Rechercher

LES DISCIPLES POURSUIVENT LA SAINTETÉ



L’un des malentendus les plus courants au sujet de la doctrine de la justification par la foi seule est qu’il s’agit d’une fiction sans conséquences pratiques dans la vie d’une personne. C’est un argument polémique utilisé par les apologistes catholiques romains contre la vision protestante de sola fide – la vérité biblique selon laquelle nous sommes justifiés par la grâce seule par la foi seule en Christ seul. De plus, les antinomiens de tous bords soutiennent que puisque les croyants sont sous la grâce et non plus sous la loi, ils sont autorisés à vivre de manière moralement « relâchée ».


D’où que viennent ces caricatures de la vie chrétienne, Paul n’est la source d’aucune des deux. En fait, il y est totalement opposé. Dans l’épître aux Romains, l’Apôtre décrit les profondeurs de l’évangile de la justification par la foi seule, sur laquelle la nouvelle vie en Christ est enracinée et se déploie. La justification est la base de la sanctification. La première est le fondement de la seconde, et la seconde est l’aboutissement spirituel de la première. Comme l’a écrit Charles Hodge dans son commentaire de 1886 sur Romains : « Il est impossible pour quiconque de partager les bienfaits de sa mort [c’est-à-dire de Jésus-Christ] sans être conformé à sa vie. »


C’est là que la sainteté entre en jeu. La sainteté est la marque inévitable du disciple de Jésus-Christ. Une vie chrétienne impie n’est qu’un oxymore, une contradiction dans les termes, un déni de la réalité de la justification par la foi seule. Dans Romains 6.12-16, Paul explique qu’une vie sainte signifie qu’une transition radicale a eu lieu : une telle personne est passée de l’état « sous la loi », ce qui signifie ici que l’individu est mort dans le péché et au service de l’injustice, à l’état « sous la grâce », ce qui signifie ici que l’individu est devenu vivant pour Dieu et sert la cause de la justice.


La sainteté est la preuve spirituelle et pratique que la transition a eu lieu et qu’elle fonctionne correctement en termes réels. Encore une fois, Hodge mérite d’être cité : « La grâce, au lieu de conduire à l’indulgence du péché, est essentielle à l’exercice de la sainteté. » Sous la grâce, la sainteté est le signe que la justification s’est produite. Sans la visibilité de la sainteté dans la vie chrétienne, toutes les caricatures de la justification comme étant fictive et de l’antinomianisme deviennent malheureusement possibles. Une vie manquant de sainteté est une excuse permettant à ceux qui se moquent de la foi chrétienne d’être renforcés dans leurs préjugés erronés contre l’Évangile. Une vie sainte est un signe de la véracité de la Parole de Dieu et de la puissance de sa grâce pour insuffler la vie là où la mort et le péché régnaient auparavant. Quelle grande responsabilité nous incombe, à nous les disciples de Jésus, d’être saints, car Dieu est saint (1 Pierre 1.16).


Leonardo De Chirico


42 vues