Rechercher
  • L. GILMAN

MARC 3


Verset 1 à 5

Qu’est-ce que la loi ? C’est faire le bien et non le mal. Jésus remet les choses à leur place et les hommes religieux ne le supportent pas. Paul dira plus tard « j’aurais beau faire ceci… et cela… mais si je n’ai pas l’amour, je ne suis rien !!! » 1 Cor 13. Respecter le jour du sabbat n’est pas un prétexte pour ne pas tendre la main vers son prochain, quel qu’il soit.


Dans nos cercles religieux, il est encore si fréquent de voir ce genre de situation, sous des aspects différents. Aller au culte, embrasser ses frères et soeurs, partager le repas du Seigneur, louer le Seigneur de tout son coeur et encourager le prédicateur pour son message est bien, mais combien rentrent chez eux et se querellent avec leur conjoint, délaissent pendant le reste de la semaine la parole de Dieu et l’intimité dans le lieu secret, mettent un joug sur les chrétiens les plus faibles, et condamnent les gens du monde sans leur laisser le temps de se repentir. Le sabbat fait parti de la loi, et nous devons continuer de respecter ce jour, mais à quoi sert-il de rendre gloire à Dieu, si nous sommes sommes incapables d’aimer notre prochain et de lui venir en aide le reste du temps.


Verset 6

Les religieux détestent la vérité, ils se révoltent violemment lorsque leur coeur est mis à nu.

C’est une réalité encore de nos jours, parmi ceux qui professent être chrétiens mais qui n’ont jamais été régénérés. Jer 23:2 C’est pourquoi ainsi parle l’Eternel, le Dieu d’Israël, Sur les pasteurs qui paissent mon peuple : Vous avez dispersé mes brebis, vous les avez chassées, Vous n’en avez pas pris soin ; Voici, je vous châtierai à cause de la méchanceté de vos actions, Dit l’Eternel.


Verset 7 à 12

Les guérisons et les délivrances attirent les foules et nous le voyons toujours aujourd’hui. C’est pourquoi il est important de discerner entre ceux qui suivent Jésus pour ce qu’il donne et ceux qui le suivent pour ce qu’il est.

Jésus est venu avant tout pour sauver les âmes, mais la guérison des corps lui permet d’être connu de partout afin que le monde puisse savoir que le Messie est venu. Jésus guérit toujours les corps malades depuis des siècles, mais il ne le fait pas systématiquement, il reste souverain. Cependant quiconque vient à lui et se repent reçoit la guérison de son âme. Elle n’est pas instantanée, car elle se fait par étape et au fil des années, mais elle est réelle et promise à quiconque lui appartient. « il restaure mon âme » (Ps 23:3)


Verset 13 à 19

Ce n’est pas nous qui choisissons de suivre Jésus, c’est lui qui nous choisit. C’est lui qui appelle (v13), qui désigne ceux qui seront à ses côtés. Jn 15:16 Ce n’est pas vous qui m’avez choisi ; mais moi, je vous ai choisis, et je vous ai établis, afin que vous alliez, et que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure, afin que ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donne.

Et lorsqu’il choisit, c’est pour un but précis : celui de propager la bonne nouvelle autour de nous.

Judas a cependant aussi été choisi, mais pour une mission différente : celle de livrer Jésus afin qu’il soit crucifié, selon le plan divin.

Dieu a créé le juste et le méchant Pr 16:4 L’Eternel a tout fait pour un but, Même le méchant pour le jour du malheur.


Verset 20 à 21

La famille de Jésus ne le comprend pas, elle le prend pour un fou. La mot grec employé est « existemi » qui signifie : mettre dans l’étonnement, être stupéfait, être hors de sens, à côté de soi-même, fou.

Ils sont très étonnés de ce qu’il fait et ne le prennent pas au sérieux. Jean dit clairement que ces frères ne croyaient pas en lui Jn 7:5 Car ses frères non plus ne croyaient pas en lui.


Verset 22 à 30

Jésus va parler ici du péché impardonnable, le blasphème du Saint-Esprit.

Si on reprend le contexte, nous voyons que Jésus est accusé d’agir pour Satan. Alors que les démoniaques reconnaissaient en lui le Fils de Dieu (v11), les pharisiens eux, l’accusent d’être possédé par Satan. Ils voient, ils entendent et pourtant refusent de croire en la réalité. Ils rejettent obstinément la Vérité. La délivrance d’un possédé est un pur miracle et ils ne peuvent le nier, mais ils refusent de croire que Jésus agisse au nom de Dieu. Ne pas croire est une chose, mais mettre sur le compte de Satan l’oeuvre de Dieu est impardonnable.


Nous pouvons être sceptiques sur certains miracles, car il est évident que Satan en fait aussi, mais comment pouvons-nous reconnaitre qu’ils viennent de Dieu ? En regardant aux fruits de celui qui les fait. En parlant du blasphème contre le Saint-Esprit, Matthieu précise que l’arbre se reconnait à ses fruits Mat 12:34-36 Quiconque parlera contre le Fils de l’homme, il lui sera pardonné ; mais quiconque parlera contre le Saint–Esprit, il ne lui sera pardonné ni dans ce siècle ni dans le siècle à venir. Ou dites que l’arbre est bon et que son fruit est bon, ou dites que l’arbre est mauvais et que son fruit est mauvais ; car on connaît l’arbre par le fruit. Races de vipères, comment pourriez–vous dire de bonnes choses, méchants comme vous l’êtes ? Car c’est de l’abondance du cœur que la bouche parle. L’homme bon tire de bonnes choses de son bon trésor, et l’homme méchant tire de mauvaises choses de son mauvais trésor. Je vous le dis : au jour du jugement, les hommes rendront compte de toute parole vaine qu’ils auront proférée.

Encore aujourd’hui des tas de miracles ont lieu dans le monde, mais tous ne proviennent pas de Dieu, mais bien de Satan. À quoi les reconnait-on principalement ? Au mensonge qui est enseigné en amont. Dieu continue toujours de guérir, mais il guérit complètement et non pas juste pour un temps ou juste en partie. Beaucoup de guérisons ne sont pas complètes, ou finissent par disparaitre dans le temps, preuve qu’elles ne venaient pas de Dieu. Il y a beaucoup de charlatans, de « guérisseurs » célestes qui aiment la gloire plus que Jésus. Ils parlent de lui, agissent en son nom, mais n’ont pas l’amour de la vérité dans leur coeur. Ils aiment beaucoup plus la puissance que celui qui la détient.


Verset 31 à 35

La famille charnelle est importante aux yeux de Dieu, mais elle ne sera pas éternelle. Dieu nous donne une nouvelle famille à notre nouvelle naissance, une famille en Christ qui ne disparaitra jamais. Ici encore nous voyons que les enfants de Dieu sont ceux qui ne cherchent pas leurs propres intérêts, mais qui font la volonté de Dieu 1 Jn 2:17 Et le monde passe, et sa convoitise aussi ; mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement.





3 vues