top of page

LA BEAUTÉ DE LA CRÉATION ET CE QUE L'HOMME EN FAIT



Je contemple le ciel et soudain, je ressens l’immense Amour de Dieu pour nous qui, depuis des siècles, sans fin nous éclaire de son bleu pur par sa lampe divine qu’est le soleil, afin de nous procurer tout ce dont nous avons besoin en température, en vitamine, en lumière et surtout en eau, avec la formation de millions de nuages chaque jour, qui sont les réservoirs célestes de la vie.


Je contemple la mer et soudain, je ressens l’immense Amour de Dieu pour nous qui, depuis des siècles, sans fin fait aller la marée d’une côte à l’autre, en multipliant à l’infini les poissons pour nous nourrir. Elle est aussi productrice de nuages et de rafraîchissement pour le plaisir de nous y plonger. Elle couvre la plus grande surface de la planète afin de nous entourer de sa richesse et de sa vie.


Je contemple la terre et soudain, je ressens l’immense Amour de Dieu pour nous qui, depuis des siècles, sans fin la renouvelle sans cesse par son sol, si riche de millions de champs, cultivant les éléments naturels pour alimenter nos corps en nourriture végétale et animale, parfumé de forêts majestueuses, d’arbres et d’espèces en fleurs qui procurent l’oxygène indispensable à la vie.


Je contemple les animaux et soudain, je ressens l’immense Amour de Dieu pour nous qui, depuis des siècles, sans fin sont des acteurs indispensables à la bio-diversité qui régit l’équilibre terrestre pour que la nature et l’homme soient les meilleurs amis du monde et puissent profiter et jouir de tout ce que Dieu a créé pour ses créatures.


Je contemple chaque matin depuis ma naissance, la ponctualité, la loyauté, la fidélité et l’Amour de Dieu en ce qui concerne le ciel, la mer, la terre et les animaux et chaque matin il reste le même ; et le produit de sa création nous est offert, sans jamais être restreint ou freiné par quoi que ce soit. Le ciel, la mer, la terre, les animaux sont l’expression de son Amour et de sa puissance pour les êtres de ce monde infiniment petits qui sont dans la main de l’infiniment grand.


Et puis je contemple l’homme qui reçoit cet Amour inconditionnel, cette manne céleste, ce trésor de vie sans fin. Mais qu'en fait-il ?

Un ciel infecté de satellites espions, un ciel qui fait voler des avions dans le but de larguer des bombes sur des populations, un ciel qui devient le centre d’un contrôle mondial sur les peuples, un ciel que l’on cherche à exploiter au profit de multi-nationales pour diriger le monde.


Une mer que l’on pille de toutes ses richesses par une pêche incontrôlée, que l’on transforme et défigure en centrale énergétique, que l’on utilise comme poubelle, que l’on pollue par un traffic au pouvoir du consumérisme, que l’on privatise avec des côtes à péage, que l’on s’approprie pour un accès géopolitique.


Une terre que l’on dépouille de ses richesses vendues à un prix exorbitant, les forêts que l’on rase, les cultures que l’on modifie, le traitement des sols avec des produits hyper toxiques, l’urbanisation qui détruit la faune, les guerres incessantes afin de posséder le pays qui détient la richesse qui ne lui appartient pas (puisqu’elle est naturelle), la pollution industrielle qui infecte l’eau et les terres, l’implantation d’éoliennes qui défigurent les paysages, l’assèchement de régions complètes, la production de produits toxiques que l’on enfouit dans la terre et qui ne se désagrègent pas, sans parler de ce qui arriverait en larguant à nouveau du nucléaire.


Les animaux que l’on recense depuis des années en extinction de races malheureusement, que l’on chasse pour en vendre une partie, que l’on produit avec des éléments artificiels pour une hyper consommation, que l’on extermine, que l’on maltraite, que l’on torture, que l’on exploite à des fins commerciales.


Dernièrement je suis allé au cimetière et de l’homme ne restait que des tombes de marbre, de béton et même de terre. Je frappais sur l’une des tombes, mais rien n’en sortait, la mort avait englouti le corps du défunt.


C’est alors que mes yeux se sont tournés vers le ciel, vers la mer, vers la terre et les animaux et là je fus à nouveau saisi d’amour parce que rien n’avait changé et ne changerait jamais. Dieu, une fois encore, comme chaque jour depuis la création du monde, faisait tomber sa manne céleste pour l’humanité et m’offrait son Amour et l’espérance d’une vie qui ne s’arrête pas dans une tombe de marbre. Il ne cessera jamais de m’aimer et de me combler dans son Royaume.


Dieu, par cet amour visible et infini, me parlait en m’invitant à prendre le train de la foi, de l’amour, de la vie et à laisser celui de la mort aller droit dans le mur. Dieu est Amour, mais l’homme sans le reconnaitre est une bête féroce, destructrice, coupable de renier celui qui l’a créé et qui pourtant depuis des siècles ne cesse de lui dire qu’il pourvoit à tous ses besoins, car chaque jour la manne céleste tombe sur la terre pour rendre l’homme heureux.


J’ai appris que Dieu, LUI, ne change pas et qu’il nous comble de son amour chaque jour. J’ai appris que l’homme dépravé, impie, athée, cherche chaque jour son profit en n'hésitant pas à dépouiller son prochain et à se servir des richesses de Dieu pour nourrir son infâme égo, allant jusqu’au prix du sang !


Alors ce matin, comme chaque jour, Oh mon Dieu, je m’attend à ta manne céleste et je glorifie ton Saint Nom, car je sais que ce n’est pas la tombe de marbre qui sera ma destination, mais la vie éternelle auprès de toi ! Car si le corps retourne à la terre, mon âme, elle, est entre tes mains !


Daniel Gilman

74 vues

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page