Please reload

QUEL ÉTAIT LE RÔLE DES FEMMES DANS LE NOUVEAU TESTAMENT ?

 
L’égalité spirituelle entre les hommes et les femmes

Le Nouveau Testament enseigne l’égalité spirituelle entre les hommes et les femmes, mais il présente des rôles distincts pour chacun. Galates 3.28 déclare l’égalité spirituelle hommes-femmes :  « Il n’y a plus ni Juif ni Grec, ni esclave ni libre, ni homme ni femme, car tous sont un en Jésus-Christ. » 

 

L’unité du salut

Dans le contexte de Galates 3, l’unité dont il est question est l’unité du salut. Cela est clair d’après les versets 13 à 27. Ce que Paul dit essentiellement, c’est que tous – Juifs et Grecs, esclaves et hommes libres, hommes et femmes – ont également accès au salut en Jésus-Christ. Ce passage n’a rien à voir avec le rôle des femmes dans l’église, et il ne dit pas non plus que toutes les différences sont éliminées entre les chrétiens. Un Juif ne cessait pas d’être Juif lorsqu’il devenait chrétien, et les esclaves n’étaient pas automatiquement affranchis. Certaines distinctions demeuraient.

Tandis que plusieurs utilisent ce verset pour justifier l’implication de certaines femmes en position de leadership dans l’église, le contexte démontre que Paul parle spécifiquement du salut (Ga 3.22,24,26,27). Robert Saucy a écrit :

La question d’interprétation [dans Galates 3.28] est la suivante : Quelle est la distinction entre homme et femme qui est éliminée par Jésus-Christ ? Pour le formuler autrement, à la lumière de l’affirmation de Paul « car tous sont un en Jésus-Christ, » quelle est l’unité que les hommes et les femmes partagent en Jésus-Christ ? Nous aimerions suggérer que les réponses à ces questions ne concernent pas du tout l’ordre fonctionnel entre l’homme et la femme. Il est plutôt question, tel que mis en évidence dans les deux autres paires mentionnées (Juifs et Grecs, esclaves et libres), du statut spirituel devant Dieu. Appliquer ce passage à l’ordre fonctionnel terrestre serait lui donner une signification qui n’est pas supportée par une exégèse contextuelle valide. 

Il n’y a donc pas plus de fondement dans Galates 3.28 pour abolir l’ordre entre les hommes et les femmes dans l’église qu’il n’y en a pour abolir l’ordre entre les parents chrétiens et leurs enfants ou entre les citoyens croyants et leurs dirigeants. Ils sont tous un en Christ, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’église. (“The Negative Case Against the Ordination of Women,” in Kenneth S. Kantzer and Stanley N. Gundry, eds., Perspectives on Evangelical Theology (Grand Rapids: Baker, 1979, 281–82)

 

Les hommes et les femmes partagent les mêmes responsabilités spirituelles 

Tous les commandements, toutes les promesses et toutes les bénédictions du Nouveau Testament sont offerts autant aux femmes qu’aux hommes. Nous avons tous les mêmes ressources et les mêmes responsabilités spirituelles. 

Il est intéressant d’observer que Jésus a révélé en primeur qu’il était le Messie à une femme (Jn 4). Jésus a guéri des femmes (Mt 8.14,15), leur démontrant autant de compassion qu’aux hommes. Il a enseigné les femmes (Lu 10.38-42) et leur a permis de le servir (Lu 8.3). À la croix, les femmes sont restées après que les hommes aient fui (Mt 27.55,56). C’est une femme qui a vu Christ ressuscité la première (Mc 16.9 ; Jn 20.11-18).

 

Les hommes et les femmes avaient des rôles distincts dans le Nouveau Testament

Néanmoins, tout comme dans l’Ancien Testament, les hommes et les femmes avaient des rôles distincts dans le Nouveau Testament. Les femmes ne servaient pas en tant que dirigeantes. Il n’est jamais question d’une femme apôtre, pasteure, enseignante, évangéliste ou ancienne. Le Nouveau Testament ne relève aucun sermon ou enseignement donné par une femme. 

De plus, les femmes n’avaient pas de ministère prophétique permanent. Certains diront que les filles de Philippe prophétisaient (Ac 21.9). Toutefois, elle ne sont pas identifiées comme prophétesses, et le texte ne dit pas à quelle fréquence elles prophétisaient. Elles pourraient avoir parlé une seule fois de la part de Dieu, comme ce fut apparemment le cas de Débora et de Myriam dans l’Ancien Testament. Le Nouveau Testament relève d’autres occasions lors desquelles des femmes ont proclamé la Parole de Dieu. 

Marie, la mère de Jésus, a déclaré la Parole de Dieu dans Luc 1.46-55. 1 Corinthiens 11.5 dit que les femmes qui prophétisent doivent avoir la tête couverte. Actes 2.17 parle de femmes prophétisant. Le mot grec traduit par « prophétiser » signifie simplement « parler en public » ou « proclamer ». Il y a des moments et des endroits où les femmes proclament la Parole de Dieu, mais c’est une chose entièrement distincte du statut de pasteur, d’enseignant, d’ancien, d’évangéliste ou d’apôtre.

 

Les femmes ne sont pas appelées à jouer les mêmes rôles que les hommes

Les femmes occupent une place importante dans le plan de Dieu, et elles sont spirituellement égales aux hommes. Toutefois, elles ne sont pas appelées à jouer les mêmes rôles que les hommes. Parce que les femmes sont spirituellement égales aux hommes, Paul a insisté pour qu’elles aient les mêmes opportunités d’apprentissage que les hommes. Les femmes ne peuvent enseigner des vérités spirituelles à leurs enfants (comme l’ont fait la mère et la grand-mère de Timothée), conduire des personnes à Christ, ou obéir à Dieu si on ne leur donne pas l’opportunité d’apprendre la Parole de Dieu. Paul voulait enseigner clairement que les différences de rôles entre les hommes et les femmes n’impliquaient aucunement que les femmes aient été spirituellement inférieures. Il a dit « que la femme reçoive l’instruction » (v.11, BDS, italiques ajoutés). 

J’aimerais partager quelque chose de très personnel. J’ai remercié le Seigneur pendant les quarante années que j’ai passées à l’église où je sers pour le ministère incroyable qu’ont les femmes. Je veux que vous sachiez que Grace Community Church ne serait pas là où elle est aujourd’hui – tellement bénie de Dieu – si ce n’était des femmes de l’église. Je n’ai jamais vu une église avec des femmes plus spirituellement proactives, fidèles et aimant Dieu. Je n’ai jamais vu une église où les femmes ressentent plus de liberté, d’aisance, de joie et de satisfaction à exercer leur ministère. 

 

Il est important que les femmes apprennent la Parole de Dieu

Malgré cela, notre église est parfois accusée par des gens de l’extérieur d’être chauvine, étroite d’esprit, dépassée et traditionaliste. Certains disent que nous appartenons à l’époque des dinosaures. En réalité, je remercie Dieu car pendant toutes mes années de ministère dans cette église, nous avons toujours jugé très important que les femmes apprennent la Parole de Dieu. Je me réjouis de ce que les femmes ont été instruites à Grace Church depuis mes tout débuts, lorsque j’animais une étude biblique pour les femmes le mardi matin, jusqu’à aujourd’hui, alors que nous avons des femmes qui s’instruisent dans la Parole à divers moments et en divers lieux, à différents titres et en différentes langues. 

Nous avons une étude biblique pour les femmes appelée Every Woman’s Grace qui se donne en espagnol, en coréen et en tagalog (Philippin), et bien sûr en anglais. Des femmes de diverses cultures apprennent la Parole de Dieu.

 

L’instruction des femmes fortifie chaque dimension de la vie de l’église

Dieu peut bénir plusieurs des hommes de notre église, et ils peuvent lui en être reconnaissants, parce que leurs épouses ont grandi spirituellement et ont appris des choses de la Parole de Dieu qui enrichissent leurs vies et leurs familles.

Je loue Dieu pour cela. Je ne crois pas, comme les médias et certaines personnes en dehors de l’église essaient souvent de le faire croire, que notre église comporte de nombreuses femmes brimées, prisonnières d’un traditionalisme qui est déconnecté de la culture contemporaine. Je crois que les femmes de Grace Community Church ont expérimenté la vraie liberté d’être tout ce que Dieu veut qu’elles soient, dans le rôle que Dieu a conçu pour elles. Je remercie Dieu pour l’engagement des femmes de notre église et de l’Église dans son ensemble, suivant le commandement selon lequel les femmes doivent être instruites dans la Parole de Dieu. Ainsi Paul a dit : « Que la femme reçoive l’instruction. »

 

John MacArthur

"Le grand appel de Dieu pour la femme" 

 

 

 

 

 

Please reload