Please reload

MARC 5

 

Verset 1 à 5

L’homme possédé de démons est un homme marginal qui vit seul, totalement isolé de la société. C’est un homme fort physiquement, qui vit près des tombeaux. Les démons le maltraitent jour et nuit et l’homme ne peut rien faire contre eux car il est devenu leur esclave.

 

La possession est malheureusement quelque chose de réel, et seule la puissance de Jésus peut chasser les esprits d’un corps. Un chrétien ne peut pas être possédé, cela semble parfaitement logique puisque Jésus chasse les démons et ne cohabite avec aucun d’entre eux.

 

Verset 6 à 7

L’homme n’est plus au contrôle de sa vie, ce sont les démons qui le manipulent comme ils le désirent. Nous voyons ici, comme dans Mc 3:11, que les démons reconnaissent Jésus comme étant le Fils de Dieu. D’ailleurs Jacques précise qu’ils croient en un seul Dieu et qu’ils tremblent devant lui Jc 2:19 Tu crois qu’il y a un seul Dieu, tu fais bien ; les démons le croient aussi, et ils tremblent

 

Verset 8 à 13

Jésus va prendre autorité  sur l’esprit afin de le faire partir. À part le fait qu’il lui demande son nom, il ne discute pas avec lui, mais le somme de partir sur le champs en lui indiquant l’endroit précis où il doit aller.

Il est intéressant de voir que les démons sont renvoyés dans un endroit précis sur la terre, ils ne sont pas chasser sans une instruction précise, sans une destination établie. C’est le troupeau de porcs qui va se noyer, et non les démons parce qu'ils ne meurent jamais. Cela suppose que ces démons voyageront à nouveau jusqu’à trouver une ou plusieurs nouvelles habitations où se poser.

 

Verset 14 à 17

D’autres cas de possessions existent peut-être encore dans cet endroit, c’est pourquoi, les  gens demandent à Jésus de partir, de peur de perdre tous leurs troupeaux. La venue de Jésus n’est pas une bonne nouvelle pour eux, mais une perte financière sans précédent.

La délivrance de l’un crée la désolation des autres. Chacun voit à son propre intérêt au lieu de regarder au bonheur de l’autre. D’autres démoniaques auraient peut-être pu être délivrés dans cette ville, mais Jésus ne pourra pas agir.

 

Verset 18 à 20

Nous ne sommes pas tous appelés à faire les mêmes choses dans le service pour Dieu. Les uns deviennent apôtres et les autres de simples disciples qui proclament la gloire de Dieu autour d’eux. L’ancien démoniaque ne fait pas parti de la première sélection, il a reçu la grâce de Dieu sur sa vie et doit maintenant la faire connaître à ses proches. Jésus lui demande d’aller dans sa maison, vers les siens, parce que cet homme avait abandonné sa famille pour de mauvaises raisons et qu’il devait à présent retrouver les siens et se réconcilier avec eux. 

 

Avant de vouloir rentrer dans le ministère, nous avons plus important à faire : nous réconcilier avec nos proches si nous ne les voyons plus. La famille est notre première église. Comment pourrions-nous servir Dieu et prétendre le suivre si nous abandonnons notre conjoint, nos enfants, nos parents ? Il est évident que dans le cas où ce sont les proches qui ont décidés de rompre les liens avec nous, nous ne pouvons pas forcer les choses. La parole de Dieu nous dit : Rom 12:18 S’il est possible, autant que cela dépend de vous, soyez en paix avec tous les hommes. 

 

Verset 21 à 24

La renommée de Jésus s’étend de plus en plus et des foules entières se précipitent pour l’entendre et recevoir des guérisons. Plusieurs chefs de synagogue sont devenus disciples de Jésus : Crispus (Act 18:8) et Sosthène (Act 18:17)

Nous voyons ici que Jaïrus croit de tout son coeur en Jésus, il va même jusqu’à se jeter à ses pieds. Il a besoin du secours de Jésus car il sait qu’il est le seul à pouvoir sauver sa fille.

 

Verset 25 à 34

La perte de sang de cette femme la rendait impure et par conséquent l’empêchait normalement de sortir de chez elle et encore moins de se mêler à une foule. Lev 15:25-27 La femme qui aura un flux de sang pendant plusieurs jours hors de ses époques régulières, ou dont le flux durera plus qu’à l’ordinaire, sera impure tout le temps de son flux, comme au temps de son indisposition menstruelle. Tout lit sur lequel elle couchera pendant la durée de ce flux sera comme le lit de son flux menstruel, et tout objet sur lequel elle s’assiéra sera impur comme lors de son flux menstruel. Quiconque les touchera sera souillé ; il lavera ses vêtements, se lavera dans l’eau, et sera impur jusqu’au soir. 

Elle sait qu’elle est en infraction, c’est pourquoi elle vient par derrière car elle ne veut pas se montrer.

Cette femme a la foi, elle risque lourd si elle est découverte, mais elle est prête à tout pour recevoir la guérison de son corps. Elle veut simplement toucher le vêtement de Jésus, car elle a la certitude que la guérison suivra.

La foi fait déplacer des montagnes et nous en avons la démonstration ici. 

 

Verset 35 à 36

Il est intéressant de voir que l’annonce de la mort de la fille de Jaïrus ne se fait qu’après la guérison de la femme à la perte de sang. Si cette mort était intervenue juste une heure avant, sans doute Jaïrus serait allé au chevet de sa fille et n’aurait pas imploré Jésus pour elle. Mais Jésus a vu la foi de cet homme et veut le bénir. 

 

Il y a parfois des situations qui semblent être arrivées à leur terme, c’est trop tard. La mort apporte le terme à la vie, et parfois, tout en étant encore vivant, nous sommes dans une impasse, sans aucun espoir devant nous. C’est la mort ! Mais Jésus dit : « ne crains pas,  crois seulement ! » 

 

Verset 37 à 43

Jésus guérit les maladies, il calme la tempête, et ressuscite même les morts, rien n’est impossible pour lui et c’est bien normal, puisqu’il est Dieu.

Il y a 3 cas de résurrection qui nous sont rapportées dans les Ecritures :

  • la fille de Jaïrus, immédiatement après sa mort

  • Le fils de la veuve de Naïn, 1 ou 2 journées après sa mort (Lc 7:11-15)

  • Lazare, 4 jours après sa mort (Jn 11:41-46)

 

Dieu maitrise toutes choses, la mer, le ciel, la terre, la maladie et même la mort. Il fait tout ce qu’il veut et tout lui appartient et surtout lui obéit. N’oublions jamais qu’il est le créateur et que tout lui ait soumis, même la mort.

 

 

 

Please reload