Rechercher
  • LAETITIA GILMAN

1 TIMOTHEE 1



Verset 1 à 2

Paul et Barnabas ont reçu l’ordre du Saint-Esprit d’être mis à part pour l’évangélisation auprès des païens. Act 13:2 Pendant qu’ils servaient le Seigneur dans leur ministère et qu’ils jeûnaient, le Saint–Esprit dit : Mettez–moi à part Barnabas et Saul pour l’œuvre à laquelle je les ai appelés. C’est la raison pour laquelle, il dit qu’il est apôtre d’après l’ordre de Dieu.

C’est une lettre adressée à Timothée, son enfant dans la foi. N’ayant pas d’enfant, Paul prend sous sa coupe Timothée et le forme en tant que ministre de l’évangile.



Verset 3 à 7

Paul avait demandé à Timothée de rester à Ephèse pour s’assurer que la bon évangile soit enseigné. Déjà à l’époque de Paul, l’évangile, bien que propagé un peu partout, était déjà transformé. Paul parle « d’autres doctrines, de fables et de généalogie sans fin ».


L’évangile peut être, très vite détourné et perdre toute sa puissance. Le but de l’évangile est de nous transformer, nous purifier, nous rendre semblable à Christ. Si ce n’est pas l’effet qu’il produit en nous, c’est sans doute que nous n’avons pas entendu le bon évangile ! Nous ne serons jamais parfaits, mais l’amour doit dominer notre coeur, il doit prendre toute sa place en nous afin que Christ soit visible à tout ceux qui nous entourent. Paul l’a dit aux corinthiens, nous pouvons nous vanter de tas de choses, avoir des connaissances extraordinaires, même des dons surnaturels, mais si nous n'avons pas l’amour, nous ne sommes rien ! Le véritable évangile change les coeurs et les remplit de l’amour de Christ.

Certains annoncent l’évangile, mais ils n’ont aucune assurance dans le coeur de ce qu’ils enseignent. Eux mêmes ne vivent pas ce qu’ils disent. Ce n’est pas la facilité d’élocution d’un prédicateur qui fait de lui un bon ministre de l’évangile. Il y a, malheureusement un grand nombre de prédicateurs qui endorment l’auditoire, parce qu’ils savent bien parler et ont une bonne connaissance de la parole de Dieu. Mais la vérité peut être détournée, si elle n’est pas prise dans son contexte et il s’y glisse souvent des subtilités qui détournent du bon chemin. Le seul remède à cela : vérifier dans la parole tout ce que nous entendons et ne pas se fier ni à l’apparence ou aux beaux discours d’une personne. Il est bon, parfois aussi de se pencher sur la vie de celui qui nous enseigne, pour savoir si les fruits sont présents et si ce qu’il dit, il le vit lui-même.



Verset 8 à 11

« La loi est bonne » nous dit Paul, mais à condition d’en faire un bon usage.


A la base, la loi a été établie, afin que nous ayons des limites. La loi, ce sont en fin de compte, des critères qui nous tracent une ligne de conduite à suivre.

La loi n’existe pas seulement depuis Moïse, déjà à l’époque de Noé, elle existait. C’est une loi morale, que chaque homme, croyant ou non, doit appliquer pour vivre sur cette terre. Jésus n’est pas venu pour abolir la loi, mais pour l’accomplir. Ce qui veut dire, qu’il ne l’a pas retirée, mais qu’il l’a rendu applicable par son sacrifice. En ressuscitant, il l’a inscrite directement dans notre coeur , ainsi, nous n’avons plus à obéir à des règles, mais nous obéissons parce que nous aimons celui qui les a instaurées. Nous ne sommes plus dans le mode « je dois ou il faut que je fasse », mais dans le mode « j’ai envie, j’ai le désir ». C’est totalement différent !

C’est pourquoi, la loi n’est plus une contrainte, ni un devoir pour un véritable chrétien, elle devient naturelle. Mais pour un païen, la loi est à ses yeux une liste de règles qu’il doit appliquer et qui lui donne l’impression de ne pas être libre.



Verset 12 à 14

Paul reconnait la grâce qu’il a eu d’avoir été choisi pour exercer un ministère comme le sien, alors qu’auparavant, c’était un homme terrible, un persécuteur. N’oublions pas que Paul était présent lorsqu’Etienne a été lapidé. C’était un homme totalement différent, il voulait la mort des chrétiens.


Dieu peut se servir de n’importe qui pour le servir, notre passé ne sera jamais un frein pour lui. Il oublie ce que nous avons été et regarde à la transformation de nos coeurs.

Sommes-nous reconnaissants envers Dieu pour tout ce qu’il a fait pour nous ? Quel que soit le service que nous exerçons pour lui, c’est une grâce qui nous est donnée parce qu’il nous fait confiance. Dieu nous confie à chacun une tâche particulière, parce qu’il nous aime et qu’il veut nous encourager à nous investir pour son Royaume. Dieu n’a pas besoin de nous, mais il se sert de nous parce qu’il veut nous rendre participant à son oeuvre. N’est-ce pas merveilleux ? Quelle que soit notre tâche, ce qui importe, c’est d’être là où le Seigneur nous a placés. La place d’un autre n’est pas la notre, nous avons tous un rôle à jouer, il est unique et précieux aux yeux de Dieu. S’il y a des petits services ou des petits appels aux yeux des hommes, ils n’en est rien aux yeux de Dieu. Nous sommes tous égaux et unique pour lui, c’est pourquoi nous devons avant tout, chercher la place qu’il a en réserve pour chacun de nous.



Verset 15 à 17

Jésus n’est pas venu sauver des justes, mais des pêcheurs ! C’est la bonne nouvelle annoncée dans le monde. Peu importe de là où nous venons, Jésus veut nous sauver, c’est son unique objectif.


Ayons, nous aussi, le regard de Jésus sur tous ceux qui nous entourent et qui ne connaissent pas encore Christ. Certaines personnes sont tombées si bas et pourtant Dieu veut les sauver ! Nous ne devons jamais mettre qui que soit hors circuit. Tous, sans exception ont droit au salut, Dieu ne fait exception de personne ! Paul en est l’exemple type et il devrait nous aider à mieux prier pour ceux que nous considérons de la pire espèce, les extrémistes en tout genre, les terroristes, les satanistes, les meurtriers, les pédophiles, les violeurs, et encore beaucoup d’autres. Même eux peuvent un jour se repentir et être sauvé, Dieu est bon et juste parce qu’il ne met personne à part. Quelque soit l’homme, s’il crie à Dieu de tout son coeur, le Seigneur l’écoutera et se révèlera à lui.



Verset 18 à 19

Timothée a déjà reçu des prophéties et Paul vient les confirmer en lui demandant de combattre le bon combat.


Qu’est-ce que le bon combat ?

Il apporte la réponse :

  • garder la foi

  • garder une bonne conscience.

Notre combat ne doit pas être autre chose que cela ! C’est un combat de tous les jours et de chaque instant.

  • Pour garder la foi, il faut être plongé et attaché à la parole, sans aucun compromis. Le diable ne cessera de vouloir nous détourner du chemin de la Vérité en nous envoyant d’innombrables séductions extrêmement subtiles. Si nous sommes attachés à la parole, nous n’aurons pas de mal à les rejeter parce que l’Esprit nous révélera les pièges qui se dressent devant nous.

  • Pour garder une bonne conscience, il nous faut demeurer dans la sainteté. Le péché nous retire la paix, tandis que la sanctification apaise notre conscience. Pour garder une bonne conscience, il faut accepter définitivement de renoncer à nous mêmes. Par le Saint-Esprit, il nous est parfaitement possible de renoncer à nous-mêmes, il nous en donne les moyens en déversant dans notre coeur l’amour pour notre Seigneur et Sauveur.


Nous ne devons pas nous tromper de combat ! Eph 6:12 Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes.

Si nous comprenons que nous avons 2 ennemis redoutables : Satan et nous mêmes, alors nous ne perdrons pas de temps avec le reste.


Garder la foi est avant tout le combat contre le diable et ses démons

Garder une bonne conscience est le combat contre nous-mêmes.


Ne nous trompons pas d’ennemis !


Paul va prendre l’exemple de 2 personnes qui se sont, malheureusement, abandonnés au péché et qui ont fini par perdre la foi. On s’aperçoit dans ce passage, que c’est le péché qui a conduit ces hommes à perdre la foi. « Cette conscience, quelques-uns l’ont rejetée, et ils ont fait naufrage par rapport à la foi. »

On pourrait traduire,

« quelques uns ont rejeté la sainteté dans leur vie et à cause de cela, ils ont fini par perdre la foi »

C’est pourquoi Jésus a dit que celui qui voulait le suivre, devait d’abord renoncer à lui-même et porter sa croix.

Renoncer à lui même = garder une bonne conscience = combattre notre moi

Porter sa croix = garder la foi = combattre Satan



Verset 20

Paul cite ces deux personnes, parce qu’il veut que cela serve d’exemple pour les autres. Paul n’hésite pas à les nommer, afin de protéger les autres.


Autour de nous, il y a malheureusement des « chrétiens » qui confessent leur appartenance à Jésus-christ et qui pourtant vivent dans le péché. Ils sont dangereux pour le reste de la communauté, particulièrement pour ceux qui sont jeunes dans la foi et ceux qui sont encore mal affermis dans la foi. Combien tombent dans le péché parce qu’ils ont suivi l’exemple de chrétiens qui les entouraient. Nous devons faire attention à nos fréquentations et tenter de redresser avec amour ceux qui chutent.

L’exemple que Paul nous cite, nous montre que ces personnes sont en grand danger si elles ne se repentent pas. Paul les a renvoyés en quelque sorte dans le monde, afin que le diable s’en occupe et qu’ainsi, ils puissent prendre conscience de leur misère et de leur état de pécheur. Seule la repentance peut les faire revenir sur le chemin de la Vie.

Aujourd’hui, l’église fait trop souvent preuve de laxisme. Une désobéissance délibérée exige une intervention rapide et ferme, afin d’éviter que toute une assemblée soit touchée. Il est difficile de reprendre quelqu’un, mais le faire est une réelle preuve d’amour envers lui. Nous sommes sur le chemin et notre objectif est d’atteindre le but. Beaucoup commencent, mais ne terminent pas la course. Soyons vigilants, le prix ne se remporte qu’à la fin !




7 vues