Rechercher

TU AIMERAS TON PROCHAIN - PARTIE 2


CHAPITRE 2


Maintenant, mes chers auditeurs, je désire vous indiquer QUELQUES-UNS DES MOTIFS QUI DOIVENT VOUS PORTER A OBEIR A CE COMMANDEMENT.



Le premier, le plus puissant de ces motifs est celui-ci : Nous devons aimer notre prochain, parce que Dieu nous le commande. Pour le chrétien, il n'est pas d'argument aussi fort que ces simples mots : "Dieu l'a dit." La volonté de Dieu est la loi du croyant. Il ne demande pas : " Que gagnerai-je en agissant ainsi? Que dira l'Eglise? Que dira le monde? " Il se demande simplement : " Est-ce la volonté de mon Père? "

Puis, cette question une fois résolue, il s'écrie : " O Esprit-Saint! Donne-moi d'obéir, non à cause des avantages qui peuvent résulter de mon obéissance, mais uniquement parce que tu as parlé! "

Oui, c'est le privilège, c'est la gloire du chrétien de faire la volonté de Dieu, en obéissant à la voix de sa Parole:


Psaumes 103 : 20 Bénissez l'Eternel, vous ses anges, Qui êtes puissants en force, et qui exécutez ses ordres, En obéissant à la voix de sa parole !


Mais je le sais, ce motif, tout-puissant pour le chrétien, est de nulle valeur pour les gens du monde.

En voici un autre, d'une nature toute différente, qui aura probablement plus de poids auprès d'eux. Nous devons aimer notre prochain dans notre propre intérêt.

Au premier abord, il faut en convenir, ceci à l'air d'un paradoxe. Ne semble-t-il pas, en effet, qu'en nous encourageant à aimer les autres, l'égoïsme se donnerait, pour ainsi dire, la mort de ses propres mains ? Cependant, pour peu qu'il fût intelligent, je soutiens que l'égoïsme lui-même nous tiendrait ce langage : " Moi, aime ton prochain, car alors ton prochain t'aimera. Moi, aide ton prochain, car alors ton prochain t'aidera. Fais-toi des amis, ô Moi, avec tes richesses iniques, afin que, lorsque tu viendras à manquer, ils te reçoivent dans les tabernacles éternels (Allusion à Luc, 16 :19). Moi, tu recherches tes aises; le meilleur moyen de te procurer, c'est de bien traiter ceux avec qui tu as affaire. Moi, tu recherches le plaisir, les jouissances; tu ne pourras jouir de rien si ceux qui t'entourent te haïssent. Efforce-toi donc de te concilier leurs bonnes grâces, et ainsi, ô cher Moi, tu seras heureux."

Egoïstes ! Profitez de ces sages conseils de votre maître, et puissiez-vous devenir assez logiquement, assez judicieusement égoïstes pour témoigner à votre entourage des égards et de la bonté! Le plus court chemin pour arriver au bonheur, c'est de rendre les autres heureux. Le monde est bien mauvais, mais il ne l'est pas assez pour être complètement insensible à la puissance de la bonté et de l'amour.

Maîtres, soyez bons envers vos domestiques, et, sauf quelques rares exceptions, soyez sûrs qu'ils seront bons pour vous. Serviteurs, servez vos maîtres avec affection. Il en est bon nombre, j'en conviens, qui sont durs et exigeants, mais soyez persuadés qu'ils n'en apprécient pas moins les bons services, et que, si vous avez un peu de patience, ils finiront par vous bien traiter.

Pour ma part, si je désirais obtenir la plus grande somme de bonheur possible, je ne demanderais point à la terre son luxe et ses richesses, ni aux plaisirs des sens leurs joies et leurs voluptés; toute mon ambition consisterait à me sentir entouré d'êtres aimés et aimants, et à pouvoir me dire que partout où je vais je répands l'allégresse. Oui, c'est là le vrai moyen d'être heureux soi-même.

Ainsi donc, mon cher auditeur, tu vois que ton intérêt bien entendu doit te porter à aimer les autres, car, par le fait, en les aimant, tu travailles à ton propre bonheur, tant il est vrai qu'entre ton prochain et toi il existe une si étroite solidarité que le courant d'affection, qui découle de ton coeur vers lui, refluera tôt ou tard vers toi.

Mais je ne me suis arrêté que trop longtemps à un motif aussi misérable que celui-là. Il est indigne d'un chrétien, il est indigne même de tout homme généreux !


Aimez votre prochain, vous dirai-je encore, parce que c'est le moyen de faire du bien dans le monde. Vous êtes philanthropes; vous vous intéressez à tout ce qui se fait pour soulager ou améliorer l'humanité; vous sous