Rechercher
  • L.GILMAN

HÉBREUX 3



Verset 1 à 4

L’auteur de cet épitre précise que Jésus est plus important que Moïse. Pourquoi, parce qu’il est Dieu, c’est à dire le créateur lui-même, alors que Moïse n’était qu’un serviteur.

Moïse était un vase, mais Jésus est celui qui fait le vase.

Jésus est appelé ici « l’apôtre », parce que c’est lui qui a établi l’Église en établissant et formant des disciples pour le succéder. Mais il est aussi et surtout le souverain sacrificateur de la foi, car il a fait le plus grand des sacrifices qu’aucun autre sacrificateur n’aurait pu faire à sa place, celui de sa vie. Et c’est uniquement par la foi en son sacrifice que nous sommes sauvés, c’est pourquoi il est le souverain sacrificateur de la foi, car on ne peut recevoir le pardon des péchés que par la foi.


Verset 5 à 6

Passage extrêmement important ici, au verset 6.

Nous sommes la maison de Christ, c’est à dire le temple du Saint-Esprit, l’endroit où il demeure, et nous le resterons jusqu’à la fin, à la condition que nous conservions jusqu’à la fin la ferme confiance et l’espérance dont nous nous glorifions.

C’est à dire que nous devons garder la foi et ne pas faillir à ce niveau. Il est le souverain sacrificateur DE LA FOI, c’est à dire que son sacrifice n’est valable qu’à la condition que nous le croyons, tout est une question de foi. Avoir cru en ce sacrifice pendant un temps de notre vie et ne plus vraiment y croire par la suite annulerait ainsi le salut. Nous avons été rachetés au prix du sang de Jésus, le Fils de Dieu et nous ne devons jamais douter de ce rachat. Dieu nous ouvre son royaume pour y demeurer et ne plus nous inquiéter de quoi que ce soit. Nous devons avoir confiance en lui et croire en ce qu’il nous réserve pour l’éternité.

La foi est l’élément indispensable pour rentrer dans le royaume, et c’est grâce à la foi que nous garderons la paix dans notre coeur et l’assurance qu’il ne nous abandonnera jamais. Le manque de foi débouche inévitable vers un manque de confiance en Dieu et conduit très souvent à la rébellion. Le juste, c’est à dire l’enfant de Dieu, vit par la foi et s’il ne vit pas de cette manière, il n’est pas agréable à Dieu. Heb 10:38 Or, le juste vivra par la foi ; mais, si quelqu’un se retire, mon âme ne prend point de plaisir en lui.

Sans la foi, nul n’est agréable à Dieu Heb 11:6 Or, il est impossible de lui être agréable sans la foi, car il faut que celui qui s’approche de Dieu, croie que Dieu est, et qu’il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent.


Verset 7 à 11

Le manque de foi conduit souvent vers la rébellion, c’est pourquoi l’auteur de l’épitre met en garde les hébreux de ne jamais endurcir leur coeur pour quoi que ce soit. La libération du peuple hébreu est un exemple que nous devons toujours gardé en mémoire afin de ne pas nous conduire comme la majorité du peuple l’avait fait. 1 Cor 10:11-12 Or, toutes ces choses leur arrivaient pour servir d’exemple ; et elles sont écrites pour nous instruire, nous qui sommes parvenus aux derniers temps. C’est pourquoi, que celui qui croit être debout, prenne garde qu’il ne tombe.

Il ne suffit pas d’avoir été libéré de l’esclavage, encore faut-il continuer à avancer dans la foi et ne pas se rebeller. Le coeur peut devenir dur au fil des épreuves, c’est à nous de le garder pur en gardant nos yeux fixés sur le rémunérateur de la foi. L’auteur parle ici à des chrétiens et non à des religieux ou des païens, ce qui veut dire que le coeur d’un chrétien peut s’endurcir. Comment ? Et bien tout simplement par les épreuves, comme ce fut le cas pour les israélites dans le désert. 2 chr 30:8 Ne raidissez donc pas votre cou, comme vos pères ; donnez la main à l’Eternel, venez à son sanctuaire qu’il a sanctifié pour toujours, et servez l’Eternel, votre Dieu, pour que sa colère ardente se détourne de vous.

Les épreuves sont nécessaires pour faire grandir notre foi et non pour nous la retirer. Elles affermissent notre foi et nous rendent ainsi de plus en plus proches de Dieu. Si l’effet est inverse, c’est que notre foi n’était pas très sincère à la base, mais plutôt superficielle. La sortie d’Egypte plait à tous, mais le désert demande beaucoup de foi et nous en avons besoin, car nous sommes obligés de passer par le désert pour arriver à Canaan. N’oublions jamais que 24 000 personnes ont péri en un seul jour à cause de leur révolte. Dieu n’a pas changé, il est resté le même et le restera éternellement. La foi est la clé pour entrer dans le royaume.

Comme les israélites ont vu un tas de miracles extraordinaires : la mer s’ouvrir, la manne, les cailles, la nuée, etc… nous aussi, nous avons expérimenté la puissance de Dieu dans notre vie, nous l’avons vu à l’oeuvre à maintes reprises dans bien des situations. N’endurcissons jamais notre coeur, mais au contraire gardons nos yeux fixés sur le Seigneur qui veut nous façonner et nous faire grandir dans la foi.


Verset 12 à 15

Malgré qu’ils soient bien tous chrétiens, l’auteur de l’épitre met les hébreux en garde à ne pas se laisser séduire par le péché, car être en Christ n’est pas quelque chose d’acquis et il ne fait que le répéter une fois de plus. C’est d’ailleurs pour cette raison que Paul dira aux éphésiens de se dépouiller de leur ancienne vie, car sans ce dépouillement volontaire de notre part, nous repartirons très vite dans nos anciennes habitudes de vie et forcément de péché ! Eph 4:22 à vous dépouiller, eu égard à votre vie passée, du vieil homme qui se corrompt par les convoitises trompeuses,

La course a démarré lorsque nous avons accepté de suivre Christ, mais il faut aller jusqu’au bout et ne pas se relâcher. Beaucoup d’israëlites sont morts dans le désert à cause de leur rébellion, et pourtant ils étaient tous sortis d’Egypte pour aller vers Canaan. Commencer, c’est bien, mais terminer, c’est indispensable. C’est la persévérance qui prouve l’authenticité de notre foi et de notre réel engagement pour le Seigneur. Il ne suffit pas de connaitre la parole, encore faut-il l’appliquer jour après jour dans notre vie personnelle. Être chrétien, c’est être participant de Christ. Ce n’est pas un titre que l’on reçoit une fois pour toute, c’est un état dans lequel nous sommes et dans lequel nous restons jusqu’au bout.

Un juste peut se retirer et finir par se perdre, c’est terrible et c’est pourquoi, nous devons absolument garder la foi jusqu’au bout Heb 10:38-39 Et mon juste vivra par la foi ; mais, s’il se retire, mon âme ne prend pas plaisir en lui. Nous, nous ne sommes pas de ceux qui se retirent pour se perdre, mais de ceux qui ont la foi pour sauver leur âme.


Verset 16 à 19

Comment pourrions nous être incrédules alors que nous avons été sauvés ? Et bien, c’est possible et c’est pourquoi l’auteur de ce livre nous donne l’exemple des Israëlites dans le désert qui ont été incrédules pour la plupart, alors que Dieu les avait libérés et leur avait tout donné. Ps 78:10-17 Ils ne gardèrent point l’alliance de Dieu, Et ils refusèrent de marcher selon sa loi. Ils mirent en oubli ses œuvres, Ses merveilles qu’il leur avait fait voir. Devant leurs pères il avait fait des prodiges, Au pays d’Egypte, dans les campagnes de Tsoan. Il fendit la mer et leur ouvrit un passage, Il fit dresser les eaux comme une muraille. Il les conduisit le jour par la nuée, Et toute la nuit par un feu éclatant. Il fendit des rochers dans le désert, Et il donna à boire comme des flots abondants ; Du rocher il fit jaillir des sources, Et couler des eaux comme des fleuves. Mais ils continuèrent à pécher contre lui, A se révolter contre le Très–Haut dans le désert.

Le repos de Dieu est pour ceux qui le suivent et lui obéissent jusqu’à la fin.


Il y a malheureusement beaucoup de chrétiens dans nos assemblées qui n’obéissent pas à la parole de Dieu. Ils écoutent mais ne pratiquent pas. Leur foi est vaine, car dès qu’un problème surgit, ils cherchent des solutions humaines pour en sortir par eux mêmes à cause de leur incrédulité. Ils connaissent la parole, mais à l’abri du regard de leurs frères et soeurs, ils ont une vie mondaine et des comportements charnels. Ils portent un masque le dimanche et lors des rassemblements, mais le reste du temps, ils ne différent en rien des gens du monde.




3 vues