LE TEST DÉCISIF : MODIFIER LA VÉRITÉ


IL Y A UNE GRANDE DECISION QUE CHAQUE DENOMINATION doit quelquefois prendre dans le développement de son histoire. Chaque église doit aussi la prendre soit à ses débuts, soit peu de temps après - généralement peu de temps après. En définitive, tout comité doit faire face à cette décision et doit la réitérer en permanence, non pas à travers une seule grande décision prise une fois pour toutes, mais par une série de petites décisions s'additionnant les unes aux autres pour former l'unique grande décision. Chaque pasteur doit y faire face et continuer à renouveler sa décision sur ses genoux devant Dieu. Finalement, chaque membre d'église, chaque évangéliste, chaque chrétien doit prendre cette décision. C'est une question dont l'issue peut amener le jugement sur cette dénomination, cette église, ce comité, ce pasteur, ce responsable et sur leurs descendants et leurs enfants spirituels.


La question est la suivante : Allons-nous modifier la vérité dans la doctrine et dans les pratiques afin de gagner plus d'adhérents ? Ou allons-nous plutôt préserver la vérité dans la doctrine et les pratiques et en assumer les conséquences ?

Si notre décision est de modifier la vérité et les pratiques de l'Eglise, alors nous sommes responsables des conséquences de ce choix, quelles qu'elles soient. Dieu sait déjà ce qu'en sont les conséquences, et l'histoire a montré ce qu'elles sont. Mais si nous choisissons de préserver la vérité, alors Dieu en accepte la responsabilité.


Les hommes d'affaire doivent prendre cette décision dans les affaires. Tout le monde doit la prendre au moment de la déclaration des revenus. Les étudiants doivent la prendre à l'école. Nous devons la prendre dans tous les domaines de notre vie puisque nous sommes en contact avec la société. Allons-nous préserver la vérité et les pratiques de l'Eglise, ou allons-nous simplement les modifier tout à notre aise dans le but d'être plus populaires et gagner plus d'adhérents et mieux nous entendre avec le monde ?


En réalité, une telle question ne devrait jamais être posée. C'est comme si l'on demandait: "Un homme devrait-il être fidèle à sa femme ?" Il n'existe qu'une seule réponse possible à cette question. Lorsque nous demandons: "Devons-nous préserver la vérité et les pratiques de l'Eglise, ou devons-nous les modifier en vue d'obtenir des résultats visibles immédiats ?", nous devrions n'avoir qu'une seule réponse. Ce n'est point une question dont l'on puisse débattre, et pourtant c'en est une qui doit constamment être débattue dans la chambre secrète de la prière. Elle est constamment débattue lorsque des conférences sont tenues, lorsque des comités de direction se rencontrent et lorsqu'un pasteur doit prendre une décision.


Mon engagement à préserver la vérité et les pratiques de l'Eglise est ce qui me sépare d'un grand nombre de personnes qui sont peut-être plus avancées que moi en capacités. C'est là ma conviction, que je soutiens depuis fort longtemps et qui est confirmée pleinement par la connaissance du fait que les églises évangéliques modernes, pratiquement toutes sans exception, ont choisi de modifier légèrement la vérité et les pratiques dans le but d'attirer plus de sympathisants et mieux se porter. Lorsque nous prenons la décision de modifier la vérité, nous amenons la conséquence de ce choix sur nous-mêmes.



Quelles en ont été les conséquences ?


  • Absence de l'esprit d'adoration

Une des conséquences a été l'absence de l'esprit d'adoration dans l'Eglise.

Beaucoup de gens ne savent même pas ce que signifie un esprit d'adoration. C'est tragique. Je souhaiterais que Dieu soit change un petit peu les choses, soit me donne une vision de Sa gloire parmi Son peuple. J'admets que quelquefois j'ai le même sentiment que l'homme de Dieu qui s'écriait:

"Je dis: Oh! si j’avais les ailes de la colombe,

Je m’envolerais, et je trouverais le repos;

Voici, je fuirais bien loin,

J’irais séjourner au désert."

(Psaumes 55:6-7)

Beaucoup parmi le peuple de l'Eternel ne savent pas ce que vous entendez par esprit d'adoration dans l'Eglise. Ils sont les malheureuses victimes des bureaux d'administration, des églises, des dénominations et des pasteurs qui ont pris la noble décision de modifier la vérité et les pratiques un tout petit peu. Mais voici la réponse de Dieu : "Si vous le faites, Je vous retirerai l'esprit d'adoration. Je retirerai votre chandelier."


  • Absence de désir spirituel

Une deuxième conséquence est l'absence de désir spirituel. Combien de personnes connaissez-vous qui soient toutes enflammées de désir spirituel et qui soupirent après Dieu ? Combien ont dans leur regard les larmes qui expriment leur ardeur sincère quand vous leur parlez ? Combien s'exclament: "Oh, comme j'aimerais mieux connaître Dieu!" Nos pères étaient animés par le désir spirituel brûlant dans leur cœur, et ils passaient des jours entiers devant Dieu.


  • Un autre résultat est un cœur froid, ce qui est similaire à une absence de désir spirituel.

Une fois que vous avez été baptisé du feu de l'aspiration intérieure, vous ne vous satisferez jamais de la froideur du cœur.

G. Campbell Morgan, le grand prédicateur anglais, se rendit au Pays de Galles afin de voir le réveil gallois, et il retourna ensuite dans son église Westminster Chapel. Ce qu'il avait vu au Pays de Galles avait tant touché le grand prédicateur de la Bible qu'il se leva et sermonna son auditoire avec un franc-parler. En effet, il dit: "Vous êtes une bande de gens froids. Vous ne chantez même pas avec chaleur; vous ne chantez même pas de façon correcte." Morgan avait entendu les Gallois chanter - ils chantaient les Psaumes et rien d'autre. Un homme se levait pour prêcher, et dans l'auditoire quelqu'un commençait à entonner un psaume et à partir de là l'assemblée tout entière le suivait en chantant un psaume. Le prédicateur devait se rasseoir tout confus. Dieu ne lui avait jamais dit de prêcher d'aucune manière, et il le savait. Ensuite, deux ou trois personnes se mettaient à genoux et se convertissaient - sans appel venant de la chaire; elles se convertissaient simplement là où elles se trouvaient. Le feu de Dieu tombait sur elles partout.

Un homme se levait et annonçait: "J'ai un message ce soir qui consiste en trois C", et il énumérait ses trois points chacun commençant par la lettre C. Avant même qu'il fût parvenu à moitié chemin de son premier C, le Saint-Esprit tombait sur l'auditoire. Quelqu'un à la voix forte entonnait un psaume, et toute l'assemblée chantait finissant ainsi par le faire rasseoir. Il s'asseyait avec les deux autres C non effleurés. Les gens avaient le cœur chaud. Mais nous ne l'avons pas parce que nous avons pris l'ignoble décision que nous préférons plutôt faire quelques petits compromis sur la vérité et les pratiques.


  • Manque d'esprit de prière

Une quatrième conséquence est le manque d'esprit de prière. Aucun enfant ne naît sans enfantement. Quand Evan Roberts, que Dieu utilisa pour initier le grand réveil gallois, se rendit à une réunion de prière, quelqu'un lui dit: "Evan, ne rate jamais une réunion de prière, parce que celle que tu rates peut être celle où le Saint-Esprit tombera." Ainsi, Evan ne manqua jamais une réunion de prière. Une nuit, alors qu'il se trouvait sur ses genoux, le Saint-Esprit tomba sur lui, et il commença à prier: "Ô Dieu, courbe-moi, courbe-moi, courbe-moi." Un autre homme priait, et Evan ne voulait pas l'interrompre. Roberts décrivit l'expérience: "J'attendis que l'autre homme eût terminé sa prière, mais il semblait ne jamais la terminer, il continuait à prier et à prier. Finalement, il diminua la voix et se tarit, et prononça "Amen" ". Evan commença à prier et le lieu fut secoué par sa prière. Dès cet instant là, le réveil au Pays de Galles était en gestation.

C'est cela même l'esprit de prière. Quand l'esprit de prière tombe sur des personnes, Dieu exauce leur prière et il se passe quelque chose. Quand un esprit de prière n'est pas sur nous, nous ne faisons que marmonner indéfiniment. Mais quand l'esprit de prière est sur nous, l'Esprit qui prie en nous le Dieu au-dessus de nous fera que des choses s'accomplissent autour de nous.


  • Aucun sentiment de la présence de Dieu

Une cinquième conséquence de l'altération de la vérité est qu'il ne se trouve aucun sentiment de la présence de Dieu dans l'Eglise moyenne. Je visite assez régulièrement les églises, mais je trouve le sens de la présence de Dieu dans bien peu d'églises où je me rends. Il n'y a pratiquement pas de réponses aux prières et pratiquement pas de manifestations divines. Ceci conduit à la conséquence la plus funeste de toutes: l'absence de sainteté.

Il existe quelques saints autour de nous qui sont si dévoués à Dieu que vous ne pourriez pas les maintenir tranquilles. Ils arrivent toujours avec quelque chose et vous savez qu'ils ont passé du temps dans la présence du Seigneur. Ils vivent leur foi en permanence et de façon cohérente. Tout ce qu'ils font est congruent avec tout ce qu'ils professent.

L'esprit d'adoration devrait être sur nous jusqu'à ce que les larmes soient aussi courantes que la neige sur Toronto. C'est la volonté de Dieu que nous soyons enflammés de désir spirituel. Nous devrions chanter: "Oh Jésus, Jésus, très cher Seigneur, pardonne-moi si je prononce, en raison de mon amour, Ton précieux nom mille fois par jour." Nous ne chanterions pas de façon hypocrite - les paroles chantées auraient une signification sincère.

C'est la volonté de Dieu que nous n'ayons pas le cœur froid. La différence entre la froideur du cœur et la chaleur du cœur est la même que celle existant entre être amoureux et ne pas être amoureux. Lorsqu'une personne aime de tout son cœur, que ce soit une personne du sexe opposé ou un bébé ou un enfant, cela réchauffe les affections. Quelquefois notre téléphone sonne la nuit, et l'opérateur qui se trouve à l'autre bout de la ligne dit: "Voulez-vous prendre cet appel téléphonique, s'il vous plaît, reçu d'une personne nommée Becky ?" Dès que cet appel vient de ma fille, je sens que mon cœur se réchauffe. Je reçois des appels de personnes pour qui je ne sens rien qui me réchauffe à l'intérieur. Généralement il s'agit de quelqu'un qui veut que je lui fasse quelque chose. J'aime ces personnes, mais mon cœur ne se réchauffe pas particulièrement pour elles. C'est la différence qui existe entre la froideur du cœur et la chaleur du cœur.

Dieu veut que nous ayons des cœurs chauds, et Il désire que nous ayons l'esprit de prière afin que notre prière soit efficace. La plupart de nos prières s'apparentent à l'action de tourner indéfiniment la clé de contact d'une voiture dont la batterie est morte, et dont le démarreur ne produit même pas de bruit. Tournez la clé pendant vingt minutes en disant vingt-neuf fois: "Notre Seigneur et notre Père", et il n'y a toujours pas de ronronnement. Dieu ne veut pas que nous priions de cette façon. Il désire qu'un esprit de prière repose sur Son peuple. Vous pouvez