Please reload

L'IDOLATRIE DANS NOS CULTES D'ÉGLISE

 

Quel est votre plus grand obstacle à l’adoration de Dieu alors que vous vous réunissez à l’église pour le culte ?

Je peux penser à un certain nombre de réponses possibles :

  • Notre leader de louange n’est pas très connu.

  • La liturgie est trop étouffante.

  • Le groupe de louange a un mauvais « son ».

  • Le prédicateur est sans intérêt.

  • Notre église est trop petite.

  • Ou encore, notre église est trop grande.

Bien que je ne veuille pas minimiser l’importance d’une saine organisation, des compétences musicales, et d’un leadership empreint de sagesse, notre plus grand problème, quand il s’agit de l’adoration de Dieu, ne se trouve pas en dehors de nous, mais dans nos propres cœurs. C’est le problème de l’idolâtrie.

 

 

Une autre chose que Jésus

 

« Petits enfants, gardez-vous des idoles ! » Jean termine sa première lettre avec ces mots. En d’autres termes, ne regardez pas à quoi que ce soit d’autre que la gloire de Dieu manifestée en Christ comme la source de votre plus grande joie, de votre plus profonde satisfaction, et comme la plus haute autorité.

L’idolâtrie peut être active dans mon cœur même quand je participe au culte à l’église. Chaque fois que je pense que je ne peux pas rencontrer Dieu à moins que « X » soit présent, je fais une déclaration profonde. Si « X » est autre chose que Jésus-Christ et son Esprit saint, je me suis déplacé en territoire idolâtre.

Bien sûr, Dieu utilise des moyens pour se révéler. Nous le rencontrons au travers de sa Parole lue et prêchée, du repas du Seigneur, de la communion avec les autres, de nos chants et de nos prières. Mais quand nous faisons de ces moyens – ou, plus précisément, de l’exécution de ces moyens – la base de notre communion avec Dieu, nous ajoutons un obstacle inutile à la rencontre de notre Dieu. Nous assistons à la communion des saints comme des consommateurs et des juges idolâtres plutôt que des récepteurs et des serviteurs reconnaissants.

 

 

Nos idoles du dimanche matin

 

Quels sont certaines des idoles que nous pourrions affronter le dimanche ? En voici quelques-unes qui me viennent à l’esprit.

  • Excellence musicale

Il est facile de se laisser distraire par un jeu bâclé, des chansons peu sophistiquées, une guitare fausse, un chanteur qui chante trop aigu, un batteur qui perd le tempo, ou un mixage du son trop déséquilibré. C’est la raison pour laquelle l’excellence musicale est demandée dans la Bible (Psaume 33:3). Mais plutôt que de se contenter de critiquer dans notre coeur ce qui se passe en face de nous, je pourrais plutôt remercier Dieu qu’il utilise les choses faibles de ce monde pour confondre les sages (1 Corinthiens 1:20–31). Je peux me rappeler que Jésus perfectionne toutes nos « offrandes » lors du culte au travers de son sacrifice unique (1 Pierre 2:5), et que même la performance la plus nette est insuffisante à elle seule pour mériter la faveur de Dieu. Il pourrait également être utile de parler au leader, après la réunion, afin de lui communiquer humblement ce que vous entendez à l’avant.

  • Les préférences musicales

Nos dirigeants ne choisissent pas toujours les chansons qui se trouvent sur notre liste. Et ils ne devraient pas. La meilleure musique pour les congrégations focalise à la fois sur les paroles et sur l’unité de la congrégation, et non pas nos goûts et nos aversions. Aucune chanson ne doit nous empêcher de nous glorifier dans notre Rédempteur. Nous nous réunissons avec le « corps » pour nous édifier les uns les autres. Dieu est plus glorifié lorsque je me réjouie dans le fait que d’autres dans l’église apprécient une chanson qui ne fait pas partie de mes préférées.

  • Les compétences du prédicateur

Est-ce que tous les prédicateurs devraient être aussi doués, formés et qualifiés que certains des prédicateurs les plus connus de notre époque. Ils ne le sont pas. Mais tant qu’ils prêchent l’Évangile et qu’ils cherchent à communiquer la Parole de Dieu fidèlement, ils obéissent à Dieu – et nous pouvons nous en réjouir (2 Timothée 4:2). Comme le grand-père de Charles Spurgeon nous le rappelle, quelqu’un peut être en mesure de mieux prêcher l’évangile, mais il ne pourra jamais prêcher un évangile meilleur. Faites un point d’honneur d’encourager et de remercier le ministère de celui qui prêche dans votre église.

  • La créativité

La créativité n’est jamais notre objectif dans l’adoration de Dieu. C’est simplement un moyen afin de manifester et de voir la gloire de Christ plus clairement. De nouvelles formes ou moyens de communication peuvent nous donner une perspective différente, permettant à la vérité d’avoir un plus grand impact sur nous. Mais si nous craignons que nos temps d’adoration ne soient pas assez « cool », pas assez « branchés », ou assez « surprenants » , nous devons nous rappeler que l’Evangile du Christ est toujours une « bonne nouvelle » – la meilleure que nous n’ayons jamais entendue.

  • Les expériences

Nous aimons tous vivre des expériences avec Dieu pendant le culte et l’adoration. Mais le but de nos rassemblements en tant que peuple de Dieu n’est pas simplement d’avoir de fortes expériences sentimentales, mais de voir et de se rappeler quelque chose, avec une véritable affection. Ce « quelque chose » est la Parole, l’oeuvre, et la valeur inestimable de notre Dieu comme elle a été révélée en Jésus-Christ (2 Corinthiens 4:6). Si je poursuis la « chair de poule » ou de " simples pics émotionnels " au cours d’une réunion, Dieu devient tout simplement l’une des nombreuses options que je peux choisir afin de « ressentir » de telles choses.

  • La liturgie (forme de culte)

Les formes et les pratiques sont importantes lorsque nous nous rencontrons en tant que peuple de Dieu pour l’adorer. Nos rassemblements reflètent et façonnent nos croyances. Mais il n’existe pas une « liturgie parfaite » que nous pourrions atteindre et qui rendrait notre adoration plus acceptable que ce qu’elle ne l’est déjà en Jésus. Notre objectif est de le faire dans la foi car c’est ce qui magnifie la gloire de Dieu en Christ de façon plus efficace et scripturale. Nous pouvons et devrions utiliser des éléments bibliques et des passages bibliques lors de nos moments de culte. Mais les liturgies doivent nous servir et non nous gouverner. Puisque Dieu a jugé bon de nous donner la liberté dans la forme de notre culte, nous devrions en faire de même.

 

 

Chaque fois que nous nous réunissons, c’est une occasion de glorifier Dieu dans la grâce qu’il nous a révélée en notre Sauveur crucifié et ressuscité. Ne laissons pas les idoles nous empêcher de nous épanouir dans cette joie inexprimable d’être pardonnés de nos péchés et réconciliés avec Dieu.

 

Bob Kauflin

DesiringGod

 

 

 

 

Please reload