top of page

S'AIMER SOI-MÊME



Quand le pharisien demande : « Quel est le plus grand commandement ? » Jésus répond : « Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta pensée » (Mt 22.37). Il ajoute ensuite : « Et voici le deuxième, qui lui est semblable : tu aimeras ton prochain comme toi-même. » (v. 39) Remarquez les mots à la fin du verset 39 – « comme toi-même ». Pourquoi Jésus ajoute-t-il ces trois mots ? C’est parce que nous cherchons par nature à faire le bien pour nous-mêmes – personne ne nous force à prendre soin de nous. L’amour de soi est naturel, normal et acquis. Tout comme l’amour de soi est un fait acquis, de même, dit Jésus, nous devons aimer notre prochain. Mais, à cause du péché, je ne veux pas faire le dur travail d’aimer mon prochain. Pourtant, si j’aime Christ, je devrais aimer mon prochain autant que je m’aime moi-même, comme si mon prochain était moi-même.


Dans un monde où les gens sont égoïstes et se soucient très peu des autres, tout discours sur l’amour de soi peut mettre un chrétien mal à l’aise. La Bible ne me dit-elle pas de me renier moi-même et de faire passer les autres en premier ? Si, elle le dit. La Bible ne dit-elle pas que le but de la vie est de glorifier Dieu ? Si, elle le dit. Mais ces vérités ne peuvent pas écarter l’intention de Jésus dans Matthieu 22.39 : puisque vous cherchez déjà votre propre bien, cherchez toujours le bien de votre prochain de la même manière intégrale.


Jésus présuppose que nous nous aimons nous-mêmes, et il ne condamne pas toute forme d’amour de soi en soi, il doit donc y avoir une façon de penser à l’amour de soi sur le plan biblique. Il est compréhensible que les chrétiens soient mal à l’aise avec toute discussion sur l’amour de soi. Notre monde est rempli de gens qui sont fondamentalement égoïstes. Mais il y a un amour de soi juste (biblique) et un amour de soi faux (non biblique).

Lorsque nous faisons confiance à Jésus, nous ne perdons pas de vue notre propre perspective, mais au contraire, nous acquérons une perspective adéquate de nous-mêmes.

UN MAUVAIS AMOUR DE SOI

Un amour de soi qui exalte mes besoins, mes désirs et mes espoirs au-dessus de Dieu ou des autres est faux. C’est comme un tyran qui manipule les autres pour obtenir ce qu’il veut. Par exemple, Jennifer est célibataire et veut désespérément un mari. Lorsqu’elle est brutalement honnête, son désir de mariage l’emporte sur la vie que Dieu lui a donnée. Elle flirte et s’habille pour attirer l’attention des hommes. Un autre exemple : Pierre est frustré parce que sa femme se consacre exclusivement aux enfants et le néglige. Il se soucie moins d’obéir à Dieu et d’aimer sa femme que de satisfaire ses besoins sexuels et d’attention.


Un amour de soi qui fait passer Dieu au second plan par rapport à mes besoins et mes désirs est courant, mais inacceptable pour les chrétiens. Toute version de l’amour de soi qui me place au centre de mon univers (et ignore Dieu) me rend trop centré sur moi-même. Jennifer est plus préoccupée par son désir de bonheur que par sa confiance dans le Seigneur. Pierre veut du sexe et de l’attention par-dessus tout, et il manipule sa femme pour l’obtenir.


Un amour de soi qui m’aveugle sur mes erreurs et minimise mon péché est dangereux. Je ne me comprends bien moi-même que lorsque Dieu m’ouvre les yeux sur mon péché. Une bonne vision de soi comprend que nous sommes complètement corrompus – chaque partie de nous : notre esprit, notre cœur et notre corps.


Un amour de soi dont le but principal est de me faire sentir mieux dans ma peau n’est pas bon. Le mouvement de l’estime de soi nous chuchote à l’oreille : « Tu es incroyable, alors sens-toi bien dans ta peau » ou « Ne te sens pas mal ». « Tu t’en sors très bien ! » En tant que croyants, notre confiance est enracinée non pas en nous-mêmes, dans nos capacités ou dans un discours motivateur à soi-même, mais dans le Dieu qui nous sauve avec miséricorde par l’intermédiaire de son Fils.


UN JUSTE AMOUR DE SOI

Un juste amour de soi exalte Dieu et nous rend secondaires (Ex 20.1-6 ; Ps 40.8 ; Mt 6.9-10,33). Dieu arrange nos priorités de manière à ce que nous ne puissions pas faire de nous les rois de l’univers. Vivre comme un roi est dangereux, car l’exaltation de soi et une vie centrée sur soi peuvent facilement suivre. Seul Dieu Tout-Puissant est légitimement assis sur le trône. Lorsque nous nous soumettons à son règne, il nous remet à notre place et notre amour de soi ne peut pas s’épanouir de manière incontrôlée. La quête de Jennifer d’un mari ralentit à mesure qu’elle grandit dans la foi, confiante que l’amour de Dieu pour elle est meilleur que tout. La vie de célibataire n’est plus intolérable. Une vie centrée sur l’évangile lui donne des yeux pour voir au-delà de son intérêt personnel.


Un juste amour de soi nous permet de nous renier nous-mêmes (Mt 16.24). Se renier soi-même n’est pas de la haine de soi. C’est plutôt mettre de côté nos besoins et redéfinir nos priorités en fonction des valeurs du royaume, en utilisant la force que Dieu nous donne. Pierre se sent négligé par sa femme, mais sa foi l’aide à croire que des conversations honnêtes avec elle et une attitude de serviteur à l’image de Christ, la plaçant en premier lieu au-dessus de ses besoins, honoreront Dieu et aideront leur mariage à se rétablir.


Un juste amour de soi inclut de prendre soin de soi physiquement, spirituellement et relationnellement (1 Co 6.19-20). Le renoncement à soi n’est pas une excuse pour s’autonégliger. Il existe un amour de soi de base qui est normal et sain pour les chrétiens. L’exercice n’est pas seulement une question de maintien de la forme physique, mais, plus important encore, une question de gestion de nos corps donnés par Dieu. Passer régulièrement du temps dans la Parole et s’asseoir dans une église pour une prédication hebdomadaire nous maintient spirituellement en forme. Lorsque nous plongeons régulièrement notre cœur dans la Parole, nous grandissons dans une espérance centrée sur Christ. Et parce que Dieu nous a rendus dépendants les uns des autres, l’isolement n’est pas une option. Dieu nous a créés pour que nous trouvions satisfaction et que nous grandissions dans le creuset des relations qui exaltent Dieu. La santé physique, spirituelle et relationnelle nous donne la force de faire preuve d’amour envers les autres.


Un juste amour de soi reconnaît nos limites et la nécessité de se tourner vers Jésus (2 Co 5). L’orgueil nous fait croire que nous pouvons survivre par nous-mêmes. Pire encore, elle nous trompe et nous pousse à tenter de nous sauver nous-mêmes. (« Qui a besoin de Jésus ? Je peux m’occuper de ça. ») L’orgueil nous pousse à avoir une meilleure opinion de nous-mêmes et de nos capacités que ce que nous devrions avoir. L’apôtre Paul a exhorté les Corinthiens à ce qu’ils « ne vivent plus pour eux-mêmes, mais pour celui qui est mort et ressuscité pour eux » (v. 15). Le même avertissement s’applique à nous. Lorsque nos affections s’orientent autour de Jésus et non de nous-mêmes, tout change. Les commandements de Christ ne sont plus pesants, mais une joie totale à accomplir. Lorsque nous faisons confiance à Jésus, nous ne perdons pas de vue notre propre perspective, mais au contraire, nous acquérons une perspective adéquate de nous-mêmes. Lorsque nous aimons Jésus, nous nous aimons mieux nous-mêmes. Lorsque nous n’aimons que nous-mêmes et que nous ignorons Jésus, nous gâchons notre vie.


AIMER SON PROCHAIN COMME SOI-MÊME

Il y a un amour de soi trop préoccupé qui est si égocentrique qu’il ne nous donne pas de point de comparaison utile dans Matthieu 22.39. C’est un amour qui s’exalte, qui minimise les péchés et qui se gonfle lui-même. Cela ne peut pas être le genre d’amour de soi que Jésus avait à l’esprit.


Un amour qui honore Jésus, qui se renie lui-même et qui est sensible au péché est radicalement différent. Il n’est pas trop préoccupé par lui-même au point de négliger les autres. Il nous concentre sur l’évangile et non exclusivement sur nous-mêmes. Il voit les valeurs de Dieu et les chérit. Il trouve le repos en Christ. Il évite d’essayer de se sauver lui-même au quotidien et se tourne vers Jésus pour obtenir de l’aide.


Jésus nous dit de nous occuper de nos prochains comme nous le faisons pour nous-mêmes. Comme il est normal de s’aimer soi-même, mais pas de le faire correctement (parce que nous sommes tous pécheurs), remercions Dieu que Jésus nous donne la sagesse et la force de nous aimer bibliquement et d’aimer sagement notre prochain.



Deepak Reju



181 vues

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page