Please reload

Le jeune chef fortuné ... et fort attristé

 


Matthieu 19:16ss Marc 10:17ss Luc 18:18ss (texte complété en fusionnant les trois passages)

" Comme Jésus se mettait en chemin, un homme, un chef accourut, et se jetant à genoux devant lui : Bon maître, lui demanda-t-il, que dois-je faire de bon pour hériter la vie éternelle ?

Jésus lui dit: Pourquoi m'appelles-tu bon ? Il n'y a de bon que Dieu seul. Si tu veux entrer dans la vie, observe les commandements. Tu connais les commandements: Tu ne commettras point d'adultère; tu ne tueras point; tu ne déroberas point; tu ne diras point de faux témoignage; tu ne feras tort à personne; honore ton père et ta mère.

Il lui répondit : Maître, j'ai observé toutes ces choses dès ma jeunesse. Que me manque-t-il encore?

Jésus, l'ayant regardé, l'aima, et lui dit : Il te manque une chose; Si tu veux être parfait, va, vends tout ce que tu as, distribue-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel. Puis viens, et suis-moi. Mais, affligé de cette parole, le jeune homme s'en alla tout triste; car il avait de grands biens.

Jésus, regardant autour de lui, dit à ses disciples: Je vous le dis en vérité : il sera difficile à ceux qui ont des richesses d'entrer dans le royaume de Dieu! Les disciples furent étonnés de ce que Jésus parlait ainsi. Et, reprenant, il leur dit: Mes enfants, qu'il est difficile à ceux qui se confient dans les richesses d'entrer dans le royaume de Dieu! Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d'une aiguille qu'à un riche d'entrer dans le royaume de Dieu. Les disciples furent encore plus étonnés, et ils se dirent les uns aux autres; Et qui peut être sauvé ? Jésus les regarda, et dit: Cela est impossible aux hommes, mais non à Dieu: car tout est possible à Dieu."

 

 

A - Jésus 

 

1) Il est souvent "dérangé" dans son ministère mais ne néglige ni son but premier, ni les sollicitations intempestives.

Il vient de répondre aux pharisiens (divorce et adultère) et de bénir les petits enfants. (cf les bonnes œuvres préparées d'avance).

 

2) Il répond souvent aux questions par d'autres questions  

ici dit implicitement être Dieu. (lui le seul bon parmi les fils des hommes...)

 

3) Il rappelle la loi :

  • morale (immuable) "pas un iota "

  • renforcée "mais moi je vous dis"

  • accomplie (tétélestaï = loi rituelle obsolète ; loi morale possible seulement si "Christ vit en moi") ,

  • révélatrice (un pédagogue) ,

  • insuffisante (tous ont péché)

Il n'y a ici seulement que les 6 commandements concernant le prochain ! Peut-être pour tester la réaction..

 

4) Il manifeste son amour (cf ému de compassion)

Comment Marc et Luc l'ont-ils su ?

L'intéressé lui-même l'a-t-il compris ?

Jésus m'a aimé avant la création du monde, et davantage quand je l'ai cherché et plus encore si je marche avec Lui...

Prov 8:17 J’aime ceux qui m’aiment, Et ceux qui me cherchent me trouvent.

Mon Sauveur m'aime.. malgré mon indignité... quel ferme appui pour ma foi

 

5) Il évoque la perfection comme nécessaire au salut !!!

 

6) Il propose un acte de foi : le renoncement 

les 4 premiers commandements non mentionnés sont en toile de fond lorsqu'il lui dit "vends tous tes biens... et suis moi"

Les 12 disciples ont obéi spontanément au simple  " suis-moi " ! et ont laissé famille; biens, métier...

Et pour Paul, il a du quitter la religion :

   * héritage –hébreu né d'Hébreux,

   * formation – aux pieds de Gamaliel,

   * zèle -inquisiteur 

 

7) Il enseigne les disciples à partir de cet épisode.

Autres exemples : Serpent d'airain, femme de Lot, Lazare

 

 

B - Les disciples 

 

1) Ils sont étonnés

Pourtant ils ont entendu le sermon sur la montagne et l'histoire du riche et de Lazare... Peut-être n'ont-ils pas écouté ou alors ont-ils cru devoir prendre au "second degré" selon la théologie moderne ! Ils n'ont pas encore digéré "le divorce".

 

2) Ils sont encore plus étonnés

par rapport au chameau (ou corde) et l'aiguille
On a évoqué la porte de l'aiguille qu'un chameau pourrait franchir en s'agenouillant, mais notre jeune homme, justement, s'est jeté à genoux et sent bien que ce n'est pas suffisant.
On a parlé d'une confusion entre corde et chameau, mais cela ne changerait rien, l'enseignement reste le même : c'est IMPOSSIBLE !

 

 

C - Le jeune homme  


Je ne dresserai qu'un rapide portrait de cet homme, le lecteur pourra développer chaque point !

 

1° Il est jeune, riche et influent

3 facteurs qui ordinairement détournent de Dieu, or lui le cherche. Il a perçu l'appel ! Quel miracle déjà.

 

Il se pose la seule question utile

Sa quête spirituelle ne se fourvoie pas dans des choses étranges ou secondaires. Il a bien perçu l'appel.

 

Il s'adresse à la personne la plus qualifiée pour lui répondre

Jésus lui-même, non seulement vrai Dieu sachant toutes choses, vrai homme parlant la langue des hommes, mais encore auteur unique du salut, même Salut de Dieu.

 

Il adopte une attitude humble et déférente

Le chef admiré se jette aux pieds du prêcheur méprisé. Il ne résiste pas à l'esprit de crainte respectueuse, au "saint tremblement d'un mortel devant Dieu".

 

Il passe avec succès le test préliminaire de la loi 

Il n'a pas triché avec sa religion ; il a " fait ce qu'il a pu "

 

Il a conscience que son obéissance extérieure ne suffit pas

 

Enfin : il reçoit précisément la réponse dont il a besoin ...

Et cependant les paroles de la vie éternelle ne s'imposent pas à lui comme la seule voie possible.

Il a mesuré le fossé séparant sa pensée de celle du Seigneur et son incapacité à le franchir, aussi en fut-il profondément attristé.

 

Beaucoup de pseudo-évangéliques modernes ne souffrent plus d'un tel complexe : ils ont élaboré une doctrine-panacée qui explique à Dieu ce qu'il devrait penser, ce qu'il convient d'ajouter et de retrancher au Saint Livre pour l'adapter à leur théologie moderne de la sainte mondanité pour qui l'obéissance est forcément hypocrite et la conformité au monde le signe le plus évident de renoncement (à l'opprobre humain et à la bénédiction divine sans doute) !

 

Jamais ils n'ont le cœur "saisi de componction" au message de Dieu :

  • Il n'est pas pour eux 

  • Dieu n'a pas réellement dit 

  • Le joug est trop lourd pour les concerner

  • Et ils ne craignent pas de déclarer avoir reçu de Dieu lui-même une dispense de devoir, exonération de soumission ou permis de licence.

 

Puissent-ils éprouver un jour la tristesse selon Dieu qui conduit à la repentance à salut plutôt que celle du héros de notre histoire, laquelle ressemble un peu à celle de Judas : voir le chemin et refuser de le suivre "se juger soi-même indigne de la vie éternelle" "méconnaître le temps de la visitation" "les choses qui appartiennent à ta paix"...

 

Heureux, vous qui savez ces choses, pourvu que vous les pratiquiez !

 

Remarquons (et c'est capital) que Jésus n'a pas couru après lui pour lui proposer une "renégociation" des conditions du salut, un "églisage" au rabais : 

 

LE SALUT DE DIEU s'accepte aux CONDITIONS DE DIEU !

 

On n'entendra plus jamais parler de cet homme ; à défaut de rajeunir encore, peut-être a-t-il vu croître sa richesse, son influence et sa sagesse, sa religion même ? A-t-il concentré en sa personne la richesse de Crésus, la puissance d'Alexandre, la sagesse de Salomon et la beauté d'Apollon, et gagné le monde entier ?

En tous les cas, s'il n'est pas revenu à Jésus dans la repentance, il est perdu pour l'éternité.

 

 

LE CHOIX POUR NOUS :

 

- Repartir tout triste en se disant " tu es un Maître dur et sévère ".

- Adhérer superficiellement et tromper son cœur par de faux raisonnements

- Venir ou revenir au pied de la Croix ; laisser le fardeau, c'est aussi laisser le " bagage " que l'on croit honorable, utile ; la résistance qui nous a fait suivre de loin, perdre le premier amour....

 

Que servirait-il à un homme de gagner le monde entier s'il perdait son âme ?

 

Samuel Girardot

 

 

 

Please reload