Rechercher
  • L. GILMAN

GENÈSE 30



Verset 1 à 2

Une femme est conçue pour donner la vie et la stérilité est quelque chose de terrible lorsqu’elle frappe l’une d’entre elle. L’âme de Rachel s’éteint au fond d’elle même, parce qu’elle ne peut pas être mère. Rachel ne conçoit pas de vivre sans avoir ses propres enfants. A t-elle envie de mettre fin à ses jours ou se meurt-elle intérieurement ? C’est pourquoi, elle demande à son mari un miracle qu’il ne peut lui-même produire. Jacob est impuissant face à une telle situation, comment un homme peut-il répondre à un tel problème ? Rachel doit très certainement être si insistante, qu'il finit par se mettre en colère contre elle. Jacob ne souffre pas de cette stérilité, car avec Léa, il peut devenir le père d'une grande famille et transmettre son nom pour les générations futures.

Ayons de la compassion pour celles et ceux qui ne peuvent pas avoir d'enfants, car souvent très ils souffrent terriblement à l'intérieur d'eux même. Les femmes sont plus affectées, car elles veulent donner la vie et enfanter, mais contrairement à Jacob, les hommes le sont aussi, car n'ayant qu'une seule épouse, ils veulent devenir père et assurer leur descendance.


Verset 3

Comme Sarah l’avait fait, Rachel va demander à son mari d’aller vers sa servante pour avoir des enfants. Mais cette fois, les enfants ne seront pas considérés comme les enfants de l’esclave, car aucune promesse n’a été donnée à Jacob concernant sa postérité avec Rachel.

La traduction hébraïque est beaucoup plus parlante ; « et moi aussi je serai bâtie à partir d’elle ».

Grâce à sa servante, Rachel peut devenir mère, c’est une opportunité qu’elle ne veut pas laisser de côté. Sans enfant, Rachel se meurt, elle n’est pas construite et elle ne le peut, car quelque chose n’est pas accomplie. Si elle ne peut pas donner la vie, elle veut au moins se construire en s’occupant d’ enfants qu’elle considérera comme les siens.


Aujourd’hui, c’est la raison pour laquelle il y a tant d’adoptions. La stérilité est un fléau qui fait souffrir terriblement les ménages. Bilha ne sera pas qu’une mère porteuse, car étant au service de Rachel, c’est elle qui s’occupera de son propre enfant. Son enfant aura deux mères en quelque sorte, car il ne sera jamais coupé de sa vraie mère et c’est là toute la différence avec les procédés pratiqués dans certains pays. Une mère ne devrait jamais donner la vie à un enfant pour le donner à une autre.


Verset 4

On peut remarquer que Jacob va vers Bilha, c’est le verbe בּוֹא Bo qui veut dire : venir, arriver, entrer, s’accomplir.

Jacob a une relation sexuelle avec Bilha, mais le verbe n’est pas le même que lorsque Adam en eut une avec Eve, c’est le verbe יָדֹעַ. Yadoa, qui signifie : savoir, connaitre, remarquer, sentir, voir apprendre, se soucier, prendre soin, aimer.

Lorsqu’il y a une vraie relation d’amour, le verbe Yadoa est utilisé, mais lorsque c’est le verbe Bo, on comprend qu’un devoir doit être fait, c’est tout.

Lorsque Jacob s’est approché de Léa le soir de leur union, c’est le verbe « bo » qui est utilisé. Tout était dans la pénombre et bien que Jacob aimait Rachel, sans doute n’a-t-il pu l’aimer parce qu’il ne la voyait pas.

La notion d’amour n’est que dans le verbe Yadoa. Le verbe « bo » n’est que l’accomplissement de quelque chose.

C’est pourquoi Jacob alla vers Bilha, mais ne la connut pas, exactement comme il l’a fait pour Léa. Rachel est la seule femme qu’il aime. D’ailleurs Rachel ne demande pas à son mari autre chose que d’aller vers Bilha pour lui donner ce qu’elle ne peut avoir. C’est une relation sexuelle purement organisée qui n’a qu’un seul but : enfanter pour combler le coeur de Rachel. La demande de Saraï était exactement la même.


Verset 5 à 8

Jacob va donc aller vers Bilha, la servante de Rachel et celle-ci lui donnera un fils que Rachel nommera "Dan" qui signifie « il a jugé », puis un second qu’elle nommera "Nephtali" « combat ».

Rachel aimait Jacob et pourtant elle a du partager son époux avec sa propre soeur. Non seulement, elle a été elle trompée par son père et par sa soeur, mais en plus, elle voit que sa soeur enfante sans problème, alors qu’elle même ne peut le faire. Malgré cela, Rachel va se battre pour donner la vie, et non contre sa soeur, c’est pourquoi elle dit qu’elle a lutté divinement contre sa soeur.


Verset 9 à 13

On sent une vraie rivalité entre les deux soeurs et particulièrement chez Léa. Alors qu’elle a déjà eu 4 fils, elle voudrait enfanter davantage mais ne le peut plus. C’est pourquoi, elle va donner sa servante à son mari, afin qu’il puisse, comme il l’a fait pour Rachel, lui donner encore des enfants.

2 fils vont ainsi arriver : Gad et Aser qui signifie tous les deux « bonheur ».


Verset 14 à 15

Léa retourne la situation en reprochant à Rachel de lui avoir pris son mari. On voit à travers ce récit que la relation entre les deux soeurs est tendue et qu’il y a une vraie rivalité.


La mandragore est une plante aux vertus narcotiques, mais elle a cependant quelques fleurs. Pour en avoir, Rachel va marchander son mari, ce qui ravit Léa.




Verset 16 à 21

Léa existe à travers ses enfants, c’est pourquoi, plus elle en a, plus elle se réjouit et croit que son mari l’aimera et délaissera Rachel pour habiter avec elle. Elle va ainsi donner 2 nouveaux fils à Jacob : Issacar, qui veut dire « salaire » et Zabulon « habitation ». Puis elle enfantera également une fille qu’elle nommera Dina et qui signifie « jugement ». C’est ainsi que Léa eut 6 fils et 1 fille.


Verset 22

Version originale hébreu : Et Dieu se rappela de Rachel et l’écouta, Dieu ouvrit sa matrice.

C’est étrange de voir que Dieu se rappelle, comme s’il avait oublié pendant un temps. C’est le même verbe employé que dans Gen 19:29 où Dieu se souvint d’Abraham qui avait prié pour que Lot soit sauvé de Sodome.

Dieu n’oublie pas, cela veut surtout dire que le temps de Dieu pour l’exaucement est arrivé. Il y a un temps pour tout, c’est pourquoi, nous devons toujours garder la foi et ne pas nous décourager lorsque nous ne recevons pas tout de suite ce que nous avons demandé.

C’est le temps d’ouvrir la matrice de Rachel, car Dieu l’avait fermée pour toute une période donnée. La matrice, c’est l’utérus, c’est à dire tout le système reproductif de la femme.


Rien n’est jamais figé avec Dieu, c’est pourquoi nous devons toujours croire, sans jamais nous relâcher. Son temps n’est pas le notre !


Verset 23 à 24

C’est ainsi que Joseph naitra.

Joseph signifie : ajouté.

La stérilité est une honte à l’époque, car Dieu avait demandé à l’homme et à la femme de se multiplier sur toute la surface de la terre. C’est d’autant plus une honte pour Rachel qui doit très certainement savoir ce que Dieu a promis à Abraham et à sa postérité. Rachel espère porter la descendance bénie qui avait été promise au grand père et au père de son mari. En accouchant, elle a le sentiment de devenir une vraie femme parce qu’elle porte la vie, mais cela lui donne aussi l’espoir d’être porteuse de cette descendance bénie de Dieu.


Verset 25 à 26

Jacob a rempli son contrat et veut repartir chez lui, dans son pays d'origine. Après 14 ans de bons et loyaux services, Il va demander congé à son beau-père, mais aussi la permission de retourner dans son pays avec ses femmes et ses enfants.


Verset 27 à 34

Pendant toutes ces années, Laban a été béni grâce à son beau-fils. Le voir partir, c’est en quelque sorte voir s’éloigner la bénédiction de sa maison. C’est pourquoi, Laban va lui demander de rester en lui proposant un salaire en contre partie. Jacob veut être indépendant et ne plus dépendre de son beau-père, c'est pourquoi Jacob va proposer à son beau-père non pas de le payer, mais de lui donner définitivement le troupeau dont il va s’occuper et surtout multiplier.


Verset 35 à 36

C’est ainsi que le troupeau de Laban va être séparé en deux catégories :

Pour Laban, les brebis et les chèvres parfaitement unies et claires

et pour Jacob, les brebis tachetées, mouchetées et noires, ainsi que les chèvres tachetées et mouchetées.

Laban éloigna son troupeau de 3 jours de marche d’avec celui de Jacob. Ce n’est qu’à partir de cette transaction, que Jacob va ainsi pouvoir se constituer son propre cheptel.


Verset 37 à 43

Technique un peu bizarre. Ce qu’il faut voir à travers cela, c’est surtout la main de Dieu qui veut bénir et faire prospérer son enfant. Le bétail de Jacob deviendra fort et sera une véritable source de bénédiction pour lui et sa famille.

Laban ne voulait pas laisser partir son beau-fils alors Jacob a saisi l’opportunité pour devenir propriétaire de son propre troupeau.

Jacob a agi de manière honnête et a surtout mis sa confiance en Dieu, qui lui avait parlé par un songe Gen 31:11-12 Et l’ange de Dieu me dit en songe: Jacob ! Je répondis : Me voici ! Il dit : Lève les yeux, et regarde : tous les boucs qui couvrent les brebis sont rayés, tachetés et marquetés ; car j’ai vu tout ce que te fait Laban. La main de Dieu était sur lui, car il le bénissait.

La patience de Jacob le récompensera, car il deviendra un homme riche.





21 vues