Rechercher

L'AUTEL- La Croix - GOUVERNE TOUT

Ezéchiel 43 : 13-27 Voici les mesures de l'autel, d'après les coudées dont chacune était d'un palme plus longue que la coudée ordinaire. La base avait une coudée de hauteur, et une coudée de largeur; et le rebord qui terminait son contour avait un empan de largeur; c'était le support de l'autel. 14 Depuis la base sur le sol jusqu'à l'encadrement inférieur il y avait deux coudées, et une coudée de largeur; et depuis le petit jusqu'au grand encadrement il y avait quatre coudées, et une coudée de largeur.


Nous avons, dans ce passage du prophète Ézéchiel, le grand autel et son service. Nous n'allons pas citer tout le passage, mais seulement le premier verset de cette section : « Et ce sont ici les mesures de l'autel, en coudées; la coudée est une coudée et une palme, l'embasement avait une coudée en hauteur, et une coudée en largeur; et le rebord de son avance, tout autour, un empan; et c'était la base de l'autel. » Il nous est donné, ensuite, plus de détails quant aux mesures de l'autel et quant à son service. Nous comprenons que dans l'Ancien Testament, l'autel est toujours une figure de la croix. Cet autel est le lieu de l'holocauste tout entier, et ceci correspond à Hébreux 10 où le Seigneur est comparé à l'holocauste tout entier. Ainsi, nous allons méditer sur la place centrale et l'universalité de la croix. Nous voyons, dans ces chapitres d'Ézéchiel, que le lieu tout entier du temple est carré. Si nous dessinions des diagonales de chaque coin, nous verrions que ces lignes se rencontrent là où se trouve l'autel. Le lieu central de tout ce lieu est l'autel. Et nous reconnaissons que ceci est différent du tabernacle dans le désert. La surface tout entière du tabernacle n'était pas carrée, et l'autel des holocaustes était à l'entrée, à la porte. Mais dans le temple, l'autel est exactement au milieu d'un carré ; il est important de le remarquer. Toutes les lignes se rencontrent à l'autel, et toutes les lignes partent de l'autel. La place centrale de tout ce lieu saint est l'autel. L'autel gouverne tout. Il gouverne tout ce qui est en rapport avec la maison, c'est-à- dire que tout ce qui se trouvait dans l'enceinte du temple était gouverné par l'autel. Il gouvernait tout ce qui touchait à la maison. Si nous avions un plan de toute cette maison, de tout ce qui est autour et qui s'y rattache, nous verrions que les chambres des sacrificateurs se trouvaient tout autour ; il en était de même des lieux où étaient préparées les offrandes. Tout était rassemblé autour de cette maison, mais tout dans cette maison et ce qui y était en relation, était gouverné par l'autel. De plus, tout le service, tout le ministère de la maison était aussi gouverné par l'autel. Nous pouvons dire qu'il n'existait pas de service qui ne soit en relation avec l'autel, et au-delà de la maison, au-delà de toute l'enceinte, jusque dans tout le pays, tout était gouverné par l'autel. Et nous voyons ceci d'autant plus clairement que, lorsque nous en arrivons aux eaux qui coulèrent à travers tout le pays, nous voyons que ces eaux émanaient de l'autel ; mais restons-en, pour l'instant, à la maison. La Croix à sa Place Nous avons ici une vérité très importante et vitale. Lorsque la croix est à sa place avec toute sa mesure, tout le reste sera en ordre, et toutes les autres choses auront alors leurs significations et leurs valeurs. Nous ne pouvons que trop insister sur ce point. Nous sommes si souvent concernés par le côté extérieur des choses, au sujet de l'ordre dans la Maison du Seigneur, au sujet du ministère de la Maison du Seigneur, au sujet de ceux qui sont en relation avec cette Maison. Nous commençons toujours par ce qui est extérieur, nous essayons sans cesse d'établir un certain ordre pour la Maison de Dieu. Nous essayons de mettre en ordre les membres de la Maison. Nous sommes concernés par ceux qui y servent, et par les ministères. Mais si la croix avait vraiment sa place dans sa pleine dimension, toutes ces choses se règleraient d'elles-mêmes. Ceux qui composent la Maison seraient en ordre si la croix avait sa place. Les ministères seraient vivants si la croix tenait sa place. L'ordre de la Maison serait établi si la croix était centrale ; il en est toujours ainsi. Si la croix est parfaitement au centre de tout, dans sa pleine mesure, et remarquons qu'il s'agit d'un grand autel, alors toutes choses seraient à leur place, dans une relation vivante. Bien que ceci ne soit pas précisé ici, je pense que nous avons raison de conclure que l'autel était d'airain. L'autel du tabernacle était en airain, celui du temple de Salomon était en airain également, je pense que nous pouvons assurer que celui-ci aussi était d'airain. Nous avons déjà rencontré ce matériau dans ce livre, l'Homme au cordeau avait l'aspect d'airain, et nous le voyons mesurant absolument tout selon ce qu'Il est Lui-même. L'airain est une figure des justes jugements de Dieu. Ce grand autel représente la plénitude des justes jugements de Dieu. Cet autel d'airain est mesuré par cet Homme d'airain, et ainsi cet autel représente la pensée de Dieu quant au jugement. Sur cet autel de l'holocauste, l'homme impie est mis à l'écart. Cet autel d'airain assure que l'homme est réduit en cendres. Ensuite, les cendres étaient enlevées de l'autel et mises à terre ; à côté de l'autel. Ceci représente la pensée de Dieu quant à l'homme impie, l'homme naturel. Cet homme est consumé dans le feu du jugement de Dieu, il est réduit en cendres, et il est répandu à terre. C'est ici la pensée de Dieu quant à l'homme naturel. De l'autre côté, il y a l'Homme juste, il peut faire face à cet autel. Bien entendu, ces deux choses sont les deux aspects du Seigneur Jésus ; sa Personne et son oeuvre. D'un côté Il a été fait péché pour tous, et dans cette capacité Il a été entièrement consumé et réduit à des cendres. Lorsqu'Il s'écria : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné? » - c'était le cri des cendres ! Il fut réduit en cendres, et versé à terre. Mais ensuite, il y a l'autre côté de la croix – « Celui qui n'a pas connu le péché ». En Lui-même il n'y avait aucune injustice, aussi Il peut passer par l'autel, Il peut vivre au delà du feu ! « Tu ne permettras pas que ton saint voie la corruption ». Parce qu'en Lui-même il n'y avait pas le péché, Il ne pouvait pas être retenu par la mort. Sa nature sainte pouvait vaincre tous les justes jugements de Dieu ! C'est ici la signification de ce grand autel : un homme est amené à sa fin, et un Autre se tient à sa place. Tout a été jugé sur l'autel – tout est jugé à la croix. Nous avons tous été jugés à la croix du Seigneur Jésus, et en nous-mêmes nous avons été amenés à une fin. Tout ce qui touche au naturel a été jugé et amené à une fin à la croix du Seigneur Jésus – il est extrêmement important de reconnaître ceci. Voyez-vous, ceci rend tout possible. C'est pour cette raison que j'ai dit que si la croix est à sa place, toutes les autres choses seront en ordre. La Maison sera en ordre, c'est-à-dire que l'assemblée sera en ordre. Le ministère, ou le service, sera en ordre. Tout ce qui se passe dans la maison sera en ordre. Il n'y aura aucunement besoin d'essayer d'apporter un certain ordre – ceci découle spontanément de l'oeuvre de la croix. J'espère que vous gravez ces choses dans vos pensées. Nous rencontrerons des désordres dans la maison de Dieu. Nous rencontrerons l'homme naturel dans la Maison de Dieu. Nous rencontrerons des situations qui sont complètement déplacées dans la Maison de Dieu. Allons-nous essayer de solutionner ces problèmes ? Nous ne pouvons le faire que par le principe de la croix. Nous ne pouvons pas agir envers les personnes elles-mêmes, nous ne pouvons pas agir envers les problèmes eux-mêmes, mais si nous amenons la croix dans ces sit