Rechercher
  • PAUL TRIPP

FAUT-IL POURSUIVRE LE BONHEUR ?


Il est au fond du cœur de chaque être humain. Il vagabonde dans votre âme, attendant d’être satisfait. La façon dont vous le recherchez déterminera la trajectoire de votre vie. C’est la quête de chacun mais, dans ce monde, la destination de personne.


Je parle de votre désir d’être heureux.


Que les gens le sachent ou non, ce désir d’être heureux est un fil conducteur universel pour être avec Dieu face à face. Nous avons été conçus pour marcher côte à côte avec le Créateur et trouver le bonheur en sa seule présence.


L’aptitude au bonheur que Dieu nous a donnée explique fondamentalement l’infinie variété des déceptions humaines ici et maintenant. Vous connaissez probablement la façon dont C.S. Lewis l’a formulé : « Si je trouve en moi un désir qu’aucune expérience dans ce monde ne peut satisfaire, l’explication la plus probable est que j’ai été fait pour un autre monde. »


Si le bonheur est notre quête, alors cette quête doit comporter une destination. Peut-être ne pouvons-nous pas trouver de meilleur argument pour le ciel que l’angoisse que nous ressentons tous face au bonheur temporaire et fugace du présent.


Oui, c’est vrai ; votre capacité à être heureux est une aspiration à un autre monde. C’est un désir ardent de ce que ce monde déchu ne vous donnera jamais. Entre le « déjà » de notre conversion et le « pas encore » de l’éternité, il nous est accordé un plus grand bonheur car nous sommes sanctifiés et nous connaissons notre Seigneur plus profondément, mais nos cœurs ne seront jamais en repos.


La capacité au bonheur de votre cœur demande chaque jour à être enveloppée par la gloire de Dieu, libérée des voix séduisantes des gloires concurrentes. La quête du bonheur est un cri pour le ciel que Dieu a garanti pour chacun de ses enfants rachetés par le sang de l’Agneau.

Un jour, en tant qu’enfant de Dieu, vous vous tiendrez enfin en présence de Dieu, pour ne plus jamais désirer le bonheur. Là et là seulement, la poursuite prendra fin, la guerre sera terminée et votre cœur recevra le bonheur que vous avez toujours voulu mais que vous n’avez jamais eu pleinement.


Nous serons heureux – non, pas avec le bonheur temporaire physique, émotionnel, relationnel ou situationnel qui s’estompe comme le brouillard du matin. Nous serons heureux dans un bonheur du cœur profondément satisfait, une sorte de contentement joyeux de l’âme, comme nous n’en avons jamais connu auparavant.


« L’Esprit et l’Épouse disent : « Viens ». Et que celui qui entend dise : « Viens. » Et que celui qui a soif vienne ; que celui qui désire prenne l’eau de la vie sans prix. . . . Celui qui témoigne de ces choses dit : « Je viens bientôt. » Amen. Viens, Seigneur Jésus ! » (Apocalypse 22:17, 20, ESV)

Votre quête du bonheur aujourd’hui est une aspiration au ciel, où votre faim sera satisfaite. Il n’y a pas de plus grande grâce que d’être invité en présence d’une telle gloire. Il n’y a pas de plus grande grâce que de voir votre cœur inconstant pardonné et enfin satisfait pour toujours et à jamais.

Jésus a payé et préparé cette place pour vous. Rien ne peut vous séparer de cette promesse de l’amour de Dieu (Romains 8:31-39).

Je dois revenir aux paroles de C.S. Lewis : « Ne laissez pas votre bonheur dépendre de quelque chose que vous pourriez perdre ».


Jésus l’a dit de cette façon : « Je suis le chemin, la vérité et la vie » (Jean 14:6). Avec ces mots, Il met fin à notre besoin de rechercher le bonheur. Il est la vie, il n’est donc pas nécessaire de la chercher ailleurs.


Toutes les situations, les lieux, les possessions, les relations, les réalisations et les beautés naturelles de ce monde qui vous rendent heureux sont de merveilleuses bénédictions de la main de Dieu. Cependant, ils ne peuvent pas vous donner la seule chose que votre cœur désire désespérément, et qui sera un jour à vous par grâce.


Paul Tripp


#bonheur #paix


1 vue