Rechercher
  • L. GILMAN

MARC 1



Marc ne faisait pas parti des douzes. Il était le cousin de Barnabas Col 4:10 Aristarque, mon compagnon de captivité, vous salue, ainsi que Marc, le cousin de Barnabas, au sujet duquel vous avez reçu des ordres s’il va chez vous, accueillez–le ;

Nous savons également que sa mère s’appelait Marie Act 12:12 Après avoir réfléchi, il se dirigea vers la maison de Marie, mère de Jean, surnommé Marc, où beaucoup de personnes étaient réunies et priaient.


Il a été au côté de Pierre très longtemps, car c’est par lui qu’il s’est converti 1 Pi 5:13 L’Eglise des élus qui est à Babylone vous salue, ainsi que Marc, mon fils. Il a ensuite suivi Paul lors de son premier voyage, Act 12:25 Barnabas et Saul, après s’être acquittés de leur message, s’en retournèrent de Jérusalem, emmenant avec eux Jean, surnommé Marc. Plus tard, Marc partira par manque de courage, mais lorsqu’il voudra à nouveau les rejoindre, Paul refusera, ce qui amènera Barnabas à se séparer de lui pour partir avec son cousin Act 15:37-39 Barnabas voulait emmener aussi Jean, surnommé Marc ; mais Paul jugea plus convenable de ne pas prendre avec eux celui qui les avait quittés depuis la Pamphylie, et qui ne les avait point accompagnés dans leur œuvre. Ce dissentiment fut assez vif pour être cause qu’ils se séparèrent l’un de l’autre. Et Barnabas, prenant Marc avec lui, s’embarqua pour l’île de Chypre.

Par la suite, Paul l’appellera à nouveau auprès de lui et lui sera d’une grande utilité 2 Tim 4:11Luc seul est avec moi. Prends Marc, et amène–le avec toi, car il m’est utile pour le ministère.


Chaque évangile met en avant un aspect bien précis de Jésus

Matthieu : Jésus en tant que Roi

Marc : Jésus en tant que Serviteur.

Luc : Jésus en tant qu’Homme

Jean : Jésus en tant que Dieu



Verset 1 à 6

Marc commence par dire que Jésus est le Fils de Dieu. Sa venue est annoncée et précédée d’abord par un messager : Jean le Baptiste, qui préparera son chemin.

Jean est le cousin de Jésus, sa mère s’appelle Elisabeth et fut enceinte 6 mois avant Marie, sa parente Lc 1:36 Voici, Elisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils en sa vieillesse, et celle qui était appelée stérile est dans son sixième mois.

L’enfant était déjà rempli du Saint-Esprit alors même qu’il était dans le ventre de sa mère Lc 1:15 Car il sera grand devant le Seigneur. Il ne boira ni vin, ni liqueur enivrante, et il sera rempli de l’Esprit–Saint dès le sein de sa mère ;

Nous avons ici l’exemple type d’un homme choisi et élu par Dieu avant la fondation du monde. Jean-baptiste a une mission très particulière, celle de ramener les enfants d’Israël vers Dieu et de les préparer à la rencontre du Messie.


Mais tous les élus de Dieu ont également reçu une mission, et aucune n’est sans importance aux yeux de Dieu. Chacun a son rôle à jouer dans le Royaume et nous ne devons en minimiser aucun. Ne cherchons pas les places honorifiques, Jean-Baptiste a eu un rôle extrêmement important et vivait pourtant de manière très marginale. l’Esprit de Dieu ne lui a pas offert l’abondance matérielle, bien au contraire, il l’a entrainé dans le désert pour vivre le plus simplement possible, détaché totalement des convoitises du monde.


Verset 7 à 8

Jean baptise du baptême de la repentance, c’est à dire le baptême d’eau qui se fait par immersion. « Baptizo » signifie : plonger, immerger, submerger. C’est le symbole de la purification des péchés. Jean pratiquait ce baptême dans le Jourdain à l’époque, et aujourd’hui ce baptême se pratique toujours de la même manière, mais dans des endroits différents en fonction des moyens. Le baptistère est le plus souvent utilisé, c’est une sorte de baignoire qui permet de plonger totalement la personne.

Jean ne baptisait que les personnes qui s’étaient repenties, c’est pourquoi, il est anti scripturaire de baptiser un enfant. Le baptême d’eau scelle un engagement devant Dieu, une décision que seul un adulte peut faire de manière sérieuse. Le faire à la place d’un enfant n’a aucune valeur aux yeux de Dieu, ce n’est qu’un rite qui malheureusement trompe ceux qui pensent ainsi mettre leur enfant sous la protection de Dieu.


Mais on voit aussi qu’il est parlé ici d'un autre baptême, celui du Saint-Esprit, que seul Jésus peut faire. Le baptême du Saint-Esprit se reçoit à la nouvelle naissance, au moment même où nous croyons que Jésus est le Fils de Dieu, descendu sur terre pour nous sauver. Nous en avons l’exemple avec Corneille et sa famille lorsqu’ils ont cru Act 11:15-16 Lorsque je me fus mis à parler, le Saint–Esprit descendit sur eux, comme sur nous au commencement. Et je me souvins de cette parole du Seigneur : Jean a baptisé d’eau, mais vous, vous serez baptisés du Saint–Esprit.

À la pentecôte, le Saint-Esprit s’est manifesté très spectaculairement, parce qu’il fallait qu’un grand nombre croit. La puissance de cet événement était là pour interpeller tout le peuple et les diverses langues étaient indispensables pour montrer que Dieu voulait toucher toutes les nations et non plus la seule nation d’Israël. Le baptême du Saint-Esprit est appelé aussi le baptême de la régénération Tit 3:4-7 Mais, lorsque la bonté de Dieu notre Sauveur et son amour pour les hommes ont été manifestés, il nous a sauvés, non à cause des œuvres de justice que nous aurions faites, mais selon sa miséricorde, par le baptême de la régénération et le renouvellement du Saint–Esprit, qu’il a répandu sur nous avec abondance par Jésus–Christ notre Sauveur, afin que, justifiés par sa grâce, nous devenions, en espérance, héritiers de la vie éternelle.


Verset 9 à 10

Jésus n’avait besoin d’aucun baptême, ni du baptême d’eau ni de celui de l’Esprit, mais il a montré l'exemple de ce que tout homme devait faire pour le suivre. Pourquoi se faire baptiser par Jean, parce qu’il prêche la repentance, et parce que Jésus n’a pas besoin de repentance, il veut ainsi nous montrer que le baptême d’eau se fait après s’être repenti, c’est l’acte qui scelle notre engagement envers Dieu. Et tout de suite après cet engagement, nous voyons que le ciel s’ouvre et que le Saint-Esprit nous est donné directement par Dieu. C’est l’homme qui baptise d’eau, mais Seul Jésus a le pouvoir de baptiser de l’Esprit et il le fait parfois avant le baptême d’eau, parfois après, et parfois jamais. C’est lui qui donne son Esprit à qui reconnait qu’il est son Sauveur et Seigneur. Il est le seul qui connait la sincérité de nos coeurs. Et si certains se font baptiser d’eau alors que leur démarche n’est pas authentique, il ne seront jamais baptiser de l’Esprit, car nul ne peut tromper Dieu.

l’Esprit est représenté par une colombe, le signe de la paix. Elle représente également la grâce, et c’est en effet un don merveilleux que de recevoir l’Esprit de Dieu en nous, c’est un cadeau que Dieu fait à chacun de ses élus afin de les équiper pour qu’il puisse aller jusqu’au bout de la course. Sa blancheur nous rappelle la sainteté de Dieu parce que nous ne devons jamais oublier que c’est ce qu’il est.


Verset 11

Il n’y a qu’un seul et unique Dieu, mais il est représenté par 3 entités à parts entières : Père, Fils et Saint-Esprit. Ils ne font qu’un, mais ont chacun un rôle bien défini. Le Père n’est pas le Fils, bien qu’ils soient Dieu tous les deux. Le Fils n’est pas le Saint-Esprit, bien qu’ils soient encore Dieu tous les deux.

Dieu aime, pardonne, sauve, il convainc de péché, conseille, guide et transforme les coeurs, sans oublier qu’un jour viendra où il exercera son jugement sur tous les hommes de la terre. C’est pourquoi chacun a son rôle, le Père aime et pardonne, le Fils sauve et juge (à la fin des temps), le Saint-Esprit convainc de péché, conseille, guide et transforme les coeurs.

Jésus est venu nous montrer comment un chrétien doit vivre. Lorsqu’il reçoit l’Esprit, il reçoit également l’Amour du Père, il est ainsi équipé de l’essentiel pour marcher à contre courant du monde.


Verset 12 à 13

Le désert fait parti de la vie du chrétien. C’est un moment où nous avons l’impression d’être seul avec l’adversaire de nos âmes. David appelle cela « la vallée de l’ombre de la mort ». Nous le traversons plusieurs fois dans notre vie et bien que ces moments sont douloureux, ils également extrêmement important pour la croissance spirituelle. Si nous avons le sentiment d’être seul avec le diable, nous ne devons jamais oublier que Dieu est là aussi. Il ne se manifeste pas, mais il ne nous abandonne pas, même dans ces moments là. « Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort, Je ne crains aucun mal, car tu es avec moi : Ta houlette et ton bâton me rassurent. » Ps 23:4


Verset 14 à 15

Jean-Baptiste a préparé le chemin de Jésus, maintenant c’est Jésus qui doit être entendu de tous. Le message reste le même : le royaume de Dieu et la repentance. Voilà ce que disait Jean : Matt 3:2 Il disait : Repentez–vous, car le royaume des cieux est proche.

Les apôtres ont continué eux aussi à prêcher la repentance :

Act 2:38 Pierre leur dit : Repentez–vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus–Christ, pour le pardon de vos péchés ; et vous recevrez le don du Saint–Esprit.

Act 20:20-21 Vous savez que je (Paul) n’ai rien caché de ce qui vous était utile, et que je n’ai pas craint de vous prêcher et de vous enseigner publiquement et dans les maisons, annonçant aux Juifs et aux Grecs la repentance envers Dieu et la foi en notre Seigneur Jésus–Christ.


Ce message ne devrait pas changer encore aujourd’hui ! La colère de Dieu subsiste sur tout ceux qui ne se sont jamais repentis. Dieu pardonne à ceux qui se repentent uniquement.


Verset 16 à 20

Jésus va se choisir des hommes afin de les former pendant tout son pèlerinage sur la terre. C’est Jésus qui vient vers nous et qui nous appelle. Il n’est pas utile d’être instruits pour le suivre car Dieu n’a pas besoin de notre intelligence, ce qu’il attend de nous, c’est de le suivre, pour le reste, c’est lui qui nous enseigne et qui dirige les choses.


Verset 21 à 28

Jésus est Dieu fait homme, c’est pourquoi il a une autorité que nul homme ne peut avoir et tous le reconnaissent. Il n’hésite pas, il ne craint pas, il connait toute chose et les annonce avec une pleine assurance. Les hommes sont frappés par son enseignement et les démons tremblent en l’écoutant parce qu’ils savent qui il est « tu es venu pour nous perdre. Je sais qui tu es : le Saint de Dieu » (24)

Les démons obéissent à Jésus parce qu’il a une pleine autorité.

Dieu est venu sur la terre en prenant la forme d’un homme, mais il reste Dieu. Sa puissance est inégalable, il domine sur toutes choses, même en tant qu’homme.

Jean-baptiste interpellait les consciences, mais Jésus interpelle par sa présence.


Verset 29 à 34

Simon « Shemon » en hébreu, se nomme aussi Pierre.

La mère de son épouse est malade. Aujourd’hui une simple fièvre est très vite partie, mais à l’époque, aucun médicament n’existait pour faire baisser la fièvre, ce qui signifie que sa belle mère est en danger de mort si la fièvre continue de monter.

En très peu de temps les disciples constatent que Jésus délivre des puissances des ténébres et qu’il guérit les malades, alors ils en profitent pour aller chercher d’autres malades et démoniaques.


Verset 35

Jésus priait très tôt le matin et surtout dans un endroit seul pour ne pas être dérangé. C’est exactement ce qu’il nous a commandé de faire Matt 6:6 Mais quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte, et prie ton Père qui est là dans le lieu secret ; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra.

S’il nous est demandé de prier sans cesse dans la journée, il est indispensable aussi de ne pas négliger un moment particulier, totalement coupé des préoccupations du monde, afin de passer du temps en tête à tête avec le Père. Jésus en avait besoin et il nous a enseigné de le faire parce qu’il sait que c’est nécessaire pour notre communion avec lui.


Verset 36 à 39

Jésus se faisait attendre parce qu’il passait du temps dans la prière. Mais son ministère consistait avant tout à apporter la bonne nouvelle du Royaume aux juifs. Et pour se faire connaitre et être entendu, ils chassaient les démons et guérissaient les malades, ainsi sa renommée devenait de plus en plus grande.


Verset 40 à 42

Le lépreux démontre sa foi par ses paroles, il sait que Jésus guérit, mais il sait aussi que c’est lui qui décide et non sa foi seule « Si tu le veux ». Certains ont tendance à croire que leur foi est suffisante pour toutes choses, mais ils oublient la souveraineté de Dieu, c’est toujours lui qui décide d’accorder ou non ce que nous désirons.

Plus tard, lorsque Jésus sera dans le jardin de Gethsemané, il criera à son Père « Éloigne-moi de cette coupe » tout en rajoutant « mais toutefois non pas ma volonté, mais la tienne » . Beaucoup oublient que Dieu est décisionnaire de tout et que si notre foi est importante, c’est aussi lui qui nous la donne. Nous ne sommes pas en possession d’un pouvoir magique et ne devons pas penser que parce que nous adapterons une pensée positive, nous aurons tout ce que nous désirons. Dieu reste Dieu et bien qu’il donne à tout ceux qui lui demande avec foi, il le fait toujours selon sa volonté 1 Jn 5:14 Nous avons auprès de lui cette assurance, que si nous demandons quelque chose selon sa volonté, il nous écoute.

Bien des exemples dans la Parole nous démontrent que ce n’est pas toujours la volonté de Dieu de guérir. Job a souffert longtemps avant de voir le rétablissement de son corps. Paul est resté avec une écharde dans sa chair jusqu’à la fin de ses jours pour l’empêcher de s’enorgueillir et Trophime a du attendre patiemment sa guérison sans que Dieu n’intervienne miraculeusement. D’autres sont morts et n’ont jamais été guéri.


Verset 43 à 45

Il y avait tout un rituel à faire lorsqu’un lépreux était guéri, avec des sacrifices d’animaux et la purification du lépreux dans l’eau. (Lev 14:2-32). Jésus ne voulait pas que tout le monde le sache parce qu’il savait que tous accourraient pour leurs besoins personnels, ce qu’il voulait principalement c’est que les chefs religieux le sachent, qu’ils voient de leurs yeux et qu’ils croient.

Le but principal du ministère de Jésus n’était pas la guérison des corps, mais la guérison des âmes. Il est venu pour sauver le monde de la colère de Dieu et par conséquent, avant de se donner en sacrifice pour le pardon des péchés de ceux qui croient, il veut d’abord enseigner en quoi consiste le Royaume et comment y entrer.


Le problème est que les foules accourent toujours pour leurs besoins terrestres, mais lorsqu’il s’agit de leur avenir céleste, ils sont beaucoup moins nombreux.





4 vues