Rechercher
  • JOËL FABRE

TOUTE UNE VIE DE REPENTANCE



Quand, pour la dernière fois, vous êtes vous repentis ?


Il y a maintenant plus de 500 ans, le 31 octobre 1517, Martin Luther placardait une affiche sur la porte d’une église à Wittemberg, en Allemagne. C’est cette date que l’Histoire a retenue comme marquant le début de la Réforme protestante. Il s’agit là d’un fait relativement bien connu… Ce qui est moins connu, en revanche, c’est ce qui était écrit sur cette affiche ! Le savez-vous ? 95 thèses, oui. Mais que disaient-elles ? La toute première de ces thèses étaient que « Notre Seigneur et Maître Jésus-Christ a voulu que la vie entière des croyants soit une vie de repentance » !


À première vue, cela semble bien sombre et pessimiste : Luther semble dire que nous ne ferons jamais beaucoup de progrès dans la vie chrétienne ! Mais bien sûr, c’est faux… Ce que Luther dit, au contraire, c’est que la repentance est la façon de faire des progrès dans la vie chrétienne ! En fait, une repentance de toute la vie est le meilleur signe que nous nous développons profondément et rapidement à la ressemblance de Jésus…


D’où ma question : Quand vous êtes-vous repentis pour la dernière fois ?


La repentance : ce dont le monde a besoin !


Je me demande si vous arrivez à trouver un autre mot, parmi tous ceux que l’on trouve souvent dans nos Bibles, qui soit si rarement sur nos lèvres que celui de « repentance » ? Pourquoi en parlons-nous si peu ?

Sans doute parce que ce n’est pas dans l’air du temps. Pour se repentir, encore faut-il reconnaître un tort, s’être trompé, avoir fait mal. C’est pourquoi, dans notre culture post-moderne – où on ne croit plus en des valeurs valables pour tous, ni dans une Vérité, et où il est laissé à l’individu de définir pour lui-même ce qui est bien ou mal, juste ou faux –, dans ce contexte, dire comme Jean-Baptiste (ou Jésus après lui), « Repentez-vous ! » (Mt 3.2 ; 4.17), est considéré comme profondément insultant : « Qui es-tu pour me dire ce que je dois faire ? »


Ce n’est pas dans l’air du temps… Et pourtant, ce message de repentance – se détourner de soi et du péché pour se tourner vers Dieu et sa grâce – est ce dont le monde a le plus besoin !


Est-ce que vous vous rappelez comment chaque fois que les apôtres prêchent l’Évangile dans les Actes, une seule application revient de façon quasi systématique à la fin de chacun de ces sermons ? « Repentez-vous ! » Du sermon de Pierre aux Juifs religieux de Jérusalem au sermon de Paul devant les philosophes païens d’Athènes, le message est le même : Dieu « commande maintenant à tous les hommes, en tous lieux, de se repentir » (Ac 17.30).


La repentance : ce dont l’Église a besoin !


C’est le message dont le monde a besoin, mais c’est aussi le message dont l’Église a besoin…


Pourquoi parlons-nous si peu de la repentance aujourd’hui ? Une autre raison est peut-être que cela ne correspond pas à l’image qu’on se fait de la vie chrétienne – et du chrétien « toujours joyeux, toujours content », qui va de victoire en triomphe ! La repentance a lieu à la conversion, pense-t-on. Une fois qu’on s’est repenti, nous sommes pardonnés par Dieu : « Pourquoi faudrait-il encore se repentir – et rester dans la tristesse et l’abattement dû au péché ? Mes péchés ne sont-ils pas effacés ? La Bible ne dit-elle pas que le chrétien est ‘plus vainqueur’ par Jésus ? »

La repentance ne colle pas toujours à l’image qu’on se fait de la vie chrétienne…


Et pourtant, la Bible est claire : les chrétiens qui se sont repentis doivent continuer à vivre une vie de repentance (2 Co 7.9-10; 12.21; 2 P 3.9). Est-ce que vous vous souvenez des lettres aux sept églises dans Apocalypse 2-3 ? Chaque église reçoit un message unique pour sa situation spécifique, mais un message est donné à cinq d’entre elles : pouvez-vous deviner lequel ? « Repens-toi ! » Comme Martin Luther l’avait bien compris, c’est notre vie entière qui doit être une vie de repentance. Ce qui ne veut pas dire que la vie chrétienne est une vie d’échec et de revers. Mais que la repentance est le moyen de faire des progrès et d’obtenir des victoires dans la vie chrétienne.


Et si vous ne voyez ni comment ni pourquoi, c’est sans doute que vous n’avez pas encore bien saisi ce qu’est la « repentance évangélique » !



Joël Fabre



#repentance #mortàsoimeme

8 vues