Rechercher

C'EST UN LEURRE DE PENSER QUE LE TEMPS EST UN GRAND GUÉRISSEUR


Tout tremblant et stupéfait il dit : Seigneur que veux-tu que je fasse ? Act 9:5


Une des erreurs les plus néfastes propagées à propos du temps est d’imaginer qu’il détient une sorte de pouvoir mystérieux capable d’améliorer la nature humaine et de changer la personnalité de l’être humain.


D’un jeune homme insensé, nous disons qu’il s’assagira avec le temps. Nous espérons qu’un nouveau chrétien qui se conduit tout sauf comme un chrétien finira, avec le temps, par devenir un saint.


La vérité est tout autre ! Le temps n’a pas plus de pouvoir que l’espace pour sanctifier un être humain. À vrai dire, le temps n’est qu’une fiction par laquelle nous expliquons le changement. C’est par une transformation, et non avec le temps, que l’insensé devient sage et le pécheur saint. Ce résultat, Christ l’obtient par les changements qu’il opère dans le coeur.


Saul le persécuteur est devenu Paul le serviteur de Dieu, mais ce n’est pas le temps qui a opéré ce changement. C’est Christ qui a opéré ce miracle, ce même Christ qui, un jour, avait changé l’eau en vin. Il a fallu que le violent Saul passe par une succession rapide d’expériences spirituelles pour qu’il devienne l’homme doux, épris de Dieu, prêt à donner sa vie pour la foi qu’il haïssait jadis. Il devrait être évident que le temps n’a joué aucun rôle dans la création de l’homme de Dieu !


La nature humaine n’est pas figée. Rien que pour ce fait, nous devrions bénir Dieu jour et nuit ! Nous sommes capables d’évoluer. Nous pouvons devenir autre chose que ce que nous sommes. Par la puissance de l’évangile, l’homme avare peut devenir généreux, l’égocentrique, humble à ses propres yeux. Le voleur peut apprendre à ne plus dérober, le blasphémateur à remplir sa bouche de louanges à Dieu.


A.W. TOZER




9 vues