s’écria d’une voix forte : « Seigneur, ne les charge pas de ce péché! »(Act 7:59). Etienne , à son tour, intercédait : « Père, je te prie, efface de ton livre ce péché qu’ils commettent. Je leur pardonne sur la terre et dans le ciel ! ».


Pourquoi Jésus nous demande-t-il d’agir ainsi ? Il nous l’explique : « Je construis mon Eglise sur des bases de rémission et de miséricorde. Et votre promptitude à pardonner ceux qui ont péché contre vous est le témoignage que vous portez pour moi. Parce que vous me serez consacrés, exécutant ma volonté, portant du fruit, étant utiles à mon corps, vous serez persécutés, incompris, ridiculisés, battus, tués. On vous appellera « les balayures, le rebut du monde ». Et votre chair souhaitera vous venger. Vous serez tentés de battre en retraite, afin de vous protéger. Même des frères et soeurs dans la foi (entendez par là des « gens religieux ») vous maltraiteront. Ils vous abuseront, vous calomnieront, vous blesseront, opprimeront votre esprit. Vous penserez que vous avez le droit d’exercer une légitime défense, vous voudrez agir à la manière humaine et rendre les coups. C’est pourquoi ce que j’exige de mon Eglise est impossible, sans le souffle et l’onction mêmes de mon Esprit. Vous ne pouvez tout simplement pas l’accomplir, en vous appuyant sur votre propre force ; je vous ordonne de remettre chaque injustice qu’un frère ou une soeur, ou même un quelconque délinquant, perpètre contre vous. J’aurai pitié de ceux à qui vous manifesterez de la pitié. Tous ceux qui pèchent contre le Père et contre la grâce auront à répondre devant lui de leurs transgressions. Mais quelque péché que vous pardonnerez, alors qu’il a été commis contre vous, je le pardonnerai ! ».


L’Eglise de Jésus-Christ est une raison où il n’y a pas de place pour la vengeance. C’est un endroit où chaque enfant de Dieu dévoué à libéré des ses péchés le coeur de ses ennemis et, simultanément, demandé au Père de les en affranchir. Il ne disculpe pas à contrecoeur et il ne garde pas rancune. Et c’est là le témoignage puissant du corps de Christ à sa gloire : « Nous pardonnons ceux qui ont péché contre nous, comme nous avons été nous-mêmes pardonnés ! ».


Nous parlons de la nouvelle naissance et nous prions pour une plus grande effusion de l’Esprit Saint de Dieu sur l’Eglise. Mais, trop souvent, nous les tenons pour acquis au vu des marques et des signes extérieurs. Une vraie « nouvelle naissance » est une manifestation impressionnante de la présence de Jésus, mais en ce que nous sommes individuellement convaincus de péché pour avoir éprouvé de l’amertume, pratiqué la charité à regret, négligé la prière ou toute activité selon la Parole de Dieu. Il n’y a aucune oeuvre digne du nom « nouvelle naissance » ou du « Réveil », sans cette salutaire expression du remords et de la dévotion totale au Christ.

Vous voyez à quel point il est important pour tout le peuple de Dieu d’avoir la présence du Christ manifestée au milieu de lui à tout moment. Seul, son Esprit peut nous donner la capacité de pardonner du fond du coeur et sans rancune, d’offrir la bonté, la compassion, la rémission et la restauration à tous ceux qui nous ont fait du tort. En conséquence, nous devons être imprégnés de l’esprit du Dieu de la grâce à chaque instant !


David Wilkerson

Extrait du livre "le plan de Dieu pour protéger son peuple de la dépression à venir"


16 vues