Rechercher
  • L. GILMAN

ACTES 15


Verset 1 à 2

un premier dilemme se pose concernant la conversion des païens : la circoncision. Il y a des divergences d’opinion entre les uns et les autres, c’est pourquoi, Paul et Barnabas vont partir à Jérusalem pour discuter sérieusement de ce sujet avec les autres apôtres.


Verset 3

Le voyage est long, c’est pourquoi sur la route, ils rencontrent des frères à qui ils font part des conversions qui se sont faites partout où ils sont allés.

C’est toujours une joie immense d’entendre que des coeurs se sont donnés au Seigneur, même si nous ne connaissons pas les personnes.

Mais au delà des conversions, ils racontent surtout la puissance de Dieu à travers tous les événements passées, car Dieu est toujours à l’oeuvre.

C’est bon d’entendre ce que Dieu fait au quotidien, dans les grandes, comme dans les toutes petites choses ! Dieu est fidèle et il ne change pas.


Verset 4 à 6

La circoncision est un point important à régler. Les uns et les autres ne sont pas d’accord, il faut absolument mettre les choses au clair, selon la parole de Dieu.


Verset 7 à 11

Pierre est celui le plus à même à trancher, puisqu’il a reçu de Dieu une vision très claire concernant les païens, il sait que Dieu ne les considère pas comme impurs et que le salut est pour eux également. C’est pourquoi, dans le même raisonnement que la première fois où Dieu l’a interpellé, il pense que la circoncision n’est pas une règle pour obtenir le salut. Il revient sur la grâce de Dieu qui est attribuée à tous ceux qui ont la foi, c’est tout.


Ce n’est pas la circoncision qui sauve, mais la grâce de Dieu uniquement.


Verset 12

Paul et Barnabas vont d’ailleurs confirmer, par tous les miracles qu’ils ont vus, que la grâce de Dieu repose aussi sur les païens.


Verset 13 à 21

Pour Jacques, ce que Dieu a dit à Pierre est très clair, c’est pourquoi, ils n’ont pas à leur imposer un joug qui ne les concerne pas. La circoncision est la marque d’un peuple physique et les païens ne pourront jamais devenir juifs, même s’ils sont circoncis, c’est par la mère qu’un enfant nait juif et non par la circoncision.

Si Dieu a choisi de sauver aussi les païens, ils deviendront ainsi le peuple de Dieu, mais non plus un peuple pysique, mais un peuple spirituel, ce qui fait que la circoncision n’a plus à être physique, mais spirituelle. Et c’est ce que Paul dira aux Romains Rom 2:29 Mais le Juif, c’est celui qui l’est intérieurement ; et la circoncision, c’est celle du cœur, selon l’esprit et non selon la lettre. La louange de ce Juif ne vient pas des hommes, mais de Dieu.


Verset 22 à 28

C’est ainsi que Paul et Barnabas repartiront, accompagnés de Jude et Silas et d’une lettre écrite par le conseil des apôtres, des anciens et de l’Église afin de mettre un terme à ces malentendus et que tous soient d’accord sur ce qui a été décidé en commun.


Il est intéressant de voir comment ils ont reçu la réponse à quelque chose qui n’était pas écrit dans les écritures, car n’oublions pas qu’ils n’ont à l’époque que l’ancien testament. Lorsque nous n’avons pas de réponse clairement écrite dans la bible, cherchons toujours par rapport à son enseignement de base. Dans le cas précis, si on y réfléchit, on sait que la circoncision est la marque d’un peuple, or un païen ne deviendra jamais un juif de sang, même s’il se convertit, c’est pourquoi la circoncision ne sert à rien pour lui. Le païen converti a besoin d’une marque spirituelle que seul Dieu peut lui donner, c’est la circoncision de coeur.


Verset 29 à 31

Par contre, il y a des choses dont les païens doivent s’abstenir, parce qu’elles sont une abomination pour Dieu, et cela n’est plus une question de race.

Ce qu’il faut retenir ici surtout, c’est l’interdiction à l’idolâtrie, la consommation de sang et l’impureté sous toutes ces formes.


Verset 32 à 34

Jude restera un peu, puis repartira par la suite. Silas, en revanche reste avec Paul et Barnabas.


Verset 35 à 41

Alors qu’ils formaient une super équipe, Paul et Barnabas vous se séparer à cause d’un différent. C’est Jean, surnommé Marc, le cousin de Barnabas, qui en est la cause involontairement. Barnabas veut le prendre avec eux et Paul refuse. Plus tard, Paul demandera à nouveau l’aide de Marc 2 Tim 4:11 Luc seul est avec moi. Prends Marc, et amène–le avec toi, car il m’est utile pour le ministère.

Il est vrai que Jean les avait quitté, mais apparemment il est prêt à se joindre de nouveau à eux, ce que Paul ne partage pas. C’est ainsi que d’une équipe, deux vont se créer : Paul et Silas d'un côté et Barnabas avec Marc de l'autre. C’est sans doute un mal pour un bien, étant donné l’ampleur du travail à effectuer.


Nous voyons à travers de passage que malgré son grand ministère, Paul était un homme comme un autre, et cela nous rassure. C’était un homme hors du commun, d’une consécration totale, et pourtant, il lui a fallu un certain temps avant de passer l’éponge sur ce que lui avait fait Marc. Sans doute lui avait-il pardonné, mais il n’était pas encore prêt à travailler avec lui.

Cela ne doit pas être une excuse pour nous, car si nous regardons la vie de Paul, il n’y a pas beaucoup d’exemples de ce genre à relever.




3 vues