Please reload

DES SEMI-CHRÉTIENS

 

Salomon a compartimenté sa vie : à moitié pour Dieu et à moitié pour ses plaisirs. La Parole de Dieu ne l’avait convaincu qu’à moitié. Il n’a expérimenté qu’à moitié la tristesse pour le péché, qu’à moitié la repentance… ce qui a produit seulement des semi-changements !

 

Je ne sais pas ce qui s’est passé, mais Salomon n’a été qu’à moitié convaincu qu’il ne devait pas vivre avec sa femme païenne dans le lieu saint, à proximité de l’arche. Alors, il a décidé de la déménager à moitié, à l’autre bout de la ville !

 

“Salomon fit monter la fille du pharaon de la ville de David jusque dans la maison qu’il lui avait construite, car il dit : « Ma femme n’habitera pas dans la maison de David, parce que les lieux où est entrée l’arche de l’Éternel sont saints. »” (2 Chroniques 8:11)

 

La vérité, c’est que Salomon ne voulait pas renoncer à elle ! Il savait dans son cœur que c’était mal, et ça le travaillait intérieurement. Je peux l’entendre dire : “Oui, je dois faire quelque chose à ce sujet. Je vais montrer au Seigneur que je veux faire ce qui est bien.” Mais l’a-t-il renvoyée en Égypte ?

 

Nos églises, aujourd’hui, sont pleines de semi-chrétiens : à moitié convaincus par la Parole et à moitié repentants, faisant des demi-changements dans leur vie.

 

Il y a très peu de “tremblements à la Parole.”

 

J’entends tant de gens qui vivent encore dans des péchés flagrants, qui font encore les mêmes choses qu’avant. Ils disent : “Dieu sait que je veux bien faire. Il voit mon cœur. J’aime réellement le Seigneur. J’ai déjà opéré quelques changements et je m’améliore.”

Ce n’est pas suffisant de vouloir bien faire. Nous devons le faire !

 

Salomon avait terminé le temple et avait fini tous ses projets de construction. Mais il vivait encore dans la désobéissance sous certains aspects, n’y voyant pas de danger. Mais Dieu était tellement miséricordieux qu’Il a continué à répondre à ses prières. Salomon continuait à aller offrir des sacrifices trois fois par an et il était joyeux et heureux dans la présence du Seigneur.

 

Je crois que c’est la position la plus dangereuse dans laquelle un chrétien peut se retrouver : ses prières sont encore exaucées et il y a de la joie et du bonheur. Mais il reste cependant des zones de désobéissance, où la Parole ne fait pas autorité de façon absolue, et le croyant est aveugle à la détérioration qui commence.

 

Dieu est apparu à nouveau à Salomon avec un sermon fort, une Parole puissante :

“Marche dans l’intégrité. Obéis à Ma Parole.”

 

Pendant tout ce temps, Salomon glissait peu à peu loin de Dieu, s’endurcissant et devenant insensible à la Parole, aveuglé par Ses bénédictions et Ses grâces. 

 

Combien de chrétiens sont bénis, ressentent la présence de l’Esprit de Dieu, se réjouissent en Lui et se disent : “Tout va bien puisque Dieu me bénit” ?

MAIS…

 

David Wilkerson

 

 

 

 

Please reload