Rechercher

J'AVAIS PEUR DE PERDRE MON ÉPOUSE À CAUSE DE CHRIST !



Pour l’avoir vécu en tant qu’homme, j’avais l’impression que Jésus était devenu un concurrent, il prenait toute la place dans le coeur de mon épouse et cela me rendait fou parfois. Je voyais comment elle agissait avec Lui et je comparais lamentablement cela à notre relation tellement creuse et hypocrite. Lui était son tout et moi son boulet ! Jésus devenait mon ennemi ! Alors que dans le même temps je le priais.


Quel étrange sentiment, dans une perception voilée et diabolique !


J’aimais mon épouse et je ne souhaitais surtout pas la perdre au fond de moi, mais comme j’étais incapable de vivre une relation comme celle qu’elle vivait avec Christ, j’avais cette terrible impression de vivre à 3, en étant le maillon faible. J’étais le vilain petit canard qui n’était pas à la hauteur de son grand amour, Jésus ! Notre relation ne pouvait se croiser et le fossé se creusait de plus en plus. C’était infernal de silence, de non-dits et de fausses relations !


Dans un tel cas, la nature de l’homme le pousse à rentrer en lui-même, à désirer s’isoler à la fois physiquement et mentalement. Il se sent trompé sans l’être, puisque Jésus n’est pas un homme et c’est en cela qu’il se dit : " Si je ne vis pas une foi et une consécration en Jésus comme ma femme, c’est fichu ! Et pourtant je ne désire pas la quitter ! " Le piège se referme alors sur lui-même, étant incapable par ses propres forces de changer. La souffrance souterraine est très forte, mais inexprimable car insolvable ! Cela se traduit par une séparation des âmes tout en restant unis physiquement.


L’homme que j’étais se dit au plus profond de lui, sans pouvoir l’avouer (puisqu’il veut rester avec son épouse) que c’est impossible, mais qu’en même temps il faut quand même assurer, car les sentiments ne sont pas décrochés !


La clef dans cette situation n’est pas naturelle mais spirituelle, elle n’est pas dans le ressenti de l’un ou de l’autre ! La clef n’est pas dans la relation entre époux, mais dans la relation de chaque époux avec Dieu. La clef est dans l’amour et la puissance de Christ. Elle est à la croix en Christ crucifié !


Lorsque mon épouse, épuisée par notre relation creuse et hypocrite a décidé de quitter le foyer pour souffler et se mettre au vert devant Dieu, j’ai d’abord pris cela comme l’ultime coup de poignard donné à la pauvre victime que je pensais être. Puis très vite, la troisième personne dont je parlais, Christ, s’est penché vers moi pour me dire :

" Penses-tu que je sois la personne qui désire diviser les couples ? Penses-tu que je sois un briseur de mariage ? Penses-tu que mon désir soit de n’aimer que ton épouse et de te laisser pour compte ? N’ai-je pas été trahi, humilié, abandonné, persécuté et pour qui l’ai-je été ? Pour toi Daniel !

Et ma réaction a-t-elle été de te laisser sur la route de la détresse et du découragement ? Non, au contraire, j’ai réalisé l’irréalisable, je suis venu te sauver en t’accordant ma Grâce ! Le Père t’a adopté et il t’offre ce que Laetitia vit ! Le même amour parce qu’il ne fait aucune différence entre ses enfants.

Car Daniel, tu n’avais pas compris le mystère du bonheur, qui est celui de ne pouvoir compter sur ton conjoint pour remplir ton besoin d’amour, de cet amour qui dépasse ce qu’aucune femme ne peut offrir : L’amour de Christ ! Pas celui qui est humain et qui veut recevoir, mais celui qui est divin et qui ne sait que donner ! Ta femme n’est pas le problème, elle est l’ange placé sur ta route pour t’offrir l’Amour de Dieu dans l’unité d’un couple en Christ où vous n’êtes plus à 3 mais où vous ne faites plus qu’un !"


J’ai alors compris que le problème ce n’était pas mon épouse. Ce que j’interprétais comme un rejet de sa part, n’était que le rejet de l’Amour, puisque je rejetais Christ en le prenant comme un concurrent et un diviseur.


J’ai compris que je devais me détacher complètement de ce soi disant amour égoïste du tout recevoir, pour m’attacher tout aussi complètement à la robe pure et Sainte de Jésus !


J’ai compris que mon combat avec mon épouse n’était que le paravant de mon combat avec Dieu en refusant de lui laisser toute la place et de recevoir l’amour qui m’ouvrirait les yeux pour l’aimer et la conduire vers la Sainteté !


J’ai alors compris que jamais je n’aimais autant mon épouse que lorsque j’adorais Jésus et que sa parole serait pour moi le brisement de tout mon rejet et ma détresse amoureuse !


Maris, aimez vos femmes, comme Christ a aimé l’Eglise, et s’est livré lui–même pour elle, afin de la sanctifier par la parole, après l’avoir purifiée par le baptême d’eau, afin de faire paraître devant lui cette Eglise glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible. C’est ainsi que les maris doivent aimer leurs femmes comme leurs propres corps. Celui qui aime sa femme s’aime lui–même. Car jamais personne n’a haï sa propre chair ; mais il la nourrit et en prend soin, comme Christ le fait pour l’Eglise, parce que nous sommes membres de son corps. C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et les deux deviendront une seule chair. Ce mystère est grand ; je dis cela par rapport à Christ et à l’Eglise. Du reste, que chacun de vous aime sa femme comme lui–même, et que la femme respecte son mari. Ephésiens 5 v 25 à 33


Mais alors, pourquoi ai-je compris ce que je ne comprenais pas auparavant ?


La parole de Dieu nous précise la chose suivante :

Nous savons, du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein. Car ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son Fils, afin que son Fils fût le premier–né entre plusieurs frères. Et ceux qu’il a prédestinés, il les a aussi appelés ; et ceux qu’il a appelés, il les a aussi justifiés ; et ceux qu’il a justifiés, il les a aussi glorifiés. Que dirons–nous donc à l’égard de ces choses ? Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ? Romains 8 v 28 à 31


Il y a eu plusieurs étapes pour en arriver au sauvetage définitif de notre couple !


  • Dans sa souveraineté Jésus m’avait choisi !

Sans le savoir réellement, nous venons de le lire, J’étais prédestiné, appelé, et justifié ! Mon nom était inscrit sur le livre de vie !

  • Les prières de Laetitia ont été exaucées !

Mon épouse a été une source de persévérance dans la prière afin que Jésus touche mon âme pour que je le rejoigne totalement et en finisse avec ce rejet ! Elle pria sans cesse pour la repentance et l’engagement de son mari !!!!

  • Jésus l’a fait !

Le Seigneur a exaucé les prières de Laetitia et m’a conduit à ses pieds dans un état de repentance total qui a complètement transformé ma vie. Ma relation verticale avec Christ définit maintenant toute la relation horizontale avec Laetitia.

Alors la grande question se pose peut-être pour vous :


« Ce que vous avez vécu, c’est votre histoire. Mais en sera-t-il de même pour nous, vu la situation ? »


Jésus a dit un jour que l’argent n’était pas un problème, c’est l’amour de l’argent qui l’est ! Le Seigneur invite à être détaché du moyen car cela nous rend esclave de ce même moyen. La libération est de ne pas focaliser sur le moyen (ici Le conjoint réfractaire), mais sur Christ ! De ne pas regarder aux réactions du conjoint, mais à l’attitude de Christ ! De ne pas créer notre propre foi, mais de nous en remettre à notre foi en Christ ! C’est facile à dire mais très dur à vivre !


Alors quand cela devient trop difficile, Jésus nous fait agir !


Mon épouse était épuisée, elle voulait tout quitter, non par désir mais par épuisement, car ses forces la lâchaient. Elle ne pouvait plus supporter ce mur de séparation insoutenable et dans une dernière foulée de foi, elle demanda à Christ de briser ce mur des lamentations, parce qu’elle n’avait plus d’autre choix que de fuir.

Elle a fui pour le meilleur et pas pour le pire ! Mais sa fuite n’était pas dans un lieu sans vie, non elle a fui dans les bras de son sauveur et Seigneur ! Elle a fui pour crier « sauve-moi, sauve-nous, je n’en peux plus ! »


( voir vidéo de son témoignage)


La bible nous précise que Christ ne nous fait pas aller au delà de ce que l’on peut supporter et le miracle s’est produit !

Pour conclure


La vie d’un enfant de Dieu est une marche sur un chemin ou de nombreux obstacles nous barrent la route. Mais aucun de ces obstacles n’est insurmontable pour Dieu, parce qu’il est le tout puissant. Notre conjoint est parfois l’un de ces obstacles, mais comme pour les autres obstacles qui sont pour nous insurmontables, pour Dieu ils ne sont que des plumes à soulever. Ce qu’il faut retenir dans ce cas, c’est que rien n’est impossible au Seigneur, que nous avons le privilège d’être sauvés et justifiés et que nous avons la plus belle des missions, celle d’être des témoins de l’amour de Dieu pour notre conjoint, quelle que soit la réaction de celui-ci. Dans le monde, le divorce est la solution à l’incompatibilité ! Pour un enfant de Dieu l’incompatibilité est une fatalité qu’il rejette par sa Foi et sa loyauté envers le Seigneur !


Alors oui c’est difficile ! Et c’est parce que c’est difficile que l’Amour de Dieu jaillit à grandes eaux !

Aimer c’est faire comme mon épouse, se donner pour sauver son époux !


Que cette exhortation puisse vous bénir et vous faire connaitre l’amour et la puissance de Christ !


Daniel GILMAN

#couples #épreuves

144 vues