Rechercher
  • L. GILMAN

MARC 4


Verset 1 à 2

Ce sont les foules qui viennent écouter Jésus, parce qu’elles ont entendu parler de lui. Mais les foules sont composées en majorité de curieux et surtout de personnes qui veulent recevoir des miracles.

Beaucoup viennent entendre Jésus dans les églises, mais peu acceptent de le suivre.


Verset 3 à 9

Une parabole est donnée de but en blanc, mais sans aucune explication. ici, c’est la parabole du semeur. Jésus veut faire comprendre à ses disciples que pour comprendre la parole, il faut la plupart du temps, chercher dans les profondeurs. Tout a un sens très profond qu’il nous faut trouver.

Pour comprendre une parabole, il faut se poser les questions suivantes. Analysons celle-ci :

  • de quoi parle Jésus ?

De différentes sortes de terrains : un chemin, un endroit pierreux, un endroit avec des épines et une terre impeccable.

  • qu’est-ce que cela représente ?

Le coeur de l’homme

  • qui est le personnage principal ?

Le semeur

  • qui représente-t-il ?

Celui qui annonce la parole autour de lui

  • quel résultat est bon et quel résultat est mauvais ?

3 terrains sont mauvais, 1 seul est bon (la bonne terre)

D’après ces réponses, on peut alors conclure que si la parole ne tombe pas dans un coeur ouvert, la parole ne produira rien. Si la terre est encombrée de pleins d’autres choses, la semence pourra malgré tout, pousser pendant un temps, mais elle finira tôt ou tard, par mourir d’elle-même.


Verset 10 à 12

Les paraboles sont données uniquement pour ceux qui auront le désir de comprendre et particulièrement pour ceux qui par la suite recevront l’Esprit de Dieu. La parole de Dieu est vivante et si nous la lisons sans l’Esprit, elle est une lettre morte. Elle est comme fermée à ceux qui ne peuvent la recevoir dans leur coeur.


Verset 13 à 14

Mais cette fois, il va les aider en leur donnant l’explication.

Jésus donne la signification exacte de cette parabole. Tous les hommes de la terre représentent l’un des 4 terrains cités. Une partie seulement reçoit la parole favorablement. Et pour les 3 autres, deux d’entre eux la reçoivent juste pour un temps et le premier la rejette sur le champs (aussitôt, à l’instant, immédiatement).

Il ne suffit pas d’entendre la parole, encore faut-il l’accepter et surtout persévérer jusqu’au bout, quels que soient les soucis et les souffrances qu’elle procure.


Verset 15

Le long du chemin, c’est un endroit où la terre est si tassée que rien ne peut prendre racine. Le coeur de ces personnes est si dur que même s’ils entendent la bonne nouvelle, ils la rejettent aussitôt. Si Satan est à l’oeuvre pour les empêcher de recevoir le salut pour leur âme, il n’est pas pour autant le seul responsable, car il ne fait qu’appuyer leurs pensées profondes. Avec un coeur dur, Satan n’a pas de difficulté à balayer ce qui pourrait peut-être prendre racine.


Verset 16 à 17

Les endroits pierreux ont de la terre, mais lorsque la semence prend racine, très vite, elle rencontre une pierre qui l’empêche de pousser davantage. Ses racines ne peuvent se développer et par conséquent, la semence finit par mourir d’elle-même. Les pierres représentent les obstacles que nous rencontrons dans la vie : les soucis, les épreuves, la souffrance, la maladie et la persécution. Or être chrétien n’est pas facile, il faut accepter de souffrir pour suivre Jésus jusqu’au bout. Certains pensent que leur vie s’arrangera et qu’ils seront enfin en paix, mais lorsque les épreuves commencent à surgir les unes après les autres, ils abandonnent la course et préfèrent repartir dans leur vie passée. Leur coeur n’a pas été transformé, ils ne veulent pas souffrir davantage.


Verset 18 à 19

Les épines s’accrochent aux vêtements et à la peau, comme le monde s’accroche à certains coeurs et les rend esclaves. D’autres entendent l’évangile et l’accueillent avec plaisir, la terre est bonne et la semence prend racine et pousse sans problème, mais elle est entourée des choses du monde. Ces personnes restent dans le troupeau, mais se sont créées un évangile à leur convenance, un évangile qui leur offre le confort et qui surtout leur permet de jouir des plaisirs du monde. Ils refusent de renoncer à eux-mêmes tout en se proclamant sauvés. La parole est disséquée pour ne laisser que les parties les meilleures. Ce sont les chrétiens mondains, les chrétiens de Laodicée, ils ne portent que le nom de chrétien, mais ne le sont pas en réalité.


Verset 20

Il est très important de voir que la bonne terre reçoit la parole, la met en pratique et porte du fruit. Sans fruit, personne ne peut prétendre être un enfant de Dieu. Nous voyons que tous les autres terrains reçoivent la parole, mais le diable, la persécution et la tiédeur empêchent l’apparition du fruit. On peut pratiquer la parole en partie et seulement pour un temps, mais ce qui authentifie un disciple de Christ, c’est sa persévérance et les fruits qui en découlent.


Verset 21 à 23

La lumière sert à nous montrer les choses, c’est pourquoi elle doit être vue, sinon elle n’a aucun intérêt. La Parole de Dieu est la Lumière, et c’est elle qui éclaire nos vies et nous montre tout ce qui n’est pas à la gloire de Dieu. La Parole est transformatrice, elle révèle ce que nous sommes et parlent directement à nos coeurs. Plus elle est méditée dans nos coeurs, plus la lumière illumine nos vies. Cette lumière est petite au départ, car il serait impossible à l’homme de voir sa vie telle qu’elle est. Ce n’est que tout doucement que la lumière s’intensifie et qu’elle éclaire chaque aspect et recoins de notre caractère, de nos pensées, de nos habitudes et de notre jardin secret. Cependant même si le travail est long et continue jusqu’à la fin de notre vie, la lumière est néanmoins présente et doit être visible aux yeux des autres. C’est elle qui témoigne de notre appartenance à Christ.


Verset 24 à 25

Jésus met clairement une mise en garde sur ce que nous écoutons, et nous en rend responsable, car c’est ce que nous écoutons qui influence nos paroles et nos actions. Plus nous serons attirés par l’écoute des choses divines, plus nous aurons envie d’aller plus loin et de progresser. À l’inverse, moins nous aurons soif des choses de Dieu, plus nous serons attirés par les choses du monde. La lumière s’entretient, mais si on décide de la cacher, et surtout de ne pas l’écouter, alors elle ne grandira pas et finira peut-être même par s’éteindre totalement. La lumière est faite pour éclairer, tout comme la Parole est faite pour être lue et méditée. Plus nous l’entendrons raisonner dans notre coeur, plus elle nous changera de l’intérieur.


Verset 26 à 29

L’homme régénéré, c’est à dire celui qui a reçu la semence dans la bonne terre, ne peut que croitre et porter du fruit. Lorsque la semence pousse au bon endroit, rien n’arrêtera sa croissance. Non seulement la lumière l’éclaire et fait une oeuvre transformatrice, mais en plus le fruit pousse par lui-même, sans qu’il en soit conscient. C’est le miracle de Dieu sur une âme régénéré. Ce n’est pas l’oeuvre de l’homme, mais uniquement le résultat d’une âme sauvée par la grâce de Dieu.


Verset 30 à 32

Le Royaume est en quelque sorte, la vie qui pousse en nous. Elle n’a pas de fin, elle est infinie et surpasse tout le reste. La vie éternelle attire et recueille tous ceux qui désire la recevoir.


Verset 33 à 34

Les paraboles ne sont pas compréhensibles par tous, sans l’Esprit, il n’est pas possible de les comprendre. À l’époque, les disciples n’ont pas encore l’Esprit en eux, c’est pourquoi, Jésus leur donne les explications ensuite en particulier, car il laisse le mystère subsister pour ceux qui ne le suivent pas. Mat 13:35 afin que s’accomplît ce qui avait été annoncé par le prophète : J’ouvrirai ma bouche en paraboles, Je publierai des choses cachées depuis la création du monde.


Verset 35 à 41

Jésus n’a pas la puissance, il est la puissance. Il est Dieu lui-même, incarné en homme, et les disciples n’en ont pas encore pris conscience. Toute la création a été créée par Dieu et Jésus est Dieu descendu sur la terre pour le salut des hommes. C’est facile de se l’imaginer, mais très impressionnant de le voir de ses yeux.


Cet tempête n’est pas isolée, elle représente les difficultés que nous rencontrons dans la vie, ces moments où nous avons l’impression que nous allons perdre pieds, que tout est perdu et qu’il n’y a plus aucun espoir. Mais Jésus est là et même s’il semble dormir, parce qu’il n’intervient pas, il est avec nous et gère parfaitement la situation. La peur nous paralyse et nous fait douter de Dieu. La foi en revanche, nous permet de garder le cap et de rester dans la paix. Dieu est dans la barque, même lorsque la tempête est violente et il nous appelle à regarder vers lui et à lui faire confiance. C’est lui qui a le pouvoir de faire cesser le vent, et il le fera mais il veut que nous nous reposions sur lui et que nous gardions la foi. Il maitrise tout et il ne nous laissera pas couler, nous devons en être persuadés.




0 vue