Please reload

AYONS L'INTELLIGENCE DE RECONNAITRE NOS LIMITES

 

 

Deutéronome 29.29 :  " Les choses cachées sont à l’Eternel, notre Dieu ; les choses révélées sont à nous et à nos enfants, à perpétuité, afin que nous mettions en pratique toutes les paroles de cette loi. "

 

Les conflits concernant les doctrines qui touchent des sujets controversés comme la prédestination, pour ne citer que cet exemple, proviennent peut-être plus du fait de vouloir interpréter et dogmatiser ce qui appartient à la souveraineté divine, que de l’interprétation elle-même. En effet, ce qui n’est pas clairement défini dans le cadre scripturaire pourrait ne pas l’être car telle est la volonté de Dieu, tout simplement. Dieu montre ainsi que cela fait partie des choses qu’Il nous cache volontairement, tout en nous les révélant partiellement, tels des icebergs dont nous ne voyons qu’une infime partie. Il n’est toutefois pas anormal de vouloir sonder les mystères de la Parole de Dieu, mais vouloir dogmatiser ce qui relève de la souveraineté incompréhensible de Dieu est, selon moi, la source des conflits doctrinaux et l’auteur de grands déchirements dans le Corps de Christ.

 

La saine doctrine, révélation du message de la croix de Christ, nous a été donnée pour comprendre ce qui nous est utile et indispensable pour marcher avec Dieu. Cela devrait nous suffire à tous. Aucune doctrine quelle qu’elle soit ne peut embrasser toute la pensée de Dieu. Paul, le grand apôtre a humblement reconnu l’impossibilité humaine à cerner la pensée divine.

Romains 11.33-36 :  O profondeur de la richesse, de la sagesse et de la science de Dieu ! Que ses jugements sont insondables, et ses voies incompréhensibles ! Car qui a connu la pensée du Seigneur, ou qui a été son conseiller ? Qui lui a donné le premier, pour qu’il ait à recevoir en retour ? C’est de lui, par lui, et pour lui que sont toutes choses. A lui la gloire dans tous les siècles ! Amen !  

 

La souveraineté de Dieu se cache souvent derrière les apparentes contradictions des Écritures. Cela est ainsi, car notre capacité à comprendre les choses de Dieu, à un certain niveau, est trop limitée. Certains penseront peut-être que le Saint-Esprit en nous est sans limite et qu’Il peut tout nous révéler. Il y a cependant une énorme différence entre pouvoir et vouloir. Le plan de Dieu se réalise, en priorité, par Son vouloir avant Son pouvoir, et Son pouvoir Le rend capable d’accomplir tout ce qu’Il veut.

Cette volonté acharnée de dogmatiser amènera tel grand théologien à utiliser un ou plusieurs versets qui confirment son interprétation et tel l’autre, à l’opposé, trouvera les versets qui le contredisent et qui étayent sa propre interprétation. Les deux peuvent avoir tort, car ils viennent toucher au domaine incompréhensible de la souveraineté divine, là où l’intelligence de l’homme n’arrive pas concilier des versets apparemment contradictoires.

Si cette position est juste et sage, les arminiens et les calvinistes ne devraient-ils pas ranger leur épée et faire la paix, car ils ont peut-être tous les deux raison, tout en ayant probablement tort, concernant la doctrine de la prédestination.

 

Job a appris la grande leçon de la souveraineté divine, lorsque Dieu se révéla à lui pour confondre sa sagesse. Dieu lui dit dans Job 38.2 : " Qui est celui qui obscurcit mes desseins par des discours sans intelligence ? "

Nous aussi, nous nous lançons dans de grands développements doctrinaux, au lieu de nous soumettre à la simplicité de l’évangile de Christ. Alors que Jésus est venu nous rejoindre dans notre simplicité humaine par le message simple de la croix, nous voulons rejoindre Dieu dans Sa complexité insaisissable. La saine doctrine devient alors les doctrines.

 

Pour se défendre contre ses adversaires, Job s’est lancé dans un discours sans intelligence, qui obscurcissait les desseins de Dieu. Il fut repris par Dieu Lui-même, qui lui fit une démonstration de Sa grandeur et de Sa sagesse infinie. Job se rendit alors à l’évidence :

Job 39.37-38 : " Voici, je suis trop peu de chose ; que te répliquerais-je ? Je mets la main sur ma bouche. J’ai parlé une fois, je ne répondrai plus ; Deux fois, je n’ajouterai rien. "

Job 42:1-3 :  " Job répondit à l’Eternel et dit : Je reconnais que tu peux tout, Et que rien ne s’oppose à tes pensées. - Quel est celui qui a la folie d’obscurcir mes desseins ? - Oui, j’ai parlé, sans les comprendre, De merveilles qui me dépassent et que je ne conçois pas. "

De même, nous ne pouvons parler intelligemment des merveilles qui nous dépassent et que nous ne concevons pas, de ces choses cachées qui ne nous ont pas été révélées. Nous contribuons ainsi à obscurcir les desseins de Dieu, à rendre Son plan confus, au lieu de le rendre plus compréhensible. Nous coupons la doctrine biblique en petits morceaux contradictoires et nous en faisons un puzzle compliqué à reconstituer.

 

En conclusion, n’est-il pas mieux comme David, de rester humble, calme et tranquille, face à ce qui est trop grand et trop élevé pour nous ? Voici ce qu’il dit dans son Psaume 131, au versets 1 à 2 : " Eternel ! je n’ai ni un cœur qui s’enfle, ni des regards hautains ;

Je ne m’occupe pas de choses trop grandes et trop élevées pour moi. Loin de là, j’ai l’âme calme et tranquille, comme un enfant sevré qui est auprès de sa mère ; J’ai l’âme comme un enfant sevré. "

Ne pas tout comprendre n’est pas un échec, c’est la raison même de la foi. Mettons notre espoir en Dieu, par Jésus-Christ notre Seigneur, selon qu’il est écrit :

Psaume 131. 3 : " Israël, mets ton espoir en l’Eternel, dès maintenant et à jamais ! "

 

Jocelyn Sery

 

 

 

Please reload