Please reload

ACTES 9

 

Verset 1 à 2

Qui est Saul exactement ?

  • C’est un juif issu de la tribu de Benjamin

Php 3:5 5 moi, circoncis le huitième jour, de la race d’Israël, de la tribu de Benjamin, Hébreu né d’Hébreux ; quant à la loi, pharisien ; 

  • Mais aussi un Romain

Act 22:28 Le tribun reprit : C’est avec beaucoup d’argent que j’ai acquis ce droit de citoyen. Et moi, dit Paul, je l’ai par ma naissance. 

  • Il est né à Tarse en Cilicie et a appris la loi juive auprès de Gamaliel, l’un des plus grand maitre rabbinique de l’époque

Act 22:3 je suis Juif, né à Tarse en Cilicie ; mais j’ai été élevé dans cette ville–ci, et instruit aux pieds de Gamaliel dans la connaissance exacte de la loi de nos pères, étant plein de zèle pour Dieu, comme vous l’êtes tous aujourd’hui. 

  • C’est un pharisien comme son père

Ac 23:6 Paul, sachant qu’une partie de l’assemblée était composée de sadducéens et l’autre de pharisiens, s’écria dans le sanhédrin : Hommes frères, je suis pharisien, fils de pharisiens ; c’est à cause de l’espérance et de la résurrection des morts que je suis mis en jugement. 

  • Il avait pour métier la fabrication des tentes

Act 18:3 et, comme il avait le même métier, il demeura chez eux et y travailla : ils étaient faiseurs de tentes. 

 

En tant que pharisien, Saul est un ennemi de Christ et il n’a qu’un seul souhait : mettre un terme à l’enseignement de Jésus.

 

Verset 3 à 5

Saul va faire la plus grande rencontre de sa vie, et c’est d’ailleurs la conversion la plus extraordinaire de l’histoire.

Le Seigneur va aveugler Saul et ceux qui l’accompagnent pour les faire tomber de leur cheval. Saül va ainsi se trouver dans une position d’impuissance. Puis il va se présenter à lui seul en langue hébraïque. Pour éviter toute ambiguïté, Il va dire « Jésus » et non « le Christ ».

 

Dans la plupart des versions « Il te serait dur de regimber contre les aiguillons » n’existe pas. Cependant cette phrase est donnée en act 26:14. 

Regimber : refuser d’obéir

Aiguillon : objet piquant destiné à faire avancer plus vite un boeuf (s’il recule, il se pique)

On pourrait ainsi traduire plus clairement : « il te serait difficile de refuser d’obéir à ce qui te pousse à agir » Saul est tellement persuadé qu’il est dans la vérité, que le Seigneur est obligé de l’arrêter avec fracas pour qu’il l’écoute et stoppe sa folie. 

 

Verset 6 

Immédiatement Saul veut obéir :  " Que veux-tu que je fasse ? "  Il n’a plus besoin de preuves supplémentaire, il est déjà convaincu. Il est tremblant et saisi d’effroi et cette attitude est la bonne face au Seigneur. Il s’aperçoit de ce qu’il a fait et se sent terriblement coupable.

 

Il tremble et c’est ce que tout chrétien devrait faire face au salut qui nous est réservé. Tremblons-nous pour l’avoir ? la grande majorité répondront : « Je n’ai pas à trembler, Dieu me l’a donné ! Je n’ai donc plus rien à craindre ! » Et il est vrai que nous ne devons pas être dans la paranoïa par rapport à cela, mais Paul dira plus tard aux philippines 2:12 Ainsi, mes bien–aimés, comme vous avez toujours obéi, travaillez à votre salut avec crainte et tremblement, non seulement comme en ma présence, mais bien plus encore maintenant que je suis absent ; 

C’est exactement la même racine grecque qui est employée : tremo (nom) et tromos (verbe)

 

Paul avait toujours eu une réelle crainte de Dieu dans son coeur, mais son aveuglement l’empêchait de reconnaitre le messie. A peine ses yeux ont vu la lumière qu’il n’a pas perdu un instant pour demander ce qu’il devait faire.

 

La lumière s’est révélée à Paul et son impact a été très puissant. Tous ne sont pas touchés de cette manière, parce que nous n’avons pas la même mission. Il fallait qu’un petit groupe d’hommes établissent l’Église de Christ qui allait grandir au fil des siècles. C’est pourquoi Paul fut l’un de ces hommes choisis par Dieu pour poser les bases solides de la foi chrétienne. Avant cette rencontre sur le chemin de Damas, Paul était un homme zélé et d’une grande connaissance de la torah. C’était le candidat idéal pour révéler au monde la relation parfaite entre l’ancien testament et le sacrifice de Jésus à la croix.

 

Verset 7

Ce verset semble contraire au chapitre 22:9 Ceux qui étaient avec moi virent bien la lumière, mais ils n’entendirent pas la voix de celui qui parlait. 

La raison s’explique par le fait que les hommes ont entendu en effet une voix, sans en distinguer les paroles. Seul Paul a entendu distinctement ce que Jésus lui disait. Les hommes qui accompagnaient Paul sont tombés comme Paul à cause de la lumière éblouissante, ils ont entendu une voix, mais n’ont pas compris ce qu’elle disait.

 

Verset 8 à 9

La lumière (Jésus) s’était révélée à Paul et l’avait arrêté dans sa course infernale. Pendant ces 3 jours Paul devait vivre quelque chose de terrible intérieurement. Toute sa vie a basculé en un instant : ses raisonnements, ses enseignements et ses convictions. Il est terrassé !

 

3 jours dans l’obscurité qui nous rappelle Jonas dans le ventre du grand poisson et qui allait, lui aussi, dans une mauvaise direction pour fuir la volonté de Dieu. Mais cela nous rappelle aussi les 3 jours que Jésus a passé dans un tombeau pour ressusciter et nous donner la vie. Comme Jonas, Paul n’allait pas dans la bonne direction, il se rebellait contre Dieu sans le savoir. L’obscurité profonde lui a permis de faire le point sur sa vie, exactement comme Jonas a du le faire avant de crier à Dieu. 3 jours de mort, sans lumière et dans le jeûne total ! Paul était en train de basculer de la mort à la vie. Toute son ancienne vie venait de s’effondrer, Paul a du ressentir du dégoût envers lui-même, l’état misérable de son coeur, sa vie a certainement du défiler dans sa mémoire et il a vu son péché, la pauvreté de son âme. Dieu voulait l’amener dans cet état précis, parce qu’il voulait l’utiliser avec puissance. 

 

Et depuis, Il continue de faire la même chose sur des millions de personnes depuis des siècles. La manière n’est pas aussi spectaculaire, mais le résultat est le même : des vies ressuscitées en Christ, pour la gloire de Dieu. 

 

Verset 10 à 12

Dieu va se servir d’un disciple inconnu jusque là, pour imposer les mains à Saul afin qu’il retrouve la vue. Saul est connu des chrétiens, car ils fait partis des persécuteurs de l’église. Mais le Seigneur va dire quelque chose de très important : « car il prie ». En tant que religieux, rien ne semble étrange qu’il prie, mais pourtant ça l’est, car Saul a rencontré le Seigneur et même si Ananias ne le sait pas, Saul n’est plus le même, il est devenu un homme nouveau. Si auparavant, il récitait des prières, aujourd’hui, il prie vraiment, c’est à dire qu’il parle à Dieu avec son coeur. De plus, Dieu l’ a averti de la venue d’Ananias.

 

Verset 13 à 16

La réaction d’Ananias est tout à fait naturelle, car il a peur pour sa vie. Mais le Seigneur va à nouveau le rassurer : « c’est un instrument que j’ai choisi pour porter mon nom … » . Jusque là, Dieu avait choisi des hommes du peuple tout à fait simples, mais là, il a touché puissamment le coeur d’un religieux qui s’opposait totalement à lui. C’est une première et plus que jamais Ananias a besoin de mettre sa foi en Dieu pour obéir. 

 

Humainement, Ananias serait tranquillement resté à l’abri sans bouger, mais spirituellement, il n’a pas d’autre choix que d’obéir à ce que Dieu lui demande. Gal 5:17 Car la chair a des désirs contraires à ceux de l’Esprit, et l’Esprit en a de contraires à ceux de la chair ; ils sont opposés entre eux, afin que vous ne fassiez point ce que vous voudriez. 

 

Un chrétien ne peut pas écouter sa chair, car sinon il désobéit à l’Esprit. Et obéir à l’Esprit inclut la mort à soi-même.

 

Ananias n’a pas d’autre solution que de faire taire sa chair s’il veut plaire à son Dieu. Que serait-il advenu d’Ananias s’il avait désobéi ? Dieu aurait pris quelqu’un d’autre pour accomplir son plan et Ananias serait passé à côté d’une oeuvre merveilleuse qui allait se produire devant ses yeux.

 

Verset 17 à 19

Ananias a imposé les mains sur Saul afin que Dieu lui rende la vue et c’est exactement ce qui se produisit. Mais en plus de cela, la puissance du Saint-Esprit tomba sur lui afin qu’il en soit rempli et puisse aller pour répandre l’évangile.

Comme pour l’eunuque éthiopien, Saul fut baptisé sur le champs, car c’était un homme transformé dans son coeur. 

Le verbe employé en grec est « baptizo » qui est un dérivé du mot " Bapto " qui signifie :  immerger, submerger. Le baptême est une immersion totale dans l’eau et non juste quelques gouttes posées sur le front.

 

Verset 20 à 22

Seulement quelques jours après sa conversion, Saul va prêcher dans les synagogues, exactement comme les disciples le faisaient. Mais Saul va déranger à son tour, les juifs religieux de Damas qui vont chercher, eux aussi à lui ôter la vie. 

 

Saul prêchait que Jésus est le Fils de Dieu et c’est ce que tout chrétien devrait annoncé, quelle que soit son interlocuteur. C’était un blasphème terrible pour les juifs de l’époque, tout comme ça l’est encore aujourd’hui aussi bien pour eux que pour les musulmans. Mais n’ayons pas peur pour nos vies, annonçons la vérité, car c’est elle qui nous affranchira et c’est la puissance de Dieu qui agira sur ceux qui l’entendront.

 

Verset 23 à 25

Saul est devenu à son tour un ennemi pour les juifs religieux. Il est passé dans l’autre camps, c'est pourquoi, ils veulent le tuer. Mais le Seigneur garde ses enfants et les protège. 

Saul est averti et les disciples vont l’aider à s’enfuir de la ville. 

 

Les religieux sont dangereux, ce sont les pires ennemis de Christ, quelles que soient leur religion. L’amour n’est pas en eux, ils sont animés de leur chair uniquement et veulent absolument imposer leur loi, sous peine de mort. Cela se voit dans beaucoup de pays du monde, qu’ils soient musulmans, hindouistes, boudhistes et même catholiques. Plus de 245 millions de chrétiens sont fortement persécutés et plus de 100 000 d’entre eux sont tués chaque année dans le monde, à cause de leur foi. La haine du religieux n’a pas changé depuis le récit des actes, au contraire, elle ne cesse de croitre.

 

Verset 26 à 27

Paul va alors se réfugier chez les « siens », mais le souci est qu’il leur fait peur encore. Son passé est lourd et certains sont sans doute dans une grande méfiance, se demandant si cette conversion miraculeuse n’est pas un piège ! 

 

Comment réagirions-nous face à un ancien djihadiste qui aurait tué des chrétiens ? 

C’est pourquoi Barnabas va les rassurer.

 

Verset 28 à 30

Les hellénistes sont des juifs de pays étrangers qui parlaient le Grec. Ils lisaient donc la Torah et les autres écrits bibliques dans la version septante.

 

Verset 31

L’Église prend son essor avec des fondations solides. 

Elle était en paix, chose merveilleuse qui malheureusement ne durera pas.

Elle s’édifait et marchait dans la crainte du Seigneur

Elle s’édifait, « Oilodomeo » qui signifie : construire, édifier, enhardir

Elle marchait dans la crainte : « Phobos » qui signifie : peur, terreur. 

 

On pourrait ainsi traduire le verset de cette manière : 

L’Église…. Se construisait, elle s’enhardissait dans la foi et marchait dans la peur de déplaire à Dieu. 

 

Les chrétiens authentiques n’ont qu’un objectif : plaire à Dieu. Leur amour envers lui se démontre par leur obéissance aux commandements de Dieu. 1 Jn 2:5 Mais celui qui garde sa parole, l’amour de Dieu est véritablement parfait en lui : par là nous savons que nous sommes en lui. 

 

Verset 32 à 35

Guérison d’un paralytique à Lydde. Le miracle produisit un réveil dans la ville et ses environs.

 

Verset 36 à 43

Résurrection d’une femme morte. Cette fois, Pierre fait une prière, puis demande à la morte de se lever, sans même prononcer le nom de Jésus. Il a l’autorité et cela suffit. Ce miracle produisit une fois de plus un réveil à Joppé.

 

Les miracles sont source de conversions. 

1 chose essentielle à retenir : c’est l’autorité que nous avons en Jésus-Christ. Pierre n’a fait aucune prière devant le paralytique, il lui a simplement ordonné de se lever et d’arranger son lit en prononçant le nom de Jésus. Le simple fait de lui demander d’arranger son lit, signifiait qu’il n’avait pas de doute sur le miracle qui allait se produire. Sans la foi, il aurait attendu de voir avant de lui demander de faire son lit. Mais Pierre avait l’autorité parce qu’il était certain que le miracle aurait lieu. L’autorité ne peut s’obtenir que si nous sommes certains que les choses vont arriver. Quand un supérieur donne un ordre, on est obligé d’obéir en principe. Nous devons considérer que dans les lieux célestes, c’est la même chose. Jésus vit en nous par son esprit, et il nous a donné son autorité. Il a même affirmé que nous ferions de plus grandes choses que lui. Mais cette autorité n’a d’effet que par une foi solide et inébranlable. Le moindre doute anéantit l’autorité qui nous a été donnée.

 

 

 

 

Please reload