Rechercher
  • THEODORE AUSTIN SPARKS

L'AUTEL- La Croix - GOUVERNE TOUT

Ezéchiel 43 : 13-27 Voici les mesures de l'autel, d'après les coudées dont chacune était d'un palme plus longue que la coudée ordinaire. La base avait une coudée de hauteur, et une coudée de largeur; et le rebord qui terminait son contour avait un empan de largeur; c'était le support de l'autel. 14 Depuis la base sur le sol jusqu'à l'encadrement inférieur il y avait deux coudées, et une coudée de largeur; et depuis le petit jusqu'au grand encadrement il y avait quatre coudées, et une coudée de largeur.


Nous avons, dans ce passage du prophète Ézéchiel, le grand autel et son service. Nous n'allons pas citer tout le passage, mais seulement le premier verset de cette section : « Et ce sont ici les mesures de l'autel, en coudées; la coudée est une coudée et une palme, l'embasement avait une coudée en hauteur, et une coudée en largeur; et le rebord de son avance, tout autour, un empan; et c'était la base de l'autel. » Il nous est donné, ensuite, plus de détails quant aux mesures de l'autel et quant à son service. Nous comprenons que dans l'Ancien Testament, l'autel est toujours une figure de la croix. Cet autel est le lieu de l'holocauste tout entier, et ceci correspond à Hébreux 10 où le Seigneur est comparé à l'holocauste tout entier. Ainsi, nous allons méditer sur la place centrale et l'universalité de la croix. Nous voyons, dans ces chapitres d'Ézéchiel, que le lieu tout entier du temple est carré. Si nous dessinions des diagonales de chaque coin, nous verrions que ces lignes se rencontrent là où se trouve l'autel. Le lieu central de tout ce lieu est l'autel. Et nous reconnaissons que ceci est différent du tabernacle dans le désert. La surface tout entière du tabernacle n'était pas carrée, et l'autel des holocaustes était à l'entrée, à la porte. Mais dans le temple, l'autel est exactement au milieu d'un carré ; il est important de le remarquer. Toutes les lignes se rencontrent à l'autel, et toutes les lignes partent de l'autel. La place centrale de tout ce lieu saint est l'autel. L'autel gouverne tout. Il gouverne tout ce qui est en rapport avec la maison, c'est-à- dire que tout ce qui se trouvait dans l'enceinte du temple était gouverné par l'autel. Il gouvernait tout ce qui touchait à la maison. Si nous avions un plan de toute cette maison, de tout ce qui est autour et qui s'y rattache, nous verrions que les chambres des sacrificateurs se trouvaient tout autour ; il en était de même des lieux où étaient préparées les offrandes. Tout était rassemblé autour de cette maison, mais tout dans cette maison et ce qui y était en relation, était gouverné par l'autel. De plus, tout le service, tout le ministère de la maison était aussi gouverné par l'autel. Nous pouvons dire qu'il n'existait pas de service qui ne soit en relation avec l'autel, et au-delà de la maison, au-delà de toute l'enceinte, jusque dans tout le pays, tout était gouverné par l'autel. Et nous voyons ceci d'autant plus clairement que, lorsque nous en arrivons aux eaux qui coulèrent à travers tout le pays, nous voyons que ces eaux émanaient de l'autel ; mais restons-en, pour l'instant, à la maison. La Croix à sa Place Nous avons ici une vérité très importante et vitale. Lorsque la croix est à sa place avec toute sa mesure, tout le reste sera en ordre, et toutes les autres choses auront alors leurs significations et leurs valeurs. Nous ne pouvons que trop insister sur ce point. Nous sommes si souvent concernés par le côté extérieur des choses, au sujet de l'ordre dans la Maison du Seigneur, au sujet du ministère de la Maison du Seigneur, au sujet de ceux qui sont en relation avec cette Maison. Nous commençons toujours par ce qui est extérieur, nous essayons sans cesse d'établir un certain ordre pour la Maison de Dieu. Nous essayons de mettre en ordre les membres de la Maison. Nous sommes concernés par ceux qui y servent, et par les ministères. Mais si la croix avait vraiment sa place dans sa pleine dimension, toutes ces choses se règleraient d'elles-mêmes. Ceux qui composent la Maison seraient en ordre si la croix avait sa place. Les ministères seraient vivants si la croix tenait sa place. L'ordre de la Maison serait établi si la croix était centrale ; il en est toujours ainsi. Si la croix est parfaitement au centre de tout, dans sa pleine mesure, et remarquons qu'il s'agit d'un grand autel, alors toutes choses seraient à leur place, dans une relation vivante. Bien que ceci ne soit pas précisé ici, je pense que nous avons raison de conclure que l'autel était d'airain. L'autel du tabernacle était en airain, celui du temple de Salomon était en airain également, je pense que nous pouvons assurer que celui-ci aussi était d'airain. Nous avons déjà rencontré ce matériau dans ce livre, l'Homme au cordeau avait l'aspect d'airain, et nous le voyons mesurant absolument tout selon ce qu'Il est Lui-même. L'airain est une figure des justes jugements de Dieu. Ce grand autel représente la plénitude des justes jugements de Dieu. Cet autel d'airain est mesuré par cet Homme d'airain, et ainsi cet autel représente la pensée de Dieu quant au jugement. Sur cet autel de l'holocauste, l'homme impie est mis à l'écart. Cet autel d'airain assure que l'homme est réduit en cendres. Ensuite, les cendres étaient enlevées de l'autel et mises à terre ; à côté de l'autel. Ceci représente la pensée de Dieu quant à l'homme impie, l'homme naturel. Cet homme est consumé dans le feu du jugement de Dieu, il est réduit en cendres, et il est répandu à terre. C'est ici la pensée de Dieu quant à l'homme naturel. De l'autre côté, il y a l'Homme juste, il peut faire face à cet autel. Bien entendu, ces deux choses sont les deux aspects du Seigneur Jésus ; sa Personne et son oeuvre. D'un côté Il a été fait péché pour tous, et dans cette capacité Il a été entièrement consumé et réduit à des cendres. Lorsqu'Il s'écria : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné? » - c'était le cri des cendres ! Il fut réduit en cendres, et versé à terre. Mais ensuite, il y a l'autre côté de la croix – « Celui qui n'a pas connu le péché ». En Lui-même il n'y avait aucune injustice, aussi Il peut passer par l'autel, Il peut vivre au delà du feu ! « Tu ne permettras pas que ton saint voie la corruption ». Parce qu'en Lui-même il n'y avait pas le péché, Il ne pouvait pas être retenu par la mort. Sa nature sainte pouvait vaincre tous les justes jugements de Dieu ! C'est ici la signification de ce grand autel : un homme est amené à sa fin, et un Autre se tient à sa place. Tout a été jugé sur l'autel – tout est jugé à la croix. Nous avons tous été jugés à la croix du Seigneur Jésus, et en nous-mêmes nous avons été amenés à une fin. Tout ce qui touche au naturel a été jugé et amené à une fin à la croix du Seigneur Jésus – il est extrêmement important de reconnaître ceci. Voyez-vous, ceci rend tout possible. C'est pour cette raison que j'ai dit que si la croix est à sa place, toutes les autres choses seront en ordre. La Maison sera en ordre, c'est-à-dire que l'assemblée sera en ordre. Le ministère, ou le service, sera en ordre. Tout ce qui se passe dans la maison sera en ordre. Il n'y aura aucunement besoin d'essayer d'apporter un certain ordre – ceci découle spontanément de l'oeuvre de la croix. J'espère que vous gravez ces choses dans vos pensées. Nous rencontrerons des désordres dans la maison de Dieu. Nous rencontrerons l'homme naturel dans la Maison de Dieu. Nous rencontrerons des situations qui sont complètement déplacées dans la Maison de Dieu. Allons-nous essayer de solutionner ces problèmes ? Nous ne pouvons le faire que par le principe de la croix. Nous ne pouvons pas agir envers les personnes elles-mêmes, nous ne pouvons pas agir envers les problèmes eux-mêmes, mais si nous amenons la croix dans ces situations, alors nous tout rentrera dans l'ordre ; il en est ainsi. Nous ne commençons pas par ce qui est extérieur. Nous ne commençons pas par les gens, ni par l'ordre de la Maison du Seigneur, nous ne commençons pas par le ministère – nous commençons par la croix. Et si ceux qui sont concernés voient la croix, toutes choses rentreront alors dans l'ordre. Tout est jugé par la croix. L'épître aux Romains est le message de la croix dans sa pleine mesure. Dans cette lettre, nous voyons la très grande mesure de la croix ; la croix y est en relation avec tout. Elle amène toute la race d'Adam à une fin, et elle inaugure une race entièrement nouvelle dans le Christ ressuscité ! Il est très impressionnant de voir que la première lettre du Nouveau Testament établit la croix dans sa pleine mesure. Nous savons que l'épître aux Romains n'était pas la première écrite par Paul, mais l'Esprit Saint l'a placée en premier dans Son arrangement. Je pense que le Saint- Esprit a joué un rôle quant à l'ordre dans lequel nous trouvons les livres du Nouveau Testament. Et dans son arrangement souverain, Il a placé l'autel dans sa plénitude tout au début. Bien entendu, nous devons nous rappeler tout ce que nous connaissons de cette épître aux Romains pour voir ceci. Dans la première épître aux Corinthiens, la croix est appliquée à l'homme naturel et charnel au sein de l'assemblée.L'homme naturel et charnel est parvenu là où il n'a aucun droit de se trouver. Cet homme impie s'est glissé par la porte, aussi l'apôtre présente Christ crucifié contre cet homme naturel et charnel. La croix, dans 1 Corinthiens, est en relation avec cet homme, non pas en dehors de l'assemblée comme dans Romains, mais au sein même de l'assemblée. La seconde épître aux Corinthiens place la croix par rapport au ministère, au service. Cette lettre nous montre que le ministère découle d'un vase brisé et humble. C'est tout ce que je peux dire, je peux m'étendre sur la pleine signification de ce fait. Dans la lettre aux Galates, la croix est présentée face à la tentation de faire de la foi chrétienne un système de légalisme et d'amener les chrétiens à une servitude, quelle qu'elle soit. Combien est intense l'apôtre dans cette lettre, et voyez comment il utilise la croix. Il utilise la croix puissamment contre toute tentative de faire de la foi chrétienne un système de lois, et d'amener les croyants à toutes sortes de servitudes. Dans l'épître aux Éphésiens, l'oeuvre de la croix est d'amener l'Église sur un terrain céleste. Dans cette lettre, la croix élève l'Église au-dessus de tout terrain terrestre. Elle place l'Église en dehors du temps. Elle place l'Église en dehors du monde. Dans l'épître aux Philippiens, la croix est appliquée à tout ce qui froisse l'harmonie du peuple de Dieu. Il peut y avoir une dislocation douloureuse dans l'assemblée. Il peut y avoir un domaine dans lequel les choses ne sont pas correctes, et ceci peut être dû à des intérêts personnels et à l'orgueil. Certains croyants n'abandonnent pas leurs intérêts personnels, d'autres n'abandonnent pas leur orgueil, leur fierté. Ils ont été offensés, et ils ne pardonneront pas. Et ainsi, l'apôtre présente la croix dans ces situations, contre ces désaccords, ces dislocations ; il démontre que, si la croix agissait dans ces vies, alors tout rentrerait dans l'ordre. La lettre aux Colossiens nous montre que la croix délivre de toute fausse spiritualité. La croix met à l'écart tout ce qui n'est que mysticisme, tout ce qui voudrait faire de Christ moins que ce qu'Il est. Ensuite, nous avons les épîtres aux Thessaloniciens. Ici, la croix est la puissance dans la souffrance – elle est une inspiration quant au retour du Seigneur. Peut-être y a-t-il peu de choses en relation avec la croix dans ces lettres, mais le principe de la croix s'y trouve néanmoins. Les Thessaloniciens souffraient pour la cause de Christ. Ils souffraient la perte de toutes choses, et ils pensaient que le Seigneur serait venu pour les délivrer ; et le Seigneur tardait à revenir. Et ainsi, l'apôtre leur dit que leurs souffrances auront pour résultat la venue du Seigneur, dans la gloire. Ce sont les souffrances de souffrir avec Christ. Ils souffrent pour la cause de Christ : c'est une communion dans la croix, mais ces souffrances seront consumées dans la gloire. Le Seigneur revient, et alors tout rentrera dans l'ordre. La croix est un message puissant pour ceux qui souffrent. Nous concluons avec la lettre aux Hébreux. Dans cette épître, nous voyons comment toutes les choses sont amenées à la plénitude et à la finalité par la croix. Toutes ces choses sont en rapport avec ce qui se passe dans la Maison. La croix touche à la conduite, au caractère, à l'ordre, au ministère – si la croix est à sa place tout sera vivant. Maintenant, je ne viens pas de vous donner quelque enseignement biblique. La croix est la clef pour toutes choses. Aussi, tout ce qui est vrai à l'intérieur est également vrai pour tout ce qui est extérieur. C'est la croix qui affecte toute l'influence de l'Église. Les eaux viennent de par la croix, c'est-à-dire qu'elles influencent tout ce qui sort du sanctuaire envers tout le pays. C'est la croix qui donne au ministère envers le monde toute son efficacité. Et ainsi, les apôtres annonçaient Christ crucifié partout.

La Croix est la Défense contre le Monde Nous notons ensuite une autre chose, l'autel était la grande défense contre l'ennemi. Nous voyons dans le troisième chapitre du livre d'Esdras, au verset trois : « Et ils établirent l'autel sur son emplacement; car la terreur des peuples de ces contrées était sur eux .» Parce que la terreur des peuples du pays était sur eux, ils établirent l'autel à sa place. La croix est la grande défense – la croix nous défend contre le monde. Le monde est le grand ennemi de l'Église, l'esprit du monde a toujours été le grand ennemi de l'Église. Satan a toujours essayé d'introduire le monde dans l'Église, pour ainsi ruiner l'Église et son ministère ; afin de détruire l'influence de l'Église dans le monde. C'est bien là une manoeuvre intelligente et subtile de l'ennemi de vouloir détruire l'impact de l'Église dans le monde en introduisant le monde dans l'Église. Notons ce que dit Paul :

Galates 6 : 14 Pour ce qui me concerne, loin de moi la pensée de me glorifier d'autre chose que de la croix de notre Seigneur Jésus-Christ, par qui le monde est crucifié pour moi, comme je le suis pour le monde !

Un peuple véritablement crucifié n'est jamais en danger du monde. Ce n'est que lorsque la croix n'a pas fait son travail que le monde a une place. Le monde n'a aucune place dans l'homme ou la femme crucifié, ou dans une compagnie de croyants. La croix est la grande défense contre le monde; si nous désirons laisser le monde à l'extérieur, alors mettons la croix à sa place. Si la croix est vraiment à sa place en plénitude, alors toutes choses seront dans l'ordre. La croix est notre grande défense contre le monde, la croix est notre grande défense envers les forces du mal. La croix apporte la sécurité, elle met tout en sécurité pour le Seigneur. Voyez-vous, le Seigneur veut s'investir, Il veut se donner à son peuple, mais si la croix n'est pas là opérante, alors le Seigneur ne peut pas s'investir dans ce peuple. C'est comme si le Seigneur disait : « Il n'est pas sain que Je m'investisse ici, sinon Je serai impliqué dans leur condition non-crucifiée. » La croix sécurise toutes choses pour le Seigneur, et la croix sécurise pareillement toutes choses pour l'Église. Si la croix est vraiment à l'oeuvre dans chacun d'entre nous, alors nous pouvons nous faire confiance les uns dans les autres. Il est parfaitement rassurant de se confier à un homme, ou à une femme, crucifié. Je termine maintenant en mettant l'accent sur le fait que la croix n'est pas une doctrine que l'on enseigne. Ce n'est pas un sujet que l'on prêche. Bien sûr, elle sera enseignée et elle sera prêchée ; mais il ne s'agit pas premièrement d'un enseignement, il ne s'agit pas seulement de doctrine. La croix est une puissance. La croix est une expérience. La croix est un évènement dans nos vies. La croix est un dilemme. La croix est une révolution. La croix est un tremblement de terre. Il y a eu un tremblement de terre, lorsque Jésus fut crucifié. Si la croix vient dans notre vie, il y aura un tremblement de terre. Tout sera ébranlé, tout sera retourné. La croix est un tremblement de terre. C'est quelque chose d'énorme. La croix n'est pas une simple théorie, pas une simple doctrine : La croix gouverne tout. C'est ici notre message à propos de la place centrale et de l'universalité de la croix. Que le Seigneur permette que nous soyons tous des hommes et des femmes crucifiés.

#croix #sacrifice

46 vues