top of page

LE CHRISTIANISME N'EST PAS UNE RELIGION, C'EST UNE RELATION



Le mot religion est devenu péjoratif dans les chaires de trop de prédicateurs, et il s’est également répandu sur les bancs. Les évangélistes et les dirigeants d’églises bien intentionnés sont prêts à travailler dur et longtemps pour présenter la religion comme une camisole de force de règles et de règlements. La voie du Christ est alors présentée comme une nouvelle alternative à la méchanceté de la religion . De tels efforts reposent davantage sur le désir d’effacer les perceptions négatives que sur une représentation précise.

Cela n’est nulle part plus évident que dans le cliché chrétien couramment utilisé : « Le christianisme n’est pas une religion, c’est une relation ».



Trouver la religion


Vous n’êtes pas obligé de frapper aux portes, de vous raser la tête, d’éviter la viande ou de faire du vélo de montagne en portant une cravate pour être « religieux ». Un groupe de personnes adhérant à un ensemble particulier de croyances et de pratiques est considéré comme une religion. En ce sens, tout le monde est religieux d’une manière ou d’une autre. Les athées sont bien plus religieux que rationnels quant à leur incrédulité, insistant sur le fait que rien n’a tout créé. Les fanatiques du sport idolâtrent leurs joueurs préférés et assistent à chaque représentation. Les guitaristes épiques sont vénérés par leurs fans comme des dieux du rock. Et de grands groupes de personnes « irréligieuses » ordinaires consacrent leurs journées à leurs appareils électroniques.  

Ne vous laissez pas tromper. Vous êtes religieux même si vous niez religieusement que vous êtes religieux. La question cruciale est de savoir si la religion à laquelle vous adhérez est vraie ou fausse. Votre religion honore-t-elle Dieu ou l’offense-t-elle ? L’Écriture éclaire ce sujet en définissant une religion pure et reflétant une relation juste avec Dieu : « La religion pure et sans souillure aux yeux de notre Dieu et Père est la suivante : visiter les orphelins et les veuves dans leur détresse, et se garder soi-même. non taché par le monde » (Jacques 1:27). Dans son commentaire sur ce passage, John MacArthur explique à quoi ressemble la religion biblique dans la pratique :

La religion divine, c'est-à-dire le christianisme biblique, est une question de sainte obéissance à la Parole de Dieu – qui se reflète, entre autres, par notre honnêteté à l'égard de nous-mêmes, par notre altruisme à l'égard des besoins des autres et par notre intransigeance morale et morale. position spirituelle à l’égard du monde. [1]

La religion pure et sans souillure, telle que décrite dans Jacques, est le débordement d’un cœur humain en bonne relation avec le seul vrai Dieu et donc obéissant à ses commandements. Et cela nous renvoie à la seconde moitié du cliché : « Le christianisme n'est pas une religion, c'est une relation ». La religion que nous pratiquons est le reflet de notre relation avec Dieu.



Quel genre de relation ?


Les évangélistes qui proposent aux pécheurs « une relation avec Jésus-Christ » arrivent trop tard. Le point crucial qui semble perdu pour de nombreux évangéliques modernes est que tout le monde a une relation avec Jésus-Christ.

La question est de savoir si cette relation est bonne ou mauvaise.

Le Nouveau Testament définit la relation de l'humanité avec Dieu sous deux grandes catégories : ceux qui sont ses ennemis et ceux qui sont réconciliés avec lui. Et la conversion est la transition entre ces deux états.

Car si, alors que nous étions ennemis, nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de son Fils, combien plus, une fois réconciliés, serons-nous sauvés par sa vie ! Et pas seulement cela, mais nous nous réjouissons aussi en Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ. Nous avons maintenant reçu cette réconciliation à travers Lui. (Romains 5 :10-11)


Les chrétiens devraient avoir une juste appréciation de la méchanceté de nos vies avant le salut. Ce n’est pas comme si nous étions spirituellement neutres. En Adam, nous nous sommes tous rebellés contre Dieu, et cette rébellion donne le ton à notre vie dès notre naissance. La vilenie de notre péché, associée à la sainteté du caractère de Dieu, est ce qui rend la grâce si étonnante. C'est une barrière si impossible à franchir qu'il a fallu que Dieu, sous forme humaine, accomplisse la loi que nous avons enfreinte, subisse le châtiment que nous méritons et apaise la juste colère de Dieu contre nous (Colossiens 2:14). Mais cela est perdu lorsque nous réduisons l’œuvre de salut de Dieu à une invitation à une vague « relation ».

Le problème n’a jamais été que nous manquions de relation avec notre Créateur, mais plutôt qu’elle était hostile. Et cela reste le statut relationnel de tous les incroyants. C'est pourquoi Paul décrit l'évangélisation, non pas comme un ministère de relation, mais comme « le ministère de la réconciliation » (2 Corinthiens 5:18)—nous appelons les gens à se réconcilier avec Dieu à travers l’œuvre de substitution de Jésus-Christ en faveur des pécheurs (2 Corinthiens 5:21).

Dire que « le christianisme n'est pas une religion, c'est une relation » crée en réalité une fausse dichotomie. Cela trompe les gens en leur faisant croire qu’ils doivent choisir entre une religion et une relation.

Il faut plutôt faire la distinction entre la vraie et la fausse religion, et entre une relation réconciliée et une relation aliénée.

Êtes-vous réconcilié avec Dieu et, si oui, cette réconciliation est-elle évidente à travers la pratique d’une religion « pure et sans souillure » ?



Clichés : leur détection et leur réponse


Il y a un principe primordial que nous espérons que vous retiendrez de cette série sur les clichés chrétiens. Il existe une différence cruciale entre quelque chose qui semble juste et quelque chose qui est juste. Afin de les différencier, nous devons avoir des racines bibliques profondes et un discernement biblique aiguisé. Les clichés semblent souvent justes, tout comme les promesses politiques semblent crédibles et les cartes de vœux sincères : nous voulons les croire, c'est ce que nous faisons. Mais les clichés, comme toute autre affirmation de la vérité, doivent toujours être mesurés au fil à plomb de l’Écriture. Nous devons nous discipliner pour penser en termes clairs et bibliques, et pas seulement en termes qui semblent bibliques.


Cameron Buettel



(1) Commentaires du nouveau testament- John MacArthur

6 vues

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page