Rechercher
  • L.GILMAN

DE QUI DEVONS-NOUS NOUS ÉLOIGNER ?


  1. Les moqueurs


David a dit :

Ps 1:1Heureux l’homme qui ne marche pas selon le conseil des méchants, Qui ne s’arrête pas sur la voie des pécheurs, Et qui ne s’assied pas en compagnie des moqueurs,


Le fait de « s’assoir en compagnie » sous entend une relation amicale, une relation proche

L’hébreu original dit « Il ne s’est pas tenu dans l’habitation des moqueurs, il n’a pas habité avec lui »

C’est le mot לֶצ « Lets » qui veut dire : railleur, moqueur

Le Larousse donne comme définition exacte du mot railleur : personne ironique, sarcastique, qui se moque, qui aime ridiculiser.


La parole nous enseigne que l’homme heureux ne s’assied pas avec une telle personne, non parce qu’elle ne l’aime pas, mais parce qu’elle se protège et ne veut pas se laisser contaminer par elle. Elle ne le fréquente pas, n’a aucune intimité avec un tel personnage.


Nos relations ne sont pas anodines et combien malheureusement se laissent prendre au piège parce qu’ils n’ont pas de discernement.

Jésus nous a dit d’évangéliser le monde, mais il ne nous a pas dit d’avoir des relations avec tout le monde.


N’avons-nous pas autour de nous des personnes qui se moquent et se plaisent à ridiculiser les uns et les autres. N’avons nous pas nous-même ri de plaisanteries douteuses sur des personnes plus ou moins connues ? Les moqueurs ne devraient pas faire partie ni de nos fréquentations, ni l'ironie de nos passe-temps favoris. La moquerie n’a pas sa place dans le Royaume de Dieu et si nous voulons sur cette terre voir des jours heureux, nous devrions passer notre chemin dès que nous la rencontrons.


2 - les hérétiques


2 Jn 10-11 Si quelqu’un vient à vous et n’apporte pas cette doctrine, ne le recevez pas dans votre maison, et ne lui dites pas : Salut ! car celui qui lui dit : Salut ! participe à ses mauvaises œuvres.


Jean ne parle pas ici de simples petites points divergents, mais de faux docteurs qui, à l’époque, menaient régulièrement des campagnes destinées à détruire les bases, les vérités fondamentales du christianisme.

Accueillir ces personnes est considéré comme une traitrise aux yeux de Dieu, car il est impossible de pouvoir côtoyer quelqu’un qui veut détruire les bases du christianisme. Nous devons essayer de gagner le monde, mais nous ne devons pas nous compromettre avec lui. Prendre des distances est une preuve de maturité et surtout une preuve d’appartenance au Dieu trois fois Saint. Il nous a demandé de suivre ses traces et de ne plus nous mélanger au monde. Nous sommes le sel de la terre et nous devons briller dans les ténèbres, tout en démarquant ce que nous sommes et en qui nous nous appuyons.


Mais Paul va aller plus loin, car il va nous demander de nous éloigner de personnes qui se prétendent chrétiennes.


De qui parlent-ils ? Nous allons examiner les écritures :


1 Cor 5:9-13 Je vous ai écrit dans ma lettre de ne pas avoir des relations avec les impudiques, – non pas d’une manière absolue avec les impudiques de ce monde, ou avec les cupides et les ravisseurs, ou avec les idolâtres ; autrement, il vous faudrait sortir du monde. Maintenant, ce que je vous ai écrit, c’est de ne pas avoir des relations avec quelqu’un qui, se nommant frère, est impudique, ou cupide, ou idolâtre, ou outrageux, ou ivrogne, ou ravisseur, de ne pas même manger avec un tel homme. Qu’ai–je, en effet, à juger ceux du dehors ? N’est–ce pas ceux du dedans que vous avez à juger ? Pour ceux du dehors, Dieu les juge. Otez le méchant du milieu de vous.


2 The 3:6 nous vous recommandons, frères, au nom de notre Seigneur Jésus–Christ, de vous éloigner de tout frère qui vit dans le désordre, et non selon les instructions que vous avez reçues de nous.


Rom 16:17-18 Je vous exhorte, frères, à prendre garde à ceux qui causent des divisions et des scandales, au préjudice de l’enseignement que vous avez reçu. Eloignez–vous d’eux. Car de tels hommes ne servent point Christ notre Seigneur, mais leur propre ventre ; et, par des paroles douces et flatteuses, ils séduisent les cœurs des simples.


2 Thess 3: 13-15 Pour vous, frères, ne vous lassez pas de faire le bien. Et si quelqu’un n’obéit pas à ce que nous disons par cette lettre, notez–le, et n’ayez point de communication avec lui, afin qu’il éprouve de la honte. Ne le regardez pas comme un ennemi, mais avertissez–le comme un frère.



Reprenons les versets, point par point :


1 - ne pas avoir des relations avec quelqu’un qui, se nommant frère, est impudique, ou cupide, ou idolâtre, ou outrageux, ou ivrogne, ou ravisseur, de ne pas même manger avec un tel homme.


Si nous reprenons le contexte, Paul parle à l’église de Corinthe. Ils sont chrétiens, nés de nouveaux et ont de la difficulté à vivre dans la sanctification.

Il les met en garde contre certains frères et soeurs EN CHRIST. Ce sont des personnes qui se disent « chrétiennes » et qui plus est, des « enfants de Dieu » « se nommant frère ».

Que font ces personnes ? Elles vivent tout simplement dans le péché !

Alors beaucoup de voix s’élèveront pour dire : « Mais nous ne devons pas condamner, ni juger ! » « Nous devons aimer notre prochain ! ». En cela, c’est clair, Oui, nous devons aimer, oui nous ne devons condamner personne, mais nous avons le droit de juger ceux qui pêchent volontairement, parce que la bible est très clair à ce sujet : 1 cor 5:12-13 Qu’ai–je, en effet, à juger ceux du dehors ? N’est–ce pas ceux du dedans que vous avez à juger ? Pour ceux du dehors, Dieu les juge. Otez le méchant du milieu de vous.


Nous devons aimer mais nous n’avons pas à tolérer le péché volontaire ! Toute personne pèche et ce n’est pas de ces péchés là que Paul parle, mais bien de ceux qui se déclarent être "nés de nouveau" et qui continuent à vivre dans le péché sans que cela ne leur pose de problème ! Nous sommes tous sur le chemin de la sanctification et c’est pourquoi aucun de nous ne peut se prétendre parfaits, mais si nous suivons Christ de tout notre coeur, nous tournons le dos au péché volontaire, nous luttons contre notre chair, nous la crucifions chaque jour et rejetons le péché loin de nous, dès qu’il se présente. 1 Jn 5:18 Nous savons que quiconque est né de Dieu ne pèche point ; mais celui qui est né de Dieu se garde lui–même, et le malin ne le touche pas. Et si nous avons le malheur de tomber, nous nous repentons devant Dieu et il nous relève pour continuer la course. Nous marchons de victoire en victoire en rejetant le péché qui nous enveloppe si facilement !


Toute personne qui ne rejette pas le péché, mais qui au contraire s’y complait, ne doit plus faire partie de nos relations. Et cela, dans le but de nous protéger avant tout. Le diable a ses tactiques que nous ne devons pas négliger. L’un entrainera l’autre inévitablement. A travers Paul, le Seigneur nous ordonne (« c’est de ne pas avoir ») de nous mettre à part de ces personnes qui ne veulent pas obéir à la parole.


Le problème est que nous avons tendance trop facilement à nous laisser culpabiliser par le diable « Ce n’est pas bien, tu ne dois pas juger cette personne ! » Mais agir de la sorte, c’est nous mettre en situation de désobéissance vis à vis de Dieu lui-même ! Plutôt que de déplaire aux hommes, nous choisissons de déplaire à Dieu !


Un chrétien « né de nouveau » ne peut et surtout ne veut plus commettre certains péchés. Sa situation maritale est claire devant Dieu, il rejette toute forme d’impureté qui se présenterait à lui, il ne cherche pas à posséder encore plus, il ne prie pas des saints ou la vierge Marie, il se détourne de toutes les idoles qu’il chérissait dans le passé, il ne profère pas d’insulte envers quiconque, il ne s’enivre pas et il ne vole pas.


Si malheureusement autour de vous, vous connaissez « un frère » ou « une soeur » qui agit de la sorte, et surtout je le répète qui commet ses choses de manière volontaire, connaissant la vérité et ne voulant s'y soumettre, alors Jésus nous a enseigné la manière d’agir envers cette personne :

Mat 18: 15-17 Si ton frère a péché, va et reprends–le entre toi et lui seul. S’il t’écoute, tu as gagné ton frère. Mais, s’il ne t’écoute pas, prends avec toi une ou deux personnes, afin que toute l’affaire se règle sur la déclaration de deux ou de trois témoins. S’il refuse de les écouter, dis–le à l’Eglise ; et s’il refuse aussi d’écouter l’Eglise, qu’il soit pour toi comme un païen et un publicain.



2- de vous éloigner de tout frère qui vit dans le désordre, et non selon les instructions que vous avez reçues de nous.


Définition de désordre : « manque d’ordre, perturbation »

Dans le contexte présent, Paul parle de personnes qui ne travaillent pas et qui s’occupent de futilités, ils passent leur temps à parler les uns sur les autres, profitent des autres et ne portent aucun fruit.


De nos jours, ne pas avoir de travail n’est pas un déshonneur, à cause du chômage qui ne fait que croitre d’année en année. Mais que faisons-nous de nos journées ?


Les fruits de l’Esprit doivent être présents chez tous les enfants de Dieu, sans exception, qu’ils travaillent ou non ! Les activités ne manquent pas si nous voulons servir le Seigneur dignement. Plus nous serons utiles à son oeuvre, plus nous éviterons de vivre dans le « désordre ».


Si nous connaissons autour de nous des personnes qui vivent de cette manière, Paul dira un peu plus loin ce qu’il convient de faire, avant de les éviter s’ils ne changent pas :1 Thes 5:14 Nous vous en prions aussi, frères, avertissez ceux qui vivent dans le désordre, consolez ceux qui sont abattus, supportez les faibles, usez de patience envers tous.



3- à prendre garde à ceux qui causent des divisions et des scandales, au préjudice de l’enseignement que vous avez reçu. Eloignez–vous d’eux.


Certaines personnes amènent de fausses doctrines et transforment la parole. Comme les versets ci-dessus, celui-ci est également adressé contre des chrétiens. Ils s’introduisent dans le peuple de Dieu avec des paroles douces et flatteuses afin de gagner le plus grand nombre et ainsi de les sortir du bon chemin. Ces hommes sont devenus des instruments de Satan et le servent pensant rendre un culte à Dieu ! Ils sont aveuglés pour diverses raisons.


A l’époque, Paul parlait des judaïsans, de ceux qui voulaient à tout prix garder la loi de Moïse en enseignant quelques hérésies. Mais de nos jours, certains tentent de changer la parole de Dieu et de la mettre au goût du jour pour attirer le plus grand nombre. Ils sèment des divisions au sein de l’Eglise, car beaucoup les écoutent au détriment de la Parole de Dieu telle qu’elle doit être enseignée véritablement. Le renoncement à soi est tranformé en « estime de soi » et les mots « repentance » et « péché » ont totalement disparu de leur vocabulaire ! Le corps de christ est totalement divisé entre ceux qui prêchent la vérité et ceux qui ne cessent de l’adoucir pour remplir leurs églises !


A ceux là, Paul est clair : « Eloignez-vous d’eux ! »



4- si quelqu’un n’obéit pas à ce que nous disons par cette lettre, notez–le, et n’ayez point de communication avec lui,


Nous avons tous en commun notre nature pécheresse, mais ce qui nous différencie les uns des autres, c’est notre obéissance. Certains sont si rebelles, qu’ils n’arrivent pas à plier les genoux devant le Seigneur. Ils ont reçu Jésus dans leur coeur, mais ils ne l’ont reçu que comme leur sauveur et non comme Seigneur de leur vie. La bible est un beau livre qu’ils ne préfèrent pas lire, de peur d’être confronté à la réalité de leur coeur. Et s’ils leur arrivent de la lire, ils passent très vite sur les passages où leur vie est remise en question. Pour eux, Dieu est Amour et il leur a pardonné une fois pour toute. Ce sont les chrétiens de Laodicée qui se croient riches parce qu’ils ont rencontré Jésus, mais qui sont en définitif si pauvres, parce qu’ils ne lui obéissent pas. Leur vie est faite de compromis en fonction de ce qui les arrange.


Jésus a été très clair à ce sujet Jn 14:23-24 Jésus lui répondit : Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, et mon Père l’aimera ; nous viendrons à lui, et nous ferons notre demeure chez lui. Celui qui ne m’aime pas ne garde point mes paroles. Et la parole que vous entendez n’est pas de moi, mais du Père qui m’a envoyé.


Paul nous met en garde contre ces personnes, parce qu’elles sont néfastes pour notre croissance spirituelle. Sachons les reprendre comme il convient, 2 Cor 10:6 Nous sommes prêts aussi à punir toute désobéissance, lorsque votre obéissance sera complète. Et s’ils n’entendent pas, alors prenons les distances nécessaires.



Conclusion


Nous avons tous à grandir en sainteté et nul ne peut se considérer mieux que quiconque, c’est là, la base même d’une vie chrétienne, mais nous devons prendre garde à nos fréquentations et toujours considérer que le diable tentera sans cesse de nous ramener à lui, par tous les moyens qu’il aura en sa possession. Nos frères et soeurs sont un excellent moyen pour nous dévier du bon chemin, et il l’est d’autant excellent parce qu’il est très subtil.


Ne nous laissons pas intimider et accuser par le diable. Toutes nos relations chrétiennes ne sont pas forcément bonnes, c’est pourquoi obéissons en premier lieu à la Parole, et même si cela nous parait parfois un peu dur, remettons-nous devant le seigneur afin qu’il nous donne le discernement et la force pour agir comme il nous le demande. Le Saint Esprit nous éclairera et nous fortifiera et ainsi le Seigneur nous protégera du filet de l’oiseleur, de la peste et de ses ravages !

L. Gilman



108 vues