RENONCER ET SOUFFRIR : JÉSUS PRÉVIENT !


Introduction

Quand l’amour nous parle …..


L’amour c’est le don de soi, ce n’est pas attendre de recevoir, c’est le sacrifice d’une vie pour les autres et cela passe inévitablement par la souffrance qui, elle aussi, sera anéantie par cette océan divin qui supporte tout, pardonne tout, n’envie rien, patiente, ne se vante pas, ne s’enfle pas d’orgueil, ne fait rien de malhonnête, ne cherche pas son intérêt, ne s’irrite pas, ne soupçonne pas le mal, ne se réjouit pas de l’injustice, mais se réjouit de la vérité, croit tout, et espère tout….

Aimer c’est souffrir avec et pour l’autre, c’est s’oublier totalement et mourir d’amour pour que l’autre vive, c’est le contraire de chercher à recevoir. Aimer, c’est le renoncement total de soi, notre croix à porter…. Si je n’ai pas l’amour je ne suis rien !! Cette introduction est tirée de 1 Corinthiens 13. Que je vous recommande de lire et relire.


Frères et sœurs, il faut cesser de se voiler la face, le monde Chrétien proclame à tout va que Dieu est Amour et c’est vrai !! IL EST L’AMOUR !! Mais ce qu’il faut ajouter, c’est qu’Aimer, c’est souffrir, renoncer, porter sa croix, accepter de mourir pour DIEU et de le suivre. Il nous faut témoigner à toutes celles et ceux qui viennent à Dieu pour recevoir PRIORITAIREMENT de l’amour afin d’améliorer leur situation personnelle, qu’ils font fausse route…

Ce n’est pas le véritable amour !! Aimer c’est combattre l’ennemi de nos âmes avec les armes de l’amour, c’est être dans le combat chaque jour pour sauver le plus grand nombre.

Allons-nous au front pour nous-mêmes ? Non ! pour Lui, pour Sa gloire ! Jésus est venu sur une croix nous enseigner ce qu’est l’Amour et si nous lui donnons réellement notre vie, nous serons animés du même amour puisque c’est Lui qui dirigera notre vie. L’Amour n’est donc pas autre chose que la croix, que de donner notre vie en sacrifice pour le sauvetage de l’humanité. Alors le Royaume de Dieu te sera ouvert avec un héritage céleste et une place d’honneur auprès du père pour l’Eternité, c’est l’ultime récompense des enfants de Dieu. Parce qu’ ici bas tu auras adoré Dieu plutôt que de t’aimer toi, l’amour sera ta source infinie et tu n’auras plus jamais à combattre.

Passons maintenant à tes combats…..



1- Qui est ton premier ennemi ?


JESUS nous prévient dans Matthieu 16:24-25 : « Si quelqu’un veut être mon disciple, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge de sa croix et qu’il me suive. En effet, celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui la perdra à cause de moi la retrouvera ».


Entrons de suite dans le vif du sujet. Nous devons perdre notre vie pour la gagner !! Chers frères et sœurs, nous sommes en guerre d’abord avec nous-mêmes, contre notre nature pécheresse. Il va nous falloir mourir à notre vieille nature !!!! Et ensuite affronter notre deuxième ennemi et son armée.

Revenons à notre nature pécheresse, quelle est-elle ?

Romain 3:9-17 En effet, nous avons déjà prouvé que Juifs et non-Juifs sont tous sous la domination du péché. Comme cela est écrit : Il n’y a pas de juste, pas même un seul ; Aucun n’est intelligent, aucun ne cherche Dieu, tous se sont détournés ensemble, ils se sont pervertis, il n’y en a aucun qui fasse le bien, pas même un seul. Leur gosier est une tombe ouverte, ils se servent de leur langue pour tromper. Ils ont sur les lèvres du venin de vipère. Leur bouche est pleine de malédiction et d’amertume ; Leur pied courent pour verser le sang, la destruction et le malheur marquent leur passage, ils ne connaissent pas le chemin de la paix. Il n’y a aucune crainte de Dieu devant leurs yeux.

Voilà ce que DIEU dit, de notre vieille nature, avant de le connaitre, nous sommes tous sans exception comme cela avec des degrés bien différents certes, mais nous sommes tous pêcheurs. Et lorsque nous naissons de nouveau (Naissance en Esprit), par la grâce de Jésus, cette même ancienne nature ne cesse de frapper à la porte. C’est notre première souffrance qui n’est autre que ce que l’on appelle la mort à soi-même Romains 6:7 car celui qui est mort est libre du péché. C’est le renoncement dont parle Jésus au début de cette chronique !! Dans Matthieu 16.24 à 25

Il nous faut alors entrer dans le combat contre nous-mêmes en menant le bon combat. Je vous le rappelle nous sommes en guerre !! Mais dans cette guerre, nous ne pouvons combattre nous-mêmes, il va falloir laisser une personne s’en charger, cette personne est le Saint-Esprit qui va prendre le relais à la condition que vous le laissiez faire et ce n’est pas gagné !

Pourquoi ? Parce qu’il vous faut maintenant vous soumettre et lui obéir dans la crainte de Dieu. Il faut une constance, très prioritairement dans la relation de prière, dans la méditation de la parole de Dieu, en la mettant en pratique. La parole de Dieu nous enseigne de diminuer pour qu’il grandisse et de tout faire pour sa gloire !

Des millions de Chrétiens le chantent, en parlent, mais ne le vivent pas ! On entend dire que prier est contre nature et difficile de le faire longuement, méditer demande du temps et mettre en pratique offre bien souvent plus de désagréments que de joie dans un monde hostile à Dieu. Pourtant, JESUS est clair si tu veux être mon disciple, renonce, porte ta croix et suis-moi !! C’est à toi de faire le choix et la démarche !

Renoncer, c’est accepter de changer de vie pour la Gloire de Dieu. Il y a malheureusement beaucoup trop de fausses conversions, car les gens sont attirées par l’amour de Dieu sans se rendre compte que son amour n’a rien de sentimental, c’est un sauvetage qui nécessite de notre part un renoncement total pour le servir lui et lui seul. Nous n’avons pas été créés pour notre bien être mais pour sa Gloire. Tout ce que nous sommes nous l’avons reçu et nous ne méritons rien. Seule sa grâce peut nous sauver de notre nature de péché. Etes-vous prêts à tout lâcher pour le Seigneur ? Car là est Sa volonté !

Un frère Chrétien m’a dit un jour: "tu n’as plus rien à faire, laisse le Saint Esprit agir." Il avait juste oublié que pour qu’il agisse, il faut que je lui obéisse et que je lui consacre un minimum de temps dans la prière et la méditation de sa parole.


Durant des années j’ai porté le nom de Chrétien mais je n’avais de Chrétien que le nom. Je disais que je faisais partie de l’Armée du Seigneur mais en fait, j’étais non seulement un déserteur mais aussi un traitre puisque je continuais à aller dans le camp de l’ennemi pour jouir des plaisirs du monde.

Par la grâce et l’Amour de Dieu, il m’a pardonné et comme tout enfant de Dieu, je suis passé par le renoncement. Aucun enfant de Dieu n’échappe au renoncement. Il faut cesser de croire que Dieu n’est qu’amour, il est aussi juste et Saint. Le suivre a un prix : le renoncement à soi-même !!

Le pardon de Dieu n’a jamais exclu que nous devions renoncer à notre ancienne vie !!

Mon renoncement s’est déroulé en plusieurs étapes, durant des années et nous avons connu avec mon épouse : la séparation, la faillite et la vente de tous nos biens, non que Dieu veuille cela mais il me voulait, moi, et pour cela il m’a fait passer par le chemin du dépouillement. Chemin que personne ne veux emprunter et je ne voulais surtout pas l’emprunter, parce que je ne voulais pas renoncer à moi-même.

Comme Jacob, je me suis battu avec Dieu et ce fut une grande souffrance durant plusieurs mois, tiraillé entre mon égo, ma chair, mon péché et l’autorité de Dieu. Mais lorsque j’ai totalement renoncé à mon ancienne vie après une repentance quasi quotidienne, alors la Paix s'est installée dans mon coeur et les bénédictions ont suivi au fil du temps et même des années plus tard. Je rends gloire à Dieu de m’avoir dépouillé, sans cette souffrance, jamais je n'aurais connu ce que je vis aujourd'hui !


Mais de quoi m’a-t-il dépouillé ? Qu’avais-je peur de perdre, vous allez halluciner !!

De tout ce qui pourrissait finalement ma vie : Un travail qui volait tout mon temps, des désirs matériels qui nourrissaient une insatisfaction croissante, une image de plus en plus négative envers mon épouse , des critiques incessantes envers notre Eglise et ses dirigeants, un mal être persistant avec des états dépressifs, un caractère lunatique et susceptible.

N’est ce pas fou de vouloir conserver ce délire existentiel ?

Dieu ne prend pas plaisir à dépouiller, mais parce qu'il est juste et Saint, il se charge de faire le ménage dans la vie de ceux qui lui ont sincèrement donnés leur coeur et qui sont encore liés et esclaves de leur ancienne vie. L’apôtre Paul a connu sur le chemin de Damas un épisode de vie peu courant, mais il lui a fallu vivre cela pour enfin renoncer à son pharisaïsme, et accepter de porter sa croix pour suivre Jésus.

Oui accepter Jésus, c’est accepter de souffrir ! Est-ce facile de renoncer et de porter sa croix ? Non, bien entendu ! Mais c’est le seul chemin qui mène à la porte étroite, au salut…… C’est aller à contre courant de ce monde d’illusion qui mène à la mort.


Combien de Pasteurs n’osent plus citer ces versets sur le renoncement, la croix, la persécution, la mort au péché et pourtant c’est le seul chemin qui mène au salut. L’évangile édulcoré ne mène pas au Royaume céleste, le renoncement et la croix, oui !! N’en déplaise à beaucoup nous devons souffrir avec Christ !!!

Qui peut entrer au Royaume des Cieux en continuant sciemment de commettre un péché qui est en horreur à Dieu ?

Etre un enfant de Dieu, c’est avoir une vie de consécration, de foi et de renoncement et pour cela notre pire ennemi (c'est-à-dire nous-mêmes) doit être vaincu, il doit passer par la mort pour naitre de nouveau. Romains 8:13 Si vous vivez selon la chair, vous mourrez ; mais si par l’Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez,

Il y a une clef qui doit être sur votre trousseau divin, c’est celle de la repentance. La bible est très ferme sur ce sujet, la repentance est une clef qui s’emploie règulièrement.



2- Qui est ton deuxième ennemi ?


Satan est cet ennemi !!!

1 Pi 5:8-9 Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera. Résistez–lui avec une foi ferme, sachant que les mêmes souffrances sont imposées à vos frères dans le monde.