Rechercher
  • A.W. TOZER

LA CROIX QUE NOUS PORTONS DOIT ÊTRE PORTÉE VOLONTAIREMENT


Il vous a été fait la grâce non seulement de croire en Christ, mais encore de souffrir pour lui.

Php 1:29


La doctrine chrétienne affirme avec raison que, dans un certain sens, la croix du Christ englobe toutes les croix et que la mort du Christ englobe toutes les morts des petits « si un seul est mort pour tous, tous sont donc mort… »


Telle est l'œuvre juridique de Dieu dans la rédemption. Comme membre du corps du Christ, le chrétien a été crucifié avec celui qui en est la tête divine. Devant Dieu, tout vrai croyant est considéré comme étant mort lorsque Christ est mort. Toute expérience subséquente de crucifixion personnelle se fonde sur l'identification à Christ sur la croix.


Mais dans les effets pratiques et quotidiens de la crucifixion du croyant, c'est sa propre croix qui intervient. « Qu’il se charge de sa croix ». Ce n'est évidemment pas la croix du Christ. C'est plutôt la croix personnelle du croyant au moyen de laquelle la croix de Christ est rendu efficace pour tuer la nature mauvaise de ce pécheur repenti de libérer de son emprise.


La Croix du croyant est une croix qu'il porte de son plein gré. C'est là que réside la différence entre sa croix et celle sur laquelle les Romains faisaient mourir leurs condamnés. Ils allaient sur La croix contre leur volonté ; Le chrétien, lui, y va parce qu'il l’a décidé. Aucun officier romain n’a jamais pointer du doigt une croix en disant : « Si quelqu'un veut, qu'il y aille ! » Seul Christ a pu s'exprimer ainsi, laissant la décision entre Les mains du chrétien. Chacun de nous doit se considérer comme mort avec Christ et accepter volontairement l'abnégation, la repentance, l'humilité et le sacrifice qui peuvent jalonner le chemin de la vie d'obéissance quotidienne.


A.W. TOZER

25 vues