Please reload

ATTACHEZ LA PLUS GRAND VALEUR À LA PIÉTÉ

 

Lui qui n’a pas épargné son propre Fils, mais qui l’a livré pour nous tous, comment ne nous donnera-t-il pas aussi tout avec lui, par grâce ? Rom 8:32

 

Si l’Église était un corps pur et rempli de l’Esprit, entièrement conduit et dirigé par des considérations spirituelles, les hommes et les femmes les plus purs et les plus saints seraient certainement les plus appréciés et les plus honorés, mais on constate l’inverse !

 

La piété n’est plus appréciée, sauf par les plus âgés ou les morts !

 

Les âmes saintes sont oubliées dans le tourbillon de l’activisme religieux. On recherche les personnes bruyantes, sûres d’elles-mêmes, qui savent distraire, et on les récompense de toutes les manières possibles, par des cadeaux, des foules, des offrandes et de la publicité. Ceux qui ressemblent à Christ, qui renoncent à eux-mêmes, qui se conduisent comme s’ils appartenaient déjà au monde à venir, ceux-là sont mis de côté pour laisser la place au dernier play-boy converti qui n’est généralement pas aussi converti que cela et pas très différent qu’avant.

 

La philosophie à court terme qui ne tient pas compte des vertus éternelles et se spécialise dans des futilités est une forme d’incrédulité. Les chrétiens qui incarnent cette philosophie revendiquent des récompenses présentes ; ils sont trop impatients pour attendre le temps du Seigneur ! Le véritable saint voit plus loin ; il se soucie peu des valeurs éphémères ; il attend impatiemment le jour où il entre en possession des biens éternels et où il apparaîtra clairement que la piété est tout ce qui compte.

Le chrétien sage est heureux d’attendre ce jour et, entretemps, il ne demande pas mieux que de se mettre au service de sa génération conformément à la volonté de Dieu. 

 

A.W. TOZER

 

 

Please reload