top of page

ES-TU UN VRAI CHRÉTIEN ?




Les 4 piliers bibliques pour identifier le vrai du faux



S O M M A I R E


1er Pilier : LA NOUVELLE NAISSANCE


Jean 3:1-3

Mais il y eut un homme d’entre les pharisiens, nommé Nicodème, un chef des Juifs, qui vint, lui, auprès de Jésus, de nuit, et lui dit : Rabbi, nous savons que tu es un docteur venu de Dieu ; car personne ne peut faire ces miracles que tu fais, si Dieu n’est avec lui. Jésus lui répondit : En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu.


2ème Pilier : LA REPENTANCE


Matthieu 4:7

Dès ce moment Jésus commença à prêcher, et à dire : Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche.


3ème Pilier : LE COMPORTEMENT


Matthieu 16:24-26

Alors Jésus dit à ses disciples: Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge de sa croix, et qu’il me suive. Car celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui la perdra à cause de moi la trouvera. Et que servirait-il à un homme de gagner tout le monde, s’il perdait son âme ? ou, que donnerait un homme en échange de son âme ?



4 ème Pilier : LES FRUITS


Psaume 1:1-3

Heureux l’homme qui ne marche pas selon le conseil des méchants, Qui ne s’arrête pas sur la voie des pécheurs, Et qui ne s’assied pas en compagnie des moqueurs, Mais qui trouve son plaisir dans la loi de l’Eternel, Et qui la médite jour et nuit ! Il est comme un arbre planté près d’un courant d’eau, Qui donne son fruit en sa saison, Et dont le feuillage ne se flétrit point : Tout ce qu’il fait lui réussit.


CONCLUSION


***



I N T R O D U C T I O N


Le terme chrétien est galvaudé à toutes les sauces et pour cela, est-il important de revenir à la racine de ce qu’est un VRAI CHRÉTIEN ? Qu’est ce qui identifie le vrai du faux ? La Parole de Dieu et rien que la Parole de Dieu. Beaucoup (des centaines de millions) se croient « chrétiens » alors qu’ils n’ont jamais de leur vie lu la Bible et ne sont pas nés de nouveau. Ils croient en Jésus sans le connaitre et tombent dans les pièges du diable. Ils n’ont de chrétien que le nom, mais ils ne sont pas des enfants de Dieu, adoptés et sauvés pour l’Eternité. Et c’est pour cette raison qu’ils n’hériteront pas du Royaume de Dieu et de la vie Éternelle. Autrement dit, ne nous cachons pas derrière ce que l’on ne veut pas entendre, car la Bible définit clairement là où iront ceux qui ne sont pas sauvés. Cela est essentiellement dû au fait que de nombreuses dénominations d’églises ont dilué, voir dans certains cas, détourné les écritures. Les croyants se retrouvent de fait piégés par un faux évangile. Ils parlent de Jésus, il prie Jésus sans le connaitre et de fait, il ne prient pas le véritable Jésus, le Jésus de la Bible.


Il nous faut aussi bien comprendre que le processus de la foi en Christ n’est pas celui d’une croyance ésotérique en un dieu quelconque, sans intervention de la grâce divine pour nous faire naitre de nouveau. Et pour cela, une fois encore il faut sonder la Parole de Dieu qui révèle que la grâce nous est offerte et que c’est Jésus qui nous choisit et non pas nous qui le choisissons. Il est impossible d’accéder à Dieu par nos oeuvres charnelles ou religieuses, la Bible est claire sur ce point. Notre état de pêcheur et de mort spirituelle suite à la chute dans le jardin d’Eden, nous a rendus incapables de nous tourner vers Dieu. Tout au plus, comme des centaines de millions de personnes, nous pouvons décider de croire en Jésus mais croire ne sauve pas, ce qui sauve, c’est la grâce et la volonté de Dieu de nous sauver. C’est le véritable Jésus qui sauve, celui de la Bible, et non celui de notre imagination.


Écoutons ce que nous proclame la Bible sur le sujet de l’élection des enfants de Dieu. Dieu est souverain et il sauve qui il veut, les écritures sont formelles sur ce sujet dans Romains 8:28-33 « Nous savons, du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein.Car ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères. Et ceux qu’il a prédestinés, il les a aussi appelés ; et ceux qu’il a appelés, il les a aussi justifiés ; et ceux qu’il a justifiés, il les a aussi glorifiés.Que dirons-nous donc à l’égard de ces choses ? Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ?Lui, qui n’a point épargné son propre Fils, mais qui l’a livré pour nous tous, comment ne nous donnera-t-il pas aussi toutes choses avec lui ? Qui accusera les élus de Dieu ? C’est Dieu qui justifie ! »


Cette proclamation divine dans l’épitre aux Romains, démontre bien qu’être chrétien passe inévitablement par la nouvelle naissance qui émane de la Grâce de Christ et non de notre respect de la loi religieuse. C’est une vie de foi accompagnée des oeuvres de la foi et non une vie conduite par la loi et les traditions humaines. Nous allons voir cela dans ce livre, mais il est clair que cette nouvelle naissance provoque un changement radical qui nous fait passer de notre ancienne nature charnelle à la nouvelle qui est divine, du péché à la sainteté, de la mort à la vie, de la condamnation à la grâce. Et cette résurrection produit en nous les oeuvres de la foi et nous éloigne des oeuvres de la chair. « Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles. » 2 Corinthiens 5:17


Sur ce premier point de la nouvelle naissance, il y a déjà beaucoup à dire. Quelle perception en avez-vous ? Votre vie reflète-t-elle ce changement radical ? Êtes-vous un bon croyant de la religion chrétienne ou un disciple consacré qui fait la volonté de Dieu ? Être chrétien, c’est être un disciple de Christ, son serviteur, et les valeurs visibles de la nouvelle naissance sont un renoncement radical à notre vieille nature. On parle même de mort à soi-même. Être chrétien, ce n’est pas croire en un Jésus avec qui nous n’avons aucune relation personnelle et intime. Cela ne se résume pas non plus aller à l’église de manière superstitieuse, chercher à bien se comporter et faire des oeuvres charnelles pour mériter son salut et éviter l’enfer. C’est avant tout un engament et une consécration totale envers celui qui a payé de sa vie pour nous sauver. C’est aussi un bonheur sans comparaison, puisque nous recevons l’amour de Dieu qui nous offre de découvrir les miracles et la providence divine dans ce qu’elle a de parfait. Jésus est sans doute le nom le plus connu au monde mais paradoxalement, on ne désire pas le connaitre personnellement. Connaitre son nom oui, mais le connaitre lui, c’est une autre histoire. Cependant ne pas connaitre Christ a des conséquences terribles pour l’humanité.


On comprend mieux qu’il va de soi qu’une personne se disant née de nouveau et qui continue de manière volontaire et permanente à vivre selon sa chair, doit revoir sa copie sur ce sujet. À vie nouvelle, comportement et consécration contraires à ce que nous étions dans le passé. Être chrétien n’est pas une oeuvre religieuse qui doit suivre un plan pour être sauver, c’est au contraire être sensible à l'Esprit et ainsi le laisser diriger notre vie. Nous prenons conscience que nous ne sommes rien et que Dieu, que nous le voulions ou non, est souverain en toute chose. Notre nouvelle perception de Dieu est portée par l’action du Saint-Esprit qui vit en nous depuis notre nouvelle naissance. La Bible déclare que c’est le Saint-Esprit qui convainc de péché, ce qui prouve que le christianisme n’est pas l’oeuvre de la volonté humaine, ce n’est pas une religion, c’est une relation avec Jésus qui, par sa grâce nous justifie et nous régénère pour que nous changions radicalement de vie.


On parle alors des fruits de l’Esprit qui se manifestent de façon croissante dans notre nouvelle vie de sanctification. Nous luttons premièrement contre notre chair et contre les puissances et les dominations du monde invisible. Cela est très clair dans la Parole de Dieu.


Les fruits ….


Colossiens 1:3-6

Nous rendons grâces à Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, et nous ne cessons de prier pour vous, ayant été informés de votre foi en Jésus-Christ et de votre charité pour tous les saints, à cause de l’espérance qui vous est réservée dans les cieux, et que la parole de la vérité, la parole de l’Evangile vous a précédemment fait connaître. Il est au milieu de vous, et dans le monde entier ; il porte des fruits, et il va grandissant, comme c’est aussi le cas parmi vous, depuis le jour où vous avez entendu et connu la grâce de Dieu conformément à la vérité;


Galates 5:18-26

Si vous êtes conduits par l’Esprit, vous n’êtes point sous la loi.Or, les œuvres de la chair sont manifestes, ce sont l’impudicité, l’impureté, la dissolution, l’idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes,

l’envie, l’ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables. Je vous dis d’avance, comme je l’ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n’hériteront point le royaume de Dieu. Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance ; la loi n’est pas contre ces choses. Ceux qui sont à Jésus-Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs.

Si nous vivons par l’Esprit, marchons aussi selon l’Esprit. Ne cherchons pas une vaine gloire, en nous provoquant les uns les autres, en nous portant envie les uns aux autres.


Le combat ….


Ephésiens 6:12-18

Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes.C’est pourquoi, prenez toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir résister dans le mauvais jour, et tenir ferme après avoir tout surmonté.Tenez donc ferme : ayez à vos reins la vérité pour ceinture ; revêtez la cuirasse de la justice ;mettez pour chaussure à vos pieds le zèle que donne l’Evangile de paix ;prenez par-dessus tout cela le bouclier de la foi, avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du malin ;prenez aussi le casque du salut, et l’épée de l’Esprit, qui est la parole de Dieu.Faites en tout temps par l’Esprit toutes sortes de prières et de supplications. Veillez à cela avec une entière persévérance, et priez pour tous les saints.


Il est de fait très important de reconnaitre le vrai du faux chrétien, de sonder les écritures afin de ne pas se laisser influencer par des hommes qui au lieu de nous conduire vers le salut, nous mènent droit dans le mur par aveuglement. Il n’est pas question de condamner tel ou tel homme, mais d’alerter sur ce qu’est l’évangile pur et véritable de Christ. Il est consternant de voir à quel point on a encré dans le coeur des personnes, le fait que de croire simplement est signe de salut ; qu’il est suffisant de reconnaitre Christ en tant que sauveur tout en le rejetant comme Seigneur. Cette approche diffusée par de grandes dénominations ecclésiales est fausse et diabolique, il faut le dire et vite plonger dans la Parole de Dieu pour s’en rendre compte. Il y a de fait les chrétiens de nom qui ne sont pas nés de nouveaux et que nous invitons dans ce livre à se repentir et à recevoir le véritable évangile. Prions aussi pour les chrétiens nés de nouveaux qui sont de véritables disciples et qui luttent encore beaucoup avec la souveraineté de Dieu.


Les écritures sur ces points identitaires sont radicales, ne serait-ce que dans ce que Jésus déclare dans

Matthieu 7:21-24 Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux.Plusieurs me diront en ce jour-là : Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé par ton nom ? n’avons-nous pas chassé des démons par ton nom ? et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom ? Alors je leur dirai ouvertement : Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité. C’est pourquoi, quiconque entend ces paroles que je dis et les met en pratique, sera semblable à un homme prudent qui a bâti sa maison sur le roc.

Matthieu 18:7-8

Et Dieu ne fera-t-il pas justice à ses élus, qui crient à lui jour et nuit, et tardera-t-il à leur égard ? Je vous le dis, il leur fera promptement justice. Mais, quand le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ?


Il s’agit bien ici de foi en Esprit et non d’une croyance émotionnelle controlée par l'intelligence, sans passer par la case « nouvelle naissance » qui ne se reçoit que par grâce. Je souhaite que ce livre soit d’un éclairage significatif pour la gloire de Christ et de son évangile d la grâce.


***




1er Pilier


LA NOUVELLE NAISSANCE


Es-tu né (e) de nouveau ? Qu’est ce que cela signifie ?

Peut-on être Chrétien, c’est à dire un disciple de Jésus, un enfant de Dieu, héritier de la vie éternelle, sans passer par la nouvelle naissance ? La réponse est NON. Pour être chrétien, il faut naitre de nouveau. Jésus est très clair sur ce sujet et il le déclare dans Jean 3:1 à 13 au plus grand Rabbin d’Israël.


« Mais il y eut un homme d’entre les pharisiens, nommé Nicodème, un chef des Juifs, qui vint, lui, auprès de Jésus, de nuit, et lui dit : Rabbi, nous savons que tu es un docteur venu de Dieu ; car personne ne peut faire ces miracles que tu fais, si Dieu n’est avec lui. Jésus lui répondit : En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu. Nicodème lui dit : Comment un homme peut-il naître quand il est vieux ? Peut-il rentrer dans le sein de sa mère et naître ? Jésus répondit : En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d’eau et d’Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu. Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l’Esprit est esprit. Ne t’étonne pas que je t’aie dit : Il faut que vous naissiez de nouveau. Le vent souffle où il veut, et tu en entends le bruit ; mais tu ne sais d’où il vient, ni où il va. Il en est ainsi de tout homme qui est né de l’Esprit. Nicodème lui dit : Comment cela peut-il se faire ? Jésus lui répondit : Tu es le docteur d’Israël, et tu ne sais pas ces choses ! En vérité, en vérité, je te le dis, nous disons ce que nous savons, et nous rendons témoignage de ce que nous avons vu ; et vous ne recevez pas notre témoignage. Si vous ne croyez pas quand je vous ai parlé des choses terrestres, comment croirez-vous quand je vous parlerai des choses célestes ? Personne n’est monté au ciel, si ce n’est celui qui est descendu du ciel, le Fils de l’homme qui est dans le ciel. »


Dans le monde chrétien (on ne parle pas ici du monde païen), il n’est cependant pas toujours simple de discerner la nouvelle naissance chez certains, et je dirai que c’est l’affaire de Dieu, pas celle des hommes. Pour exemple, je connais un homme qui il y a 27 ans a rencontré Christ et l’a reconnu comme son sauveur en recevant par grâce l’adoption divine avec un amour que seul Jésus peut transmettre. Cependant pour lui, Jésus en tant que Seigneur c’était une autre histoire et durant plus de 20 ans bien souvent cet homme était en opposition à la volonté de Dieu tout en ayant régulièrement aussi des temps de repentance et de parfaite soumission à Christ. Pour lui, Jésus sauveur oui, mais Jésus Seigneur c’était loin d’être acquis. Il a fallu toute la patience de Dieu et son amour, pour qu’après 20 années d’une relation compliquée, l’homme accepta enfin de se laisser pleinement conduire par le Seigneur. Cet homme est celui qui écrit ce livre en ce moment. On peut être né de nouveau avec un chemin de sanctification freiné par un comportement rebelle. Toutefois ce qui caractérise la nouvelle naissance, c’est la progression continue de l’Esprit de Dieu en nous et la diminution progressive de nos mauvais comportement charnels. C’est un combat contre notre chair qui pour les uns est plus compliqué que pour d’autres.


Mon épouse déclare toujours avec vérité que l’on voit un arbre à ses fruits, et la Bible déclare dans Matthieu 12 :33: « Dites que l’arbre est bon et que son fruit est bon, ou dites que l’arbre est mauvais et que son fruit est mauvais ; car on connaît l’arbre par le fruit. »


La nouvelle naissance produit le fruit l’Esprit et nous pouvons reprendre la Parole de Dieu dans Galates 5 sur ce sujet : « Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance ». À la nouvelle naissance nous recevons le Saint Esprit et cela change tout dans notre vie. Nous ne sommes plus conduits par notre chair mais par l’Esprit de Dieu.


Romains 8 v 6 à 14, nous livre le secret de la différence entre une personne morte spirituellement et née de nouveau en Esprit.

Et l’affection de la chair, c’est la mort, tandis que l’affection de l’esprit, c’est la vie et la paix car l’affection de la chair est inimitié contre Dieu, parce qu’elle ne se soumet pas à la loi de Dieu, et qu’elle ne le peut même pas. Or ceux qui vivent selon la chair ne sauraient plaire à Dieu.Pour vous, vous ne vivez pas selon la chair, mais selon l’esprit, si du moins l’Esprit de Dieu habite en vous. Si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne lui appartient pas. Et si Christ est en vous, le corps, il est vrai, est mort à cause du péché, mais l’esprit est vie à cause de la justice. Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Christ d’entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous. Ainsi donc, frères, nous ne sommes point redevables à la chair, pour vivre selon la chair. Si vous vivez selon la chair, vous mourrez ; mais si par l’Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez, car tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu.


La chair c’est la mort, l’Esprit c’est la vie. Être Chrétien c’est être conduit par l’Esprit car c’est en cela que nous sommes enfants de Dieu. Pour être enfant de Dieu, il faut avoir été adopté et la Parole de Dieu nous le confirme dans Romains 8:29 à 30 « Car ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères.Et ceux qu’il a prédestinés, il les a aussi appelés ; et ceux qu’il a appelés, il les a aussi justifiés ; et ceux qu’il a justifiés, il les a aussi glorifiés. »


La nouvelle naissance est le choix de Dieu, pas le notre. Certes, nous avons la responsabilité de répondre à son appel mais c’est toujours lui qui appelle et jamais nous. Un mort peut-il appeler à l’aide ? Non, il est mort. Cela il faut bien le comprendre, l’action de Jésus est une action de résurrection que nous sommes incapable d’activer puisque nous étions morts en Esprit. Pour ceux qui disent « Mais pour moi, j’ai ressenti ce désir profond d’aller vers Dieu, c’était mon libre arbitre » et qui sont devenus enfants de Dieu, il est évident que ce désir « d’aller vers » a été provoqué par Dieu le Père qui les a attirés vers Christ par son Esprit. Jean 6:45 Nul ne peut venir à moi, si le Père qui m’a envoyé ne l’attire ; Je m’explique; J’ai eu comme eux ce sentiment d’aller vers Dieu, mais c’est bien des années plus tard en sondant les écritures, que j’ai compris que ce désir n’était pas provoqué par ma nature morte, mais bien par l’Esprit de vie que Christ soufflait en moi. Le fait d’y avoir répondu m’a poussé à penser que cela venait de moi, alors qu’en réalité c’était l’appel de la Grâce que je recevais dans mon coeur, parce que j’étais prédestiné, choisi et appelé par Christ. J’avais confondu mon libre-arbitre avec le don de la grâce imméritée qui a produit en moi le miracle de la nouvelle naissance.


En fait, jamais je ne suis allé vers Jésus, c’est lui qui est venu vers moi, parce que mort en Esprit je ne pouvais bouger. Un mort est mort, je le répète. Mais son Esprit a mis en moi la vie et m’a insufflé le désir de le suivre. Tout est de lui et je n’ai fais qu’accepter, ébloui par son amour qui me touchait en plein coeur. Cela ne m’a pas empêché d’avoir été un enfant difficile, mais il avait décidé de m’adopter par grâce et ce fut irréversible. Quelle grâce d’avoir reçu l’appel de Dieu et surtout d’être ressuscité des morts. Jean 15:16 « Ce n’est pas vous qui m’avez choisi ; mais moi, je vous ai choisis, et je vous ai établis, afin que vous alliez, et que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure, afin que ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donne. »


Ce premier pilier est la fondation de la vie Chrétienne et il exprime un changement radical de vie.


Le fruit de l’Esprit est visible et audible pour le nouveau né. Lorsque nous sommes régénérés, nous ne sommes plus dans une croyance religieuse et superstitieuse où nous nous satisfaisons des bons devoirs religieux tels que la communion, la messe épisodiquement, les cierges brulés quand tout va mal et la prière récitée chaque soir avant d’aller se coucher, tout en pensant que lire la Bible n’est pas indispensable pour la vie du croyant. Non, nous sommes dans une vie nouvelle et ne marchons plus selon notre chair mais en conformité à la Parole de Dieu. C’est une relation permanente qui est inspirée par une soif de connaissance et d’obéissance à l’enseignement des écritures. C’est aussi le combat de toute une vie contre les puissances et les dominations qu’il nous faut affronter avec la force de l’Esprit et non plus par nos propres forces. La vie d’un authentique chrétien n’est pas faite de rituels et de sacrements, c’est une bascule totale entre la mort charnelle et la vie en Esprit. Nous ne sommes pas des robots religieux tenus de respecter une loi et des traditions pour aller au paradis, mais des rescapés, des rachetés, des ressuscités par grâce, qui avons pour mission de devenir les disciples du Royaume de Dieu. Nous ne sommes pas dans le « je contrôle ma vie et je crois en Jésus qui me protège » mais dans le « Il est souverain et il dirige mes pas dans la Sainteté, c’est pourquoi je fais ses commandements afin de le glorifier en toute chose ». C’est le fameux « Ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi » de l’apôtre Paul (Gal 2:20).


Oh, que nous sommes loin, très loin, radicalement séparés de cette église qui diffuse un faux évangile et qui demande à ses fidèles de prier la vierge et les saints, qui les encourage à ne pas lire la Bible et ne pas s’en remettre à la volonté de Dieu pour toute chose. Qui ment à ses adeptes en leur faisant croire que le seul fait de croire en Christ et de le reconnaitre comme sauveur sans aucune repentance est le blanc Saint qui ouvre la porte de l’Eternité dans le Royaume divin. Au risque de choquer, il n’y a rien de chrétien dans tout cela, on utilise le nom de Jésus, mais il n’est pas présent dans cette forme de légalisme religieux qui ne mène certainement pas à Christ. Ce n’est pas le Jésus de la Bible.


Les arguments de cette église légaliste est de faire croire que Dieu pardonne tout et qu’il n’y a pas de nécessité absolue de lire sa Parole, que son amour suffit pour sauver tout le monde et que nous pouvons continuer à vivre notre vie selon nos désirs tout en évitant d’aller trop loin. Pour les universalistes, la croix de Christ a payé pour tous, sans qu’il y ait de nouvelle naissance et sans l’intervention du Saint-Esprit comme l’indique Jésus. Tu seras sauvé, parce que Dieu est amour, point ! Jésus est à ton service pour te protéger et t’ouvrir son paradis sans aucune repentance de ta part ! C’est formidable, non ? En clair, parce que Jésus a tout accompli, je suis assuré d’aller au paradis. C’est le refrain très populaire de Michel Polnareff « On ira tous au paradis » !


Cela est en abomination pour Dieu, parce qu’il a sacrifié son fils unique dans d’atroces douleurs à La croix pour les injustes et non pour tous les religieux qui se sont créés un dieu à leur image, un faux dieu qui mène en enfer des milliards d’âmes manipulées.


La croix, la souveraineté de Dieu, la résurrection, le Saint-Esprit et la Parole de Dieu sont la racine de la nouvelle naissance réservée non pas pour tous, mais pour le peuple de Dieu, pour ses élus. Être chrétien, C’EST UN NOUVEAU MODE DE VIE, ce n’est pas une option que nous choisissons de notre propre chef. Ce n’est pas un « plus » pour nous éviter l'enfer. Beaucoup d’âmes religieuses, disséminées un peu partout dans les assemblées dites chrétiennes, sont appelées à être régénérées pour enfin devenir de véritables disciples de Dieu. C’est pourquoi, il faut leur annoncer le véritable évangile, la nouvelle naissance et leur offrir la Parole de Dieu dans son intégralité afin qu’elle prenne vie en eux. Sans la régénération, nous ne pouvons pas être réconcilés avec Dieu.


Jésus n’est pas dans des murs, il est dans les coeurs et agit par son Esprit. Cette dimension est la conséquence de la nouvelle naissance, qu’il provoque en nous adoptant. En recevant le Saint-Esprit, nous entrons dans une vie de sanctification et de mort à soi-même pour laisser Jésus se glorifier à travers nous.


Jean 14:16 à 21

Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu’il demeure éternellement avec vous, l’Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu’il ne le voit point et ne le connaît point ; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous. Je ne vous laisserai pas orphelins, je viendrai à vous. Encore un peu de temps, et le monde ne me verra plus ; mais vous, vous me verrez, car je vis, et vous vivrez aussi. En ce jour-là, vous connaîtrez que je suis en mon Père, que vous êtes en moi, et que je suis en vous. Celui qui a mes commandements et qui les garde, c’est celui qui m’aime ; et celui qui m’aime sera aimé de mon Père, je l’aimerai, et je me ferai connaître à lui.


Il est question ici du Saint-Esprit, mais nous pouvons remarquer qu’il est dit que celui qui fait mes commandements c'est celui qui m’aime. En d’autres termes, si nous ne méditons pas, si nous n’étudions pas et si nous ne mettons pas en pratique la Parole de Dieu, nous n’aimons pas Dieu. Le Saint-Esprit est le décodeur de la Parole de Dieu, parce qu’il nous enseigne et nous conduit dans la vérité. À l’inverse, sans le Saint-Esprit, nous ne pouvons connaitre le coeur et la pensée de Dieu. Prétendre être Chrétien sans obéir à la Parole est un mensonge. On ne façonne pas Dieu à notre image, c’est nous qui nous laissons façonner entre ses mains pour devenir conforme à l’image de Jésus. Et voilà toute l’ambiguïté qui fracture et divise le monde dit chrétien. Voilà ce qui caractérise le vrai du faux chrétien.


Il est bien plus simple d’avoir une perception de Dieu selon notre conception charnelle, plutôt que d’obéir à des commandements.


Mais penser cela c’est encore une perception humaine, car en recevant le Saint-Esprit, nous avons le grand privilège de faire les commandements de Dieu, de lui obéir et de le laisser guider nos pas. Mais sans nouvelle naissance, il nous est impossible de comprendre cela. C’est bien pour cette raison que le véritable chrétien ne se trouve pas dans cette église faite de traditions et de rites idolâtres, cette église qui fait de l’homme un dieu, plutôt que de l’amener à la croix pour qu’il y rencontre le vrai Dieu. La repentance est au coeur de la vie nouvelle avec la crainte de l’Eternel. Sans la crainte de Dieu, il n’y a pas de nouvelle vie.


Psaume 111:10

La crainte de l’Eternel est le commencement de la sagesse ; Tous ceux qui l’observent ont une raison saine. Sa gloire subsiste à jamais.


Psaume 36 :1 à 5

Au chef des chantres. Du serviteur de l’Eternel, de David. La parole impie du méchant est au fond de son cœur ; La crainte de Dieu n’est pas devant ses yeux. Car il se flatte à ses propres yeux, Pour consommer son iniquité, pour assouvir sa haine. Les paroles de sa bouche sont fausses et trompeuses ; Il renonce à agir avec sagesse, à faire le bien. Il médite l’injustice sur sa couche, Il se tient sur une voie qui n’est pas bonne, Il ne repousse pas le mal.


Voilà encore une vérité que nous devons prendre en compte : la crainte de Dieu. Sans la crainte de Dieu, la Parole précise "il se flatte à ses propres yeux pour consommer son iniquité, pour assouvir sa haine. Les paroles de sa bouche sont fausses et trompeuses ; Il renonce à agir avec sagesse, à faire le bien".


La crainte de Dieu permet de ne pas agir avec la chair et d’éviter de faire le mal et nous allons apprendre une autre vérité qui est le résultat de la nouvelle naissance. Cette vérité est que c’est le Saint-Esprit qui convainc de péché et rien que le Saint Esprit. Sans nouvelle naissance, nous ne pouvons être convaincu de péché et recevoir en nous la crainte de Dieu. La nouvelle naissance est ni plus ni moins que notre résurrection en Christ. Un véritable chrétien a vécu la résurrection, il a reçu un nouveau coeur, un coeur de chair fait à l’image de Dieu pour devenir un enfant de Dieu. Certes nous pouvons croire en Jésus, prier et tenter de vivre une vie pieuse et droite mais sans l’Esprit de Dieu, les portes du Royaume nous sont fermées. Il nous faut obligatoire la nouvelle naissance pour être admis dans le Royaume des cieux.


L’appel de Dieu est universel et beaucoup l’entendent sans jamais y répondre, même dans l’église, contrairement à ce que l’on pourrait en penser.


Pour ces personnes, l’appel ne devient jamais efficace, car elles campent sur leurs positions fermées face à l’appel de la grâce. Le diable a bien compris comment tromper les âmes en leur offrant un raccourci religieux constitué de doctrines qui ne s’appuient pas sur la globalité des écritures. Il a créé un évangile de complaisance pour plaire aux hommes. Il réduit à son plus bas niveau la foi en Dieu en faisant croire qu’il n’est pas nécessaire d’avoir une relation avec Dieu au travers de sa Parole et de la prière. Il rassure les âmes en leur disant : « Ne vous inquiétez pas, vous serez béni et Dieu vous protègera toujours, il est amour et il pardonnera toutes vos fautes ». Même si il y a certaines vérités dans cette approche, cela n’est pas du tout le chemin du véritable évangile de Jésus. Cette approche ne parle ni de la nouvelle naissance, n’évoque pas la repentance qui suit, le renoncement à son ancienne vie, le combat, la souffrance avec Christ et la mise en pratique de ses commandements. Être Chrétien, c’est vivre pour la gloire de Dieu et plus pour la nôtre, c’est servir le Royaume de Dieu et cultiver le fruit de l’Esprit. C’est le pilier de la nouvelle naissance. C’est en tout point vouloir connaitre la volonté de Dieu pour lui plaire et ne pas tomber dans les pièges du diable, pour la Gloire de notre Père céleste.


Un bon pasteur (ou berger) a le devoir d’annoncer toutes ces choses à ses brebis, c’est une priorité absolue, sous peine de conduire un troupeau de morts spirituels. Des centaines de millions de personnes croient en Jésus, mais ne savent pas comment le rencontrer, parce que leurs conducteurs ne sont pas eux-mêmes nés de nouveaux. Ce sont des morts qui parlent à des morts. C’est une église sans vie, remplie d’idoles, de statuts de plâtre et de bronze, construite de murs sombres et froids qui respirent la mort plutôt que la vie. Jésus a détruit les murs et par sa résurrection, il offre une nouvelle vie en Esprit. Marc 14:58 Nous l’avons entendu dire: Je détruirai ce temple fait de main d’homme, et en trois jours j’en bâtirai un autre qui ne sera pas fait de main d’homme.


Est-ce que cela vous parle ? Où est l’Esprit de Dieu ? Dans l’église du village, dans la grande Cathédrale, à Lourdes ou encore Place Saint-Pierre ? La Parole de Dieu dit le contraire, l’Église est dans le coeur des hommes, non dans les murs. L’Église n’est pas un édifice, un bâtiment, une religion légaliste ou humaniste, L’Église est la communauté des véritables enfants de Dieu répartis partout dans le monde. L’Église aime la communion fraternelle et a besoin des uns et des autres pour ne former qu’un en Christ. Ce n’est pas une institution humaine qui croit en un dieu. Non ! Mille fois non ! C’est une famille, un peuple uni qui prie et vit pour le Seigneur, pour le servir et le glorifier. L’Église est soumise au Seigneur, et non l’inverse (Lisez le mini livre sur ILTAIME: « Quand l’Eglise remplace Dieu » https://www.iltaime.com/single-post/quand-l-%C3%A9glise-remplace-dieu.


Au lieu de cela, pendant des siècles, les hommes ont passé leur temps à construire des églises (bâtiments), des cathédrales, des monastères. Mais n’était-il pas bien plus essentiel de s’attarder sur les âmes plutôt que sur les pierres ? Je ne dis pas que tout est à jeter, mais cette conception religieuse nous éloigne considérablement de l’essentiel cité en Marc 14:58. Résultat, ces fameuses églises se transforment aujourd’hui en discothèques, en lofts, elles sont pour la plupart fermées et vides, sauf pour les enterrements et les mariages dans la tradition humaine de la perception de Dieu. Certaines églises évangéliques ne sont pas épargnées par la vague des nouvelles doctrines composées en partie de la Parole de Dieu, mais aussi d’idéologies ésotériques et humanistes. Pour ces assemblées, la Bible n’est plus tellement au goût du jour et il leur faut la moderniser pour l’adapter au monde d’aujourd’hui. Priorité à la louange, prédication raccourcie avec un contenu évitant la croix et la souveraineté de Dieu. Tromperie là encore, car si la science et la technologie progressent, l’homme quant à lui, reste le même à tout jamais. Et si le transhumanisme cherche à faire évoluer la race humaine dans le monde païen (il est terrifiant de penser à cela), ces églises cherchent à changer la Parole de Dieu par un progressisme qui s’imprègne d’humanisme et d’ésotérisme. Est-ce bien raisonnable ?


La nouvelle naissance et la puissance du Saint-Esprit nous éclairent sur l’ensemble de ces points et je l’avoue, il n’est pas facile de le dénoncer. Le fait d’en parler dérange beaucoup et les oppositions fusent, parfois même brutalement. Mais n’est-ce pas le lot justement d’un authentique chrétien, celui d’être persécuté, rejeté, jugé et méprisé comme l’ont été Jésus et les apôtres ? Les disciples de Christ que nous sommes, doivent prendre les armes et combattre les faux docteurs et les faux prophètes, mais cela n’est pas du tout apprécié. Peu importe, c’est notre nouvelle vie qui nous le demande, parce qu’éclairés par l’Esprit Saint, nous avons la crainte de Dieu et l’amour de la vérité qui nous pousse à agir. Un Chrétien qui ne se sent pas isolé dans le monde doit se poser des questions, parce que si nous vivons dans le monde, nous ne sommes plus du monde. Dénoncer ou reprendre au sein de l’assemblée doit toujours se faire dans l’amour et sous l’autorité de la Parole de Dieu. Cela doit toujours être conduit par le Saint-Esprit, dans le but de corriger et non de condamner. Mais le devoir du disciple est de briller dans ce monde de ténèbres et malheureusement dans l’église (dite église chrétienne), il y a beaucoup à faire en matière d’éclairage divin. Ce qui est un comble ! Tout ceci est la conséquence de l’apostasie et de l’esprit du monde qui a infecté depuis des siècles l’église, dans le seul but de plaire aux hommes.


Sur ce pilier de la nouvelle naissance, je puis affirmer qu’en tant que berger, je dois rester sous la lampe de l’Esprit parce que seul Dieu connait véritablement les coeurs et surtout leur progression dans la sanctification. Il m’arrive de juger à tort, d’avoir des doutes sur certains comportements concernant la nouvelle naissance mais le Seigneur me renvoie toujours à ma propre marche de sanctification. J’ai été moi-même confronté à des doutes et questionnements sur ma véritable conversion (avant d’avoir la révélation de l’assurance du salut). C’est un sujet délicat, mais il y a quand même des repères significatifs et ce mini-livre est sensé nous éclairer un peu plus sur les fruits et la progression qui sont des marqueurs de cette vie nouvelle.


Je dis cela parce qu’à plusieurs reprises, nous avons vu des âmes quitter le navire et ne plus jamais y revenir, voir même le rejeter définitivement. Pourtant, nous étions convaincus que ces personnes étaient nées de nouveau. C’est pour cela qu’il nous faut-être très sages et ne pas chercher à comprendre ce que seul Dieu connait. Nous devons prier sans cesse pour les âmes perdues, pour que le Seigneur nous remplisse de compassion, pour marcher en Esprit et non par la chair, pour annoncer la bonne nouvelle sans détour en évoquant la repentance et en agissant avec une foi croissante que le Seigneur renouvelle sans cesse.


La nouvelle naissance a ceci de particulier, c’est qu’elle est irréversible et qu’elle développe de façon croissante la soif de rechercher et de se rapprocher du Seigneur. Cela se fait au fil des années et parfois nous traversons des périodes de désert où nous sommes incapables d’avancer, mais c’est sans compter sur notre Père céleste qui ne nous abandonnera jamais. La Bible dit que rien ne pourra jamais nous ravir de sa main. Jean 10: 27 à 30 Mes brebis entendent ma voix ; je les connais, et elles me suivent. Je leur donne la vie éternelle ; et elles ne périront jamais, et personne ne les ravira de ma main. Mon Père, qui me les a données, est plus grand que tous ; et personne ne peut les ravir de la main de mon Père. Moi et le Père nous sommes un.


Si nous sommes adoptés par Dieu le Père, nous le sommes pour toujours et nous avons l’assurance du salut, car rien ni personne ne pourra nous ravir de sa main. Le salut est assuré à tous les rachetés. il est l’oeuvre du Saint-Esprit et mène à la vie éternelle. Jésus est le seul chemin qui nous mène au salut.


Pour conclure sur ce premier pilier, il faut bien faire la distinction entre croire en Jésus religieusement et croire en Jésus par la nouvelle naissance. C’est le Saint-Esprit qui fait toute la différence afin que nous vivions par la foi pour Christ.


Le monde chrétien connait ces deux positionnements et ils doivent être bien compris. Nous l’avons vu, la nouvelle naissance est provoquée par Dieu seul, car nous ne pouvons naitre de nouveau pas nous-même. Ce n’est pas le vase qui se façonne lui-même, c’est le potier qui le façonne selon son bon désir. Et s’il est clair que seul les enfants de Dieu, les nés de nouveaux seront admis dans le Royaume éternel de Dieu, il est tout aussi clair que nous ne devons jamais cesser de prier pour que la grâce de Dieu touche les âmes perdues. La Bible précise que le peuple de Dieu périt par manque de connaissance dans Osée 4:6 « Mon peuple est détruit, parce qu’il lui manque la connaissance. Puisque tu as rejeté la connaissance, Je te rejetterai, et tu seras dépouillé de mon sacerdoce ; Puisque tu as oublié la loi de ton Dieu, J’oublierai aussi tes enfants. » Certes, cela s’adresse principalement au peuple hébreu, mais c’est à prendre en compte pour l’évangélisation (puisque nous sommes circoncis de coeur). Je croise chaque jour des personnes qui croient en Jésus, mais qui ne vivent pas par la foi. Elles ont, comme nous l’avons évoqué, une perception tronquée de Christ et pensent malheureusement à tort, que le salut leur sera accordé.


Dans la nouvelle naissance il y a la résurrection et les personnes qui hériteront de la vie éternelle sont celles qui sont ressuscitées en Esprit par la grâce de Dieu.


Croire en Jésus ne nécessite aucune résurrection, c’est un sentiment à la portée de tous, mais vivre pour Christ, renoncer à soi, porter sa croix et vivre pour Jésus n’est que la conséquence d’une véritable résurrection. Nous sommes ici au plein coeur de la grâce !


Seule la résurrection (ou la régénération) permet de comprendre et de combattre le péché. Croire sans être régénéré, c’est continuer à contrôler sa vie sans aucune action du Saint-Esprit et cela laisse la porte ouverte à toutes les dérives et ne donne pas accès à la sanctification et à la purification divine. C’est surtout que cela ne permet pas de connaitre Jésus personnellement et d’être sauvé pour recevoir la vie éternelle.


Comme mon coeur est triste de voir ces personnes qui pensent qu’elles iront rejoindre le Seigneur parce qu’elles vont à la messe ou au culte et qu’elles prient religieusement alors qu’elles sont encore dans les ténèbres. Elles voient et croient en la lumière mais ne sont pas elles-mêmes des lumières. Elles n’ont pas reçu la grâce et elles la rejettent même, pour beaucoup, sans sans rendre compte. Elles se sont faites un Jésus à leur image et vivent dans le mensonge de la croyance controlée, parce qu’on leur fait croire qu’elles sont sauvées et pardonnées grâce à une simple prière. Cela est une imposture diabolique qui doit être dénoncée et ce n’est pas l’évangile de Christ, du Jésus de la Bible. Nous sommes sauvés uniquement par grâce et surtout pas, par nos propres oeuvres. Reprenez le chapitre 1 d’Ephésiens et vous en aurez la confirmation.


Ephésiens 1:1 à 14

Paul, apôtre de Jésus-Christ par la volonté de Dieu, aux saints qui sont à Ephèse et aux fidèles en Jésus-Christ: Que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus-Christ ! Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui nous a bénis de toutes sortes de bénédictions spirituelles dans les lieux célestes en Christ ! En lui Dieu nous a élus avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints et irrépréhensibles devant lui, nous ayant prédestinés dans son amour à être ses enfants d’adoption par Jésus-Christ, selon le bon plaisir de sa volonté, à la louange de la gloire de sa grâce qu’il nous a accordée en son bien-aimé. En lui nous avons la rédemption par son sang, la rémission des péchés, selon la richesse de sa grâce, que Dieu a répandue abondamment sur nous par toute espèce de sagesse et d’intelligence, nous faisant connaître le mystère de sa volonté, selon le bienveillant dessein qu’il avait formé en lui-même, pour le mettre à exécution lorsque les temps seraient accomplis, de réunir toutes choses en Christ, celles qui sont dans les cieux et celles qui sont sur la terre. En lui nous sommes aussi devenus héritiers, ayant été prédestinés suivant la résolution de celui qui opère toutes choses d’après le conseil de sa volonté, afin que nous servions à la louange de sa gloire, nous qui d’avance avons espéré en Christ. En lui vous aussi, après avoir entendu la parole de la vérité, l’Evangile de votre salut, en lui vous avez cru et vous avez été scellés du Saint-Esprit qui avait été promis, lequel est un gage de notre héritage, pour la rédemption de ceux que Dieu s’est acquis, à la louange de sa gloire.


À l’inverse, beaucoup s’entendront dire : « Je ne vous ai jamais connus »


Matthieu 7:22 à 23

Plusieurs me diront en ce jour-là : Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé par ton nom ? n’avons-nous pas chassé des démons par ton nom ? et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom ? Alors je leur dirai ouvertement : Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité.


La nouvelle naissance est le premier pilier de la foi, c’est le chemin qui mène au salut, le chemin de la croix que Christ est venu nous indiquer durant son ministère. Il a dit dans Jean 14:5 à 6 Thomas lui dit : Seigneur, nous ne savons où tu vas ; comment pouvons-nous en savoir le chemin ? Jésus lui dit : Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi.


Ce chemin c’est Christ et nous n’accédons au Père que par Jésus, par sa grâce et uniquement en Esprit. Nous avons ici la trinité qui régit le sacré et le divin du créateur. Il est de fait très important d’annoncer l’évangile de la grâce afin d’éclairer les ténèbres et que le plus grand nombre soit sauvé. C’est pourquoi il est déclaré dans Matthieu 6:33 à 34 Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données par-dessus.Ne vous inquiétez donc pas du lendemain ; car le lendemain aura soin de lui-même. À chaque jour suffit sa peine.


***



2 ème Pilier


LE CARREFOUR DE LA REPENTANCE


Dès ce moment Jésus commença à prêcher, et à dire : Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche. Matthieu 4:17.


Nous sommes ici au carrefour qui nous fait basculer de l’ancienne à la nouvelle vie. C’est le carrefour de la repentance et ce carrefour est le point de départ de notre nouvelle marche avec Christ et l’endroit précis qui nous libère de notre ancienne vie. C’est aussi le moment de la rencontre avec Christ, le carrefour divin, sacré, qui nous ouvre le chemin de la Vérité et de la Vie. C’est l’instant qui ouvre les yeux de notre coeur pour découvrir et vomir notre nature pécheresse et dans le même temps la Sainteté de Dieu. C’est la réception de la Grâce dans une dimension que nous n’avons jamais connue auparavant et qui nous enveloppe d’un amour pour Christ irrésistible et irréversible. C’est soudain la découverte que nous ne sommes rien, que nous sommes pourris de l’intérieur, qu’il est tout et que sa grâce est imméritée. C’est le carrefour de l’amour qui a donné sa vie pour faire cesser notre marche vers l’enfer. C’est le carrefour créé par Dieu pour nous faire marcher dans ses pas.


Ce qui caractérise un chrétien né de nouveau, c’est sa relation avec le péché. Lisons ce que nous déclare la Parole de Dieu dans les versets 18 à 32 de l’épître de Paul aux Romains chapitre 1 : La colère de Dieu se révèle du ciel contre toute impiété et toute injustice des hommes qui retiennent injustement la vérité captive, car ce qu’on peut connaître de Dieu est manifeste pour eux, Dieu le leur ayant fait connaître. En effet, les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité, se voient comme à l’œil, depuis la création du monde, quand on les considère dans ses ouvrages. Ils sont donc inexcusables, puisque ayant connu Dieu, ils ne l’ont point glorifié comme Dieu, et ne lui ont point rendu grâces ; mais ils se sont égarés dans leurs pensées, et leur cœur sans intelligence a été plongé dans les ténèbres. Se vantant d’être sages, ils sont devenus fous ; et ils ont changé la gloire du Dieu incorruptible en images représentant l’homme corruptible, des oiseaux, des quadrupèdes, et des reptiles. C’est pourquoi Dieu les a livrés à l’impureté, selon les convoitises de leurs cœurs ; en sorte qu’ils déshonorent eux-mêmes leurs propres corps ; eux qui ont changé la vérité de Dieu en mensonge, et qui ont adoré et servi la créature au lieu du Créateur, qui est béni éternellement. Amen ! C’est pourquoi Dieu les a livrés à des passions infâmes : car leurs femmes ont changé l’usage naturel en celui qui est contre nature ; et de même les hommes, abandonnant l’usage naturel de la femme, se sont enflammés dans leurs désirs les uns pour les autres, commettant homme avec homme des choses infâmes, et recevant en eux-mêmes le salaire que méritait leur égarement. Comme ils ne se sont pas souciés de connaître Dieu, Dieu les a livrés à leur sens réprouvé, pour commettre des choses indignes, étant remplis de toute espèce d’injustice, de méchanceté, de cupidité, de malice ; pleins d’envie, de meurtre, de querelle, de ruse, de malignité ; rapporteurs, médisants, impies, arrogants, hautains, fanfarons, ingénieux au mal, rebelles à leurs parents, dépourvus d’intelligence, de loyauté, d’affection naturelle, de miséricorde. Et, bien qu’ils connaissent le jugement de Dieu, déclarant dignes de mort ceux qui commettent de telles choses, non seulement ils les font, mais ils approuvent ceux qui les font.


Ces versets sont-ils hors contexte aujourd’hui en 2022 ?


Ils sont bien plus encore d’actualité pour ce monde impie, infecté par le péché. Nous avons ici tout ce qui caractérise l’acte de la croix qui, de la mort vers la résurrection de jésus, éradique pour ses élus le poison mortel qui se nomme le péché. Le péché n’est pas compatible avec Dieu. Un chrétien véritable, un enfant de Dieu, un disciple de Christ est un combattant sans limite contre le péché qu’il vomit, par la repentance qui lui vient de Dieu. Car c’est le Seigneur qui met en nous le vouloir et le faire et il en est de même pour la repentance. La grâce nous équipe de cet esprit de repentance qui ne nous quittera plus jamais tout au long de notre traversée terrestre.


Philippiens 2:13 à 16

car c’est Dieu qui produit en vous le vouloir et le faire, selon son bon plaisir.Faites toutes choses sans murmures ni hésitations, afin que vous soyez irréprochables et purs, des enfants de Dieu irrépréhensibles au milieu d’une génération perverse et corrompue, parmi laquelle vous brillez comme des flambeaux dans le monde, portant la parole de vie ; et je pourrai me glorifier, au jour de Christ, de n’avoir pas couru en vain ni travaillé en vain.


Avec la grâce et la nouvelle naissance, le péché est anéanti par la croix, mais il va continuer à agir en nous pour nous faire tomber ; mais cette fois, il sera vaincu et ne dominera plus, puisque notre nature au CARREFOUR DE LA REPENTANCE a pris une toute autre direction qui est sous le contrôle du Saint Esprit. La repentance, résultat de la grâce de Dieu et de son adoption, ne cessera jamais non plus de nous permettre de le combattre et de le chasser afin que Christ règne dans notre propre vie. La repentance nous est insufflée pour chasser le péché à chaque attaque. La repentance est dans notre nouvel ADN spirituel et elle nous permet de glorifier Christ. Elle est les yeux et LA PUISSANCE de Dieu sur l’abominable péché qui infecte le monde et qui n'était pas moins que le prince de notre ancienne nature.


La question que beaucoup se pose est celle-ci : Pourquoi, devons-nous encore lutter contre le péché, puisqu’il est sensé avoir été crucifié avec Christ à la croix ?


Il faut être précis sur ce point. Avant la grâce, le péché était notre ami et même si notre conscience nous avertissait sur nos dérives, nous étions très heureux dans le même temps, par exemple de rendre le mal pour le mal. Notre nature pécheresse était formatée pour apprécier certaines phases du mal comme une libération émotionnelle. La vengeance en est un triste exemple dans ce qu’elle fait jubiler de joie, de voir l’autre souffrir comme il nous fait souffrir. C’est le mal appelé bien. Tout cela est provoqué par notre nature charnelle.


Pour bien comprendre et répondre à cette question, lisons ce qui suit et que proclame l’apôtre Paul s’agissant de lui-même.


Romains 7:19 à 25

Car je ne fais pas le bien que je veux, et je fais le mal que je ne veux pas.Et si je fais ce que je ne veux pas, ce n’est plus moi qui le fais, c’est le péché qui habite en moi.Je trouve donc en moi cette loi : quand je veux faire le bien, le mal est attaché à moi.Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon l’homme intérieur ;mais je vois dans mes membres une autre loi, qui lutte contre la loi de mon entendement, et qui me rend captif de la loi du péché, qui est dans mes membres.Misérable que je suis ! Qui me délivrera du corps de cette mort ?…Grâces soient rendues à Dieu par Jésus-Christ notre Seigneur !… Ainsi donc, moi-même, je suis par l’entendement esclave de la loi de Dieu, et je suis par la chair esclave de la loi du péché.


Voilà bien le péché qui est toujours présent et qui nous fait tomber mais ce qui a changé, ce sont les vérités suivantes :

  • Nous l’avons identifié dans sa véritable nature mortelle

  • Nous reconnaissons que nous ne pouvons le garder et nous le rejetons radicalement

  • Nous avons un coeur repentant qui le vomit et qui ne nous permet plus d'y succomber de manière permanente

  • Nous sommes conduits par le Saint-Esprit qui règne et qui règnera pour toujours

  • Nous avons la puissance pour le combattre

  • Nous sommes enfants de Dieu, esclaves volontaires de Christ comme le dit la Parole de Dieu, et non plus esclaves et prisonniers de la loi du péché.

  • Et enfin en Esprit, ce n’est plus le péché qui nous domine, c’est nous qui le dominons.


Alors oui, comme Paul, nous pouvons déclarer notre mécontentement d’être encore faibles parfois, car en le faisant, nous cultivons la repentance et affirmons notre désir de combattre notre péché jusqu’à ce que nous en soyons victorieux. Et pour nous encourager, nous devons bien prendre notre ce que proclame la Parole de Dieu sur les faiblesses :

2 Corinthiens 12:7 à 10

Et pour que je ne sois pas enflé d’orgueil, à cause de l’excellence de ces révélations, il m’a été mis une écharde dans la chair, un ange de Satan pour me souffleter et m’empêcher de m’enorgueillir.Trois fois j’ai prié le Seigneur de l’éloigner de moi, et il m’a dit : Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse. Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur moi. C’est pourquoi je me plais dans les faiblesses, dans les outrages, dans les calamités, dans les persécutions, dans les détresses, pour Christ ; car, quand je suis faible, c’est alors que je suis fort.

Certes il s’agit ici de persécution à l’encontre de Paul mais il glorifie Dieu dans ses épreuves parce que seules les épreuves et l’écharde qui lui a été mise, le font grandir dans la foi. Le péché est une épreuve qui, une fois vaincu, nous rend plus fort en Christ. Je dis bien en Christ, surtout pas en nous-même. Lisons ces versets que je trouve exceptionnels:

Jacques 1:1 à 7

Jacques, serviteur de Dieu et du Seigneur Jésus-Christ, aux douze tribus qui sont dans la dispersion, salut ! Mes frères, regardez comme un sujet de joie complète les diverses épreuves auxquelles vous pouvez être exposés, sachant que l’épreuve de votre foi produit la patience. Mais il faut que la patience accomplisse parfaitement son œuvre, afin que vous soyez parfaits et accomplis, sans faillir en rien.Si quelqu’un d’entre vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu, qui donne à tous simplement et sans reproche, et elle lui sera donnée. Mais qu’il la demande avec foi, sans douter ; car celui qui doute est semblable au flot de la mer, agité par le vent et poussé de côté et d’autre. Qu’un tel homme ne s’imagine pas qu’il recevra quelque chose du Seigneur


Pourrions-nous progresser en Christ sans épreuve ? Il va de soi que non, alors les épreuves deviennent des sources de rapprochement divin pour que la gloire de Dieu se manifeste dans nos vies.


Je suis souvent étonné de constater que le sujet de la repentance dans le monde chrétien, est délicat à aborder. Je ne comprend pas bien, pourquoi en parler dérange, puisque c’est le CARREFOUR OBLIGÉ et voulu de Dieu. De plus la repentance n’est pas un acte isolé, elle est devenue une amie et une arme permanente et indispensable dans notre marche de sanctification. Certes, nous ne la vivons pas tous de la même façon, mais elle a la même odeur de Sainteté. Un chrétien né de nouveau témoignera de ses victoires face à son péché grâce à sa repentance. La repentance lui est bien plus familière qu’éphémère. Il aimera parler de la gloire de Christ dans ces actes de repentance. La repentance est indissociable de la foi, c’est la volonté de Christ, elle est un sujet prioritaire dans la vie du chrétien. Elle est ce qui nous fait passer d’un état à l’autre, de l’orgueil à l’humilité, de la haine à l’amour, de la vengeance au pardon, d’un coeur fermé et têtu à un coeur ouvert et libéré, d’une parole de condamnation à une parole de compassion, de la critique et du jugement à l’acceptation des différences, dans un climat de paix et d’amour. Elle est le bulldozer qui détruit le péché. Nous devons entretenir un ÉTAT DE REPENTANCE permanent. Oui la repentance est notre lot quotidien, c’est le style de vie d’un authentique enfant de Dieu.


La repentance est produite par le Seigneur dans notre coeur à la nouvelle naissance et il l’arrose régulièrement en permettant certaines épreuves et en nous mettant face à notre péché, afin de voir briller sa Gloire et ses merveilles dans notre vie nouvelle et en nous rendant plus que vainqueurs par son Esprit (Romains 8:37 à 39). On peut se poser cette question : La repentance existerait-elle, si le péché n’existait pas ? La réponse est claire : Non ! Elle existe et n’a de raison d’être que parce que nous sommes confrontés au péché. La Croix est la source de la repentance pour nous tous, car elle nous fait prendre conscience de notre dépravation totale et de la grâce imméritée qu’il nous a été accordée.

Avant sa mort à la croix, Jésus s’est exprimé en invitant chacun à se repentir, c’est le carrefour obligé, la porte étroite. Car sans la repentance, personne ne verra le Seigneur. Croire ne suffit pas, aller au culte ne suffit pas, prier ne suffit pas, faire des oeuvres méritoires ne sauve personne, respecter une loi et des traditions religieuses sans passer par la croix, sans renoncer radicalement au péché, sans vivre intégralement par la foi, n’offre aucun salut. Ce qu’il faut, c’est reconnaitre notre état misérable, pour ensuite laisser le Saint-Esprit faire son oeuvre de sanctification. La Bible déclare que c’est celui qui fait les commandements de Dieu qui aime Dieu. Et tous les commandements de Dieu sont radicalement contre toute forme de péché. Ce que Dieu notre Père désire voir, c’est Jésus, son Fils bien aimé, être glorifié en nous. Certes, le Seigneur nous sauve par grâce, mais ce n’est pas pour nous, c’est pour la gloire de Christ. Et si nous sommes assoiffés pour devenir son disciple, alors ces versets qui sont un trésor, nous combleront de bonheur et de joie éternels.


Matthieu 6:33 à 34

Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données par-dessus.Ne vous inquiétez donc pas du lendemain ; car le lendemain aura soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine.


Psaume 1:1 à 3

Heureux l’homme qui ne marche pas selon le conseil des méchants, Qui ne s’arrête pas sur la voie des pécheurs, Et qui ne s’assied pas en compagnie des moqueurs,Mais qui trouve son plaisir dans la loi de l’Eternel, Et qui la médite jour et nuit !Il est comme un arbre planté près d’un courant d’eau, Qui donne son fruit en sa saison, Et dont le feuillage ne se flétrit point : Tout ce qu’il fait lui réussit.


Nous pouvons compter sur le Saint-Esprit pour nous faire rester dans le droit chemin, il est notre guide, notre force et celui qui nous enseigne la discipline, l’amour, la sainteté et la justice de Dieu. De son action, le fruit de l’Esprit grandit de plus en plus dans notre être régénéré. Cependant, parfois nous avons cette impression d’être découragé, voir ne pas être à la hauteur, le doute même peut s’installer mais si dans votre coeur, le dégoût total du péché règne, alors vous avez la certitude que vous êtes entre ses mains. Le dégoût du péché produit par le Saint-Esprit (qui est le seul à convaincre de péché et qui mène à la repentance) est un des signes primordial de la nouvelle naissance. Il est évident que le dégoût conduira au combat, et à la victoire finale. Le plus grand des péchés est l’incrédulité et elle est produite par l’orgueil et la seule choses qui détruise l’orgueil, c’est LA REPENTANCE. On comprend mieux son importance dans le processus de sanctification. Elle est la clef de la nouvelle naissance.


La repentance est un changement complet de cap et une marche à contre sens de notre nature propre et du monde. C’est l’acte de grâce qui produit l’humilité de Christ en nous, c’est un changement à 180°. Cela se traduit par un renoncement qui est radical et progressif. Mais le dégoût du péché est provoqué par le Saint Esprit. Nous pêchons encore, mais nous ne sommes plus esclaves du péché. Le dégoût du péché et le désir de renoncer à notre nature charnelle est véritablement le signe qui désigne les enfants de Dieu. Être Chrétien, c’est être UN REPENTANT PERMANENT, qui combat le péché avec l’aide du Saint-Esprit, non pour sa propre gloire mais pour la gloire de Christ. La repentance doit s’entendre dans les paroles du chrétien et doit être visible dans ses actes.



***



3ème Pilier


LE COMPORTEMENT ADÉQUAT


Matthieu 16:24 à 26

Alors Jésus dit à ses disciples: Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge de sa croix, et qu’il me suive. Car celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui la perdra à cause de moi la trouvera. Et que servirait-il à un homme de gagner tout le monde, s’il perdait son âme ? ou, que donnerait un homme en échange de son âme ?


Après la nouvelle naissance et la repentance, nous abordons un 3ème pilier significatif du véritable chrétien. Pour la nouvelle naissance, nous pouvons affirmer sans aucun doute que c’est l’action exclusive de Dieu, par la grâce accordée à un mort en Esprit qui est appelé, justifié, régénéré et glorifié. Pour la repentance, c’est encore une action divine transmise en nous mais cette fois, nous avons notre part à faire en participant de fait à ce changement de nature qui est l’expression de la repentance. Avec le renoncement, nous passons à la phase d’implication croissante plus forte encore que la participation à la repentance. Dans notre marche de sanctification, nous passons du nouveau-né à l’adulte avec les phases de participation et d’implication personnelles, soutenues par le Saint Esprit. Le Seigneur est souverain et sa providence qui est l’action permanente de sa souveraineté dans notre vie, sur la terre et dans les cieux, est en nous qui sommes régénérés, cependant nous sommes appelés à nous impliquer en RENONCANT et EN PORTANT NOTRE CROIX. Qu’est-ce que cela permet ? La suite du verset le dit : « de pouvoir suivre Jésus ». Nous sommes invités à travailler en binôme avec le Saint-Esprit, c’est un travail d’équipe pour l’avancée du Royaume de Dieu.


Qu’est-ce que renoncer et à quoi devons-nous renoncer ?


Lisons Romains 6:16 à 23

Ne savez-vous pas qu’en vous livrant à quelqu’un comme esclaves pour lui obéir, vous êtes esclaves de celui à qui vous obéissez, soit du péché qui conduit à la mort, soit de l’obéissance qui conduit à la justice ? Mais grâces soient rendues à Dieu de ce que, après avoir été esclaves du péché, vous avez obéi de cœur à la règle de doctrine dans laquelle vous avez été instruits.Ayant été affranchis du péché, vous êtes devenus esclaves de la justice. Je parle à la manière des hommes, à cause de la faiblesse de votre chair. — De même donc que vous avez livré vos membres comme esclaves à l’impureté et à l’iniquité, pour arriver à l’iniquité, ainsi maintenant livrez vos membres comme esclaves à la justice, pour arriver à la sainteté.Car, lorsque vous étiez esclaves du péché, vous étiez libres à l’égard de la justice.Quels fruits portiez-vous alors ? Des fruits dont vous rougissez aujourd’hui. Car la fin de ces choses, c’est la mort.Mais maintenant, étant affranchis du péché et devenus esclaves de Dieu, vous avez pour fruit la sainteté et pour fin la vie éternelle.Car le salaire du péché, c’est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur.


On le voit ici, renoncer, c’est renoncer au péché, à ses propres désirs et à ses propres intérêts. Au début de ma conversion, je me disais que je ne renoncerai pas à telles ou telles choses, parce qu’elles représentaient pour moi la sécurité de pouvoir encore contrôler ma vie sans que cela ne déplaise à Dieu. Ce fut beaucoup de combat parce que Dieu ne se contente pas des miettes, il veut tout. Jésus a tout donné et il a renoncé à tout pour la gloire de son Père. Et moi je voulais être au-dessus de Christ en conservant certaines parties de ma vielle nature. J’ai parfois trouvé cela injuste et dur et cela m’a exposé à la rébellion contre Dieu pour préserver des pans entiers de mon ancienne vie. Le temps et les combats m’ont appris que nous ne devons rien conserver car cela est contraire à la volonté divine. J’ai mis du temps à comprendre et accepter la souveraineté de dieu. Tout lâcher, je dis bien tout lâcher était la seule issue pour être en Paix et libéré de l’esclavage du péché. Il me fallait, comme le précise Paul ici dans ces versets, devenir esclave de Dieu pour ne plus être esclave du péché. Il me fallait RENONCER !


Pour un homme pécheur, sans l’Esprit-Saint, c’est une folie totale mais pour un éclairé de Dieu, un nouveau né, renoncer est le chemin de la sanctification et de la Paix intérieure. Beaucoup de prédicateurs ne parlent pas du renoncement par crainte de voir l’assemblée fondre comme neige au soleil. Il en est de même pour la souveraineté de Dieu et la repentance, c’est devenu pour beaucoup, des sujets tabous. Je les invite à renoncer justement à cette attitude qui est contraire à la Parole de Dieu. Car sans repentance et sans renoncement, où est la preuve d'une nouvelle naissance ? Zapper, voir censurer, l’essentiel du message de la croix, c’est construire une église en carton qui s’effondrera à la moindre tempête. Le renoncement commence d’abord par les conducteurs et les responsables qui eux-mêmes doivent renoncer à se détourner du véritable évangile. Les substituts sont à bannir car ils génèrent des adhésions et non des conversions. Vendre du bien-être spirituel et se servir du nom de Jésus pour être plus heureux est en abomination à Dieu. L’évangile de la grâce invite le pécheur à se repentir et à renoncer à lui-même pour la gloire de Dieu et jamais la gloire de l’homme. Des milliers de pasteurs, sans parler des prêtres et curés, prêchent un évangile qui plait aux hommes afin de les toucher par les émotions au moyen de choses mondaines. Prions justement pour qu’ils prêchent LE RENONCEMENT, car ils ne l’ont visiblement pas du tout compris. Mais le renoncement, n’est-il pas la quintessence de la nouvelle naissance ? Alors posons-nous la question de leur position devant Dieu, sont-ils de vrais ou de faux chrétiens ?


Le mot renoncement dans ce contexte fait peur à beaucoup, parce qu’il signifie d’un point de vue intellectuel que nous allons devoir cesser de contrôler notre vie. Certains diront même que de renoncer à soi-même, c’est perdre sa liberté et vendre son âme. Cela est une vérité lorsque nous sommes sous l’influence de grands gourous de sectes qui ont un pouvoir démoniaque pour se substituer à votre âme afin la conduire là ou ils veulent aller. Et généralement c’est terrifiant. Ce type de renoncement à l’aveugle, manipulé par un esprit diabolique, conduit à la perdition. Le renoncement voulu de Dieu est au contraire une libération, car il est porté par le Saint-Esprit qui nous révèle l’Amour et la Sainteté de Dieu à travers sa Parole et sa présence dans nos vies. Le renoncement devient alors une nécessité, parce qu’il nous libère de plus en plus de ce qui ne rend pas gloire à Dieu, c’est à dire le péché qui se manifeste encore dans notre vie. C’est un renoncement conduit par l’Esprit-Saint et non imposé par une quelconque manipulation diabolique; c’est un renoncement qui met en lumière, d’un coté le péché et de l’autre, la Sainteté de Dieu. C’est renoncer aux ténèbres pour marcher dans la lumière.


Que procure le renoncement ?


Lisons ce que la Parole de Dieu déclare dans Galates 5:13 à 26

Frères, vous avez été appelés à la liberté, seulement ne faites pas de cette liberté un prétexte de vivre selon la chair ; mais rendez-vous, par la charité, serviteurs les uns des autres. Car toute la loi est accomplie dans une seule parole, dans celle-ci : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Mais si vous vous mordez et vous dévorez les uns les autres, prenez garde que vous ne soyez détruits les uns par les autres. Je dis donc : Marchez selon l’Esprit, et vous n’accomplirez pas les désirs de la chair. Car la chair a des désirs contraires à ceux de l’Esprit, et l’Esprit en a de contraires à ceux de la chair ; ils sont opposés entre eux, afin que vous ne fassiez point ce que vous voudriez. Si vous êtes conduits par l’Esprit, vous n’êtes point sous la loi. Or, les œuvres de la chair sont manifestes, ce sont l’impudicité, l’impureté, la dissolution, l’idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, l’envie, l’ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables. Je vous dis d’avance, comme je l’ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n’hériteront point le royaume de Dieu. Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance ; la loi n’est pas contre ces choses. Ceux qui sont à Jésus-Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs.Si nous vivons par l’Esprit, marchons aussi selon l’Esprit. Ne cherchons pas une vaine gloire, en nous provoquant les uns les autres, en nous portant envie les uns aux autres.


N’est-ce pas merveilleux de renoncer à l’impudicité, l’impureté, la dissolution, l’idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, l’envie, l’ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables. ? Et n’est-ce pas merveilleux de produire le fruit de l’Esprit : l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance . En clair nous devons renoncer aux oeuvres de la chair pour voir pousser et proliférer en nous les oeuvres de l’Esprit. Ne trouvez-vous pas que le renoncement vu sous l’angle de Dieu, soutenu pas son amour et la puissance de son Esprit, prend une toute autre perception ? N’êtes-vous pas emporté par la vague incessante qui nous pousse et nous porte à renoncer afin de nous libérer d’un poison et de recevoir le fruit divin de l’Esprit ? Le renoncement est d’une saveur exquise pour un disciple de Christ, tant il ne désire que s’approcher de la sainteté. Par contre pour un croyant religieux, il faut être objectif, c’est un véritable supplice qu’il peut s’efforcer à mettre en application par ses propres forces, sans jamais réellement y arriver.


On peut se poser la question qui est de savoir : Pourquoi le renoncement est si peu prêcher dans de nombreuses églises dites chrétiennes ?


La réponse réside dans cette conception tronquée de la vérité qui consiste à penser qu’en prêchant la croix et le renoncement, on va faire fuir le troupeau. Il m’est arrivé d’entendre de la bouche d’un pasteur : « Si je prêche la croix, le renoncement, la mort à soi-même, ils vont quitter l’assemblée ». Misère et damnation ! Cela m’est insupportable, mais bien tellement plus encore à Dieu. Alors que Jésus est tout sauf une religion légaliste, que la croix est le lieu de LA RENCONTRE divine qui mène au salut et qu’elle est le passage qui par le RENONCEMENT au péché, nous offre la vie par la rédemption et la résurrection, nous voilà dans des maisons dites de Dieu, qui évitent ce qui est la racine même du christianisme : le renoncement et la croix pour suivre Jésus.


On est en droit alors de se poser une seconde question : Où en est l’âme de celui qui conduit le troupeau dans un tel cas ?


Ce type de comportement qui sort du chemin de la croix, est plus qu’inquiétant, il est condamnable. Pour leur défense, ces conducteurs d’un humanisme exacerbé, avancent, au détriment de la Parole de Dieu et surtout du message fondamental de la croix, le fait de laisser le Saint-Esprit agir et de ne pas choquer les brebis fragiles et pas suffisamment matures. Derrière tout cela se cache aussi le désir de préserver un fonctionnement financier qui garantit la bonne santé économique du système afin de faire face aux investissements en matériel et salaires de l’édifice, pour ne pas dire de l’entreprise. Ce qui est terrifiant, puisque l’on a substitué le message de la croix par un message de prospérité et d’estime de soi. Après avoir baigné pendant des années dans ce système, (nous en sommes sortis avec mon épouse il y a bien des années maintenant), il est frappant de remarquer que l’argument de ne pas choquer est un mensonge puisque le renoncement, la croix, la repentance, la souveraineté de Dieu ne sont jamais ou très très peu prêcher. Et s'il leur arrive de les évoquer, les points cruciaux sont noyés et dilués afin de préserver un message complaisant aux adhérents. Je préfère dans ce cas dire « adhérents » plutôt que « disciples », par respect pour mon Seigneur (tout en sachant, qu’il y a des brebis perdues dans ces assemblées et dont il faut prier pour que leurs yeux s’ouvrent et fuient de ces assemblées non bibliques).


Le résultat de toutes ces dérives est que l’on a remplacé Dieu par l’église (voir le livre sur ce sujet dans les mini-livre sur ILTAIME.COM) et nous sommes face à un raz de marée de faux chrétiens trompés par un message qui ne parle pas ni de croix, ni de renoncement et ni de repentance. On diffuse à tout va la Parole de Christ qui sur la croix proclame « Tout est accompli » sans annoncer que le renoncement est la suite logique de la résurrection en Christ (Matthieu 16:24). Malheureusement le terme « esclave » de Christ (qui est la vraie traduction du mot « doulos » employé à maintes reprises par les apôtres), a été remplacé par le mot « serviteur », afin de ne pas choquer la majorité. Devons-nous plaire aux hommes ou à Dieu ?


On parle de dénominations, de guérisons, de prospérité, de bonheur pour nourrir des âmes avec une idéologie religieuse qui fait de l’église un club de bien-être où il est bon de se retrouver en famille. Pas besoin de renoncer, au contraire, demandons au Seigneur de nous bénir sans passer par la case repentance. C’est la perception d’un Jésus distributeur de bénédictions pour se sentir mieux et être béni. On a fait de l’église un lieu de consommation spirituel, c’est épouvantable ! Certes, Dieu bénit son peuple mais pas sous cette forme humaniste, il nous faut nous même passer par le chemin de la croix et vivre le renoncement si précieux qui nous permet d’évoluer dans le discipulat. Vouloir le salut, sans passer par le renoncement est un leurre absolu qui est entretenu par le diable, qui s’est depuis toujours introduit dans l’église pour nous influencer à devenir des petits dieux.


Tout ceci est en parfaite contradiction avec la véritable identité d’un enfant de Dieu. Le renoncement est devenu son style de vie. Il a certes, un combat à mener, mais il sait que c’est pour découvrir l’amour et la perfection de Dieu dans l’héritage qu’il lui est réservé. Depuis quelques années nous avons ouvert notre maison avec Laetitia, et nous nous laissons conduire par le Saint-Esprit afin qu’elle soit cette Eglise qui se veut être le lieu de rencontre qui annonce la croix et partage une vie nouvelle en Christ. La prédication est le fruit de la croix, de la repentance, du renoncement et de la souveraineté de Dieu. Pensez-vous que cela fait fuir ? Bien au contraire, c’est ce qui nous unis dans un amour et une fraternité sans égale. Nous sommes tous formés par Christ au discipulat sans être sous l’emprise d’un système religieux censuré et d’une logistique lourde qui nécessite des besoins financiers. La taille de notre bergerie est parfaite pour que chaque brebis puisse être en contact étroit avec son berger. Nous n’avons aucun filtre qui minimise ou transforme la Parole de Dieu et nous sommes « cash », ne cherchant que la volonté de Dieu. Nous partageons nos incompréhensions pour en faire des révélations, nous combattons tous ensemble pour la gloire de Jésus et nous constatons que nos vie reçoivent ce que nous n'aurions jamais pu recevoir sans cette vie de consécration et de foi. C’est le résultat du renoncement.


Avec le site ILTAIME, nous recevons des milliers de témoignages de frères et soeurs qui n’en peuvent plus de ces assemblées qui transforment le vin en eau, si je puis dire. Combien de frères et soeurs qui sont seuls, parce que sortis de ces systèmes. Heureusement il y a de très bonnes assemblées avec de bons serviteurs, mais elles se raréfient. Je me souviens de notre ancien pasteur qui, lorsqu’il a pris sa retraite m’a déclaré avec tristesse : « Tu vois Daniel, si je devais aller dans une église aujourd’hui, je ne sais pas dans quelle église j’irai ! » Ce constat, avec mon épouse, nous l’avons vécu. Et par sa grâce infinie et sa sainte providence, il nous a conduits et nous sommes aujourd’hui conducteurs d’une petite assemblée qui réjouit le coeur de Dieu et nous en sommes ravis. Dans toutes les églises, il y a des âmes régénérées, qui ont soif de renoncement et qui veulent vivre pour Christ ! Le Seigneur ne les abandonnera jamais. L’Église n’est pas celle des murs, elle est l’Église des coeurs, l’épouse qui se prépare pour le retour de l’époux. Ils nous faut-être des lumières dans les ténèbres, dans les assemblées, afin de rendre toute la gloire à notre Dieu. Le renoncement est parfois aussi, de rester dans une assemblée afin de produire du fruit, celui de l’Esprit. Quitter une assemblée parce qu’elle est en contradiction avec la Parole de Dieu, ce n’est pas quitter l’Église, c’est au contraire la protéger et la fortifier dans ce quelle est réellement, l’Église de Christ, qui s’est bâtie dans les coeurs. Et dans ce cas, le Seigneur conduit sa brebis vers le troupeau qui est le sien.


« Renonce, porte ta croix et suis-moi », voilà le message à mettre en pratique sans modération, car il est le chemin, la vérité et la vie. Jésus a dit : « Ma nourriture c’est de faire la volonté de mon Père et de faire ses oeuvres » Jean 4 v 34. Tout est dit et seul le renoncement à soi-même le permet. Faire la volonté de Dieu, c’est renoncer à soi-même. Je terminerai sur le renoncement, avec Jésus dans le jardin de Gethsémané avant la crucifixion : Puis il s’éloigna d’eux à la distance d’environ un jet de pierre, et, s’étant mis à genoux, il pria, disant : Père, si tu voulais éloigner de moi cette coupe ! Toutefois, que ma volonté ne se fasse pas, mais la tienne. Alors un ange lui apparut du ciel, pour le fortifier. Luc 22:41 à 43


Nous avons ici le renoncement de Jésus à sa propre volonté pour ne faire que la volonté de son Père, qui clôture avec majesté la force de ce commandement qui est le signe indiscutable de la nouvelle naissance : RENONCE ! Puis Jésus déclare : « Qu’il se charge de sa croix »


Que signifie « qu’il se charge de sa croix » ?


La vie d’un authentique enfant de Dieu, c’est le prix de l’engagement face à une totale opposition, face à un environnement radicalement hostile à la création de Dieu. Jésus a été crucifié sur la croix et il ne nous demande pas à notre tour de l’être physiquement, mais il nous demande de la porter ! C’est à dire d’assumer notre foi. De vivre à contre sens de ce monde impie, d’affronter les ennemis et de les combattre avec les armes de la foi. La nouvelle naissance produit la repentance, qui conduit au renoncement et qui nous fait porter notre croix.


Nous commençons à comprendre le processus de croissance du disciple, du vrai chrétien.


Nous sommes bien loin d’une simple prière et d’une présence religieuse au culte, n’est-ce pas ? Jésus ne proclame pas : "Je suis le chemin" pour ne rien dire, cela implique que sur un chemin, nous devons marcher : puis il indique qu’il est la Vérité et cela implique que nous devons marcher dans la vérité, non selon notre vérité mais selon La Vérité de Dieu, qui est en totale opposition avec le mensonge qui a été introduit par le péché dans le monde. C’est cette croix dont parle Jésus, celle d’accepter d’être la risée de beaucoup et de subir des pressions, du jugement, de la calomnie, du rejet et pour beaucoup de la persécution, allant même jusqu’à l’exécution dans certains Pays.


Cela va plus loin lorsque la Parole de Dieu proclame dans Luc 12:8 à 10.

Je vous le dis, quiconque me confessera devant les hommes, le Fils de l’homme le confessera aussi devant les anges de Dieu ; mais celui qui me reniera devant les hommes sera renié devant les anges de Dieu. Et quiconque parlera contre le Fils de l’homme, il lui sera pardonné ; mais à celui qui blasphémera contre le Saint-Esprit il ne sera point pardonné.


John McArthur dit de ce verset la chose suivante :

« Ce passage parle d’un reniement qui conduit à la damnation de l’âme. Il ne vise pas une faiblesse passagère semblable à celle dont Pierre se rendit coupable (Luc 22: 56 - 62) mais le péché de ceux qui rejettent la vérité révélée et ferment les yeux aux preuves, par crainte, honte, négligence, tendance à temporiser ou amour du monde. Ceux qui refusent de confesser Christ comme leur sauveur et Seigneur jusqu’au moment ou il sera trop tard. »


Nous mesurons ici l’importance de marcher dans la Vérité et la férocité avec laquelle le diable, le prince de ce monde s’y oppose. La Croix de l’engagement quoiqu’il m’en coûte, la croix de l’opposition et du harcèlement permanent, la croix du rejet et de la persécution mentale et parfois physique, la croix du renoncement à moi-même. Comme Jésus est mort à la croix, nous sommes morts avec lui et ressuscité avec lui. Cette croix n’est pas le signe de la mort, mes frères et soeurs, c’est la bonne nouvelle de la résurrection. En clair, pour vivre il nous faut mourir aux oeuvres de la chair et combattre sur le terrain de la chair dans ce monde hostile à Dieu.


La Croix a ceci de particulier : nous offrir un nouveau statut, une nouvelle identité sur cette terre, celle d’étranger et d’ambassadeur pour Christ. Être un véritable chrétien, c’est de porter fiérement cette croix qui nous met à part de ce monde impie qui est sous l’influence de Satan. Toutefois, n’oublions pas, que ce dernier est sous le contrôle souverain de Dieu. Le livre de Job en est la révélation parfaite.


Job 1:6 à 12

Or, les fils de Dieu vinrent un jour se présenter devant l’Eternel, et Satan vint aussi au milieu d’eux. L’Eternel dit à Satan : D’où viens-tu ? Et Satan répondit à l’Eternel : De parcourir la terre et de m’y promener.L’Eternel dit à Satan : As-tu remarqué mon serviteur Job ? Il n’y a personne comme lui sur la terre ; c’est un homme intègre et droit, craignant Dieu, et se détournant du mal. Et Satan répondit à l’Eternel: Est-ce d’une manière désintéressée que Job craint Dieu ? Ne l’as-tu pas protégé, lui, sa maison, et tout ce qui est à lui ? Tu as béni l’œuvre de ses mains, et ses troupeaux couvrent le pays. Mais étends ta main, touche à tout ce qui lui appartient, et je suis sûr qu’il te maudit en face. L’Eternel dit à Satan : Voici, tout ce qui lui appartient, je te le livre ; seulement, ne porte pas la main sur lui. Et Satan se retira de devant la face de l’Eternel.

Satan est sous les pieds de Dieu et cela est indiscutable.


Le Seigneur permet qu’il agisse afin de se glorifier, non pour lui-même mais pour partager avec son peuple son amour et sa toute puissance. Sur ce sujet, je vous conseille de lire le livre « La providence de Dieu » de John PIPER, vous y découvrirez l’univers infini de la souveraineté de Dieu et de sa providence. Mais tel n’est pas notre sujet principal qui est la croix à cet instant de la lecture. Je puis dire que renoncer et porter sa croix est un honneur, car ce sont les valeurs du soldat de Dieu, du disciple de Jésus, du serviteur du Royaume céleste qui est devenu, comme le disait un Rabbin, l’extrémité visible de la perfection de Christ. Je ne dis pas que nous sommes parfaits, seul Dieu l’est, mais nous tendons vers la perfection selon le bon vouloir de Christ et cela se voit dans notre nouvelle vie de lumière face à cet environnement de ténèbres. Sur ce point (du changement qu’opère le Seigneur en nous), parfois nous pensons que les hommes ne sont pas sensibles à cette évolution visible de Christ en nous, qu’ils ne la perçoivent pas et nous pouvons nous en attrister, tant nous aimerions que cela ait un impact dans leur vie de ténèbres. Mais c’est sans compter sur l’appréciation de notre Seigneur qui voit et entend tout. Nous n’avons pas à plaire aux hommes mais à Dieu, cependant même si les signes ne sont pas visibles, soyez assurés que le plan de Dieu s’accomplit et que sa providence n’a ni commencement ni fin. Combien de fois ai-je pensé que mes paroles ou mes actes n’étaient que fumée aux yeux des hommes et quelques temps plus tard, j’avais la douce révélation que cela était faux. Cette phase dans notre marche spirituelle est voulue de Dieu pour éviter de nourrir notre égo et pour que nous prenions bien conscience qu’il est Dieu et que toute la gloire lui revient.


Porter votre croix est l’un des signes percutants de votre nouvelle naissance, c’est le prix à payer, le renoncement total pour la gloire de Dieu.


Beaucoup sont vent debout face à cela, même au sein de l’église malheureusement, parce qu’ils pensent que Dieu est dur et qu’il nous demande beaucoup trop. C’est le sujet qui fâche ou le sujet tabou que l’on met au placard. Ils cherchent une forme de Dieu qui paye pour eux leurs fautes, sans accepter de suivre ses commandements, de se soumettre à son Esprit et d’en accepter les conséquences et les oppositions. Je ne vais pas me répéter, mais ceux là sont perdus s’ils ne se repentent pas, s’ils ne renoncent pas à eux-mêmes et s’ils ne portent pas leur croix. Ils n’ont de chrétien que le nom, sans en avoir le statut qui n’est que le fruit de la grâce imméritée. Et attention de ne pas être dans la charrette des blasphémateurs dans ces versets de Luc « mais celui qui me reniera devant les hommes sera renié devant les anges de Dieu. Et quiconque parlera contre le Fils de l’homme, il lui sera pardonné ; mais à celui qui blasphémera contre le Saint-Esprit il ne sera point pardonné. » Lc 12:9


Si Jésus nous demande de renoncer et de porter notre croix, alors obéissons sans compromis. Et si obéir est totalement contraire à votre pensée, alors c’est que vous n’êtes pas né de nouveau et que vous n’êtes pas un vrai chrétien. Mais rien ne dit que vous ne le deviendrez pas, il vous suffit de l’accepter comme votre sauveur et Seigneur et alors vous passerez de la mort à la vie en Esprit. Porter sa croix est un honneur qui glorifie Jésus ! Et ne l’oubliez pas, qui vous libère !



***




4 ème Pilier


CE QUI PRODUIT LES FRUITS DIVINS


Psaume 1:1 à 3

Heureux l’homme qui ne marche pas selon le conseil des méchants, Qui ne s’arrête pas sur la voie des pécheurs, Et qui ne s’assied pas en compagnie des moqueurs, Mais qui trouve son plaisir dans la loi de l’Eternel, Et qui la médite jour et nuit ! Il est comme un arbre planté près d’un courant d’eau, Qui donne son fruit en sa saison, Et dont le feuillage ne se flétrit point : Tout ce qu’il fait lui réussit.


La nouvelle naissance est validée par un état de repentance qui ne nous quitte plus, par le renoncement aux oeuvres de la chair et par notre croix à porter afin de suivre Jésus. Nous venons de developper l’argument qu’un véritable Chrétien suit une marche progressive conduite par l’Esprit Saint. Les paroles ne sont rien sans les actes car seuls les actes valident les paroles. Les actes représentent la preuve de ce que nous sommes réellement. Les conséquences de la progression dans notre marche pour Christ se révèlent dans nos actes de repentance, de renoncement et de persévérance face aux attaques (cela s’appelle porter sa croix). Un véritable chrétien va alors produire le fruit de l’Esprit défini dans Galates 5.


Il faut bien comprendre que nous ne parlons pas ici de bons comportements humains mais bien de fruits de l’Esprit. De fruits qui proviennent de l’Esprit de Dieu et non d’une bonne morale ou d'une bonne éducation. Nous ne devons surtout pas confondre la sagesse du monde et la sagesse de Dieu, c’est incomparable. Il faut également bien comprendre qu’il y a une batterie de changements naturels qu’une personne peut produire mais le changement dont on parle ici, est celui de ne faire que ce qui plait à Dieu, de lui être entièrement soumis et de renoncer à nous-même. Nous ne sommes pas dans un changement d’attitude bienveillante mais de coeur qui ne souhaite qu’une seule chose : glorifier Jésus, notre Sauveur et Seigneur.


C’est pourquoi, la sagesse des hommes n’irradie pas le mal, elle le canalise, elle le tempère, elle l’apprivoise, sans malheureusement pouvoir s’en séparer. Cela fait preuve d’une bonne conscience et d’un comportement respectueux, mais cette sagesse ne s’appuie pas sur la Parole de Dieu. C’est une sagesse qui glorifie l’homme et non Dieu. La sagesse de Dieu, quant à elle, détruit le mal qui est en nous pour laisser Jésus régner dans nos vies par Son amour, Sa Sainteté et Sa justice. Elle ne se compromet pas avec le péché, contrairement à la sagesse humaine. Frères et soeurs, si nous appliquons ces versets du Psaume 1, nous recevrons et nous produirons le fruit de l’Esprit et en cela je peux témoigner que de se repentir, renoncer et porter sa croix nous a amenés, mon épouse et moi même, à vivre dans un bonheur que nous n’aurions jamais pu découvrir par nous-mêmes. Ce bonheur est celui de la Grâce, celui que la croix a greffé en nous pour l’Eternité.


C’est pour cela que j’invite tous les conducteurs, pasteurs et bergers à prêcher la doctrine de la grâce et la souveraineté de Dieu, car c’est le seul chemin qui mène à la vie, en enseignant toute la vérité et rien que la vérité, sans rien y ajouter ou en soustraire. La Parole de Dieu dans son intégralité, la seule et unique vérité.


Je prie chaque jour que le Saint-Esprit fasse son oeuvre en moi, je prie afin qu’il me façonne pour être un vase d’honneur utile dans son royaume, je demande au Seigneur de produire en moi la repentance et le renoncement afin de contempler ses merveilles mais surtout pour voir son règne dans ma vie. Je me prosterne devant son trône de Grâce afin de recevoir toute sa lumière et ses révélations, non pour moi-même mais pour les transmettre et les faire fructifier. Je prie chaque jour pour que notre relation soit le socle et les fondements de ma vie, j’intercède chaque jour avec ma soeur, mon épouse et ensemble nous adorons son saint Nom. Je m’y tiens avec constance et persévérance.


Je le prêche et je vois combien Dieu m’encourage à le faire de plus en plus et combien l’abondance coule à flot, parce qu’il n’y plus de barrière égocentrique persistante, parce que je ne désire que faire la volonté de mon Père et lui rendre toute la gloire.


Que de fruits divins et merveilleux….


Mon ancien « moi » est mort, Jésus prend toute la place et par ce miracle de la nouvelle naissance, je ressens la chose la plus puissante au monde, celle d’être en parfaite harmonie avec la création, avec notre créateur, celle d’être à ma vraie place, celle d’avoir la grâce de partager le Royaume de Dieu. Mon coeur est enflammé d’amour pour Christ ce qui procure en moi une joie immense et infinie. Le Saint-Esprit règne et il est rempli de douceur pour accomplir son oeuvre en moi. Je suis émerveillé de constater combien le Seigneur conduit ma vie et je ne me suis jamais senti aussi libre qu’aujourd’hui. Moi qui pensais que la souveraineté de Dieu me priverait de quelques libertés, je peux témoigner avec force que c’est tout le contraire. C’est parce que Dieu m’a libéré du péché pour m’offrir une vie en Esprit rempli de son amour et de sa puissance, que je suis enfin totalement libre. Fini les chaines qui m’enfermaient dans des pensées sans horizon, fini la peur de mourir, fini le mensonge, fini les compromis, fini de chercher à avoir plutôt que de me contenter d’être. La vraie liberté est en Christ puisqu’elle nous libère du péché.


Ma nouvelle vie m’a libéré de mes chaines d’adultère, de violence, de jugement, d’angoisse, de dépression, de narcissisme, d’achats compulsifs, d’insatisfactions chroniques, de la séduction, du mensonge, des compromis malsains, de la convoitise, d’un esprit colérique, de la vengeance et j’en passe…. Je sais, la liste est longue et il fallait la croix pour anéantir cette montagne de péché. C’est en cela que je suis libéré ! Et surtout parce que je ne vis plus pour moi avec des objectifs personnels qui me rendaient esclaves, mais pour Christ. Ma vie d’égoïste est devenue une vie de partage, de transmission, de compassion. J’ai vécu des réconciliations, des pardons, des rencontres exceptionnelles et ce n’est pas fini, rempli d’un amour que le monde ne connait pas.


Je suis comblé par ma relation avec Jésus dans mon coeur, dans mon lieu secret, avec mon épouse, avec l’église. Mon avenir et mon salut sont assurés puisque je suis adopté par Dieu lui-même. Quel plus bel avenir que d’être pour l’éternité enfant de Dieu ? Jésus à ouvert les yeux de mon coeur afin de ne vivre que pour sa gloire. Il m’a appris à tout donner et à ne plus jamais chercher à recevoir. C’est parfois compliqué mais le Saint-Esprit nous relève toujours quand nous trébuchons. Plus j’avance dans la foi, moins je veux être, pour qu’il soit ! Je ne comprend pas et ne cherche plus à comprendre, Il est Dieu, un point c’est tout. Certains vendraient leur mère pour être Président de la République, ministre ou tout en haut de l'échelle sociale et sans avoir rien demandé et en étant la pire des personnes, l’un de ses féroces ennemis, Jésus m’a confié le plus beau des ministères, celui de le servir et de le glorifier en me libérant de mes chaines. Il m’a appris que lui le messie qui est le tout puissant, s’est fait le plus petit pour me sauver de la perdition.


Nous ne pouvons que nous humilier devant un tel amour divin.


Mon message de fin s’adresse à toutes celles et ceux qui ont une réticence avec la souveraineté, l’auto glorification de Dieu et sa sainte Parole. Je les invite à ne plus résister à l’appel divin, au miracle de la croix, à la vérité qui contrôle le premier, le second et le troisième ciel. La résistance de l’homme peut-elle se comparer à la puissance du créateur ? Abandonnez-vous sans retenue à l’amour de Christ, qui sur la croix a payé votre dette. Il n’y a pas de hasard et votre présence sur terre a une signification, un sens et une saveur particulière. Dieu a créé les humains pour qu’ils soient la représentation de sa perfection sur la terre. Ils l’ont rejeté mais par Grâce, il appelle son peuple à revenir à la genèse de la vie par l’Esprit. Si vous ne l’avez pas encore réalisé, le temps est venu de rencontrer Jésus afin qu’il vous offre la vie Eternelle. Une nouvelle vie qui n’a pas de fin, qui est d’une saveur exquise, qui vous libère de tous vos fardeaux, qui vous fait connaitre les mystères de Dieu, qui ouvre les yeux de votre coeur, qui reçoit l’héritage royal pour une Eternité dans la présence du créateur dont l’essence parfaite est l’amour. Dans cette éternité il n’y a pas de pleur, de violence, de torture, de haine, de scandale, de maladie, de guerre, de mensonge, de critique, d’amertume, de vengeance, il n’y a plus de péché. C’est une Paix éternelle qui nous habite pour toujours.



***




CONCLUSION


Qui est un véritable chrétien ?


C’est une personne née de nouveau, devenue disciple de Christ et qui ne vit que pour la gloire du Roi des rois. Peut-on affirmer être chrétien si nous n’avons pas reçu et que nous ne sommes pas conduits par l’Esprit-Saint ? Croire en Jésus sans qu’il soit notre Seigneur, sans que notre vie ait significativement changé, sans méditer sa Parole, est-ce suffisant ? Puis-je me considérer chrétien alors que je ne suis jamais passé par la repentance et le renoncement, et que je ne porte pas ma croix face à l’opposition qui me persécute ? Est-ce possible que des centaines de millions de personnes qui pensent être chrétiennes iront en enfer ? Comment comprendre le véritable sens du christianisme authentique, du discipulat, de la volonté divine ? Pourquoi tant et tant de dénominations, de différences de messages et de doctrines dans le monde chrétien ? Qui dit la vérité ? Jésus est-il si radical au point de ne pas sauver ceux qui croient simplement en lui sans pour autant faire ses commandements ? Pourquoi mon église ne me parle pas de toutes ces choses, de méditer la Parole de Dieu, de renoncer à moi-même, de porter ma croix ? Pourquoi la souveraineté de Dieu n’est pas prêchée et qu’est ce qu’elle signifie réellement pour ma vie ?


Mes amis, il y a dix mille questions que l’on peut se poser mais la véritable est bien la suivante :

« Est-ce que je crois que Jésus est le Fils de Dieu, qu’il est mort et ressuscité, qu’il a payé pour moi le prix de mon péché, qu’il est le sauveur de mon âme et que mon seul désir maintenant est de faire sa volonté, de le servir et de le glorifier ? »


Être chrétien, ce n’est pas simplement un engagement religieux, une croyance personnelle, c’est une nouvelle naissance, un changement radical de vie intérieure, qui passe inévitablement par la mort à soi-même, le renoncement et une vie en opposition avec le monde et cela nous amène à porter notre croix. Tous les substituts de cette vérité biblique sont à jeter au panier. Dieu n’accepte pas les copies, il désire l’original, le vrai chrétien, pas le faux. Au risque de me répéter encore et encore, sans nouvelle naissance, il n’y a pas de véritable chrétien et sans renoncement à la vieille nature, il n’y a pas la marque d'une nouvelle naissance.


Appel à la nouvelle naissance


J’aimerai ici m’adresser à tous les croyants en Jésus qui ne sont pas nés de nouveaux, qui ont une conception intellectuelle et émotionnelle de Jésus. En découvrant ce que la Parole de Dieu nous révèle sur l’authenticité du vrai chrétien, beaucoup se disent : « mais alors, je suis trompé depuis toujours » d’autres rejettent en bloc cette vérité, parce qu’ils ne peuvent s’imaginer finir en enfer. D’autres se disent : « ce n’est peut être pas aussi précis et Dieu dans sa grande miséricorde me pardonnera et m’offrira quand même les clefs de son Royaume céleste ». Quoiqu’il en soit, il n’y a pas 2 vérités mais bien une seule et elle est tranchante et ferme. Voilà pourquoi si ce que vous venez de découvrir vous touche profondément le coeur, remettez-vous entre les mains de Christ. Si vous répondez à son appel, c’est que vous êtes sensible à son appel divin, c’est que vous êtes au carrefour de la repentance, au pieds de la croix pour marcher dans le renoncement et que vous êtes prêt à porter votre croix.


Cette situation, je l’ai vécue et je peux dire que jamais de ma vie je ne pensais connaitre un tel bonheur, celui d’être libéré de mon péché et de découvrir l’amour pur du Seigneur. L’adoption est la plus précieuse des choses qui me soit arrivée. Être adopté par Dieu et devenir son enfant est plus qu’un honneur, c’est un trésor offert pour toujours. Ces quelques lignes vous ont touché et vous souhaitez à votre tour connaitre ce que votre nature charnelle est incapable de connaitre, vous désirez au plus profond de vous même, être libéré du mal qui vous habite et vivre une vie nouvelle rempli de son amour. Vous criez à Dieu votre engagement total pour suivre Jésus afin de vivre par la foi avec une espérance à transmettre à votre prochain, vous ne supportez plus votre esprit religieux et vos oeuvres charnelles et vous avez soif de contempler en vous les oeuvres de Christ. Vous avez ce désir profond de vous plonger dans les bras de l’Amour pour voler vers la lumière céleste, votre coeur s’ouvre pour que chacun de ses battements vous enveloppent dans les bras de Jésus. Vous avez l’intime conviction que votre vie sans lui est une vie de perdition et de douleurs, alors c’est le temps de vous humilier devant sa face, de percer le sac de vos iniquités, de crier votre souffrance de connaitre la consolation, la guérison. C’est le temps de vous réconcilier avec votre Père céleste, c’est le temps de dire : « moi c’est fini, je me donne à toi comme tu t’es donné totalement pour me sauver ». C’est le temps de la réconciliaiton et de la rencontre avec le Père, c’est le temps du regard dans une pluie de larmes, qui sonne la fin d’une vie de ténèbres pour la vraie vie, celle de l’Esprit qui offre l’Eternité dans un havre de Paix et d’Amour. Oui, c’est le temps de tout lâcher et de l'adorer. C’est le temps de l’envol vers les verts pâturages et les eaux paisibles, c’est le temps qui n’a plus de temps pour découvrir ce que l’homme est incapable de connaitre par lui-même, la vraie vie ! Là où règne le Roi des rois, là où coule le lait et le miel, là où le mal n’a plus sa place et que la présence de Dieu illumine de toute sa splendeur.


La Bible nous parle du retour de Jésus, du messie qui va établir son royaume sur terre après le grand chaos qui s’en vient. Les évènements que nous vivons actuellement ont été révélés il y a des siècles par les prophéties bibliques. Je ne peux développer le détail de tous cela dans ces quelques lignes et je vous invite à les découvrir ou les relire dans les textes prophétiques de la Parole de Dieu. Le monde vit dans un désordre récurrent et croissant. En voulant contrôler la terre, la nature et les âmes humaines, ceux qui se disent les élites, les puissants et qui gouvernent le monde, s’enfoncent dans une voie qui mène de façon inévitable au grand chaos annoncé. On ne défie pas Dieu ! Mes amis, ce constat est la conséquence du péché et rien que du péché sous l’emprise du diable qui s’acharne à vouloir détruire la création. Condamnez qui il est, il n’a qu’un objectif, en emmener le plus possible avec lui dans la géhenne. Chaque jour la violence, les guerres, la famine, les pénuries, l’inflation galopante, les catastrophes naturelles, les lois liberticides, la destruction des valeurs, le racisme, le communautarisme, les épidémies, l’immigration, l’avortement, ma pédophilie, la grande pauvreté, l’intelligence artificielle, la dématérialisation, les réseaux sociaux, la censure, le mondialisme libéral, les dictatures, l’anarchie ambiante, les zones de non droit, la drogue, le sexe, les abus de pouvoir, les infanticides, les féminicides et la liste pourrait s’étendre à n’en plus finir, sont le lot d’une information qui détruit à petit feu les âmes pour les rendre esclaves du péché et des puissants de ce monde devenus fous. Même l’école est touché de plein fouet avec une idéologie Wokiste qui s’en vient. La conséquence de tout cela est le péché !


La seule façon d’en sortir et de vivre une autre vie, ce n’est pas de croire en un Dieu, en un faux Jésus. C’est de rencontrer le véritable, celui qui il y a plus de 2000 ans a été crucifié à la croix pour nos péchés et ressuscité pour nous permettre de recevoir le salut et la vie Eternelle dans le royaume céleste. L’avenir de notre âme est entre ses mains, pas entre vos mains. En écrivant ces quelques lignes, je me dis : « Quel soulagement d’être sorti de ce monde de dingue qui me rendait esclave et qui nourrissait mes peurs, mes doutes, mes angoisses et la vison d’un avenir mortel ». Nous avons en Jésus la réponse pour fuir et passer de l’autre coté du fleuve, sur l’autre rive, celle ou règne l’amour et la paix. Jésus est le chemin la vérité et la vie il n’y a pas d’autre porte qui mène au salut. Pour cela il nous faut nous repentir, renoncer et porter notre croix afin de suivre ses pas. Alors une vie nouvelle sera offerte pour glorifier le créateur et recevoir son héritage divin. Car la parole de Dieu est précise sur ce point.


Psaume 37:3 à 6

Confie-toi en l’Eternel, et pratique le bien ; Aie le pays pour demeure et la fidélité pour pâture. Fais de l’Eternel tes délices, Et il te donnera ce que ton cœur désire. Recommande ton sort à l’Eternel, Mets en lui ta confiance, et il agira.Il fera paraître ta justice comme la lumière, Et ton droit comme le soleil à son midi.


Matthieu 6:33 à 34

Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données par-dessus. Ne vous inquiétez donc pas du lendemain ; car le lendemain aura soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine.


Psaume 23

Cantique de David. L’Eternel est mon berger : je ne manquerai de rien.Il me fait reposer dans de verts pâturages, Il me dirige près des eaux paisibles.Il restaure mon âme, Il me conduit dans les sentiers de la justice, A cause de son nom.Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort, Je ne crains aucun mal, car tu es avec moi : Ta houlette et ton bâton me rassurent.Tu dresses devant moi une table, En face de mes adversaires ; Tu oins d’huile ma tête, Et ma coupe déborde.Oui, le bonheur et la grâce m’accompagneront Tous les jours de ma vie, Et j’habiterai dans la maison de l’Eternel Jusqu’à la fin de mes jours.


Psaume 91

Celui qui demeure sous l’abri du Très-Haut Repose à l’ombre du Tout Puissant.Je dis à l’Eternel : Mon refuge et ma forteresse, Mon Dieu en qui je me confie ! Car c’est lui qui te délivre du filet de l’oiseleur, De la peste et de ses ravages. Il te couvrira de ses plumes, Et tu trouveras un refuge sous ses ailes ; Sa fidélité est un bouclier et une cuirasse. Tu ne craindras ni les terreurs de la nuit, Ni la flèche qui vole de jour, Ni la peste qui marche dans les ténèbres, Ni la contagion qui frappe en plein midi.Que mille tombent à ton côté, Et dix mille à ta droite, Tu ne seras pas atteint ; De tes yeux seulement tu regarderas, Et tu verras la rétribution des méchants. Car tu es mon refuge, ô Eternel ! Tu fais du Très-Haut ta retraite.Aucun malheur ne t’arrivera, Aucun fléau n’approchera de ta tente. Car il ordonnera à ses anges De te garder dans toutes tes voies ; Ils te porteront sur les mains, De peur que ton pied ne heurte contre une pierre. Tu marcheras sur le lion et sur l’aspic, Tu fouleras le lionceau et le dragon. Puisqu’il m’aime, je le délivrerai ; Je le protégerai, puisqu’il connaît mon nom. Il m’invoquera, et je lui répondrai ; Je serai avec lui dans la détresse, Je le délivrerai et je le glorifierai.Je le rassasierai de longs jours, Et je lui ferai voir mon salut.



Nous terminerons par l’assurance de notre salut éternel pour les vrais chrétiens, nés de nouveau

Jean 10:14-18 et 27-30

Je suis le bon berger. Je connais mes brebis, et elles me connaissent, comme le Père me connaît et comme je connais le Père ; et je donne ma vie pour mes brebis.J’ai encore d’autres brebis, qui ne sont pas de cette bergerie ; celles-là, il faut que je les amène ; elles entendront ma voix, et il y aura un seul troupeau, un seul berger.Le Père m’aime, parce que je donne ma vie, afin de la reprendre. Personne ne me l’ôte, mais je la donne de moi-même ; j’ai le pouvoir de la donner, et j’ai le pouvoir de la reprendre : tel est l’ordre que j’ai reçu de mon Père.Mes brebis entendent ma voix ; je les connais, et elles me suivent. Je leur donne la vie éternelle ; et elles ne périront jamais, et personne ne les ravira de ma main. Mon Père, qui me les a données, est plus grand que tous ; et personne ne peut les ravir de la main de mon Père. Moi et le Père nous sommes un.


La Bible est la Parole de Dieu, c’est la parole qui sort de la bouche de notre créateur, la parole qui est la racine de ce que nous sommes en tant qu’humain et nous ne pouvions que conclure par elle. Elle est la Vérité, pas une vérité mais la vérité et le seul chemin qui conduit au salut.




***




Je remercie mon épouse Laetitia pour avoir et être toujours un phare qui me guide afin de persévérer dans les pas de Jésus, je remercie mes frères John MacArthur, Paul Washer, qui sont des guides tellement précieux, notre merveilleux Charles Spurgeon, qui nous exhorte sur l’excellence de la Parole de Dieu,

Mes frères et soeurs qui depuis 27 ans m’accompagnent sur le chemin, André Benzi qui a été un soutien précieux dans les moments les plus dramatiques et qui a rejoint notre Seigneur, Daniel et Rose-Marie Lhermenault mon premier couple pastoral, qui a été le premier éclairage vers Jésus, Jean-yves et Michelle Dauger qui m’ont apporté la saveur de la discipline et de l’obéissance avec tellement d’amour.


Que le Seigneur bénisse cette merveilleuse famille pour l’Eternité !



L. GILMAN

,

256 vues

Comentários

Avaliado com 0 de 5 estrelas.
Ainda sem avaliações

Adicione uma avaliação
bottom of page