Please reload

LES CONFINEMENTS BIBLIQUES

 

 

La Bible nous donne des exemples de confinement encourageants pour le peuple de Dieu. Par contre, cela n’est pas forcément une bonne nouvelle pour ceux qui se rebellent contre Dieu et endurcissent leur cœur à Sa Parole.

 

Noé et sa famille furent confinés dans l’arche pendant que le monde entier subissait le jugement de Dieu par le déluge. Beaucoup plus tard, en Egypte, les Israélites durent être confinés dans leurs maisons pendant que l’Éternel visitait les Égyptiens par de terribles fléaux. Exode 12.12, évoque les directives données par Dieu à Moïse et Aaron  : «  Cette nuit-là, je passerai dans le pays d’Egypte, et je frapperai tous les premiers-nés du pays d’Egypte, depuis les hommes jusqu’aux animaux, et j’exercerai des jugements contre tous les dieux de l’Egypte ».

 

Dieu aurait-Il décidé de juger les dieux de ce monde et porter un coup dur à ses fondements ? Le dieu de l’argent sera-t-il brisé par le marteau de la crise actuelle ?

Le dieu de la science n’est-il pas ébranlé au point de réaliser son impuissance et ses limites ? Le dieu de l’économie résistera-t-il au au choc paralysant d’une longue période d’inactivité ? S’il ne s’agit pas d’un coup de grâce à tous les dieux dont dépendent les habitants de cette Terre, cette puissante secousse est en tous les cas, un avertissement et un appel divin que les hommes doivent maintenant se repentir de leur idolâtrie et de leurs péchés.

 

Pendant ce temps, comme le peuple d’Israël au temps de Moïse, chaque famille chrétienne est confinée derrière une porte sur laquelle le sang de l’Agneau veille comme une sentinelle. A l’époque, c’était entre autres, dans le but de les préparer à sortir promptement du pays d’Égypte, pour se rendre dans la terre promise. Aujourd’hui, notre confinement fait sûrement partie d’une stratégie divine pour nous préparer à l’avènement du Seigneur. C’est une étape importante où les chrétiens doivent maintenant donner toute leur attention à cet agneau qu’ils doivent se partager en famille. Manger la chair de cet agneau signifie pour nous, se nourrir de la mort du Seigneur, pour qu’elle nous donne la vie, la force de sortir le moment venu. C’est en prenant notre croix que nous participons à la mort de Jésus et avons part dans la puissance de sa résurrection. Partageons donc ensemble le repas de l’Agneau de Dieu, en faisant mourir les œuvres de notre chair. Le confinement du peuple d’Israël  l’a séparé des dieux d’Égypte, pour qu’ils ne soient pas distraits et que leurs premier-nés soient protégés. Faisons en sorte que ce temps de séparation nous aide à porter toute notre pensée sur Jésus-Christ et Jésus-Christ crucifié. 

 

Quant à ceux qui ne connaissent pas Dieu, ils doivent croire en Jésus, tout comme Rahab la prostituée de Jéricho qui supplia qu’elle soit épargnée lorsque la ville serait anéantie. Il lui fut demandé de rester confinée chez elle avec sa famille. Josué 2.18–19 raconte de quelle manière, les espions font une alliance avec elle : « A notre entrée dans le pays, attache ce cordon de fil cramoisi à la fenêtre par laquelle tu nous fais descendre, et recueille auprès de toi dans la maison ton père, ta mère, tes frères, et toute la famille de ton père.  Si quelqu’un d’eux sort de la porte de ta maison pour aller dehors, son sang retombera sur sa tête, et nous en serons innocents ». Ainsi donc, le fil cramoisi représentant le sang de Christ qui sauve de la colère de Dieu, ceux qui croient en Son sacrifice seront sauvés comme Rahab, pour appartenir à Dieu et à Son peuple. Pour ce qui nous concerne aujourd’hui, il s’agit bien plus qu’un confinement naturel, mais Dieu appelle les hommes à se réfugier en Christ pour avoir la vie éternelle.

 

Jésus est la porte qui ferme l’accès du jugement de Dieu sur ceux qui s’abritent derrière elle. Il est la véritable porte illustrée par la porte de l’arche de Noé, la porte de la maison des Israélites en Égypte, et celle de la maison de Rahab d’où était suspendu le cordon de fil cramoisi. Abritons-nous tous derrière la porte de notre maison, mais bien plus encore, cachons-nous en Christ, le seul à pouvoir protéger nos âmes de la perdition éternelle.

 

Jocelyn Sery

 

 

 

Please reload