top of page

HEUREUX LES MISÉRICORDIEUX



La miséricorde est la générosité, la tendresse du cœur et la bonté de l’âme qui pousse à soulager les souffrances d’autrui. Elle est l’une des caractéristiques des enfants de Dieu, car Dieu lui-même est « riche en miséricorde » (Ép 2.4). Les Écritures sont pleines de descriptions de la miséricorde de Dieu, dont les « compassions ne prennent pas fin » (La 3.22). Il s’est révélé à Moïse comme « l’Éternel, Dieu compatissant et qui fait grâce » (Ex 34.6). La grâce de Dieu est une bonté manifestée à l’égard de ceux qui sont coupables et méritent d’être punis, et la miséricorde est une bonté manifestée à l’égard de ceux qui souffrent. Elle est semblable à la pitié, et ceux qui sont les « heureux » de Dieu sont marqués par un cœur de miséricorde envers ceux qui souffrent et ont besoin de soulagement et de réconfort.


D’où vient un cœur miséricordieux ? Par nature, notre cœur est généralement égocentrique et dur envers les autres. Les besoins de ceux qui souffrent ne nous touchent pas naturellement comme ils le devraient. Ceux qui n’ont pas fait l’expérience de la grâce salvatrice de Dieu peuvent effectivement ressentir et exprimer un type de miséricorde envers les autres, mais il existe un type de miséricorde profond et durable qui n’est connu que dans les cœurs de ceux qui sont les heureux élus de Dieu.


Ceux dont la vie est marquée par un cœur de miséricorde profond et constant sont façonnés ainsi en expérimentant la miséricorde de la nouvelle naissance. C’est « selon sa grande miséricorde » que Dieu « nous a fait naître de nouveau » (1 Pi 1.3). La miséricorde salvatrice de Dieu donne naissance à un peuple transformé qui, à son tour, reflète cette miséricorde aux autres. La miséricorde engendre la miséricorde dans le cœur du peuple de Dieu, qui à son tour reflète l’œuvre surnaturelle de Dieu par des actes de miséricorde envers les autres.


C’est en réfléchissant aux miséricordes de Dieu que les enfants de Dieu peuvent cultiver et développer un cœur de miséricorde. C’est une leçon d’humilité pour les enfants de Dieu que de réfléchir à l’état de péché et de misère dans lequel nous sommes naturellement nés en tant que pécheurs. C’est une leçon d’humilité encore plus grande que de réfléchir aux miséricordes de Dieu qui ont été déversées sur nous grâce à Christ. Nous étions dans un état pitoyable, et Dieu a eu pitié de nous. Ne devrions-nous pas faire de même avec les autres ? « Soyez miséricordieux, comme votre Père est miséricordieux » (Lu 6.36).


Ceux qui n’ont pas la miséricorde de Dieu dans leur cœur ne peuvent pas s’attendre à recevoir la miséricorde de Dieu au dernier jour. Tel est le sens de la parabole du serviteur non miséricordieux dans Matthieu 18.23-35. Après avoir refusé de faire preuve de miséricorde envers son compagnon de service, le serviteur impitoyable a été réprimandé par son maître : « Ne devais-tu pas, toi aussi, avoir pitié de ton compagnon comme j’ai eu pitié de toi ? » (v. 33) Faire l’expérience de la miséricorde de Dieu exige que nous fassions preuve de miséricorde en retour. Ceux qui sont typiquement non miséricordieux montrent qu’ils n’ont pas reçu la miséricorde qui vient de Christ dans l’Évangile.


Ceux qui ont un cœur de miséricorde démontrent qu’ils ont reçu la miséricorde de Dieu. Une fois que quelqu’un fait l’expérience de la miséricorde de Dieu, la miséricorde de Dieu restera sur lui pour toujours, et il montrera que la miséricorde de Dieu est sur lui en étant miséricordieux envers les autres. La promesse d’une miséricorde future – « ils obtiendront miséricorde ! » – est un fondement sûr pour la déclaration que la personne qui est ainsi est « heureuse ». Quel plus grand bonheur pourrait-il y avoir que de savoir que la miséricorde de Dieu reposera sur vous pour toujours ?

76 vues

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page