Rechercher
  • LAETITIA GILMAN

DANIEL 6



verset 1 à 5

Comme Dieu l’a annoncé, le royaume de Babylone va être divisé en deux : les Mèdes et les Perses. C’est Darius qui va s’emparer du Royaume Mède. Il va avoir une fonction très importante, car le nouveau roi va le nommer responsable des administrateurs avec 2 autres personnes. Mais trés vite, il va se montrer plus brillant que les autres et le roi va alors envisager de le nommer responsable en chef du Royaume. Mais cela va rendre jaloux tous les administrateurs et les responsables comme lui. Mais comment trouver une faute chez cet homme, ils n’en trouvaient aucune. « ils ne purent trouver aucune occasion de le faire, aucune faute se sa part, parce qu’il était fidèle et qu’on ne trouvait chez lui ni négligence ni faute. » (5) Daniel était « l’homme parfait » en quelque sorte. Il était consacré pleinement à son Dieu et ne lui faisait aucun défaut. Dieu et le roi pouvaient compter sur lui, Daniel leur restait fidèle et loyal en tout !

Mais cela va exciter la jalousie des autres et c’est exactement ce qu’il se passe pour Daniel.


Plus nous serons droits et plus nous respecterons scrupuleusement La Parole, plus nous dérangerons les autres. Daniel est mis en avant parce qu’il a des compétences, mais d’autres convoitent cette place et veulent l’en écarter. Ne soyons pas étonnés de la jalousie des autres, si nous marchons droits, il est normal qu’elle se manifeste. Mais ce qui est admirable chez Daniel, c’est sa droiture à toute épreuve !



verset 6 à 10

Alors derrière son dos, les administrateurs et les responsables vont aller voir le roi et lui proposer de mettre en place un nouveau décret visant à jeter dans la fosse aux lions toute personne qui prierait un autre dieu ou roi que lui-même dans une période de 30 jours. A travers ce décret, ils savent qu’ils sont en train de signer l’arrêt de mort de Daniel. Le roi ne se rend pas compte qu’il est lui même piégé, et accepte sur le champs.


Les personnes jalouses agissent par derrière et préparent tout habilement pour évincer celle ou celui qui les gêne.



Verset 11 à 18

Bien que le sachant, Daniel ne va rien changer à ses habitudes. 3 fois par jour il continuait de se mettre à genoux pour prier et exprimer sa reconnaissance à Dieu. Daniel est conscient qu’il risque lourd, mais il ne fléchit pas les genoux devant les hommes, et continue à les fléchir devant son Dieu comme auparavant.

Comme prévu, ses espions vont le faire arrêter. Le roi tentera bien pendant un laps de temps de ne pas faire appliquer cette loi, mais les responsables le prennent au piège à cause du décret irrévocable qu’il a signé. Alors le roi va se résigner et devant Daniel lui dire « Que ton Dieu, que tu sers avec persévérance, veuille te délivrer » (17); on sent que le roi veut sauver la vie de Daniel mais il ne peut revenir sur le décret qu’il a lui même signé. C’est son honneur qui serait remis en question !

On peut voir à travers ce récit, les manoeuvres du diable pour détruire un homme. Daniel a prié ayant connaissance du décret et Dieu l’a entendu. Il n’a pas le choix, mais n’a plus qu’à faire confiance en Dieu, seul lui maintenant détient le sort final de Daniel entre ses mains.


Même dans les situations les plus extrêmes, gardons les yeux fixés sur le Seigneur, tous les cheveux de notre tête sont comptés et il sait ce qu’il veut faire avec chacun de nous. Si c’est notre heure, et bien nous rejoindrons le Seigneur comme cela est prévu, et si ce n’est pas encore l’heure, Dieu nous délivrera de cette situation. Ayons foi en lui, en sa main toute puissante et en sa souveraineté implacable. Il est Dieu, c’est lui qui décide. soyons prêts, quoi qu’il arrive, à lui obéir et à ne pas tomber dans l’intimidation et la lâcheté.



Verset 19 à 25

Le roi est triste car il ne voulait pas en arriver là, on lui a tendu un piège ! Il ne dort pas de la nuit et dès le petit matin, il se rend à la fosse et s’adresse à Daniel au cas où il serait encore là. Daniel est en vie car Dieu les a aveuglés et ne leur a pas permis de le dévorer; C’est Dieu qui domine sur toutes choses et qui ordonne aux animaux et à la nature ce qu’ils doivent faire. Daniel a une foi irréprochable, il s’est appuyé sur son Dieu et Dieu lui est resté fidèle. Daniel est un exemple extraordinaire de fidélité, de courage et de foi.

Dès qu’il fut sorti de la fosse, ce sont ceux qui l’y ont fait mettre ainsi que leurs familles et leurs enfants qui y furent jetés. Le problème pour eux, c’est qu’ils furent dévorer sur le champs !

Ces hommes pensaient se débarrasser de Daniel, mais tout s’est retourné contre eux. Ils sont allés au bout de leur projet, et Dieu les a laissés faire, mais quelle surprise malheureuse n’ont-ils pas eu lorsque le sort de la fosse s’est imposé à eux.


Dieu est grand ! Il n’abandonne pas ceux qui le craignent et qui veulent lui obéir. Ne doutons jamais, car même si Daniel a été jeté dans la fosse aux lions, aucun d'entre eux ne l’a touché ! La justice de Dieu s’est appliquée avec une grande fermeté, bien mieux et bien plus efficace que si Daniel avait voulu la rendre par lui-même ! Restons confiants même dans des situations qui paraissent impossibles, Dieu est là et s’il le veut, il nous délivrera !



Verset 26 à 29

Le roi Darius reconnait que le Dieu de Daniel est tout puissant et il en informe tout le Royaume. Il écrit à tout le peuple et leur ordonne d’avoir de la crainte et du respect pour le Dieu de Daniel. Il proclame des choses extraordinaires : « il est le Dieu vivant et il subsiste éternellement. Son Royaume ne sera jamais détruit et sa domination durera jusqu’à la fin. C’est lui qui délivre et qui sauve, qui accomplit des signes et des miracles dans le ciel et sur la terre. » (27-28)

Quand il parle de crainte, Darius dit en hébreu « tremblants et effrayés »

ce que nous avons traduit par crainte en français, est une traduction inexacte. c’est le verbe « zoua » זוּעֵ qui veut plus exactement dire : trembler, être ébranler.

cette notion de crainte n’existe plus aujourd’hui ! Nous ne voulons plus trembler devant Dieu, parce que nous le prenons pour un « papa » si gentil et si patient que nous oublions qu’il est avant tout DIEU !

Darius dit « ils soient tremblants et effrayés devant Dieu ». Non seulement tremblant, mais aussi effrayé ! c’est le verbe dehal דחַל qui veut dire : terrible, effrayer, trembler, frayeur.

Dieu ne nous demande pas d’avoir peur de lui au point de ne pas nous en approcher et de ne plus oser rien faire, mais il nous demande un profond respect et une obéissance. Nous le craignons si peu de nos jours, que nous avons l'impression qu’il n’est plus le même Dieu que celui de l’ancien testament. On a fait le Dieu du Nouveau testament à notre image, beaucoup plus accessible et tel que nous désirons le voir.

Il y a urgence à mieux connaitre Dieu et à chercher vraiment sa face pour cela !



9 vues