Rechercher

JUGES 6


Verset 1 à 5

Le peuple est délivré puissamment, et pourtant, rien n’y fait, il repart dans ses dérives en agissant mal. Alors Dieu, dans sa grande patience et parce qu’il honore l’alliance qu’il a faite avec son peuple, leur envoie à nouveau une épreuve pour qu’ils se ressaisissent.


Verset 6 à 7

L’oppression est telle, qu’une fois de plus, ils crient à Dieu. C’est le verbe"zaak" qui exprime plus particulièrement un cri de douleur. Le peuple souffre, c’est pourquoi il gémit et demande du secours à Dieu.

Il est intéressant de voir que les israélites s’adressent à Dieu dès qu’ils sont dans le malheur. Combien de prières lui sont adressées parce que les gens sont dans le désespoir. Mais dès que tout rentre dans l’ordre, Dieu est mis au placard, ils ne s’intéressent plus à lui ! Le Dieu de bénédiction et d’amour est toujours le bienvenu, mais le Dieu de rigueur et de justice n’est pas vraiment désiré.


Verset 8 à 10

Un prophète est envoyé de la part de Dieu pour parler au peuple. Il n’annonce rien de ce qui va arriver, mais leur rappelle ce que Dieu a fait pour eux et qu’ils ne l'ont malheureusement pas respecter.


Verset 11 à 12

C’est l’ange de l’Eternel qui se présente de nouveau à un homme. L’ange de l’Éternel est la représentation de Jésus et cela nous est confirmé au verset 14 lorsque qu’il s'entretient avec Gédéon « L’Éternel se tourna vers lui ».

Il est intéressant de voir combien les arbres sont représentés dans la Bible. Il y a d’abord 2 arbres principaux qui représentent la vie et la mort, et ils sont parmi une quantité innombrables d’autres arbres pour nourrir l’homme. C’est sous un chêne que l’Éternel apparut à Abraham, c’est dans un buisson qu’il se manifesta à Moïse, c’est sous un palmier que Débora siégeait pour accueillir le peuple, et nous voyons que c’est sous un térébinthe que l’ange de l’Éternel s’adresse à Gédéon. La vigne et le figuier sont utilisés pour nous apporter des messages. Nous vivons entourés d’arbres et sans eux, nous ne pouvons vivre car ils nous apportent l’oxygène indispensable à la vie. Mais nous sommes en quelque sorte, nous aussi des arbres puisqu’il nous est demandé de porter du fruit, Dieu nous émonde et il peut également mettre la cognée à la racine pour jeter les arbres mauvais.


Verset 13

La réaction de Gédéon est très commune des gens religieux. Gédéon ne regarde qu’à lui et à ses frères, sans considérer le mal qu’ils ont fait.

Combien de fois nous arrive-il de nous plaindre et d’oublier toutes les erreurs que nous avons commises. Tout comme Gédéon, nous regardons le résultat sans prendre en compte le pourquoi nous en sommes arrivés là. Dans la majorité des cas, nous récoltons ce que nous avons semé.


Verset 14 à 24

Gédéon ne se rend pas compte qu’il est devant Dieu lui-même. Il voit un ange qui se présente à lui sous l’aspect d’un homme et il l’appelle « Mon Seigneur » parce qu’il pense que c’est une personne angélique, mais ce n’est que lorsque l’ange de l’Eternel fait jaillir le feu sur le rocher que Gédéon réalise devant qui il est réellement. « Malheur à moi, Seigneur Eternel ! Car j’ai vu l’ange de l’Eternel face à face. (v22). Dieu s’est choisi un homme pour délivrer une fois de plus son peuple. Un homme tout simple, sans prétention et sans richesses (v15).

Dieu ne regarde ni à nos compétences physiques ou intellectuelles et ni à notre statut social, il choisit qui il veut selon son désir, pour glorifier son nom. C’est lui qui choisit, c’est lui qui envoie et c’est lui qui équipe pour la victoire.


Verset 25 à 30

Gédéon a peur, mais il exécute quand même ce que l’Eternel lui a demandé pendant la nuit, afin que personne ne le voit. La réaction des habitants ne se fait pas attendre, mais le père de Gédéon défend son fils en renversant habilement la situation.

Dieu ne peut se servir de nous avant d’avoir d’abord détruit les idoles de notre vie. Ce n’est d’ailleurs pas lui qui le fait directement, mais il le fait faire par l’homme lui même. Dieu aurait pu lui même détruire Baal, mais sans aucune compréhension, l’homme l’aurait immédiatement reconstruit. C’est par nos propres mains que nous devons détruire les idoles de nos vies, nous ne devons pas attendre l’intervention de Dieu. Et ce n’est qu’à partir de là, que nous pourrons remporter des victoires.


Verset 31

Joas a les mots justes. Un dieu n’a pas besoin des hommes pour plaider sa cause ! Alors s’il n’est pas content, qu’il se défende lui-même !


Verset 32

C’est ainsi que la situation se retourne en faveur de Gédéon et qu’il se démarque du peuple. Jerubbaal signifie : que Baal plaide.


Verset 33 à 40

Toutes les tribus se joignent à Gédéon et sont prêtes à combattre avec lui, Dieu le revêt de son Esprit et pourtant il doute encore, il a besoin de signes pour le rassurer.

En tant qu’enfant de Dieu, nous sommes nous aussi revêtus de l’Esprit de Dieu dès la nouvelle naissance, et pourtant nous avons encore si souvent des craintes et des doutes comme Gédéon. Gédéon veut que Dieu le rassure, comme nous avons parfois besoin de l’être nous aussi.

Les signes ne sont pas mauvais en soi, mais ils démontrent un manque de foi. Si Dieu a parlé une fois, il ne reviendra pas sur sa parole et nous devons le croire.

La toison nous montre que Dieu peut déverser sa bénédiction sur une seule personne parmi toute une foule et à l’inverse la retirer à une seule personne et la donner à tous les autres. Dieu est Dieu et il fait tout ce qu’il veut. Ps 115:3 Notre Dieu est au ciel, Il fait tout ce qu’il veut.




0 vue