Please reload

EXODE 15

 

Verset 1 à 3

Le peuple d’Israël exprime à pleine voix, sa reconnaissance envers Dieu. 

Ils ont été délivrés de la main de leur ennemi et sont enfin libres. Ils sont sauvés.

« C’est lui qui m’a sauvé » en hébreu  ישׁוּעה YESHOUA , c'est à dire le prénom de Jésus 

 

Comme les israélites, nous avons, nous aussi été délivrés de nos ennemis et nous pouvons le clamer haut et fort en nous réjouissant. Ce n’est pas une chose qui doit arriver plus tard ou qui doit se faire petit à petit, c’est une complète délivrance. L’ennemi n’a plus aucun droit, il a été englouti dans la mer, exactement comme le diable a été vaincu à la croix de Golgotha. Cette victoire n’est plus à faire, elle a été accomplie une fois pour toute et nous devrions davantage nous en réjouir. 

 

«  Je le célébrerai » en hébreu נָוֹה  NAOH, qui veut dire : rester dans sa demeure. 

Le peuple hébreu est heureux, il est enfin libre, mais il va falloir maintenant rester près de Dieu, garder la foi jusqu’au bout. La délivrance a été accordée, mais ils ne sont pas encore dans le pays qui leur est réservé. Ils ne sont plus sous l’emprise du pharaon qui représente Satan, mais ils vont être sous l’emprise de leur propre chair qui va très vite montrer ses limites ! « Célébrer Dieu », c’est rester près de lui et lui faire une pleine confiance. Les hébreux sont bien disposés mais ils vont malheureusement très vite déchanter !

 

Qu’en est-il pour nous ? Avançons nous en restant dans la confiance, sans douter, sans broncher ? Si nous célébrons l’Eternel de tout notre coeur, cela signifie que nous restons à ses côtés, dans la foi et que nous ne craignons pas les hommes parce que Dieu est avec nous ! 

 

Verset 4 à 10

L’ennemi a été englouti, il n’est plus !

 

Et pourtant, nous voyons encore le diable se déchainer autour de nous, et c’est une réalité parce qu’il n’a pas encore été jeté dans l’étang de feu et qu’il est pleinement libre de ses faits et gestes encore pour un temps. Mais s’il peut encore toucher le monde, il ne peut plus toucher un enfant de Dieu, il n’a plus de droit sur lui ! Ce sont les soldats de pharaon qui ont été engloutis, c’est à dire toute la force de pharaon, car lui seul ne peut rien faire. De la même manière, satan n’est pas encore lié, il agit encore, mais la mer le sépare de nous, et il ne peut plus nous atteindre, il n’en a plus le pouvoir, parce que le sang de Jésus protège l’enfant de Dieu. Il n’a de pouvoir que si nous retournons vers lui, sur son territoire (le monde), ou si nous lui ouvrons une porte dans notre coeur (le péché).

 

Verset 11 à 12

Dieu est incomparable, il est inégalable et le peuple hébreu le reconnait bien. Il ne peut que s’extasier de la délivrance qu’il vient de vivre. 

 

Verset 13

Mais la puissance de Dieu est infinie et Dieu est fidèle, c’est pourquoi, il n’en a pas fini avec son peuple, il veut maintenant le conduire dans l’endroit qu’il a promis à Abraham depuis le début. C’est un endroit physique, mais spirituel aussi. Dieu conduit son peuple vers la sainteté, l’image spirituelle de Canaan. 

 

La sainteté de Dieu est un domaine vers lequel nous devons nous diriger dès lors que nous avons été libérés de l’esclavage. C’est le but final et pourtant c’est à partir de là, que les tensions et des conflits vont vraiment se manifester. Il ne suffit pas de commencer, encore faut-il aller jusqu’au bout. La libération d’Egypte est une grande chose, elle est cruciale, mais il faut ensuite se diriger vers Canaan, le pays promis, la sainteté. Ce n’est pas une option, c’est le but. La sainteté est le lieu où Dieu veut que son peuple s’établisse, parce que c’est la demeure qu’il a prévu pour lui. Lev 11:45 Car je suis l’Eternel, qui vous ai fait monter du pays d’Egypte, pour être votre Dieu, et pour que vous soyez saints ; car je suis saint. 

 

Verset 14 à 19

Les chefs d’Edem, les guerriers de Moab et les habitants de Canaan ne sont que la représentation des puissances démoniaques, rangées par ordre hiérarchique.

 

Nous sommes environnés d’un monde spirituel céleste que nous ne voyons. Qu’il soit divin ou malin, ce monde spirituel est constitué de hiérarchies. Ici encore on le voit : les chefs, les guerriers et les habitants. Mais quels que soient leur grade, les puissances de l’ennemi ont été vaincues et nous ne devons pas craindre de les affronter. Comprenons bien que c’est l’ennemi qui tremble lorsque nous marchons vers la sainteté, il déteste cela et n’a qu’un seul objectif nous arrêter. Mais n’oublions jamais que Jésus a vaincu le diable une fois pour toute et qu’il nous suffit maintenant d’avancer par la foi en repoussant ses attaques. Comment ? En nous soumettant à Dieu et en résistant aux menaces diaboliques ! Jc 4:7 Soumettez–vous donc à Dieu ; résistez au diable, et il fuira loin de vous. 

 

L’ennemi ne cessera jamais de nous harceler et de nous combattre, mais sa fin est proche et nous devons lui rappeler en avançant confiant dans la grâce du Seigneur. 

 

Ce passage est très encourageant, car nous voyons qu’ils s’épouvantent, qu’ils sont saisis de tremblement et qu’ils sont prêts à tomber en défaillance. Par la foi, nous devons avancer car bientôt la crainte et la frayeur les surprendront, ils seront muets ! Nous savons que l’ennemi est puissant, et qu’il déploie tout un arsenal pour nous arrêter et nous faire reculer, mais notre Dieu est Tout puissant et sa puissance est inégalable, il a déjà gagné le combat et nous devons avancer par la foi. N’oublions jamais que nous sommes devenus le peuple de Dieu et que rien ne pourra empêcher le plan de Dieu de se réaliser. 1 Pi 2:9 Vous, au contraire, vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis, afin que vous annonciez les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière, 

 

Verset 20 à 21

Marie en hébreu se dit « Myriam ». C’est la soeur de Moïse et d’Aaron, elle est plus âgée que Moïse puisque c’est elle qui a suivi son frère jusqu’à la fille de pharaon lorsqu’il était bébé. 

Marie est prophétesse, ce qui n’est pas un cas isolé dans la bible : Hulda, Anne et les 4 filles de Philippe, l’évangéliste l’étaient elles aussi.

 

C’est une vrai réjouissance et toutes le peuple, y compris les femmes sont dans l’euphorie. Elles chantent et dansent de tout leur coeur pour exprimer leur joie. A plusieurs reprises dans la bible, on voit que les femmes éclatent de joie et se mettent à danser et chanter. La fille de Jephté en Juge 11:34, les filles de Silo en Jug 21:21, les femmes d’Israël en 1 Sam 18:6 et  le roi David lui-même en 2 Sam 6.

 

Verset 22 à 24

Le peuple est enfin libre, mais une nouvelle vie commence et elle ne sera pas sans épreuve. 

 

Ce n’est pas parce que nous sommes devenus chrétiens que tout va bien après. Nous avons été libérés de l’esclavage et marchons vers la sainteté, mais les épreuves vont très vite commencer et Dieu les permet afin que nous mettions toute notre confiance en lui. 

 

L’eau manque et le peuple commence déjà à murmurer contre Moïse. Lorsque quelque chose ne va pas, il faut toujours un responsable et dans le cas présent, Moïse est l’homme idéal. 

 

Notre vie chrétienne ressemble à la traversée du désert en grande partie et l’eau n’y est pas courante, mais Jésus est la source d’eau vive et quiconque vient à lui n’aura jamais soif. Dès lors que nous manquons d’eau, nous n’avons pas d’autre responsable que nous-mêmes, car l’eau est à notre disposition dès lors que nous allons à la source la chercher.

 

Mara est la représentation de l’amertume que nous pouvons parfois éprouver envers quelqu’un ou une situation particulière. Cette eau est mauvaise, elle ne ne peut donc étancher la soif. L’amertume entraine la critique et le murmure, c’est pourquoi, tant que nous ne la chassons pas de notre vie, nous ne pourrons être désaltérés par l’eau de la vie, nous serons secs et risquons la mort. Heb 12:15 Veillez à ce que nul ne se prive de la grâce de Dieu ; à ce qu’aucune racine d’amertume, poussant des rejetons, ne produise du trouble, et que plusieurs n’en soient infectés ; 

 

Verset 25 à 26

Moïse va alors crier à l’Eternel qui répondra au besoin du peuple. 

N’oublions jamais que lorsqu’un malheureux crie, l’Eternel l’entend et il le délivre de toutes ses angoisses Ps 34:6 Dieu ne prend pas plaisir à voir ses enfants dans la difficulté, mais il les éprouve dans le but de les faire grandir.

 

Dieu est bon et il ne veut qu’aucun de nous ne soit malade, mais il veut que nous marchions vers la sainteté et pour cela, il y a des règles de bases à respecter : l’écoute, la droiture et l’obéissance envers sa parole.

 

Ici dans ce passage, Dieu dit dans la version originale hébraïque : « je ne veux pas placer sur toi toute la maladie que j’ai placée contre l’Egypte, car moi YHWH, je veux te guérir. » 

מַחַלָה « machalah » signifie : maladie, infirmité. Le nom est au singulier, il ne s’agit donc que d’une seule maladie et non de plusieurs. S’il devait être au pluriel, il aurait été écrit « machalim »

 

La maladie dont l’Egypte est infectée, c’est l’endurcissement du coeur, l’incrédulité et Dieu veut guérir les hébreux de cette maladie qui a également touché l’homme dans le jardin d’Eden.voir article « La guérison spirituelle » https://www.iltaime.com/single-post/2018/11/09/LA-GUÉRISON-SPIRITUELLE.

 

L’eau amère avait été changée en eau douce et c’est ce que le Seigneur fait dans notre vies lorsque nous venons à Lui, il change notre coeur de pierre et un coeur de chair

 

Verset 27

Mais cette fois, Dieu va les emmener vers un endroit paradisiaque, là où ils pourront se désaltérer autant qu’ils le souhaiteront. 

 

Les sources d’eau vive représente les sources du salut, nous pouvons y puisez en abondance, sans restriction Es 12:3 Vous puiserez de l’eau avec joie Aux sources du salut

 

 

 

 

 

 

 

Please reload