Rechercher

La peste dans la Bible, représente toutes les maladies à la fois contagieuses et mortelles.


C’est le mot « deber » דבר qui veut dire « peste, fléau » il vient du mot « dabar » dans le sens de détruire, c’est une menace, un avertissement au danger.


Le Seigneur nous parle de la peste dans sa Parole. cependant, il est important de préciser qu'il nous dit que si nous demeurons en lui, nous n’avons pas à la craindre, car il en nous délivre. C’est à dire qu’il nous saisit et nous en éloigne afin que nous ne soyons pas touchés par les ravages qu’elle pourrait causer sur notre corps. Ps 91:3 Car c’est lui qui te délivre du filet de l’oiseleur, De la peste et de ses ravages.


La peste est avant tout sournoise parce qu’elle se cache, elle n’est pas visible. Le verset 6 du même psaume nous dit qu’elle marche dans l’obscurité, on ne peut la voir, elle surprend ses victimes à l’improviste. Mais lorsqu’elle frappe, elle se répand comme une fumée et le fait au grand jour, avec toute la férocité qu’elle peut contenir.


Nous voyons dans l’histoire humaine que la peste est un fléau et que Dieu l'a envoyée à plusieurs reprises :

  • Aux espions qui avaient exploré Canaan et murmuré à leur retour contre l’Eternel. Dieu les a frappés d’une grand plaie et ils en moururent.

Nb 14:36-37 Les hommes que Moïse avait envoyés pour explorer le pays, et qui, à leur retour, avaient fait murmurer contre lui toute l’assemblée, en décriant le pays ; ces hommes, qui avaient décrié le pays, moururent frappés d’une plaie devant l’Eternel.


  • Au peuple d’Israël à cause du recensement que David avait fait de sa propre initiative

2 Sam 24:15 L’Eternel envoya la peste en Israël, depuis le matin jusqu’au temps fixé ; et, de Dan à Beer–Schéba, il mourut soixante–dix mille hommes parmi le peuple.


Comme son nom l'indique, la peste est un fléau que Dieu envoie et non une maladie qui arrive par hasard. Mais ce fléau n’est pas destiné à toucher les enfants de Dieu, il est dirigé vers ceux qui lui résistent afin de leur exprimer sa colère.


Dans le désert, un serpent d’airain a du être érigé afin de sauver le peuple d’un fléau envoyé par l’Éternel pour l’éliminer Nb 21:6 Alors l’Eternel envoya contre le peuple des serpents brûlants ; ils mordirent le peuple, et il mourut beaucoup de gens en Israël.


Ce serpent était la représentation du sacrifice de Jésus pour le salut des âmes. Quiconque regardait à lui était sauvé Nb 21:9 Moïse fit un serpent d’airain, et le plaça sur une perche ; et quiconque avait été mordu par un serpent, et regardait le serpent d’airain, conservait la vie.

De la même manière, aujourd’hui quiconque regarde à Christ ne perdra pas la vie à cause d’un fléau infligé par le très haut.

Nous ne devons jamais perdre de vue que toute l’histoire du peuple hébreu nous a été donnée afin que cela nous serve d’exemple et d’avertissement 1 Cor 10:6 Or, ces choses sont arrivées pour nous servir d’exemples, afin que nous n’ayons pas de mauvais désirs, comme ils en ont eu.


Nous sommes à la fin des temps et nous savons que la colère de Dieu agit déjà sur la terre, car Dieu est en train de juger d’abord sa maison avant de mettre un terme final à la folie des nations. Dans sa souveraineté, Dieu accomplit ce qu’il a prévu depuis toute éternité et ceux qui ne fixeront pas leur regard vers Christ seront frappés par sa main puissante. Le monde est averti et dans sa patience, Dieu envoie encore et encore des signaux afin que les hommes se repentent et reconnaissent qu’ils ont besoin d’un sauveur. Seul le serpent d’airain, qui est Jésus, peut les sauver des fléaux présents et de ceux à venir.


Dieu a prévenu que dans les temps de la fin, des fléaux surgiront de sa part, et en particulier des pestes. Alors, une question se pose : pourquoi certains chrétiens ont-ils peur d’un virus ?


Que nous dit la Parole ?

Ps 91:5-7 Tu ne craindras ni les terreurs de la nuit, Ni la flèche qui vole de jour, Ni la peste qui marche dans les ténèbres, Ni la contagion qui frappe en plein midi. Que mille tombent à ton côté, Et dix mille à ta droite, Tu ne seras pas atteint ;

Jb 5:19 Six fois il te délivrera de l’angoisse, Et sept fois le mal ne t’atteindra pas.


Comme ce fut le cas pour le peuple hébreu en Egypte, un enfant de Dieu devrait croire que l’ange de la mort ne pénétrera pas dans sa maison parce qu’il est protégé par le sang de l’agneau. Ex 12:13 Le sang vous servira de signe sur les maisons où vous serez ; je verrai le sang, et je passerai par–dessus vous, et il n’y aura point de plaie qui vous détruise, quand je frapperai le pays d’Egypte.


Nous ne devons pas confondre maladie et fléau. Si la maladie peut toucher un chrétien, en revanche un fléau ne le peut pas.

Ps 91:7 Que mille tombent à ton côté, Et dix mille à ta droite, Tu ne seras pas atteint ;

Ps 91:10 Aucun malheur ne t’arrivera, Aucun fléau n’approchera de ta tente.


Dieu protège tous ces enfants, il ne leur demande qu’une seule chose : « Regardez à moi ! » Ps 91:14 Puisqu’il m’aime, je le délivrerai ; Je le protégerai, puisqu’il connaît mon nom.


Se faire vacciner n’est pas un péché, il met par contre en évidence le manque de foi en Dieu et surtout la méconnaissance de qui il est.

Beaucoup prétendent que Dieu les protégera du venin mortel qui pourrait être contenu dans le vaccin, et ils le disent pour se rassurer parce qu’au fond d’eux, ils ont un doute sur ses bienfaits. De plus, le vaccin met en évidence avant toute chose la peur de mourir. Paul ne dit-il pas qu’il est plus avantageux pour lui de rejoindre le Seigneur ? Php 1:21-23 car Christ est ma vie, et la mort m’est un gain. Mais s’il est utile pour mon œuvre que je vive dans la chair, je ne saurais dire ce que je dois préférer. Je suis pressé des deux côtés : j’ai le désir de m’en aller et d’être avec Christ, ce qui de beaucoup est le meilleur ;


Comment se comportait Jésus face aux lépreux ? Il les approchait sans aucune crainte, car il remettait sa confiance en Dieu Le Père. Ne sommes-nous pas appelés à l'imiter ?

Mat 8:3 Jésus étendit la main, le toucha, et dit : Je le veux, sois pur. Aussitôt il fut purifié de sa lèpre.


Charles Spurgeon, le grand prédicateur du 19 siècle, visitait les malades en pleine pandémie de choléra, et jamais il n’a été atteint par la maladie.


Les vaccins peuvent être un remède pour l’homme, c’est un fait, mais ils le sont réellement lorsqu’ils ont d’abord fait leurs preuves pendant de très longues années. Beaucoup d’entre eux ont été stoppés en phase d'expérimentation, à cause des effets néfastes et graves qu’ils ont déclenchés. Pourquoi risquer de se faire injecter un produit qui pourrait avoir de graves conséquences à plus ou moins long terme, lorsque l’on sait que Dieu protège ses enfants de la peste et des ravages. Avons-nous si peu de foi ? Avons-nous besoin d’un plan B (le vaccin), à cause de notre incrédulité ? Dieu ne ment pas, c’est un Dieu de vérité, un Dieu qui tient toutes ses promesses. Il a la vie de chacun de ses créatures entre ses mains, et c’est lui qui en a fixé le nombre de jours bien avant la fondation du monde. De quoi aurions-nous peur ?

C’est lui qui ordonne, c’est lui qui décide, c’est lui qui abaisse, c’est lui qui élève. Il est le Maitre et il règne ! Faisons-lui confiance et ne nous inquiétons DE RIEN ! Absolument de rien et surtout pas d’un tout petit virus. Dieu est grand, il est souverain et il protège ceux qui lui appartiennent.

Laetitia Gilman




233 vues