GALATES 3



Verset 1

Paul montre aux galates son mécontentement envers eux. Ils les traitent d’insensés, le terme employé en grec est « anoetos » qui veut dire : sans intelligence, idiot, imprudent, sensuel (qui recherche à flatter ses sens).

Dans le grec original, il est dit plus loin « qui vous a envoutés ». Ils se sont laissés manipulés par des discours flatteurs, et ils y ont cru, alors qu’à la base, ils avaient reçu le bon enseignement, le vrai, celui de Christ crucifié. Paul est ahuri, il n’en revient pas et leur exprime sa colère.

Comment Paul parlerait-il s’il devait venir dans certaines assemblées aujourd’hui ? Ne serait-il pas tout autant choqué, voir peut-être même encore plus ? Beaucoup ont reçu le bon évangile et pourtant ont fini par s’en créer un nouveau, plus approprié à leur vie, à leur fonctionnement, à leur mode de pensée. Sans s’en rendre compte, ils ont laissé une partie de la croix pour n’en prendre que le morceau qui les intéresse : la grâce. Le renoncement à eux-mêmes et l’obéissance ont été mis de côté, car c’est trop difficile pour eux et le Jésus qu’ils se sont créés ne peut être aussi exigeant que certains le prétendent.


Verset 2 à 5

Paul leur pose des questions logiques afin de les remuer et de les faire réagir.

Ce ne sont pas nos oeuvres qui nous sauvent, mais uniquement notre foi. Même si nous avons bien commencé la course, cela ne suffit pas, encore faut-il la terminer. Cette course se fait par l’esprit et non par la chair, car jamais la chair ne nous conduira à bonne destination ! Celui qui appartient réellement à Christ persévérera jusqu'à la fin, car même s'il tombe, il se relèvera par la puissance de celui qui agit en lui. Dieu l'affermira, le fortifiera et le rendra inébranlable.


Verset 6 à 9

Paul rappelle que le juste n’est pas pas celui qui fait les oeuvres, mais seulement celui qui a la foi. Il prend pour exemple Abraham, le père des juifs, leur modèle, pour leur démontrer qu’il n’a été justifié que par la foi et non à cause de ses oeuvres. Gen 15:6 Abram eut confiance en l’Eternel, qui le lui imputa à justice.

Nous pouvons faire toutes les oeuvres que nous voulons, si nous n’avons pas la foi, cela ne nous servira à rien. Notre salut ne tient que sur la foi en ce que Jésus a fait pour nous à la croix pour nous racheter, parce que nous étions indignes devant lui. Si nous l’avons vraiment compris, nous ne pourrons plus jamais nous comporter comme auparavant, car cette foi produit en nous un changement de mentalité, une nouvelle vision des choses.

Cependant les galates avaient bien commencé, comme beaucoup aussi commencent bien encore aujourd'hui, et pourtant ils ont dévié parce qu’ils se sont laissés séduire par des discours trompeurs. Soyons attachés à la Parole de Dieu qui est notre seul repère fiable. N’écoutons pas ceux qui veulent nous distraire et nous apporter un évangile moderne, centré subtilement sur le « moi ». L’évangile est centré sur la croix et rien ne doit l'en écarter ou l'amoindrir ! Jésus a dit et cela devrait être à jamais notre point d’encrage Mat 16:24 Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui–même, qu’il se charge de sa croix, et qu’il me suive.


Verset 10 et 11

Jacques nous dit que si nous transgressons un seul commandement, c’est la loi toute entière que nous transgressons (Jc 2:10). C’est la raison pour laquelle la loi devient une malédiction, parce qu’elle doit être accomplie dans son intégralité Dt 27:26 Maudit soit celui qui n’accomplit point les paroles de cette loi, et qui ne les met point en pratique ! — Et tout le peuple dira : Amen !

Il ne suffit pas d’obéir à quelques commandements pour être justifié devant Dieu, car les oeuvres ne sauvent pas. La loi sert à mettre le péché de l'homme en évidence. Et c'est pour remédier à ce problème majeur que Jésus est venu accomplir ce que l’homme était incapable de faire. La loi est là pour nous démontrer que nous avons besoin d’un sauveur. Ainsi c'est la foi en Jésus qui sauve et non les oeuvres que nous accomplissons !


Verset 12

La loi est totalement contraire à la foi.

La loi demande de "faire", mais la foi demande de "croire", c’est totalement différent et tellement plus simple.


Verset 13 à 14

L’obéissance conduit à la mort, c’est pourquoi toute loi transgressée est une désobéissance et entraine obligatoirement la mort. Tout homme, sous l'ancienne alliance, était ainsi voué à la mort, car aucun d’entre eux ne pouvait obéir à la loi à 100 % et durant toute sa vie, c’est pourquoi Jésus est venu stopper cette malédiction en accomplissant la loi parfaitement et en se donnant lui-même comme sacrifice expiatoire pour tous et une fois pour toute. C’est en croyant à cela, que l’homme est sauvé !

La postérité d’Abraham est spirituelle, ce sont tous ceux qui sont justifiés par la foi, comme lui-même l’a été. Ainsi toute personne qui croit en ce que Jésus a accompli à la croix pour nous devient la postérité d’Abraham. Rom 10:10 Car c’est en croyant du cœur qu’on parvient à la justice, et c’est en confessant de la bouche qu’on parvient au salut,


Verset 15 à 18

Abraham a reçu la promesse alors qu’il n’y avait pas encore de loi à son époque. Dieu a fait une promesse qui tient dans le temps, il n’a pas annulé ce qu’il avait dit à Abraham. La postérité d’Abraham est spirituelle, elle renferme tous ceux qui croient en Jésus, qui ont mis leur foi en ce qu’il est mort à la croix pour racheter tous ceux qui reconnaitraient avoir besoin d'un sauveur, car tout homme sur la terre, sans exception, mérite la condamnation éternelle. Dieu a offert sa grâce à Abraham et cette promesse n'a pas changé, elle est toujours valable pour ceux qui sont issus de lui non pas physiquement, mais spirituellement.


Verset 19

La loi a été faite uniquement pour mettre en évidence le péché. Sans loi, il n’y a pas de limites à faire le mal, la loi permettait ainsi d'établir des règles, jusqu’à ce que le péché soit condamné définitivement dans la chair par la mort de Jésus à la croix (Rom 8:2).

La loi fut donnée à Moïse sur la montagne de Sinaï, par Dieu venant au milieu de milliers d’anges. Dt 33:2 Il dit : L’Eternel est venu du Sinaï, Il s’est levé sur eux de Séir, Il a resplendi de la montagne de Paran, Et il est sorti du milieu des saintes myriades: Il leur a de sa droite envoyé le feu de la loi.

Etienne aussi le précise dans son discours aux juifs avant de mourir. Act 7:38 C’est lui qui, lors de l’assemblée au désert, étant avec l’ange qui lui parlait sur la montagne de Sinaï et avec nos pères, reçut des oracles vivants, pour nous les donner.

Il veut certainement dire que cet ange est l’ange de l’Eternel, car aucun homme n’a jamais vu Dieu. Jn 1:17-18 car la loi a été donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus–Christ. Personne n’a jamais vu Dieu ; le Fils unique, qui est dans le sein du Père, est celui qui l’a fait connaître.


Verset 20

Pour être médiateur, il faut obligatoirement 2 parties. Le médiateur permet de départager ou de renseigner comme l’a été Moïse. Moïse était un médiateur entre Dieu et les hommes.


Verset 21 à 22

La loi ne va pas à l’encontre des promesses de Dieu, car il faut qu’il y ait des limites établies pour faire régner l’ordre, mais ce n’est pas elle qui donne la vie. La loi a pour principe de mettre des règles et de condamner ceux qui les transgressent. C’est pourquoi, plutôt que de donner la vie, elle donne la mort.

La loi met en valeur le péché de l’humanité toute entière. Aucun homme n’est juste devant Dieu, pas même un seul, car tous, sans exception ont péché, ne serait-ce au moins une fois dans sa vie. La loi réclamait une justice et cette justice ne pouvait être accomplie que par le sang d’un innocent, c’est pourquoi Jésus a accompli la justice parfaite de Dieu en se donnant lui-même sur la croix de Golgotha.

Ainsi ce n’est pas la loi qui sauve, mais la foi en Jésus-Christ. La justice de Dieu a été accomplie une fois pour toutes, pour tous ceux qui marcheraient selon l’Esprit et non plus selon la chair (Rom 8:2). La chair réclame la loi, mais l’Esprit réclame la foi uniquement.


Verset 23 à 24

Avant que Jésus ne vienne, il n’y avait que la loi. Mais la loi était nécessaire pour nous conduire à Christ, car elle démontre qu’il est impossible à l'homme d’accomplir la loi dans son ensemble, parce qu'il en est incapable.


Verset 25

La foi en Jésus retire définitivement la condamnation de la loi sur nous. La loi condamnait le péché et réclamait par conséquent un sacrifice en guise de justice. Mais comme le péché se renouvelait en permanence, les sacrifices devaient se répéter également à chaque fois. C’est pourquoi Dieu a envoyé son propre Fils pour arrêter tous les sacrifices.

Jésus est devenu le sacrifice ultime et a payé une fois pour toute, le prix que la loi réclamait. Ainsi tous ceux qui croient en ce qu’il a fait sur la croix n’ont plus aucune dette devant Dieu, car elle a été réglée définitivement aux yeux de Dieu.


Verset 26

C’est par la foi que nous sommes fils de Dieu et nous le sommes parce que nous croyons en ce que Jésus a fait sur la croix pour nous, parce que nous reconnaissons notre état de pécheur et notre besoin de repentance pour parvenir au salut.

Paul rajoutera dans l’épitre aux Romains que c’est ceux qui sont conduits par l’Esprit qui sont fils de Dieu. Cela indique que si nous vivons constamment dans la chair, nous ne serons donc pas considérés comme des enfants de Dieu. "Conduits par l’Esprit" signifie : chercher la face de Dieu en toutes choses afin d’accomplir Sa volonté.

Et un peu plus loin, Paul précisera que le statut d’enfant de Dieu inclut la souffrance avec lui. Rom 8:17 Or, si nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers : héritiers de Dieu, et cohéritiers de Christ, si toutefois nous souffrons avec lui, afin d’être glorifiés avec lui.

Certains prétendent que tous sont enfants de Dieu par nature, et c’est faux. D’autres pensent l’être parce qu’ils ont un jour fait une prière pour les mener au salut, mais un fils de Dieu se reconnait à sa façon de vivre, de parler et de penser. Il porte du fruit parce qu’il ne vit plus pour lui-même mais pour