Please reload

SI VOUS L'AIMEZ, POURQUOI PASSEZ-VOUS PEU DE TEMPS AVEC LUI ?

 

 

Pourquoi Jésus a-t-il dit :  « Mais toi quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte et prie ton Père qui est dans (lieu) secret, et ton Père qui voit dans le secret te le rendra » (Mat 6:6). 

 

C’est parce que le Seigneur recherche l’intimité avec nous. Il désire se retirer dans l’intimité et la solitude avec celui qu’Il aime. Beaucoup prient régulièrement et assistent à toutes les réunions de prières de leur église. Ils assistent à tous les cultes possibles, et il est certes conforme à l'enseignement biblique que deux personnes ou plus se mettent d'accord dans la prière. Cependant le Seigneur frappe régulièrement à la porte de son cœur et lui chuchote : "Viens à l’écart, ferme la porte et restons seuls tous les deux"La prière dans le secret est la chose la plus intime que vous puissiez partager avec votre Seigneur. Si vous n’avez pas cette sorte de relation, c'est que vous ne le connaissez pas vraiment. 

 

Sans intimité avec Jésus, même vos oeuvres les meilleures peuvent devenir mauvaises :

« beaucoup me diront en ce jour-là : « Seigneur, Seigneur ! N’est-ce pas en ton nom que nous avons prophétisé, en ton nom que nous avons chassé des démons, en ton nom que nous avons fait beaucoup de miracles ? Alors je leur déclarerai : Je ne vous ai jamais connus : retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité ». (Mat 7:22-23)

Ceux d’entre nous qui prophétisent, qui chassent des démons, comme je l’ai fait, ne doivent pas dire : « Cela ne s’adresse pas à moi ! » Car que veut dire Jésus ici ? La phrase clé, c’est celle-ci : « Je ne vous ai jamais connus ». Il n’y avait aucune intimité. Il y a des gens qui font beaucoup de choses en Son nom, mais sans vraiment Le connaitre. Cela signifie que nous pouvons devenir si absorbés par le bien que nous faisons, par nos programmes ou nos actions en faveur des autres que nous perdons le contact avec Jésus. Nous finissons par faire certaines choses en Son nom, mais elles se terminent mal parce que nous les accomplissons par notre force.

 

Quand nous passons quelque temps seul avec Jésus, c’est surtout dans notre intérêt, rarement dans le sien. Pensons-nous jamais à Ses besoins ? Jésus s’est fait homme, a connu tous les besoins humains, y compris celui d’avoir des amis et d’être aimé. Il ressent le rejet tout comme nous, car il n’a jamais rejeté Son humanité. Jésus est Dieu et toujours homme. Le fait qu’Il a compati à nos faiblesses signifie qu’Il a connu les mêmes expériences et les mêmes besoins que tous les hommes. Récemment, je me suis dit ceci : « Seigneur, quand tu étais sur la terre, as-tu jamais demandé : Est-ce que quelqu’un m’aime tout simplement pour moi-même, Jésus l’homme ? » Observez les foules qui se pressaient autour de lui, en quête de guérison, de nourriture, de miracle, de miséricorde, d’assistance. Il les a considérées comme des brebis sans berger. Il a entendu leurs cris et a pleuré, mais bien peu venaient sans rien demander, simplement pour l’aimer

Il y avait une femme perdue, une pécheresse, qui est venue lui donner quelque chose : « Et voici qu’une femme pécheresse, qui était dans la ville, sut qu’il était à table dans la maison du Pharisien ; elle apporta un vase d’albâtre plein de parfum et se tint derrière à ses pieds. Elle pleurait et se mit à mouiller de ses larmes les pieds de Jésus, puis elle les essuyait avec ses cheveux, les embrassait et répandait sur eux du parfum (…) Puis il se tourna vers la femme et dit à Simon : Vois-tu cette femme ? Je suis entré dans ta maison et tu ne m’as pas donné d’au pour mes pieds; mais elle, elle a mouillés mes pieds de ses larmes et les a essuyés avec ses cheveux » (Lc 7:37-38, 44-46)

 

Avez-vous jamais lavé Ses pieds avec vos larmes ? Êtes-vous jamais venu à Lui sans rien Lui demander pour vous, votre ministère ou votre famille, c’est à dire simplement pour Lui offrir un cadeau d’encens, une boîte d’albâtre pleine d’amour et d’adoration ? Ecoutez le cri de Son coeur : « tu ne m’as pas donné de baiser. Tu n’as pas lavé mes pieds fatigués, mais elle, elle a fait cela pour moi ! »

Dans Matthieu 26, une autre femme est venue vers Jésus et a versé du parfum sur Sa tête pendant qu’il mangeait. Les disciple l’ont vu et s’en sont indignés en ces termes : « A quoi bon cette perte ? On aurait pu vendre ce parfum très Cher et en donner (le pris) aux pauvres » (V 8-9). Nous ressemblons aux disciples, nous croyons que le temps passé seul avec Lui, à Le prier ou l’adorer, est du temps perdu, car de nombreuses personnes souffrent dans le monde, et on besoin de notre temps et de nos prières. Jésus a dit : " Pourquoi faites-vous de la peine à cette femme ? Elle a accompli une bonne action à mon égard; car vous avez toujours les pauvres avec vous, mais moi, vous ne m’avez pas toujours " (V10-11).

 

Ses propres disciples ont été incapables de rester une heure avec Lui, quand Il en avait le plus besoin. Il leur avait dit : « Mon âme est triste jusqu’à la mort; restez ici et veillez avec moi » (v38). Et voici ce qu’Il leur disait, en réalité : « Je souffre. J’ai besoin de vous, maintenant. J’ai besoin de votre amour et de votre soutien » Mais ils se sont endormis : « Vous n’avez donc pas été capables de veiller une heure avec moi ! » (v40). Tout ce qu’Il leur demandait, c’était une heure, une heure concentrée sur ce dont Il avait besoin, une heure d’amour de leur part alors qu’Il souffrait. Nous nous disons souvent : « Il est Dieu. Il n’a aucun besoin, Il ne souffre pas, Il ne pleure pas. Que puis-je bien lui donner ? » S’Il n’a pas de besoin maintenant, s’Il n’est qu’un Dieu insensible éloigné de notre monde, alors pourquoi frappe-t-il à la porte de notre coeur ? Pourquoi éprouve-t-Il le besoin de venir souper avec nous ? (voir Ap 3:20). Pourquoi a-t-Il demandé à Pierre, par trois fois, après Sa résurrection : « M’aimes-tu ? » Cela nous montre bien qu’Il ressent le besoin d’être aimé. « Le déshonneur me brise le coeur, et je suis malade; j’espère un signe de pitié, mais rien ! Des consolateurs, et je n’en trouve pas «  (Ps 69:21)

 

David Wilkerson

« Exhorte l’Eglise »

 

 

 

Please reload